publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Jardin > Mais d’où viennent vraiment les légumes anciens ?
24-04-2014
Mots clés
Alimentation
Agriculture
France

Mais d’où viennent vraiment les légumes anciens ?

Taille texte
Mais d'où viennent vraiment les légumes anciens ?
(Crédit photo : radvaner - sucré salé)
 
Faute de rentabilité, nos carottes, tomates ou pommes de terre ont vu disparaître, au fil des siècles, leurs cousines régionales, pourtant souvent plus goûteuses. Aujourd’hui, des passionnés les déterrent.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 57 - mai 2014

Tous au jardin !

La carotte ? Orange et cylindrique. La tomate ? Rouge et bien ferme. Aujourd’hui, seules quelques rares variétés de fruits et de légumes colorent nos assiettes. Résultat d’un siècle d’effondrement de notre « biodiversité alimentaire ». Selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), les trois quarts de la diversité génétique des cultures ont été perdus entre 1900 et 2000. Les Etats-Unis ont ainsi perdu plus de 90 % des variétés de choux, pois et maïs cultivées au XIXe siècle.

Une perte en bonne partie due… aux progrès agronomiques. « Après la Seconde Guerre mondiale, on a sélectionné et opté massivement pour des variétés hybrides qui avaient de hauts rendements et qui étaient aussi plus stables, plus performantes, plus résistantes aux maladies. La contrepartie c’est que des variétés, notamment régionales, ont été perdues », explique Mathilde Causse, généticienne et spécialiste de la tomate à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique). Louis-Albert de Broglie, fondateur du Conservatoire de la tomate, confirme : « La diversité était vue comme un inconvénient puisqu’elle empêchait de faire des économies d’échelle. On a exclu cette notion essentielle de notre champ et de nos champs. »

La sélection a été faite avec des œillères. « Le but était de cultiver des légumes adaptés à la grande distribution, donc faciles à transporter et à conserver », ajoute Christine Aubry, agronome et professeure à AgroParisTech. Exit le goût, la diversité et la foultitude d’« aptitudes » méconnues des plantes. Pis, cette homogénéité facilite la vie aux maladies. Ainsi, à la fin des années 1980, 80 % des champs de maïs américains ont été frappés par la même flétrissure des feuilles qui a réduit de moitié leurs récoltes. Une résistance a fini par être trouvée dans… une variété ancienne de maïs africain !

Un visionnaire au goulag

Car des pionniers ont contribué à préserver les variétés délaissées. L’un des plus emblématiques s’appelle Nikolaï Vavilov. Dans un passionnant ouvrage (1) écrit en 2010, le biologiste Gary Paul Nabhan explique comment cet agronome russe a fait le tour du monde entre 1916 et 1940 pour identifier et conserver des centaines de milliers de variétés à Saint-Pétersbourg. Polyglotte, il est le premier à remarquer que la diversité des langues et des cultures à l’échelle locale encourage la diversité biologique, et vice-versa. Surtout, ce visionnaire avait compris combien la richesse des espèces est indispensable pour nourrir le monde. Les semences qu’il a accumulées ont pourtant failli disparaître, pendant le siège de Saint-Pétersbourg (alors appelée Leningrad) de 1941 à 1944. Nikolaï Vavilov agonisant au goulag, ses collaborateurs ont protégé les semences de son Conservatoire. Gary Paul Nabhan raconte même que certains sont morts de faim à quelques mètres des sacs de céréales à sauver !

Aujourd’hui, les héritiers de ces pionniers tentent de donner vie à des semences préservées. En France, un catalogue officiel décrit depuis 1932 les semences qui peuvent être vendues. Mais inscrire une variété a longtemps coûté des milliers d’euros, ce qui freinait la diversité des cultures. L’asso Kokopelli, qui commercialise des semences anciennes, a bravé la loi et multiplié les procès pour changer la donne. Aujourd’hui, l’entrée au catalogue est plus simple et beaucoup moins chère pour les variétés réservées aux amateurs. Dans le sillon de Kokopelli, plusieurs grainetiers contribuent aujourd’hui à identifier, retrouver et commercialiser des semences anciennes. « On épluche les textes et les anciens catalogues pour trouver des variétés intéressantes au niveau de la forme, du goût ou de la période de récolte, explique Arnaud Darsonval, directeur de la ferme de Sainte-Marthe. Ensuite, on lance des appels à nos contacts, aux institutions locales et nationales, ou sur Facebook. Il y a deux ans, on est tombés comme sur ça sur un catalogue qui proposait la tomate reine des hâtives. On a retrouvé un lot dans le conservatoire de l’Inra d’Avignon. Ensuite, on met la variété en culture, on respecte un cahier des charges et on sélectionne des graines homogènes pour aboutir à l’inscription et à la commercialisation. »

Parents adoptifs de semences

Les conservatoires et les banques de semences tentent, eux aussi, de faire vivre leur collection. C’est le cas du Centre de ressources en botanique appliquée (CRBA), créé à Charbonnières (Rhône), en 2008. « Notre point de départ, c’est une étude menée entre 2003 et 2008 qui a montré que la région lyonnaise était l’un des principaux centres mondiaux de diversification horticole au XIXe siècle. A l’époque, on essayait tout, on cultivait même des ananas sur les coteaux ! », explique Sabrina Novak, la directrice adjointe du Centre. Là encore, le XXe siècle a fait oublier ce passé glorieux. « Aujourd’hui, nous essayons de retrouver ces variétés. Mais nous ne voulons pas seulement les conserver dans des frigos, nous voulons que les gens se les approprient. On veut préserver les fruits, mais aussi les méthodes de culture, les savoirs, la façon de le cuisiner… », explique-t-elle, citant le poivron d’Ampuis qui ne s’apprécie qu’avant maturité, encore vert. Le conservatoire confie donc des semences à des « parents adoptifs » bénévoles qui retournent la moitié de leurs graines après récolte.

Voilà comment les haricots beurre nains du Mont d’or – dont le CRBA a retrouvé un échantillon dans un conservatoire colombien ! – ont recommencé à fleurir dans la région. Prochaine étape : l’Institut Vavilov, à Saint-Pétersbourg. « On sait qu’il est passé dans la région et y a récolté des variétés aujourd’hui disparues. Nous sommes en contacts avancés, on devrait pouvoir monter un partenariat et récupérer plusieurs variétés », avance Sabrina Novak. Des semences qui, après plus d’un demi-siècle à 3 000 kilomètres de Lyon, vont retrouver leur terre natale. —

(1) « Aux sources de notre nourriture » (Nevicata, 2010).


La fable du chou et du céleri-branche

Pour débarrasser les choux de leurs prédateurs, d’antiques traités de jardinage conseillent de planter à leurs côtés du céleri-branche. C’est ce qu’a fait Thierry, jardinier amateur. Mais les feuilles de ses choux furent tout de même dévorées. Les anciens auraient donc menti ? Quelques années plus tard, Thierry a percé par hasard ce mystère en récoltant une variété ancienne de céleri. Beaucoup plus odorante, celle-ci diffusait dans le potager un doux parfum insectifuge. Une preuve de plus que les variétés anciennes sont les alliées du jardinier bio. —
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • "Faute de rentabilité" je me suis arrêté de lire votre article à ces deux mots et du coup le reste perd tout en crédibilité. Il y a des variétés anciennes plus rentables que des variétés brevetées, je n’entre pas dans les détails mais c’est un fait. Merci de corriger cette affirmation.

    1er.05 à 10h52 - Répondre - Alerter
    • Le mari d’une férue de tomates anciennes : Mais d’où viennent vraiment les légumes anciens ?

      Je pense que vous n’avez pas, ou ne saisissez pas la démarche de "rentabilité" appliquée par l’industrie de l’agriculture. Je ne doute pas, j’en suis même certain, que des variétés anciennes soient plus rentables que des variétés brevetées. Mais uniquement si l’on prend en compte la production elle même, le volume de la récolte. Ce qui fait la "rentabilité" d’une variété, c’est par exemple le calibrage de la production, qui permet une mécanisation plus poussée, soit de la récolte, soit du conditionnement, voire des deux. Si je veux de la rentabilité, je vais être tenté de choisir quelques variétés "brevetées" qui me donneront une production homogène et régulière. Même si pour cela je dois condamner à l’oubli des dizaines d’autres variétés, qui produisent peut-être plus, mais qui me demanderont plus de dépenses pour les commercialiser. Voilà l’origine du "Faute de rentabilité" qui a provoqué, hélas, l’arrêt de votre lecture. Je vous engage donc à lire la suite de l’article, fort intéressant et crédible, quoi que vous en pensiez. Cordialement...

      1er.05 à 16h33 - Répondre - Alerter
      • Bravo... Je pense que pour bien comprendre des enjeux aussi importants, il ne faut pas se braquer sur les premiers mots d’un article et le lire jusqu’au bout. C’est cela aussi l’idée que je me fais d’une consommation intelligente, c’est de lire et d’écouter tous les points de vus, pour ne pas avoir une pensée unique à l’instar des légumes...

        2.05 à 12h20 - Répondre - Alerter
      • Bonjour,
        N’étant pas spécialiste du sujet, qu’est-ce qu’une variété brevetée, et qu’est-ce qui fait qu’une variété non brevetée soit plus chère à commercialiser ?
        Merci pour votre réponse

        2.05 à 18h16 - Répondre - Alerter
  • Mille Merci à toutes ces personnes qui se battent pour préserver la biodiversité des légumes et des fruits !

    1er.05 à 00h32 - Répondre - Alerter
  • Sinon vous n’avez pas vraiment répondu à la question posée dans le titre...

    29.04 à 21h26 - Répondre - Alerter
  • "Dans le sillon de Kokopelli"... Faudrait pas pousser, disons plutôt que c’est l’inverse.

    29.04 à 21h11 - Répondre - Alerter
    • Parfaitement d’accord avec toi, certaines entreprises commerciales savent parfaitement surfer sur ce courant. Mais leurs méthodes sont peu regardantes au vu de la cause qu’elles sont sensées défendre. Vous citez la Ferme de Ste Marthe qui elle aussi achète des semences du bout du monde, non pas par respect de l’origine de ces semences mais pour des raisons de coût. Et oui un paysan indien coûte moins cher qu’in européen ! Attention aux entreprises commerciales (Kokopelli en premier) qui nous servent un discours moralisateur et utilisent les méthodes qu’ils condamnent !

      1er.05 à 14h28 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité