publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Politique > Le débat sur la transition énergétique, un fiasco annoncé ?
20-11-2012
Mots clés
Energies
France

Le débat sur la transition énergétique, un fiasco annoncé ?

Taille texte
Le débat sur la transition énergétique, un fiasco annoncé ?
(Crédit photo : Rémy Artiges)
 
Retards à l'allumage, défections en série, manque de transparence… Le débat sur la transition énergétique est bien mal embarqué.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Une déconvenue de plus, et un débat sur la transition énergétique qui s’annonce de plus en plus mal. Lundi 19 novembre, l’ex-patron du CEA (Commissariat à l’énergie atomique) Pascal Colombani, qui devait co-animer ce débat, a annoncé qu’il jetait l’éponge. A quelques jours du démarrage de cet événement phare du quinquennat de François Hollande, le flou règne. La preuve avec ces questions très simples qui demeurent encore sans réponse.

  • Quand aura-t-il lieu ?

Fin août, la ministre de l’Ecologie Delphine Batho annonçait à Terra eco qu’un débat national allait s’engager « à partir de cet automne ». Son équipe a ensuite précisé que le débat débuterait « début novembre » avant de fixer le rendez-vous à la date du 20 novembre. Au dernier moment, le ministère de l’Ecologie a finalement reporté la réunion parce que le président de la République ne pouvait être présent : celui-ci doit se rendre ce soir au 95e congrès de l’AMF (Association des maires de France). Une excuse étonnante : la date de ce congrès est fixée depuis l’été et n’a elle pas bougé depuis.

Le débat devrait finalement se tenir la semaine prochaine, mais aucune date définitive n’est encore arrêtée même si plusieurs participants évoquent le 29 novembre. Contacté par Terra eco le climatologue Jean Jouzel, censé lui aussi co-animer le débat au sein du « Comité de pilotage », reconnaissait ce mardi ne pas connaître la date définitive. Le climatologue a un agenda chargé la semaine prochaine, dont un déplacement à l’étranger, mais « espère vivement pouvoir participer » au lancement.

  • Qui l’anime ?

Initialement, le débat devait être présidé par un comité de pilotage réunissant la ministre Delphine Batho, le climatologue Jean Jouzel mais aussi Anne Lauvergeon (ancienne patronne d’Areva), Laurence Tubiana (universitaire et directrice de la chaire de développement durable à Sciences Po), et Bruno Rebelle (ancien dirigeant de Greenpeace France). Pascal Colombani, l’ancien administrateur général du CEA dont la nomination avait fait polémique, a, lui, jeté l’éponge.

Sera-t-il remplacé ? Là aussi, le flou règne. Au ministère de l’Ecologie, on assure simplement que « des discussions sont en cours » et qu’il « faudra procéder à des ajustements ». Au sein du comité de pilotage, on tâtonne. Laurence Tubiana assure que le comité sera « complété » sans apporter plus de précision. De son côté, Bruno Rebelle a appris ce retrait dans la presse et commente :« Je pense que Pascal Colombani est très occupé et qu’il a peut-être entendu un certain nombre de messages qui ont été émis lors de sa nomination. Son retrait est une bonne occasion de rééquilibrer le comité, en l’ouvrant par exemple à un industriel du monde des énergies renouvelables. » Actuellement à l’étranger, Jean Jouzel a appris par Terra eco la défection de Pascal Colombani mais rassure : « J’ai discuté avec les autres membres du Comité de pilotage et je m’attends à un vrai débat, ouvert. » Bruno Rebelle se veut tout aussi rassurant : « On peut critiquer le fait que le gouvernement a beaucoup attendu après la conférence environnementale pour arrêter les instances et lancer le travail. Mais organiser un tel événement est terriblement compliqué et il vaut mieux prendre un peu de retard si cela peut permettre à tous les acteurs de débattre dans les meilleures conditions. »

  • Qui y participera ?

Selon la feuille de route du gouvernement, l’instance qui va débattre, appelée commission nationale du débat ou Parlement, s’appuiera sur un comité d’experts scientifiques et un comité citoyen dont les membres ne sont pas connus aujourd’hui.

Cette commission doit représenter équitablement six collèges participants : les Etats, les ONG, les entreprises, les syndicats, les élus locaux et les parlementaires. Deux ONG ont déjà annoncé qu’elle ne participeront pas : Les Amis de la Terre et Greenpeace, qui jugent toutes deux que le comité de pilotage est trop en faveur du nucléaire. La défection de Pascal Colombani peut-elle les faire revenir sur leur décision ? « Non, il en faudrait beaucoup plus pour que nous revenions », prévient Jean-François Julliard, le directeur général de Greenpeace. « Nous n’avons pas participé à une chasse aux sorcières en demandant la tête de quelqu’un. Nous nous sommes retirés parce que ce débat manque de pluralité, mais aussi parce qu’il manque de transparence, d’information et même tout simplement de préparation. Tout cela montre que François Hollande n’a aucune ambition écologique. » Même constat mais décision opposée pour Benoît Hartmann, porte-parole de FNE (France nature environnement). « Le comité nommé n’est composé que de personnalités nucléopathes, nucléophiles ou nucléo-compatibles. Nous voyons ce retrait comme une occasion de rééquilibrer ce comité. Nous participerons à ce débat et nous gardons espoir, tout simplement parce qu’on n’a pas le choix : il est crucial pour l’avenir de notre pays. »

  • De quoi va-t-on y parler ?

Pour Jean-François Julliard, « rien n’est prévu, rien n’est calé ». A FNE, on reconnaît avoir peu d’indications sur le déroulé du débat mais on espère qu’il permettra d’« engager un tournant vers la sobriété ». La Fondation pour la nature et l’homme a elle exigé « un document écrit sur l’architecture globale du débat » afin d’en savoir plus.

L’épineuse question du gaz de schiste a en tout cas d’ores et déjà été traitée en amont. Idem pour le projet de tarification progressive de l’énergie, la fermeture de la centrale de Fessenheim ou encore les tarifs de rachat des énergies renouvelables, comme le dénonce Arnaud Gossement, avocat spécialiste en droit de l’environnement et chroniqueur pour Terra eco.

Et pour le reste ? En août, la ministre de l’Ecologie Delphine Batho nous annonçait que ce débat déboucherait « à la fin du premier semestre 2013 sur un projet de loi de programmation pour la transition énergétique ». Le débat devrait donc durer six mois… si le calendrier est respecté.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

9 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Cécile AeroDuflot et Pascal le clampin avaleront encore quelque couleuvres de quoi agrémenter la soupe déjà bien assez bonne

    29.11 à 13h11 - Répondre - Alerter
  • On va causer, pour dire que le débat a eu lieu.

    Mais au fond, le nucléaire restera une valeur sûre de "fonds de portefeuille" énergétique pendant des décennies.

    Et puis, les réalités économiques décideront des orientations, qui seront toujours habillées d’un discours politique "propre, vert, cohérent, et responsable", discours qui fera penser au bon peuple qu’ils sont vraiment aux commandes !

    Ciron

    26.11 à 09h37 - Répondre - Alerter
  • @lolek
    et oui les gens s’en moque et pire ne veulent pas faire d’effort lorsque le porte-monnaie est en cause.
    sur le site de Greenpeace quelqu’un faisait remarquer qu’il y avait 300 000 adhérents greenpeace et 15 000 sociétaire d’ Enercoop le seul fournisseur d’électricité verte. Donc on milite à greenpeace contre le Nucléaire et pour un autre bouquet énergétique mais on consomme et finance de l’électricité nucléaire !!.
    Pire j’ai interpellé les élus à l’assemblée nationale EELV pour savoir s’ils étaient clients d’Enercoop..... 15 jours après 2 réponses positives sur 15 !! et de même pour les élus des régions !! on en déduit quoi ?
    http://www.bernard-lambert-blog.fr/...

    24.11 à 11h03 - Répondre - Alerter
  • Bien sûr qu’un débat doit avoir lieu, et en impliquant un maximum de citoyens. Il faudra donc une organisation d’animation solide et une base documentaire qui n’occulte pas les questions qui fâchent.
    Je suis tout de même très surpris qu’on n’annonce toujours pas quelles questions vont être mises en débat. Alors est-il admis comme allant de soi que le volet "énergie" de la feuille de route que s’est donné le gouvernement -à l’issue de la Conférence environnementale d’octobre- est acté, et qu’il s’agit maintenant de chercher le plus large accord sur comment la mettre en oeuvre ?

    21.11 à 11h36 - Répondre - Alerter
  • Je ne comprends pas pourquoi des ONG environnementales se retirent... j’ai quelques hypothèses, mais c’est assez léger. Vous savez pourquoi ?
    (Je ne crois pas vraiment à la raison officielle, puisqu’en s’absentant, le groupe sera encore davantage déséquilibré : on ne doit pas renforcer ce que l’on dénonce)

    21.11 à 11h26 - Répondre - Alerter
  • Je vois comme d’habitude que le citoyen lambda n’a pas le droit à la parole. Pourquoi ne pas remplacer M. Colombani par un candide ? Quelqu’un qui poserait les questions que la grande majorité des français se posent, eux. Beaucoup de nos politiques, scientifiques, dirigeants d’entreprise, etc. de tout bord s’écoutent parler mais ne nous écoutent pas nous les petits, sans nom, sans grade, j’en ai ras le poêle à granulés !

    21.11 à 10h03 - Répondre - Alerter
  • Je remercie Thibaut Schepman de cet article.
    Parce que, d’une part, je l’ai trouvé très instructif et que, d’autre part, il m’a donner encore raison. (J’aime bien me dire que, décidément, j’ai eu raison de m’abonner à Terra Eco !)

    En tout cas, je suis tout à fait satisfait (et pas surpris) de voir que Terra Eco investigue auprès des membres du comité de pilotage pour suivre le dossier.

    Pour ma part, je dirai : "Soyons positif (mais vigilent) !"
    C’est - à ma connaissance - le 1er vrai débat sur l’énergie en France. Il faut, en effet, que cela se mette en place sans précipitation.

    Il y a 1 an, la couverture de Terra Eco titrait "Ralentir… vite !". Nous n’allons pas réclamer qu’un débat de cette importance se fasse en urgence.

    S’il faut un slow-débat pour avoir un débat efficace, je suis pour perdre un peu de temps sur la mise en place, et gagner du temps au final dans la vraie mise en place de la transition énergétique, comprise et acceptée par le plus grand nombre.

    Et vous, qu’en pensez-vous ?

    20.11 à 19h40 - Répondre - Alerter
    • je suis moins optimiste. je pense que débat ou pas il n’y aura pas de transition énergétique, tout du moins pas tel qu’on l’imagine. A mon sens la majorité des Français n’a que faire de ces questions, et si un certain nombre est sensible aux pbs environnementaux, aux rejets de CO2 et l’impact sur le climat, ce n’est pas pour autant qu’ils agissent en conséquences pour réduire leur emprunte sur l’environnement. Autrement qu’en se donnant bonne conscience en achetant un dentrifice ou un rouleau de PQ bio ou vert , j’entends...Car si l’on veut éviter les scénarii les plus pessimistes mis en évidence par le rapport de la banque de mondiale (à voir ici par exemple http://www.banquemondiale.org/fr/ne...) c’est des changements plus profonds dans nos modes de vies qu’il va falloir faire : sur les transports, notre de mode de consommation, nos déplacements "loisirs", bref beaucoup d’acquis concernant notre soi-disant confort auquels il faudrait renoncer...En clair, la transition énergétqiue doit certes passer par des mesures et des choix politiques mais avant tout elle dépend de nous. On ne peut pas sans cesse attendre que des mesures viennent du politique, qui n’en prendra aucune qui soit impopulaire même si elles sont environnementalement justifiées (la preuve le blocage du prix du carburant qui est totalement à l’encontre de ce qu’il faudrait faire), futures élections obligent...c’est à nous de bouger avant d’attendre quoi que ce soit des politiques. et comme il y a assez peut de chance que cela se passe, il y aura une transition énérgétique peut être un peu plus brutale que celle qu’on attend, lorsque les productions d’énergie fossile baisseront plus sérieusement et que parallèlement la demande des pays émergents continuera à grimper ...

      21.11 à 14h02 - Répondre - Alerter
    • "Soyons positifs, c’est le premier débat..."
      Doux rêveur que vous êtes.... Moi aussi j’avais mis beaucoup d’espoirs dans le Grenelle 1 ; dommage que le Grenelle 2 se soit empressé de tout effacer.
      Des fois je me mets à imaginer un parlement avec uniquement des candides et non des professionnels de la langue de bois, plus attachés à leur émoluments qu’à la défense du bien commun... (il suffit de voir avec quel acharnement ils ont refusé toute baisse de rémunération, tout contrôle de leurs "indemnités" et toute loi sur le cumul des mandats).
      Non décidémment, il n’y a rien de plus à attendre de D.Batho (vous avez dit "bâteau") que de Jean-Louis "Bordeaux" (euh pardon, Borloo) ou du François H. qui avait pourtant juré qu’il ne toucherait pas à la TVA !!!!!

      21.11 à 15h41 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité