publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > Pourquoi le climato-sceptique est un mauvais plagiaire
2-09-2015
Mots clés
Climat
Monde

Pourquoi le climato-sceptique est un mauvais plagiaire

Taille texte
Pourquoi le climato-sceptique est un mauvais plagiaire
(Crédit photo : Matt Brown - Flickr)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Loucher sur la copie de son voisin, c’est prendre le risque d’écrire les mêmes âneries que lui. Cette mise en garde de rentrée des classes semble avoir échappé aux climato-sceptiques. C’est ce que suggère l’étude « Apprendre des erreurs dans la recherche climatique », publiée dans le Theoretical and Applied Climatology.

A ce jour, 97% des publications s’accordent à reconnaître l’origine humaine du dérèglement climatique. Les 3% allant à contre-courant, soit 38 articles, ont été passés au microscope par une équipe de recherche internationale. Soucieux de comprendre pourquoi « ces publications arrivent à une conclusion différente », les chercheurs ont tenté de reproduire eux-même ces travaux pour voir si des failles méthodologiques se dégageaient. Et ils n’ont pas été déçus.

Premier point commun, les climato-sceptiques sélectionnent – en anglais on parle de « cherry picking ». En clair, ils choisissent les données qui les intéressent et laissent de côté le contexte ou les informations qui n’arrangent pas leur thèse. La plupart partagent aussi un penchant pour l’« ajustement des courbes », selon les échelles qui leur conviennent. Ainsi, on va prévoir le climat de demain en se basant sur des modèles de températures fonctionnant sur les 4 000 dernières années mais pas sur les 6 000 d’avant.

Seconde similitude, ces travaux ferment les yeux sur des connaissances physiques avérées. Ils oublient par exemple « que le mythe de la saturation de l’effet de serre a été déboulonné au début du XXe siècle », souligne Dana Nuccitelli, l’une des contributrices, dans le Guardian. Proches dans leur méthodes, ces publications divergent dès lors qu’il s’agit d’expliquer la cause du réchauffement : « Certains imputent la responsabilité au soleil, d’autres à la rotation des planètes et d’autres encore aux cycles des océans », poursuit Dana Nuccitelli… A croire que certains n’ont pas réussi à loucher jusqu’en bas de la copie.


- A lire sur le Guardian.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
12 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • d’autres ont essayé de prévenir sur les conséquences logiques du choix des humains pour la course au pouvoir, à l’argent et à toutes les illusions qui aveuglent et entraînent vers l’abîme !

    Effectivement, merci de décrire les motivations de tous ceux qui brandissent alarmes et malédictions. Il manque l’effet moutonnier et la peur de prendre une position différente des bien pensants.

    Que pensez-vous de ces "bonnes intentions" telles que peindre les sommets des anciennes neiges pas si éternelles, vu qu’elles disparaissent de + en + rapidement ?

    Que pensez-vous de ces "bonnes intentions" telles que réduire les émissions de CO2 pas si gaz à effet de serre que ça puisque depuis presque 20 ans la température n’augmente plus ? Je pense personnellement que vous êtes une victime de la propagande médiatique autour de la COP 21. Les neiges ne disparaissent pas du tout, lorsqu’elles le font c’est comme elles l’ont toujours fait pour revenir ensuite. Consultez donc le site pensee-unique.fr où vous lirez entre autres que Les pertes économiques résultant des catastrophes en 2014 sont en dessous de la moyenne. il n’y a pas de tendance haussière ou baissière de la fréquence des tempêtes tropicales et des ouragans pour le globe depuis 1971. les cyclones/ouragans/typhons ne deviennent ni plus intenses, ni plus fréquents sur le globe. la période récente qui va de 1985 à nos jours a vu une augmentation nette des quantités de pluies tombées sur le Sahel qui retrouve à présent une situation proche de celle qu’il a connu dans les années 1910-1920…

    Tout cela ne saurait donc ébranler vos convictions sur l’irresponsabilité des consommateurs ingrats dont vous semblez faire partie ?!
    Les sceptiques se confortent dans leur déni pour simplement ne rien foutre !

    Tout cela ne saurait donc ébranler vos convictions sur l’irresponsabilité des politiciens ingrats qui agitent alertes et menaces à répétition pour nous faire peur et donner l’impression qu’ils agissent ? Vous préférez donc l’action à tout prix (et quel prix !) dans n’importe quel sens, qui coûte cher et qui ne sert à rien tant qu’on ne sait pas quelle est l’influence du CO2 sur le climat ? Il n’y a pas déni, ouvrez donc les yeux. Et ne mélangez pas tout.

    12.11 à 18h34 - Répondre - Alerter
  • d’autres ont essayé de prévenir sur les conséquences logiques du choix des humains pour la course au pouvoir, à l’argent et à toutes les illusions qui aveuglent et entraînent vers l’abîme !

    Effectivement, merci de décrire les motivations de tous ceux qui brandissent alarmes et malédictions. Il manque l’effet moutonnier et la peur de prendre une position différente des bien pensants.

    Que pensez-vous de ces "bonnes intentions" telles que peindre les sommets des anciennes neiges pas si éternelles, vu qu’elles disparaissent de + en + rapidement ?

    Je pense qu’effectivement vous êtes une victime de la propagande médiatique autour de la COP 21. Les neiges ne disparaissent pas du tout, ou lorsqu’elles le font c’est comme elles l’ont toujours fait pour revenir ensuite. Consultez donc le site pensee-unique.fr où vous lirez que Les pertes économiques résultant des catastrophes en 2014 sont en dessous de la moyenne. il n’y a pas de tendance haussière ou baissière de la fréquence des tempêtes tropicales et des ouragans pour le globe depuis 1971. les cyclones/ouragans/typhons ne deviennent ni plus intenses, ni plus fréquents sur le globe. la période récente qui va de 1985 à nos jours a vu une augmentation nette des quantités de pluies tombées sur le Sahel qui retrouve à présent une situation proche de celle qu’il a connu dans les années 1910-1920.

    Tout cela ne saurait donc ébranler vos convictions sur l’irresponsabilité des consommateurs ingrats dont vous semblez faire partie ?!
    Les sceptiques se confortent dans leur déni pour simplement ne rien foutre !

    Tout cela ne saurait donc ébranler vos convictions sur l’irresponsabilité des politiciens ingrats qui agitent alertes et menaces à répétition pour nous faire peur et donner l’impression qu’ils agissent ? Vous préférez donc l’action à tout prix (et quel prix !) dans n’importe quel sens, qui coûte cher et qui ne sert à rien tant qu’on ne sait pas quelle est l’influence du CO2 sur le climat ? Il n’y a pas déni, ouvrez donc les yeux. Et ne mélangez pas tout.

    11.11 à 18h07 - Répondre - Alerter
  • L’erreur ne devient pas vérité parce qu’elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit. disait Gandhi

    5.09 à 22h48 - Répondre - Alerter
  • SCIENCE SANS CONSCIENCE N’EST QUE RUINE DE L’ÂME !

    " Dans un consensus écrasant, la communauté scientifique reconnait que le changement climatique est réel. Les gaz à effet de serre ont nettement augmenté et sont une conséquence de l’activité humaine ", a encore souligné Rajendra Pachauri. »

    On vient donc nous expliquer une fois de plus que le GIEC, qui rassemble des scientifiques dont la compétence parait indiscutable, fonctionne par « consensus ».
    Selon le dictionnaire Larousse, un consensus est un accord de consentement du plus grand nombre.
    Ceux que l’on appelle les climato sceptiques préfèrent la démarche qui comme le préconise Descartes doit mettre en doute toutes les connaissances qui nous semblent évidentes pour établir un fondement scientifique inébranlable dont sera déduit tout le reste.
    Pour le GIEC le consensus, accord de la majorité sur des points que l’on ne met pas en doute, relève peut être de la science puisqu’il est pour partie le fait de scientifiques, mais il relève surtout de la politique et pourrait être obtenu par vote, par référendum et pourquoi pas par sondage.
    « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Notre bon François Rabelais aurait-il accepté de faire partie du GIEC ou d’en cautionner les oukases et autres conclusions péremptoires ?
    Est-il possible et raisonnable en effet, ainsi que le fait le GIEC, de mélanger sans risque science et politique ?
    Non ! Loin de moi l’idée de sous entendre que la politique se fait au plus grand mépris de la conscience, mais enfin ! Il y a quand même des arrangements, et l’exemple d’Albert Einstein dont les découvertes ont été utilisées aux fins militaires que l’on sait, et qui en a terriblement souffert, montre bien que les politiques sont parfois loin de considérer que pour être véritablement au service de l’Homme, la science doit être liée à cette conscience morale qui caractérise les vrais scientifiques, et peut-être pas toujours ces mêmes politiques.
    On objectera certes que ce sont les tenants et conservateurs de l’ordre moral, qui s’opposèrent aux travaux de la première dissection humaine que fit à Montpellier, Rabelais, le célèbre curé de Meudon.
    Ce sont les mêmes qui firent que Galilée condamné à la prison à vie par la Congrégation du Saint-Office aurait murmuré dans sa barbe, le 22 juin 1633 : « Mais pourtant elle tourne ! ».
    C’est vrai ! Mais après tout n’y avait-il pas chez ces inconditionnels de la conscience morale un soupçon de comportement politique lié au fait qu’il faillait ménager la chèvre et le chou, en l’occurrence faire en sorte que l’école de médecine de Montpellier ne soit pas trop en avance sur les autres ; ou que les partisans du géocentrisme ne soient pas trop brutalement ridiculisés par Galilée.
    Il a fallu la ténacité de Louis Pasteur pour que son vaccin de la rage passe outre le consensus du monde médical dont il avait le tort de ne pas faire partie.
    Sans vous inviter Messieurs les scientifiques du GIEC à faire preuve d’un peu de conscience dont on ne veut pas croire que vous êtes dépourvus, pussions nous par contre vous inviter à un peu plus de modestie, en ne considérant pas, comme le firent les géocentristes, que la terre est le centre de l’Univers, et que les petits cirons que nous sommes sur cette terre ont tout pouvoir pour régenter cet Univers et notamment agir de façon irréversible sur les facteurs qui gouvernent le climat.
    Pour en revenir à la conscience et afin que la science ne devienne pas ruine de l’âme, il serait bon que cette science dirigeât ses recherches, non plus sur les actions sans doute très marginales que l’Homme pourrait avoir sur le changement climatique, mais sur les conditions dans lesquelles l’humanité peut s’adapter à ce changement sur lequel de plus en plus d’entre nous, et surtout de grands scientifiques consensuso-sceptiques croient que ne pouvons que peu de choses.
    N’oubliez pas que de cette adaptation au réchauffement, entre autres, dépend l’espoir que nous avons tous que ne meurent plus de faim ces malheureux petits dont des dizaines ont disparu dans le monde depuis que vous avez commencé à lire ce commentaire.
    Mars 2012

    5.09 à 21h59 - Répondre - Alerter
  • Moi, je me pose une question idiote....
    Est ce que si nous devions rentrer dans une ère glaciaire, le réchauffement climatique ne nous sauverait-il pas ???
    Est-ce que cette réflexion fait de moi un climato-scéptique ?
    Car à l’échelle d’une planète, le bouleversement rapide qu’est le changement climatique qui semble nous pousser vers une augmentation de température, ne pourrait-il pas affaiblir les effets prévisible et prévu de l’arrivée de cette ère glaciaire...

    Bref, une question comme une autre.

    4.09 à 22h37 - Répondre - Alerter
  • Deux grandes sortes de sceptiques : 1) les payés pour, donc qui vivent de leurs capacités à se faire publier,
    2) les sceptiques par refus du consensus. Ils ont un peu de mémoire et savent combien les idées hors-normes d’un temps deviennent parfois plus tard la norme.

    Les premiers sont "normaux", opportunistes - ce que le Système favorise - les seconds sont opportunistes différés, espérant avoir raison avant les autres.

    Dans tous les cas ils se font remarquer, une manière rapide d’exister, de survivre dans ce monde de brutes.

    Et la science ? Allons, allons, un peu de sérieux, elle est noyée dans le fric. Tout comme les pratiques de la démocratie.

    3.09 à 14h03 - Répondre - Alerter
  • Une "étude" publiée par des gens engagés, sans doute avec conclusion imposée d’avance !
    Moi je m’en tiens ce que je constate, à savoir qu’en comparant ce que raconte le GIEC et les climato-sceptiques, il n’y a pas photo, ce sont ces derniers qui ont les meilleurs arguments, surtout scientifiques, qui en plus correspondent bien plus aux observations.
    Tout le reste n’est que baratin, avec beaucoup de falsifications, mensonges et manipulations. On s’en rend vite compte quand on creuse un peu.
    Par exemple :
    97 % des publications ? allons donc !
    http://notrickszone.com/2015/08/24/...

    What do you think of the claimed “97% consensus” ?
    It is completely false and was deliberately manufactured by John Cook at the University of Queensland. There are more detailed analyses of the corruption but this is the best layman’s account. www.forbes.com/sites/alexepstein/.

    Et puis ici en français :
    http://www.skyfall.fr
    http://www.pensee-unique.fr/index.html

    Quand je pense que des dizaines de milliards d’Euros sont et vont partir en fumée dans cette arnaque, alors que cet argent serait bien mieux utilisée pour les vrais problèmes écologiques, ça me met en rage.

    3.09 à 13h30 - Répondre - Alerter
    • En science il faut citer des articles, qui sont critiquables en fonction de leurs méthodologie utilisée et aussi de la revue utilisée.
      L’article est publié dans une revue. Vous ne faites que citez des sites internet. Ces sources n’ont pas ou peu d’intérêt.

      4.09 à 13h26 - Répondre - Alerter
      • Les sites en question répondent à votre remarque. Lisez-les !
        Evidemment ces gens ne seront jamais publiés dans des revues réchaufistes (ni même invités à débattre), il faut être lucide et ne pas se contenter de la propagande officielle !
        Peu m’importe où écrivent ces gens, seul ce qu’ils racontent a de l’intérêt.
        Vous ne devriez pas vous contenter des enveloppes bien décorées à l’intention des gogos, mais examiner ce qu’il y a à l’intérieur.

        4.09 à 13h40 - Répondre - Alerter
  • Les sceptiques sont des gens qui refusent systématiquement toutes responsabilités sur leurs propres empreintes écologiques ou simplement existentielles. Ce sont des compulsifs qui s’arrangent les réalités pour taire leur conscience afin d’entretenir la croissance de leur ego.
    Pour alimenter une constante insatisfaction matérielle, selon leur QI, ils sont plus ou moins capables de crimes pour atteindre leurs objectifs et maintenir leur pouvoir de domination.
    La peur de la conscience en font les plus gros adeptes du mensonge et de la manipulation.
    Donc pas de place pour le doute...

    3.09 à 10h54 - Répondre - Alerter
    • Les sceptiques (dont je fais partie) sont, contrairement à ce que vous écrivez, des gens qui simplement refusent de “croire” aveuglément à ce qu’on leur assène comme vérités et cherchent à établir leurs propres opinions en contrôlant les sources. Un des premiers sceptiques est Galilée qui s’est demandé si la Terre ne tournait pas autour du soleil et l’a prouvé, et qu’on a contraint à se renier : "Et pourtant elle tourne". C’est l’Eglise qui refusait ses responsabilités sur ses propres empreintes “éducationnelles” (ou rationnelles). C’est elle qui était compulsive et s’arrangeait des réalités, comme le font les politiques et media actuels vis-à-vis du climat et de ses variations. Je n’ai personnellement aucune insatisfaction matérielle ni pouvoir de domination, je suis simple citoyen, retraité, et mon QI me demande de comparer, avec les données disponibles, ce qu’on m’assène comme vérité.
      Un simple exemple : Ainsi, je constate simplement que le CO2 a bien augmenté, mais que les soit-disant catastrophes qu’on lui impute sont fausses. En effet le taux de CO2 s’élève avec régularité, en permanence, année après année, mais l’élévation de la température dont on le croit coupable stagne depuis plus de 15 ans. Et les prévisions que l’on fait sont pour la plupart fausses : accélération de l’élévation du niveau des mers, augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes en fréquence ou en puissance, accélération de la fonte des glaciers, disparition des glaces du pôle nord en été, fonte de la calotte du Groënland ou du pôle sud… tout cela s’avère complètement erroné.
      La devise de Terraeco en haut de cette page est “résister, partager, inventer”. C’est exactement ce que doit faire un sceptique. C’est juste le contraire de ce que font les journalistes, les politiques, et vous-même !

      11.11 à 08h06 - Répondre - Alerter
      • Ce qui est crié sur tous les sommets actuellement, cela fait depuis au moins 2 siècles que des humanistes écologistes le dénoncent, avant même que le mot écologie n’existe ! Depuis des millénaires d’autres ont essayé de prévenir sur les conséquences logiques du choix des humains pour la course au pouvoir, à l’argent et à toutes les illusions qui aveuglent et entraînent vers l’abîme !
        En France, pays hôte de la COP21 (que j’appelle Coupe Organisée des Putasseries 21ème édition !), les lanceurs d’alerte, les zadistes et autres défenseurs des biens communs de l’humanité, sont poursuivis et harcelés. Cela n’est peut-être que la réalité que je perçois.
        Mais vous, quelle est donc la vôtre ? A part des mots, que faites-vous donc ? Que pensez-vous de ces "bonnes intentions" telles que peindre les sommets des anciennes neiges pas si éternelles, vu qu’elles disparaissent de + en + rapidement ? De ces déforestations, de ces empoisonnements multiples et variés de tous les éléments vitaux (eau/terre/air...etc....) ? Tout cela ne saurait donc ébranler vos convictions sur l’irresponsabilité des consommateurs ingrats dont vous semblez faire partie ?!
        Les sceptiques se confortent dans leur déni pour simplement ne rien foutre !
        Voilà je vous ai répondu par correction, mais vous affirme que je n’ai pas de temps à perdre à communiquer avec des boîtes stériles et sans espoir !

        11.11 à 10h56 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité