publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Ce soir à la télé, enquête passionnante sur les climatosceptiques
20-10-2015
Mots clés
Climat
Etats-Unis

Ce soir à la télé, enquête passionnante sur les climatosceptiques

Taille texte
Ce soir à la télé, enquête passionnante sur les climatosceptiques
(Crédit photo : capture d'écran du documentaire « Climatosceptiques : la guerre du climat »)
 
Complètement à côté de la plaque sur le plan scientifique et pourtant si influents… Un documentaire diffusé ce mardi soir sur France 5 nous explique la dynamique du mouvement climatosceptique. Chaud devant.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

« Le réchauffement, quel réchauffement ? Vous avez vu un réchauffement ? », lançait Claude Allègre sur les plateaux télé il y a encore cinq ans. En France, le retrait de la vie publique de notre climatosceptique national a relativement mis en sommeil le mouvement. Mais à l’échelle mondiale, ses frères spirituels n’ont pas baissé les armes. Plus que jamais ils se disent en « guerre » contre les « alarmistes », « les réchauffistes », au nom « de la liberté », « de la défense de nos modes de vie », de la « civilisation occidentale », du droit « à prendre l’avion ».

« Soldats du déni »

C’est dans cette bataille menée à coups de milliards, d’études partiales et d’éléments de langages que nous plonge le documentaire Climatosceptiques, la guerre du climat, diffusé ce mardi 20 octobre sur France 5. De Varsovie (Pologne) à Las Vegas (Etats-Unis), la journaliste Laure Noualhat (par ailleurs collaboratrice de longue date de Terra eco) et le documentariste Franck Guérin partent à la rencontre des « soldats du déni », de « ces missionnaires qui tentent de sauver les âmes égarées ». Régal garanti ! On y rencontre cette Amérique d’hommes blancs, grisonnants, riches et conservateurs qui se moquent à gorge déployée des mises en garde du commandant Cousteau.

Les écolos ? Des misanthropes

Des lobbyistes qui expliquent à la journaliste française que, de part sa nationalité et l’attention que les médias de son pays portent au climat, « elle cumule trop de handicaps » pour que daigne la rencontrer le plus influent des climatosceptiques, James Inhofe, le sénateur du très pétrolier Etat de l’Oklahoma également président de la commission de l’environnement au Sénat. On s’entend expliquer que depuis un siècle, les inondations « n’ont cessé de baisser », que les Etats-Unis n’ont jamais connu aussi peu de tornades et sécheresses. Que la « décarbonisation a un effet dévastateur sur les pauvres », par conséquent défendre les énergies fossiles permet de « bien dormir la nuit ». Sans oublier quelques coups de griffes au mouvement écologiste, ce courant « obscurantiste », « misanthrope », « qui n’aime pas le genre humain ».

Ce florilège serait hilarant si ceux qui le déclament n’étaient pas si influents. Outre-Atlantique, un Américain sur deux est climatosceptique. En 2013, encore un Français sur trois doutait : soit du phénomène, soit de ses origines humaines. Une proportion sans commune mesure avec les conclusions des travaux scientifiques dont 97% reconnaissent le problème.

Pastèque, Dallas et octopus

Comment à contre-courant de la science quelques poignées d’illuminés sont parvenus à mettre une large partie des opinions publiques de leurs côtés ? Dans ces cinquante-deux minutes d’enquête, il est question de pastèque, de Dallas et d’un octopus (mollusque) d’un genre très particulier. A la tête du poulpe, on découvre les Koch, une fratrie plus riche que Bill Gates qui arrose le mouvement. Puis, tentacule par tentacule, le documentaire met en lumière les sphères d’influences de ces milliardaires : politiques, scientifiques, médiatiques.

Devant les extraits de Fox News, les comptes des sénateurs, les récits des chercheurs, on comprend peu à peu de quelle manière les discussions sur le climat ont « perdu vingt ans », pourquoi jusqu’en 2014, les Etats-Unis n’ont jamais voté aucune loi. Après cet éclair de lucidité, on a bien mérité une balade sur la plage de Soulac-sur-Mer (Gironde) où le trait de côte est grignoté par la montée des eaux. Le moment est alors venu pour les documentaristes de rappeler la définition du mot « irréversible ». Passionnant mais plombant.

Un documentaire diffusé sur France 5 ce mardi 20 octobre à 21h38.

Visionnez ici la bande-annonce :

A lire aussi sur Terraeco.net :

Kit de survie pour un dîner avec des climatosceptiques

Les climatosceptiques n’ont rien à faire dans les débats sur le climat

Pourquoi le climatosceptique est un mauvais plagiaire

Grignoté par la mer, Soulac a dépassé la côte d’alerte

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité