publicité
Accueil du site > Dossiers > Huit façons de bouger autrement

Huit façons de bouger autrement

Taille texte
Huit façons de bouger autrement
(Crédit photo: DR)
 
De la voiture en kit au bus finlandais que l'on commande sur smartphone, voici huit idées qui nous permettront de changer notre mobilité.
SUR LE MÊME SUJET

San Francisco, scoot (électrique) toujours

Depuis l’an dernier, San Francisco a suivi l’exemple de ses comparses de la côte Est des Etats-Unis, New-York, Boston ou Washington. La quatrième ville de Californie a en en effet créé un réseau de vélos en libre service, le Bay Arena Bike Share. Mais il n’est pas toujours facile de pédaler dans la très pentue cité américaine. La start-up locale Scoot Networks a donc décidé de ménager les mollets de ses concitoyens, avec un service de scooters électriques en libre service. Pas question cependant de lâcher le premier San-Franciscain venu dans les rues de la cité californienne sur l’un de ces engins. Pour 3 dollars la course (2,20 euros), le casque et l’assurance sont fournis, et, surtout, les abonnés – qui doivent évidemment disposer d’un permis de conduire – bénéficient d’une initiation avec un coach. Les conducteurs utilisent leur smartphone pour démarrer le scooter, puis peuvent le consulter pour déterminer leur itinéraire, ou savoir en temps réel où en est le niveau de la batterie du véhicule. —

Le site de Scoot Networks

Dans l’Ohio, la mise en selle bien rodée de Scott Cowan

Quand, en 2007, des lycéens de l’Ohio ont manifesté contre la hausse du prix de l’essence et annoncé qu’ils allaient se mettre au vélo, Scott Cowan s’est mis dans leur roue. Propriétaire de trois magasins de vente et de réparation de cycles au nord-est de l’Ohio, l’ex-vendeur de vin a eu du nez : le seul moyen d’inciter les ados à se rendre en deux roues à l’école – et donc de se garantir une clientèle pour les années à venir – est de leur tendre une carotte ! Depuis 2008, il lance au mois de mai le défi « Roulez à l’école » (Bike to School Challenge) : pendant trois semaines, les élèves de cinq écoles de la banlieue de Cleveland (Ohio) doivent s’y rendre à vélo. Plus ils effectuent de trajets en deux roues, plus ils gagnent de points (qui doublent s’ils portent un casque) et plus leur récompense est conséquente. Le gros lot étant, bien sûr, un vélo flambant neuf. Cette année, 4 500 jeunes ont participé. Cette initiative, la plus importante de ce genre aux Etats-Unis, commence à faire des émules dans les autres Etats du pays, et jusqu’en Australie ! —

La page « Back to school challenge »

Hambourg se donne six ans pour rendre la voiture inutile

C’est un comble pour Hambourg. Si la deuxième ville d’Allemagne voit 40 % de sa superficie dédiée aux espaces verts, elle ne compte presque pas de pistes cyclables ! Afin de réduire ses émissions de CO2 de 40 % d’ici à 2020 par rapport à 1990, la municipalité entend rendre la voiture inutile. Comment ? En reliant les zones arborées et les parcs avec des infrastructures dédiées à la marche et au vélo. Dans six ans, si le plan se déroule sans accroc, se déplacer à pied ou à bicyclette – et en transports en commun, bien sûr – devrait être si facile que les Hambourgeois ne devraient même plus penser à sortir la voiture du garage pour quitter leur pénates. —

Le site de la ville de Hambourg

Tabby, la voiture en kit qui se monte en moins d’une heure

On l’appelle la voiture Ikea, car elle est livrée en kit, pour 3 000 euros environ. Son châssis 2 ou 4 places se monte en moins d’une heure grâce aux plans téléchargeables gratuitement sur le site OSVehicles (véhicules en open source). Ajoutez le moteur de votre choix (électrique, hybride ou à combustion) et habillez-la selon vos goûts, puis partagez le tout sur le Web, afin que les autres bricoleurs améliorent le modèle – pas encore homologué toutefois. —

Le site d’OS Vehicles

Votre rue est-elle « marchable » ?

Diriez-vous que votre rue est propice à la marche ? Que l’ambiance y est tranquille, les trottoirs et passages piéton sécurisés, le dénivelé doux et que les immeubles ont du charme ? Si oui, son score de « marchabilité » – calculé par des algorithmes en fonction des renseignements fournis par les riverains – doit être élevé. Le site anglais Walkonomics propose aux habitants de renseigner eux-mêmes la marchabilité des rues. Un logiciel compile les notes. Déjà 700 000 rues sont référencées en Angleterre, aux Etats-Unis et au Canada. —

Le site de Walkonomics

Jug Cerovic, l’architecte qui rend lisibles les plans de métro

Vous êtes-vous déjà perdu dans les couloirs du « Tube » londonien ? Avez-vous buggé devant l’affichage du métro de Barcelone ? Pris le mauvais boyau aux Halles à Paris ? Et tout cela malgré le plan ? Grâce à Jug Cerovic, ces petits moments d’égarement dus à une carte incompréhensible relèvent désormais du passé. Cet architecte franco-serbe de 32 ans a repris 12 cartes de métro américaines, européennes et asiatiques. Il en a standardisé les codes pour faciliter les repères : les zones centrales des villes sont agrandies pour rendre lisibles les multiples lignes et connexions. Les voies ne partent plus dans tous les sens : elles sont représentées par des lignes de couleur horizontales, verticales ou inclinées à 45 degrés et zigzaguent doucement. Un travail de deux ans pour, enfin, nous permettre d’y voir clair là-dessous en un coup d’oeil.

Le site de Jug Cerovic

Le chiffre : 44

C’est le nombre de villes des Etats-Unis dotées d’un système de vélos en libre service. Vingt-huit autres ont prévu d’offrir prochainement ce nouveau mode de déplacement à leurs citadins. Au Canada, elles ne sont que quatre à être équipées de bornes. Vancouver pourrait bientôt être la cinquième.

Kutsuplus, ou quand les bus finlandais se mettent au covoiturage

Mi-bus, mi-taxi, le Kutsuplus est un drôle d’hybride circulant dans les rues d’Helsinki. Ce minibus de neuf places se réserve et se paie directement sur smartphone. Moitié moins cher qu’un taxi, mais plus onéreux qu’un transport en commun classique, on peut l’utiliser pour soi seul – on paie alors une prise en charge à l’endroit que l’on souhaite et en fonction du nombre de kilomètres à parcourir jusqu’à la destination – ou le partager avec d’autres usagers. Dans ce cas, un algorithme définit la route la plus directe pour tous les passagers, essentiellement des travailleurs qui, pour se rendre au boulot, devaient jusqu’ici emprunter plusieurs modes de transport.

Le site de Kutsuplus

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité