publicité
Accueil du site > Actu > Politique > Comment le gouvernement a dépolitisé le ministère de l’« Environnement (...)

Comment le gouvernement a dépolitisé le ministère de l’« Environnement »

Taille texte
Comment le gouvernement a dépolitisé le ministère de l'« Environnement »
(Crédit photo : France Ecologie Energie - Fickr)
 
Bye-bye « Ecologie », rebonjour « Environnement ». Que signifie le retour de ce vieux vocable au ministère ? Décryptage avec Emmanuel Marty, maître de conférences en sciences de l'information et de la communication.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Au gré des remaniements, les ministres changent et les intitulés des ministères évoluent. Depuis le 11 février dernier, Ségolène Royal n’est ainsi plus ministre de « l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie » mais de « l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargé des relations internationales sur le climat ». Créé en 1971, ce ministère a connu plusieurs intitulés. D’abord « ministère de l’Environnement et de la Protection de la nature », il est rapidement devenu ministère de « la Qualité de vie » dans le courant des années 1970. Dans les deux décennies suivantes, le voilà qui prend l’intitulé de « ministère de l’Environnement ». C’est n’est qu’en 2007 qu’il devient « ministère de l’Ecologie et du Développement durable ». Aujourd’hui, retour en arrière avec le come-back de l’« Environnement ». Pourquoi ? Un choix de communication pour une autre vision de la politique environnementale ? Réponses d’Emmanuel Marty, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nice Sophia Antipolis et auteur d’une étude sur la communication environnementale.

Terra eco : Sur le plan de la sémantique, utiliser le terme « environnement » ou celui d’« écologie », qu’est-ce que cela change ?

Emmanuel Marty : L’« écologie », dans son sens politique, inclut un positionnement et elle est, d’ailleurs, souvent portée par des militants. C’est un mouvement d’appréhension de l’environnement. A l’inverse, l’environnement, d’un point de vue sémantique, est beaucoup plus neutre. En choisissant ce terme, le gouvernement a évacué tout contenu politique de l’intitulé.

Qu’est-ce que cela implique sur le placement idéologique de la politique environnementale ?

Cela cristallise un peu plus la ligne de fracture avec l’écologie politique et le parti politique qui la porterait également. On ne peut pas faire de procès d’intention au ministère sur ses actes à venir, mais l’écologie politique, qui met souvent en question les modèles économiques, n’a plus le droit de cité. On peut ainsi parler d’une forme de dépolitisation de la question. C’est le sociologue Jean-Baptiste Comby (1) qui a montré que la question climatique était dépolitisée à travers le traitement médiatique. C’est la même déconnexion qui s’opère à travers ce nouvel intitulé. Cela implique, sur le plan idéologique, que la protection de la nature sera davantage abordée avec une vision gestionnaire au sein d’une économie de marché.

Que penser alors de la disparition du « développement durable » ?

Le développement durable était déjà, d’une certaine manière, un adjectif qui s’est trompé de substantif ! Et le terme était galvaudé. Les conseillers en communication ont parfaitement compris que ce terme n’était plus à afficher. Quand on pense « environnement » maintenant, on pense directement au climat, d’autant plus quand le terme « énergie » lui est accolé, comme c’est le cas dans l’intitulé complet du ministère. Cela va permettre de mettre en avant la lutte contre le changement climatique avec l’aide de l’énergie décarbonée, donc des énergies renouvelables mais surtout de l’énergie nucléaire. La France pourra donc la valoriser et essayer de la vendre à l’étranger. Le voyage de François Hollande en Inde, par exemple, a été surtout mentionné à travers la vente des Rafale, mais il s’y rendait également dans l’espoir de vendre du nucléaire.

La mer est également arrivée au ministère de l’Environnement…

Oui, cela signifie que le ministère va d’abord s’occuper de la question des énergies, de l’eau et des ressources halieutiques. Mais cela entraîne un mouvement de sectorisation : on déconnecte les thématiques les unes par rapport aux autres. Comme pour la dépolitisation, cela signifie que la protection de l’environnement ne sera pas traitée dans une appréhension globale mais bien à travers certains secteurs, en priorité. On ne peut pas énumérer tous les éléments dans le titre, mais c’est quand même un choix qui a été pensé. Les autres thématiques sont, sinon ignorées, mais au moins minorées.

Cette dépolitisation et cette sectorisation ne sont-elles pas contradictoires avec la COP21 qui s’est tenue il y a deux mois ?

Il y a au moins une certaine cohérence à faire porter la charge des relations internationales sur le climat par le ministère de l’Environnement plutôt que par les Affaires étrangères. Pour le reste, c’est vrai que ce n’est pas très bon signe. On met en avant le climat et l’énergie, au détriment d’autres champs.

(1) auteur de La question climatique : genèse et dépolitisation d’un problème public (Liber, 2015)

A lire aussi sur Terraeco.net :
- De 1971 à 2012, qui tenait les manettes de l’écologie ?
- Peut-on se passer d’un ministère de l’Ecologie ?

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
12 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ce ne sont que des mots, des intitulés, mais quelles actions sont réellement menées en faveur de l’environnement, de l’écologie ou du développement durable ? Encore une fois, on occupe son temps au ministère à jouer sur les mots et à faire du business au lieu d’agir concrètement avec des objectifs écologiques précis. Et ce business est évidemment réservé à quelques grosses entreprises monopolistiques comme EDF, GDF qui clament leur engagement en faveur de l’environnement ! En France, 0,6% de l’énergie produite provient d’énergies dites renouvelables et 80% nucléaire ! Où est la politique environnementale de notre pays ?

    24.02 à 11h10 - Répondre - Alerter
    • heuuu non !!
      les ENR c’est pas 0.6%, c’est 10% du besoin d’énergie Français et si le nucléaire représente 80% de la production électrique, l’électricité ne représente que 24% de notre consommation d’énergie. C’est donc 80% de 24% soit 19% . Il y a confusion entre énergie et électricité.
      Et puis il ne faut pas confondre ce qu’on produit et ce qu’on consomme. On consomme une partie de l’électricité nucléaire, on revend l’autre partie et on achète et consomme de l’électricité au charbon de nos voisins ... c’est bien pire que ce que vous pensez puisque qu’il faut ajouter l’essentiel de nos besoins, le pétrole qui représente 42% suivi du gaz 21% !

      24.02 à 12h41 - Répondre - Alerter
      • Vous ergotez beaucoup sur les chiffres. Mais le constat reste affligeant : la gloutonnerie du mode de vie occidentale, avec son blingbling superflu et pire qu’inutile, a créé un tel déséquilibre dans le rapport entre la production/consommation/déchets !

        Lorsque vous dites "on" ou que vous citez "nos" besoins, vous n’évoquez en fait que les VÖTRES et ceux de vos semblables ! De plus, vous confondez sciemment les besoins avec les caprices, pour clamer que le monde ne peut se passer de vos raisonnements de bonimenteurs !

        Comme vous confondez l’économie avec la spéculation, en omettant de préciser que les PIB des empires actuels, ne se sont bâtis que sur le pillage et le massacre de contrées entières de la planète !

        Les humanistes et les zadistes, ont en commun les solutions alternatives qui permettent de vivre dignement sans toutes ces injustices, pollutions et autres aberrations criminelles nées du pire de l’humanité ! Vous nourissez le terrorisme, déjà rien qu’en leur vendant vos armes !

        24.02 à 13h11 - Répondre - Alerter
        • Votre vocifération vindicative est aussi inepte que vos propos sont hors sujet ! RELISEZ MOI attentivement au lieu de vomir votre diatribe haineuse. Vous comprendrez alors que je ne confonds rien du tout, contrairement à vous !
          Puisque vous avez de l’énergie à revendre (ah ah ah ... rigolo non ? ) ... venez donc marcher avec moi samedi à Nantes pour NDDL ... on aura besoin de grandes bouches comme vous pour se faire entendre ! ;-)

          24.02 à 19h03 - Répondre - Alerter
          • 1000 excuses alors pour ma méprise et ma grande bouche.
            Et si je ne serai pas présente à NDDL, c’est à cause de ma santé en branle. Mais je soutiens activement les zadistes depuis 2013, au 1er Rasemblement, et ai été ouvreuse de squats en 1994 à Paris, puis à Toulouse...Sui également avec Via Campaisina et tous les paysans sans terre, et les peuples indigènes en danger, à cause des modes du paraître plus que d’être...

            25.02 à 10h33 - Répondre - Alerter
  • On voit là, le refus du politique d’accepter les grands changements qui s’opèrent sous leur nez et sans eux et le refus de l’émergence de pensées écologiques globale de masse.
    Le succès des documentaires télévisés ou cinématographiques, le succès des livres ou des interventions sur une économie différente, l’intérêt et l’espoir que suscite l’expérimentation de modèles de sociétés différentes les fait proprement flipper !!.
    Si ils en sont à ces "micro changement" cela montre bien le dépit dans lequel ils sont plongés.

    24.02 à 10h38 - Répondre - Alerter
  • Quand on observe combien le choix des mots, pardon, des éléments de langage, est important dans la propagande, pardon la communication, du gouvernement, on ne peut que s’alarmer de ce nouvel intitulé volontairement réducteur.

    Le charabia des communicants au pouvoir correspond précisément à la non-volonté d’agir pour transformer un Système a-démocratique, on parle de démocrature, de ploutocratie. C’est le reflet de l’impasse d’une idéologie qui a produit des désastres planétaires qui ne peuvent plus être cachés.

    L’impasse systémique implique le parler pour ne rien dire.

    24.02 à 10h09 - Répondre - Alerter
  • "Il y a au moins une certaine cohérence à faire porter la charge des relations internationales sur le climat par le ministère de l’Environnement plutôt que par les Affaires étrangères."
    Euh, moi plutôt très inquiète sur les efforts déployés surtout en marketing de l’industrie de l’armement, de l’aviation ou du nucléaire, par l’Etat à l’étranger. Déjà que le funeste Ayrault a réussi à soulevé l’indignation + que nationale, avec son GPI à NDDL, je me demande quelles autres funesteries, il va promener avec son ministère...

    A croire que la France s’amuse à faire du yoyo politic(h)ien entre sa joliesse sauce COP 21, et sa crise de testostérone anti-terrorisme ! Même pas fichue d’avoir signé le limité Accord de Paris ! Ne serait-elle pas feignasse ou trop écocideuse elle-même, la Vème République ?
    Ses porte-jarretelles sauce Tafta lui pousseraient-ils sur le bonnet phrygien ?

    24.02 à 10h05 - Répondre - Alerter
  • bonjour Madame la ministre
    suite a vote réforme du chauffage dans les achelemes sachant qu’on est toujours dans la zonne de l’hivert moi en tant que locataire d’un redez- chausser nous avons froid avec les tant qui cour dehors . vous avais pas froid dans vos bureau mais nous si donc je vous demande de revoir votre politique a la noix sinon je me serais obliger de recourir a votre président de la république pour vous demandez de revoir votre decision moi j’habite dans les vosges n’oublier pas

    23.02 à 11h13 - Répondre - Alerter
  • bonjour Madame la ministre
    suite a vote réforme du chauffage dans les achelemes sachant qu’on est toujours dans la zonne de l’hivert moi en tant que locataire d’un redez- chausser nous avons froid avec les tant qui cour dehors . vous avais pas froid dans vos bureau mais nous si donc je vous demande de revoir votre politique a la noix sinon je me serais obliger de recourir a votre président de la politique pour vous demandez de revoir votre decision moi j’habite dans les vosges n’oublier pas

    23.02 à 11h11 - Répondre - Alerter
  • Pour moi, l’environnement est à l’écologie ce que la déco est à l’architecture.

    23.02 à 08h49 - Répondre - Alerter
    • Bonjour.les problèmes De l’exploitations des ressources au Niger ce que la France et entrant de volé l’uranium.et essais toujours de nous colonisé,puisque chaque chef d’État du Niger élus qui essais de faire sa politique contre l’uranium la France maine des complaut et essais de cassé son régime( ou même le tué) c’est-a-dire coup d’État.
      On a l’exemple de la guerre des années passé dans le désert au Niger.

      1er.04 à 10h34 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité