publicité
 
 
Accueil du site > Actu > Mobilités > Arcachon offre des vélos à ses habitants
21-01-2013
Mots clés
Transports
Ville
France

Arcachon offre des vélos à ses habitants

Taille texte
Arcachon offre des vélos à ses habitants
(300 habitants ont déjà récupéré un vélo. Crédit photo : ville d'Arcachon)
 
La municipalité va offrir une bicyclette à tous les habitants qui en font la demande. Le but ? Réduire les déplacements en voiture dans la ville.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Et si, pour aider les citadins à se mettre en selle, il suffisait de leur offrir un vélo ? C’est le pari que vient de prendre la ville d’Arcachon. La petite cité balnéaire de Gironde compte 6 000 ménages, soit un peu plus de 12 000 habitants. Ce samedi, la municipalité a décidé de donner un coup de pédale pour doper l’usage des cycles : elle a distribué un vélo gratuitement à 300 de ses administrés.

Pas moins de 2 700 autres bicyclettes (toutes numérotées pour éviter de passer la journée à chercher son vélo garé parmi une ribambelle d’autres) devraient être données dans les semaines qui viennent. Seules conditions : en faire la demande, présenter un justificatif de taxe d’habitation et un certificat médical d’aptitude, puis signer une charte de bonne conduite - où l’on s’engage notamment à ne pas revendre le vélo. « Arcachon est une ville à taille humaine, adaptée au vélo. Mais pour que les habitants se déplacent à vélo, il faut d’abord qu’ils en aient un », explique le maire Yves Foulon (UMP).

Moins cher que les vélos en libre-service

La ville s’est déjà dotée de 15 kilomètres de pistes cyclables et des points d’attache (« racks ») ont été installés « près des lieux de vie ». D’autres modes de déplacements alternatifs à la voiture sont proposés aujourd’hui, notamment un parking relais doublé d’une navette gratuite et un bus électrique, gratuit lui aussi. Ce don de vélo permet de « boucler la boucle de nos projets de déplacements doux », juge le maire qui espère que le vélo devienne « un moyen de transport et plus seulement un loisir ».

L’opération a coûté 400 000 euros – 137 euros par vélo achetés à la société française Arcade cycle – à la ville, un montant jugé trop élevé par une partie de l’opposition. Le maire assure avoir envisagé l’installation d’un système de vélos en libre-service, qui permet de rouler à vélo sans en posséder un, et donc de s’épargner les contraintes de stationnement et de maintenance. « Nous avons demandé un devis aux deux entreprises qui proposent ces services. Cela nous aurait coûté environ 800 000 euros par an. C’est beaucoup trop cher, cela montre que ces systèmes ne sont pas adaptés aux petites communes », juge le maire. D’autres villes ont déjà essayé des prêts gratuits de biclou (voir notre dossier sur L’avalanche du gratuit). Arcachon va elle emprunter une troisième voie, celle du don.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Si les gens ne se déplacent pas à vélo, c’est parce que les politiques urbaines laissent une place trop importante aux voitures. Il faut plus de pistes cyclables donc empiéter sur les routes automobiles. Plus de parkings à vélo (abrités et éclairés).
    Pensez aussi que faire du vélo nécessite des contraintes vestimentaires ( pas pratique en jupe ou en costume, en escarpin et chaussures de ville). Porter un casque, des gants en hiver, son sac à main ou sa sacoche à PC portable.
    Prévoir un temps pour se préparer et se rendre à son lieu de rendez-vous ( travail, école, créche, shopping). C’est un beau cadeau de noél d’offrir un vélo à ses concitoyens mais il faut aussi les accompagner pour accepter les contraintes liées.
    Signé : une cycliste quotidienne

    24.01 à 13h44 - Répondre - Alerter
    • En tant que cycliste quotidien, je suis d’accord sur les contraintes que vous mettez en avant, même si la plupart sont du même ordre que pour les autres déplaçements. Pour ce qui est des jupes ou des escarpins, beaucoup de femmes s’en accommodent très bien avec un vélo avec cadre bas et une conduite relax (on utilise la pointe des chaussures en vélo, pas le talon...). Pour le casque et les gants en hiver, il faut bien mettre un bonnet et des gants si on se déplaçe à pied entre sa voiture et son point d’arrivée. Le sac à main et la sacoche sont portés par le porte-bagage du vélo, encore moins fatiguant qu’à pied !
      Pour le temps de se préparer et se rendre à destination, le vélo est plus rapide en porte à porte que tous les autres mode de déplaçement et ce pour des distances jusqu’à 3km. Car la plupart des gens oublient dans leur calcul les bouchons, le temps pour trouver une place de parc, le dégivrage du pare-brise voir l’attente dans les transports en commun...

      12.03 à 12h20 - Répondre - Alerter
  • Il me semble que, sachant qu’il y a de fortes chances pour que des vélos inutilisables dorment déjà au fond de caves ou garages faute d’entretien, il eut été judicieux de mettre en place un atelier d’entretien (associatif ?) en complément de ces dons afin de péréniser leur utilisation ?

    Je crains que le risque ne soit grand de voir ces nouveaux vélos rejoindre à plus ou moins long terme leurs congénaires car leurs propriétaires ne sauront / voudront peut-être pas réparer une crevaison, changer et régler des patins ou un câble de frein, resserrer une direction qui prend trop de jeu...

    édit : par ailleurs, je m’interroge sur la nécessité de fournir un certificat médical pour pouvoir faire du vélo en ville, pardon, pour bénéficier du don d’un vélo... en faut-il un pour se déplacer à pied sur les trottoirs ? à moins que ce ne soit pour éviter les demandes faites au nom de personnes non résidentes ou incapables de pouvoir en faire ?

    22.01 à 13h57 - Répondre - Alerter
  • Il me semble que, sachant qu’il y a de fortes chances pour que des vélos inutilisables dorment déjà au fond de caves ou garages faute d’entretien, il eut été judicieux de mettre en place un atelier d’entretien (associatif ?) en complément de ces dons afin de péréniser leur utilisation ?

    Je crains que le risque ne soit grand de voir ces nouveaux vélos rejoindre à plus ou moins long terme leurs congénaires car leurs propriétaires ne sauront / voudront peut-être pas réparer une crevaison, changer et régler des patins ou un câble de frein, resserrer une direction qui prend trop de jeu...

    22.01 à 13h49 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

En route pour la COP21
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité