publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > L’accord de Paris : ce qu’il y a et ce qu’il n’y a pas
17-12-2015
Mots clés
Climat
Monde
Eclairage

L’accord de Paris : ce qu’il y a et ce qu’il n’y a pas

Taille texte
L'accord de Paris : ce qu'il y a et ce qu'il n'y a pas
(Crédit photo : COP PARIS - Flickr)
 
Le verre à moitié plein ou à moitié vide ? La COP21 a accouché d'un texte salué par de nombreux observateurs mais aussi critiqué par des ONG. « Terra eco » fait le point sur le contenu du document.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 74 - janvier-février 2016

2016, l’année des écoféministes

Ils se sont embrassés, émus d’y être, enfin, parvenus après quatre longues années de travail. Signer un accord à 195 à Paris, ce n’était pas gagné après le fiasco de Copenhague. Un accord ? Mieux, un accord qui, de l’aveu de tous ou presque, est plus ambitieux qu’on aurait pu l’espérer. Certes ce texte de 32 pages dans sa version anglaise (39 dans la française) ne réglera pas tout, mais il a le mérite de graver dans le marbre quelques principes essentiels. Décryptage non exhaustif.



Les victoires à l’arraché…


- Le 1,5°C :

Le seuil de 1,5°C est apparu à Copenhague, porté par la voix des plus vulnérables, notamment les petits Etats insulaires. Et depuis, l’idée a fait son chemin, emportant peu à peu les adhésions. Sa présence dans le texte est une victoire en soi. L’accord prévoit de maintenir « l’élévation de la température moyenne de l’atmosphère nettement en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels » et de « poursuivre l’action menée pour limiter l’élévation des températures à 1,5 °C ». Intenable, c’est probable. Il n’empêche. Ce chiffre a une portée symbolique forte : « Ce 1,5°C, c’est une question de morale. Nous sommes vulnérables, d’accord, mais pas incapables. Et les discours de Hollande ou de Obama en ouverture de la COP, ont répondu à cette exigence morale. Le monde, le Nord, enfin, nous écoute ! », expliquait Monica Araya, ancienne négociatrice pour le Costa Rica et désormais directrice du cabinet d’expertise climat Nivela, dans les allées du Bourget.

Reste que le texte manque cruellement de détails sur les moyens à déployer pour respecter ce seuil. Il prévoit seulement de viser un « plafonnement mondial des émissions de gaz à effet de serre dans les meilleurs délais (…) et à opérer des réductions rapidement (…) de façon à parvenir à un équilibre entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre au cours de la deuxième moitié du siècle ». Des notions trop vagues pour beaucoup.


- Les pertes et préjudices :

« Il y a deux ans, les Etats-Unis cherchaient désespérément à éviter toute mention de “pertes et préjudices”. Ils sont arrivés à la conférence en disant : “Nous ne le voulons pas dans l’accord mais ça pourrait être dans les décisions”. Maintenant, c’est dans le texte. Simplement parce que les Etats-Unis ont compris qu’il n’y aurait pas d’accord sans ça », a souligné Michael Jacobs, expert pour la New Climate Economy et ex-conseiller spécial de Gordon Brown à la COP. Mais la décision d’accord ne reconnaît aucune « responsabilité ou compensation ». En clair, les pays riches refusent de devoir indemniser les pays pauvres touchés par les impacts du climat.

Les oui mais…


- Le mécanisme de révision :

Tout le monde en convient, les engagements (INDC) mis sur la table par les pays ne seront pas suffisants pour enrayer le réchauffement climatique. Alors il faut les revoir. Ça tombe bien, l’accord prévoit un mécanisme de révision tous les cinq ans : la première est prévue pour 2025, l’accord entrant en vigueur en 2020. Trop tard pour les ONG, qui rappellent l’urgence climatique. Mais les Etats seront libres de revoir leurs objectifs sur la base volontaire avant 2025. Samedi 12 décembre, en plénière, François Hollande a annoncé que la France réviserait sa contribution « au plus tard en 2020 ». D’autres pays réunis au sein d’une coalition de l’ambition improvisée lors de la COP – dont le Brésil, les Etats-Unis ou l’Afrique du Sud – semblaient eux aussi pencher pour une révision avant 2020.


- 100 milliards de dollars, « un plancher » :

Ils l’avaient promis en 2009 à Copenhague. Les pays riches devront atteindre la somme de 100 milliards de dollars (91 milliards d’euros) versé par an en 2020 pour aider les pays du Sud à faire face aux effets du changement climatique. Mais après ? L’accord de Paris a gravé dans le marbre ce chiffre de 100 milliards et en a fait un « niveau plancher » à partir duquel ils fixeront un nouvel « objectif chiffré collectif » au plus tard en 2025. Mais quid de la suite ? On l’ignore.

Les disparus ou presque


- Les émissions du transport aérien et maritime :

La version du 5 décembre remis par les coprésidents de la COP aux ministres comprenait la mention entre crochets : « [Les Parties [cherchent] [devraient chercher] [autre] à limiter ou réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des combustibles de soute utilisés dans les transports aériens et maritimes internationaux » (art 3 paragraphe 20). Mais dans la version suivante, remise par les ministres le 9 décembre, plus rien. « Or, les émissions de ces deux secteurs sont équivalentes à celles de l’Allemagne et du Royaume-Uni et ces secteurs sont en croissance rapide… A moins que nous ne considérions sérieusement le transport aérien et maritime, l’objectif de 2°C n’est pas réaliste », s’étranglait Kevin Anderson, vice-directeur du Tyndall Institute, dans une conférence de presse du Bourget le 11 décembre.

Le paragraphe ne figure pas dans le texte final de l’accord. Pas d’illusion, il n’aurait pas comporté de règles ou de mesures précises, mais il aurait permis de remettre le problème sur la table assurent les ONG. Mais voilà, la Chine et les Etats Unis étaient farouchement opposés à toute réglementation financière dans le texte, tandis que les petites îles, très vulnérables au changement climatique mais aussi fortement dépendantes de l’aviation n’avait guère d’intérêt à cette mention. Au placard donc la mention.


- Le prix carbone

La mention d’un prix du carbone apparaissait dans la version de travail du 3 décembre. Finalement, c’est une formulation vague qui restera dans le paragraphe 137 (le dernier) des décisions annexées à l’accord de Paris : « Il importe de fournir des incitations aux activités de réduction des émissions, s’agissant notamment d’outils tels que les politiques nationales et la tarification du carbone. »


- Les droits de l’homme

Disparue du corps du texte, la mention selon laquelle l’accord de Paris doit être mis en œuvre dans le respect des droits de l’homme ne figure plus que dans l’introduction, qui n’est pas contraignante. Selon Amnesty International, l’Arabie saoudite aurait déclaré que la référence aux droits humains dans l’article 2 devait être supprimée, à moins d’ajouter dans la même phrase une référence au « droit des peuples sous occupation ».

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • On l’a vu à l’issue de la COP21 : la démocratie planétaire ne passe pas par nos dirigeants politiques ! Laissons les jouer entre eux, heureux de se gargariser avec un verre aux 9/10 vide ! Ils ont fait le choix du vieux monde !

    Déjà COP21, le nom fait peur ! 21e conférence qui fixe des décisions fermes comme la date de la prochaine ou le protocole diplomatique (non, le réchauffement climatique n’induit pas Merkel en maillot de bain !). donc on prend des décisions fermes... et applicables à l’issue de la COP26 ! Super ! Les 2°C n’ont qu’à attendre gentiment leur tour. Le réchauffement de l’atmosphère va donc continuer. Chouette ! On aura un été plus long !

    La désertification va s’intensifier (on s’en fout, c’est ailleurs ? Disons que le conflit syrien et l’émergence de Daech est en lien avec la sécheresse en Syrie, sécheresse provoquée par le réchauffement climatique. Or Daech s’est tristement invité chez nous. Et Daech pourrait n’être qu’un début...).

    La modification du climat peut aussi engendrer des modifications dans le régime des vents, entraînant des épisodes de pollution plus intenses. La circulation alternée est une réponse bien faible face aux problèmes respiratoires. Aujourd’hui les plus fragiles (les personnes âgées, enfants en bas âge) mais demain, de plus en plus ? le coût indirect (arrêts maladie, baisse de productivité, économie non compétitive au final) pourrait dépasser la somme à verser au "Fond Vert". La sagesse populaire dit "Mieux vaut prévenir que guérir !". Auquel l’ultracapitaliste répond :"C’est quoi le retour sur investissement ?" Aucun, du coup on fait rien maintenant et on réagira dans l’urgence.

    Tout ça pour reprendre les mots de Gandhi :"Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde". Tant que nous, le peuple, ne faisons rien, il y aura des COP avec des décisions prises du bout des lèvres et applicables dans 5 ans.

    31.12 à 13h47 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    La COP 21 une arnaque planétaire... Lire entre autre le bouquin de Philippe Verdier qui dénonce ce bordel organisé pour piquer du pognon à la population. ça n’est pas sérieux de faire vos choux gras sur ce sujet à la mode...

    Cdt

    21.12 à 11h03 - Répondre - Alerter
  • C’est surtout le verre aux 9/10 vide qu’il faut voir.
    Des accords qui sont, outre les disparus que vous évoquez, une vaste comédie où l’essentiel a été oublié : les océans, la déforestation, la biodiversité, la démographie létale pour la planète, et j’en oublie.....
    Alors, les dirigeants peuvent bien se gargariser de leurs pseudos réussites, je crains que la messe ne soit dite !
    La Nature tranchera ... dans le vif.

    18.12 à 12h02 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité