publicité
Accueil du site > Actu > Ma ville > La ville de vos rêves est-elle durable ?
18-02-2015
Mots clés
Développement Durable
Monde

La ville de vos rêves est-elle durable ?

Taille texte
La ville de vos rêves est-elle durable ?
(Crédit photo : Pixabay)
 
A « Terra eco », certains rêvent de déménager à l'autre bout du globe. Mais leur cité idéale est-elle responsable ? Un cabinet néerlandais a classé 50 villes du monde en fonction de critères sociaux, environnementaux et économiques…
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

A la rédaction de Terra eco, nous sommes nombreux à avoir affiché une carte du monde dans nos toilettes. Pékin, Istanbul, Rio… Ça fait toujours du bien de rêvasser en se demandant où on pourrait déménager dans un moment de folie, comme ça, pour changer de vie. Pour remettre les fantasmes à leur place, le cabinet de conseil néerlandais Arcadis vient de livrer son palmarès des villes durables. En compilant les données disponibles sur les systèmes de transport, la santé, l’éducation, la qualité de l’eau et de l’air, les ressources économiques, l’équilibre entre vie privée et vie au travail, les infrastructures publiques, le cabinet a évalué, noté et classé 50 grandes villes du globe dans 31 pays. La moyenne des trois critères du développement durable – social, environnement, économie – permettent de former le classement final. A  Terra eco, on a voulu vérifier si nos fantasmes étaient durables. Et certains ont dû déchanter.

Prenez Karine, par exemple, notre rédactrice en chef. Elle rêve de New York (Etats-Unis). On la comprend : la Grosse pomme, les films de gangsters, Central Park… Mais voilà, au jeu de la ville la plus durable, c’est plutôt un mauvais choix. Classement : 20e sur 50. C’est bof. Bon, il y a bien 865 000 arbres pour la verdure, et la ville a réduit ses émissions de CO2 de 19% dans les dix dernières années. Mais le pilier « social » est trop mauvais. Allez donc vous y loger ! L’étude néerlandaise pointe le coût du foncier comme le pire de tout le classement. D’ailleurs, sur le continent nord-américain, pas moyen de trouver où se poser. Aucune grande métropole n’est classée parmi les dix premières villes durables. Toronto (Canada) arrive péniblement en 12e position, suivie de Boston (Etats-Unis), 15e, et Chicago (Etats-Unis), 19e. Le temps de transport pour se rendre au travail a même propulsé Los Angeles (Etats-Unis) dans la queue du palmarès : 28e position pour la Cité des Anges. Pas de quoi se faire un film.

David, le directeur de la rédaction, a des vapeurs d’Orient qui lui montent au nez. Il se serait bien vu en famille à Shanghai (Chine), son Bund et son pigeon braisé. Perdu, David ! Shanghai se classe 35e sur 50. A Shanghai, aucun des trois piliers ne tient la corde, hélas. La métropole va, de surcroît, devoir faire face à un problème de taille : sa population va augmenter de 50% en quinze ans et atteindra 30 millions de personnes d’ici à 2030, ce qui n’arrangera rien. David, en Asie, il fallait plutôt viser Séoul (Corée du Sud), au tableau d’honneur en 7e position mondiale, où le niveau de santé est excellent, les espaces verts vastes, le niveau d’éducation élevé et l’espérance de vie longue. Par contre, comme à Hong Kong (Chine, 8e position) et Singapour (10e position), il faudra compter avec de très longues heures de travail : 20% de plus que la moyenne des 50 villes étudiées. Personne n’est parfait. Si ces métropoles te paraissent trop proprettes, sache que les plus exotiques à nos yeux occidentaux ont de bien mauvaises notes. Jakarta (Indonésie), Manille (Philippines), Bombay (Inde) et New Delhi (Inde) arrivent en toute queue de peloton. Désolée.

François, notre rédacteur en chef édition, a un tropisme avec l’Amérique du Sud. Mais voilà, François, São Paulo (Brésil) a beau être parmi les mieux notées sur le continent sud-américain, elle n’arrive qu’en 31e position mondiale. Je sais, c’est dur. Alors oui, c’est le carnaval en ce moment, oui, il fait 25°C, oui, le dulce de leche, c’est délicieux, mais la cité brésilienne fait partie des 10 villes les plus peuplées du monde, tout en étant la plus étendue de tout l’hémisphère Sud. Du coup, il y a 5,45 millions de voitures qui y roulent et 20 000 tonnes de déchets générées par jour. Et le recyclage n’est pas au point, c’est le moins qu’on puisse dire. Quant aux émissions de gaz à effet de serre, il n’y a pas pire, si ce n’est Manille et Nairobi (Kenya), bonnes dernières. Sur tout le continent sud-américain, les scores, comme celui de Mexico (Mexique, 32e), de Buenos Aires (Argentine, 38e), de Rio (Brésil, 40e), sont plombés par de médiocres conditions de vie et un faible développement économique.

Claire, notre éditrice, a de l’Amsterdam (Pays-Bas) plein les mirettes. Ses mollets en frétillent déjà. La petite reine, il n’y a que ça de vrai. Excellent choix, Claire ! Amsterdam, c’est une quatrième position sur la carte durable du globe. Mais dans le secteur, si c’est la fibre sociale, par exemple, qui t’intéresse, il y a même mieux ! En la matière, Rotterdam (Pays-Bas), première mondiale sur le pilier social. Foncier à prix abordable, 60% moins cher environ que les autres villes du top 10, parfait équilibre entre vie professionnelle et vie privée. L’Europe, de toute façon, est la grande gagnante du classement. Londres (Royaume-Uni, 2e), Copenhague (Danemark, 3e), Berlin (Allemagne, 6e), Madrid (Espagne, 9e), Bruxelles (Belgique, 13e), Paris (France, 16e) se battent comme des chefs sur la carte mondiale du durable.

C’est marrant, à la rédaction, personne n’a pensé à Francfort, numéro 1 au classement. Ça ne fait pas rêver, Francfort, ses saucisses, ses banquiers ? Et bien, on a tort ! La ville la plus riche d’Allemagne n’est pas seulement le siège de la Banque centrale européenne qui fait la vie dure aux Grecs. Depuis 1990, la cité a baissé ses émissions de CO2 par habitant de 15%. En 2050, 100% de l’énergie consommée sera d’origine renouvelable. Le plan de développement municipal prévoit des économies d’énergies de 50% dans le secteur résidentiel comme dans les bureaux. La plus grande forêt urbaine d’Allemagne s’y trouve, avec 8 000 hectares, soit un tiers de la ville. La ville est si compacte que 15% des déplacements s’y font en vélo ! Bref, tous à Francfort.

Et maintenant, à vous de jouer, faites le test : Les villes de vos rêves sont-elles durables ?

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité