publicité
Accueil du site > Actu > Alors l’Europe ? > En Suède, l’euro se drape de noir
11-09-2003
Mots clés
Institutions
Europe

En Suède, l’euro se drape de noir

Taille texte
 
Le référendum sur l'adoption de la monnaie unique a été maintenu dimanche 14 septembre, malgré la mort d'Anna Lindh. Le non caracole en tête des sondages.
SUR LE MÊME SUJET

Choqué par l’agression au couteau dont a été victime la ministre des Affaires étrangères, le peuple suédois apprenait, jeudi 11 septembre au matin, la mort d’Anna Lindh. Sur place, dans les rues, les bureaux ou les bars, le quidam se resserre autour de la mémoire de la ministre. Très proche de la population, Anna Lindh incarnait l’image même du modèle maternel suédois. Mère de deux enfants, elle vivait sa vie sans garde du corps ni protection rapprochée. Un grand classique de la démocratie à la suédoise où le politique, malgré son statut, ne doit pas rester dans une tour d’ivoire.

Avec l’annonce de sa mort, les partisans du oui et du non ont spontanément décidé de suspendre la campagne qui ne reprendra que samedi soir à l’occasion d’un dernier débat télévisuel réunissant les responsables de partis. Une manifestation pour la défense de la démocratie et contre la violence est prévue vendredi dans tous le pays.

Politiquement, ce décès pourrait avoir un impact sur le vote, alors que le non caracolait encore en tête lors des derniers sondages (51 % contre 37 % pour le oui selon un sondage du quotidien Dagens Nyheter en fin de semaine dernière). "Ce phénomène est naturel, estime Jean-Paul Pouron, rédacteur en chef du journal en ligne francofil.se. Le vote à l’émotion fonctionne et, pour préserver la démocratie, une partie de l’électorat voudra rendre hommage à Anna Lindh. C’était une des plus fervente partisane du oui."

Le "oui" des hommes d’affaires

En détail, le vote diffère selon les catégories sociales. Pour l’homme de la rue, le non l’emporte par peur de l’inconnu et, tout simplement, par un accès limité aux problématiques liées à cette adhésion monétaire. A l’inverse, la Suède des affaires est, elle, fortement tournée vers l’adhésion. En outre, lors de la campagne, les divergences au sein du gouvernement (quatre ministres et deux secrétaires d’Etat opposés à l’adhésion) n’ont pas contribué à clarifier la situation aux yeux du grand public. Et les difficultés actuelles de la France et de l’Allemagne pour respecter le pacte de stabilité n’arrangent pas les affaires des partisans du oui. Comment, en effet, vendre une Europe dont les principaux partisans ne respectent pas les règles ?

A un niveau plus large, ce vote a également son importance. En cas de victoire du non, quelle sera alors la réaction du Danemark pour suivre le mouvement ? De son côté, et après déjà deux refus d’adhésion, la Norvège risque également de préférer cultiver son jardin. A moins de 72 heures du vote, la situation, déjà floue, devient très complexe. Qu’il s’agisse d’un meurtre "gratuit" ou idéologique, la mort d’Anna Lindh est, quel que soit le résultat, un traumatisme sur lequel plane l’ombre d’Olaf Palme, Premier ministre social-démocrate et tiers-mondiste assassiné en 1986.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité