publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Quatre choses à rendre gratuites (à la place des autoroutes le (...)
14-10-2014
Mots clés
Transports
Urbanisme
Ville

Quatre choses à rendre gratuites (à la place des autoroutes le week-end)

Taille texte
Quatre choses à rendre gratuites (à la place des autoroutes le week-end)
(Crédit photo : images of money - flickr)
 
Des bus gratuits ou des distributions de vélo. Voici nos propositions – déjà testées en France ou à l'étranger – pour remplacer l'étrange idée de la ministre de l'Ecologie.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 62 - Novembre 2014

Histoires de migrants

Ce mardi, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal a proposé de rendre gratuites les autoroutes le week-end. Elle entend ainsi s’attaquer aux profits de Cofiroute, Eiffage et consorts. Sauf que – quelques jours après son grand renoncement sur l’écotaxe – la ministre roule encore loin de la mobilité durable. Terra eco lui propose quelques itinéraires bis, déjà testés en France ou ailleurs.

- L’autoroute à l’œil. Oui, mais seulement pour les covoitureurs.

Dans le Minnesota, autour de Minneapolis, plus vous êtes nombreux dans votre voiture moins les autoroutes urbaines vous coûtent cher. Ces lignes, appelées « HOTlane » (High Occupancy and Toll, Occupation importante et péage), fonctionnent grâce à un système de tarification complexe et modulable. En clair, certaines voies sont ouvertes uniquement aux voitures qui transportent plusieurs passagers. Les automobilistes solitaires sont eux contraints de rouler sur un espace restreint ou de payer, via un boîtier connecté, pour emprunter les autres voies. Le montant à régler varie en fonction du trafic. Et attention aux fraudeurs qui risquent de lourdes amendes.

- Les bus gratis

Quel est le point commun entre Tallinn (Estonie), Hasselt (Belgique) et Aubagne (Bouches-du-Rhône) ? Les bus gratuits ! Depuis le 15 mai 2009, les 100 000 habitants de l’agglomération du pays d’Aubagne et de l’Etoile, n’ont plus à débourser un centime pour grimper dans un bus. De quoi faire exploser la fréquentation des bus (de plus de 170%) et réduire le trafic routier (de plus de 10%), le tout financé en augmentant le « versement transport », une taxe appliquée sur la masse salariale des entreprises de plus de 9 salariés. Dans un reportage publié en 2012, Rue89 précisait tout de même certains effets pervers : des piétons renoncent à la marche pour attendre le prochain bus (gratuit). De nombreuses villes, comme Amsterdam (Pays-Bas), Strasbourg ou Beauvais (Oise), mettent aussi en place des transports gratuits pour les automobilistes qui veulent bien laisser leur titine aux portes de la ville.

- Des biclous pour pas un clou

A Arcachon (Gironde), la municipalité a offert en 2013 une bicyclette à tous les habitants qui en ont fait la demande. « Arcachon est une ville à taille humaine, adaptée au vélo. Mais pour que les habitants se déplacent à vélo, il faut d’abord qu’ils en aient un », nous expliquait le maire Yves Foulon (UMP) au lancement de l’opération. Ces près de 3000 montures offertes n’ont-elles pas plombé les finances de la cité balnéaire ? Non, rétorquait alors l’édile, assurant que l’opération coûte bien moins cher qu’un système de vélo en libre service. D’autres villes proposent des services similaires, notamment Lorient (Morbihan) et ses biclous prêtés aux étudiants contre un simple chèque de caution ou Créon (Gironde) et ses vélos à disposition des jeunes écoliers.

- Des péages gratuits... pour les trains

Depuis décembre dernier, il n’est plus possible de voyager en train de nuit entre Paris et Madrid. En décembre prochain, c’est la ligne Paris-Berlin qui va disparaître. Tous ceux qui aimaient parcourir l’Europe sac sur le dos et débarquer frais et dispos au petit matin dans une capitale européenne seront contraints de rester à quai ou de prendre le car ou l’avion. La faute, notamment, à la concurrence des low cost, aux coûts plus élevés de main-d’œuvre... mais pas seulement. Sur Twitter, le blogueur spécialiste des transports Tristram Gräbener suggérait ce mardi matin une mesure pour réouvrir ces lignes. Il nous explique : « L’une des explications avancées, c’est le coût élevé des péages demandés par RFF (Réseau Ferré de France, le propriétaire et gestionnaire du réseau ferroviaire français, ndlr) pour faire passer ces trains. En rendant ces péages gratuits pour les trains de 23h à 7h du matin on pourrait peut-être parvenir au retour des trains de nuit. »

- Et pour vous ? Quelles sont les solutions gratuites qui manquent à la France ? Dites-le-nous dans les commentaires ci-dessous.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

11 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Des conducteurs de train deviendront chauffeurs de bus !....
    La réduction des émissions de particules, CO2 ;C’est pas pour demain...
    Que d’incohérences ?
    Plus de bus et de camions sur la route, moins de trains et le vélo alors n’en parlons pas !!
    Pourtant il nous maintient en bonne santé et ne coûte rien...

    6.11 à 18h59 - Répondre - Alerter
  • Développer le réseau et l’offre de fret ferroviaire, en s’assurant que les trains arrivent bien à l’heure (c’est pas gagné) permettrait de réduire considérablement le nombre de camions et offrirait aussi de l’emploi (puisqu’il faudrait plus de chauffeurs, aiguilleurs, voies ferrées,...) et comme les chauffeurs de camions vont être reconvertis en chauffeurs de bus (dixit E. Macron).... De même développer le transport fluvial....
    Sinon je ne suis pas pour la gratuité car elle déresponsabilise les consommateurs et entraine beaucoup d’excès, qu’un simple prix symbolique, permet de réguler....
    Les autoroutes gratuites le WE c’est du grand n’importe quoi ! Par contre récupérer le montant des péages en guise d’impôts, au lieu de laisser les entreprises privées se gaver, ça oui ! On marche sur la tête dans notre pays...

    16.10 à 09h04 - Répondre - Alerter
    • Totalement ok avec vous. Mais en + des retards dûs à des incidents ou accidents techniques, faudrait que la SNCF s’occupe de son partenariat avec des ingénieurs qui s’amusent à se tromper en chiffres et exigent des travaux faramineux pour refaire les quais en vu de TGV...
      C’est que ça coûte à ces pauvres contribuables qui élisent des crétins, n’est-ce pas ? Sans parler des problèmes causés par ces travaux en question

      16.10 à 17h18 - Répondre - Alerter
  • Ne rien mettre gratuit = faire tourner la machine à billets, lorsque les prix grimpent sur la destruction des ressources naturelles.
    Ce qui est financé par tous = des patrimoines et budgets nationaux gaspillés pour entretenir des gouvernant(e)s corrompu(e)s, crétin(e)s, vaniteux et nocifs.
    L’eau, le gaz, l’électricité : payants ils sont déjà gaspillés, alors gratuits...allez accélérez donc le suicide planétaire.
    Cependant que les semences sont menacés, tous les éléments vitaux (air/eau/terre) sont empoisonnés, que les robocops massacrent les peuples (l’exemple du terrorisme commence déjà par la répression violente des amoureux de la Terre)...etc...
    Décidément certains commentaires me rappellent comment l’enfer est pavé de "bonnes intentions". Oui vive les transports en commun gratuits, au lieu d’injecter des milliards dans l’industrie de la gloutonnerie mortifère. Oui vive le sourire gratuit, pas celui carnassier des lobbyistes !

    16.10 à 06h38 - Répondre - Alerter
  • Ne rien mettre gratuit, mais mettre en place le salaire universel !

    15.10 à 20h24 - Répondre - Alerter
  • Vous n’avez pas autre chose à proposer que ce qui est financé par tous, enfin presque tous, pour le bénéfice de quelques uns ?

    15.10 à 11h35 - Répondre - Alerter
  • l’eau le gaz et l’électricité

    15.10 à 10h34 - Répondre - Alerter
  • Composte, potager, verger et poulailler communautaires municipaux. Des zones d’étendage du linge en plein air, sur le toit des immeubles par exemple. Et bien sur les transports en commun gratuits !!

    15.10 à 08h45 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité