publicité
Accueil du site > Actu > Alors l’Europe ? > Alain Lamassoure (UMP)

Alain Lamassoure (UMP)

Taille texte
 
"Il faut de grands projets industriels européens"
SUR LE MÊME SUJET

Terra economica - Peut-on, selon vous, parler d’une "vague de délocalisations" ou bien n’est-ce qu’un épiphénomène ?

JPEG - 15.1 ko
Crédit : DR.

Les craintes concernant les délocalisations ne sont pas injustifiées en soi. Les délocalisations ont frappé durement nos régions industrielles depuis trente ans, et elles frappent encore. Cependant, les entreprises qui souhaitaient délocaliser une partie de leur activité dans les pays d’Europe centrale et orientale en vue de réduire leurs coûts salariaux n’ont pas attendu l’élargissement pour le faire. Ces délocalisations sont néanmoins à relativiser. Les investissements français dans les nouveaux Etats-membres de l’Union européenne correspondent pour l’essentiel à la création de réseaux de distribution, à la construction d’infrastructures, ou à la fabrication de biens destinés au marché local sans réexportation vers la France. A moyen terme, l’élargissement européen se traduira par une réduction des délocalisations vers les pays d’Europe centrale et orientale : le rattrapage des niveaux de vie, le respect des engagements souscrits pour adhérer vont réduire rapidement les avantages comparatifs dont pouvaient bénéficier jusqu’à présent certains des nouveaux Etats membres, dans quelques secteurs bien circonscrits et variables selon les pays.

TE - Les "professionnels des délocalisations" que nous avons rencontrés jugent ce phénomène inéluctable et portent un regard sévère sur les hommes politiques qui "s’y opposeraient" d’une façon ou d’une autre. Les élus doivent-ils se saisir de cette question ? Le peuvent-ils ?

Bien entendu, loin de moi l’idée de remettre en cause les fondements libéraux de notre économie. Cependant, il me semble qu’il est du devoir d’un homme politique de se préoccuper des enjeux locaux. Certes, les interventions des hommes politiques ne doivent pas entrer en contradiction avec les règles de la libre concurrence. Cependant, derrière une usine qui ferme ses portes, ce sont des centaines ou des milliers de personnes qui ont donné leur vie à l’entreprise, qui souffrent et qui se retrouvent dans une situation difficile. C’est aussi pour cela que les hommes politiques doivent s’engager à réfléchir aux conséquences néfastes des délocalisations et aux moyens d’y remédier.

TE - Qelles sont les pistes que vous proposez ?

Il y a en Europe de grandes entreprises, avec un savoir-faire de très haut niveau, qui sont des facteurs de croissance pour des centaines de PME qui vivent dans leur sillage. Il faut les soutenir. Pour cela, le régime des aides aux entreprises doit être repensé. Le droit européen en la matière est trop restrictif, il restreint nos capacités d’action, aussi bien pour les secteurs en difficulté que pour les secteurs d’avenir comme la recherche et le développement. Les aides doivent perdre leur caractère automatique et n’être versées qu’au regard d’un engagement de non-délocalisation. Tous les pays européens sont concernés par ce problème, d’où la nécessité de prendre l’initiative d’une réflexion communautaire. La question des délocalisations est intimement liée à celle de la désindustrialisation. A cet égard, le président de la République a souhaité qu’un plan d’action volontaire contre la désindustrialisation soit arrêté. La France souhaite, en matière de politique de concurrence, que l’Europe puisse tirer les leçons des expériences récentes. Il s’agit de concilier l’objectif de libre concurrence et l’impératif de développement de nos industries. L’Europe ne doit pas seulement contrôler, elle doit aussi construire. Il faut de grands projets industriels européens - à l’image d’Airbus, par exemple. L’Europe doit également avoir une politique commerciale offensive. Elle doit soutenir l’exportation, mettre en commun ses moyens de pénétration des marchés lointains et être beaucoup plus volontariste dans la lutte contre la contrefaçon.

...retour à l’article : Les politiques reprennent la main

Le site Internet de l’UMP

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité