publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > Frelon + frelon = moins de frelons
20-10-2015

Frelon + frelon = moins de frelons

Taille texte
Frelon + frelon = moins de frelons
(Crédit photo : Siga-Wikimedia)
 
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 73 - décembre 2015

Le jour d’après (sauf si…)

Et si le frelon asiatique arrêtait tout seul sa folle course à la colonisation de l’Hexagone ? C’est ce que suggère une découverte de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte de l’université de Tours : Vespa velutina souffre en effet de consanguinité, ce qui engendre de graves dérives pour les colonies. Les chercheurs ont montré que, à l’époque où les reines devraient produire des ouvrières, entre le printemps et le mois d’août, 68% des colonies analysées abritent également des mâles, qui, eux, ne sont censés être pondus que dans un second temps, à la fin de l’été.

Il faut dire que le frelon asiatique est arrivé en France en 2004, grâce à l’introduction fortuite et clandestine d’une ou d’un très petit nombre de reines dans un lot de poteries chinoises. Ce très faible nombre d’individus serait à l’origine de la perte de la diversité génétique chez cette espèce. Pour l’instant, le frelon se porte bien en France et engendre des nuisances à la fois chez les apiculteurs et chez les particuliers : le frelon se nourrit en effet en partie d’abeilles et ne boude pas les milieux urbains et périurbains pour y installer son nid. Mais l’arrivée de mâles précoces dans les nids de Vespa velutina ne favorise pas le groupe : ceux-ci ne participent pas aux activités que prennent en charge les ouvrières. Leur présence pourrait donc ralentir les colonies, freiner leur développement et donc la progression de l’insecte vers de nouveaux horizons.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • frelon velutina nigrithorax males + frelon orientalis + Haies monospecifiques de thuyas-cyprés = beaucoup plus de frelons et d’accidents parfois mortels (+7 décés déclarés pour la seule France continentale, seulement depuis 2007 !!!!)

    Bonjour, en 2004 un pépiniériste du Sud-Ouest de la France hexagonale aurait découvert un nid de frelon d’Asie dans des poteries importés de Chine* (*probablement des provinces du Yunnan et du Sichouane) et, aurait attendu deux années avant d’alerter, il me semble, l’administration de la DRAF et quelques scientifiques de l’Inra et du MNHN, dont Quentin Rome. Durant ces deux années écoulés, sans réactions et produits efficaces pour les détruire, les colonies de frelons Vespa velutina ’nirgrithorax’ ont fait leurs nids dans des infractuosités et hauteurs d’arbres difficile d’accès sans nacelles, ce sont reproduits à une cadence et expansions incroyables dans tout le Sud-Ouest jusqu’au Val de Loire en 2007, puis jusqu’à Paris et en Allemagne de nos jours, ravageant ainsi des colonies entières de nos abeilles communes et sauvages, ceux des bourdons...allant même, jusqu’à attaquer les frelons crabo "européens" et, des mouches !. M.Darrouzet, universitaire et enseignant-chercheur de l’Irbi, spécialiste des Hémynoptères et fourmis, à fait avec son équipe, un travail de chercheur et de communication sur les frelons velutina que je trouve exemplaires, tout comme ceux du MNHN de Paris. Pour autant, la micro-guêpes ’miracle’ découvert dans la Nature et tueuse de frelons velutina en pondant leurs oeufs dans leurs abdomens, le feraient tout aussi bien dans tout autres sortes d’Hémynoptères dont ceux des abeilles communes ! ; les plantes-carnivores du genre Serracinia évoluant dans des tourbières humides mangeuses de frelons vélutina redécouvertes par les Botanistes du CNB-MNHN seraient pas assez efficaces et dures à cultiver !, des appâts avec phéromones à frelons et à base de jus-cirier sont souvent décriés par les Naturalistes de l’Opie et des Fgdons, quant aux bombes vendues en jardineries et GMS elles sont hautement chimiques donc dangereuse et trop couteuses, les sapeurs-pompiers n’intervenant plus et les entreprises de désinsectisation agrées beaucoup trop couteuses : les gens ne déclarent plus "leurs" nids aussi le fait qu’en zones rurales les plantations mono-spécifiques de platanes et haies libres de cyprès-thuyas en bordure de routes, en bordure d’étendues d’eau et de rivières ne sont plus bien surveillés au niveau sanitaire, bien entretenus et élagués comme il se faudrait ! ; selon certains, certains toxicologues, pharmacognosistes, nombres d’éspéces de plantes d’ornement et d’hybrides introduits dans nos parcs et jardins, aux fortes propriétés éco-toxicologiques (Terpens, H-E, Acides, résines et tanins...) attireraient d’avantages les frelons asiatiques que d’autres (camélias japonica, bananiers de Chine, thuyas d’Asie,...) de par leurs floraisons précoces ou tardives et de part leurs molécules chimiques véhiculées ?. Depuis 2005 dans le Sud de la Sicile à étaient observés scientifiquement une autre éspèce de frelon d’Asie, le Vespa orientalis, beaucoup plus redoutable et présent d’Asie du Sud-Ouest à Madagascar, au Moyen-Orient, en Algérie, en Turquie, Grèce, Balkans...,nous sommes en 2015 et il n’a pas encore était étrangement observés scientifiquement dans le Sud-Est de la France, pour autant la baisse de fertilité et consangunité présumés des frelons velutina, les réchauffement climatiques et, les vagues d’exodes de milliers de malheureuses personnes venues d’Orient et du Levant véhiculant bien malgrés elles des larves d’insectes sur elles (larves de moustiques albopictus et autres aedes, vespa orientalis...), l’introduction de "trop" d’éspéces végètales et animales provenant d’Asie acclimatables dans nos jardins ne risquent’il pas d’être trop ingérables pour la survie de nos éspèces dites "locales" si, des mesures fortes ne sont pas prises par nos Communes et nos "dit" pouvoirs publics partout en Europe dont en France !?

    Le principe de dire une baisse de fertilité des frelons vélutina d’Asie en France provoquera beaucoup moins de nids est’il Scientifiquement bien prouvés...des nids les feuilles tombant en automne, ils s’en découvrent Malheureusement beaucoup et, les gens et communes parfois, les laisseront sur place, sur place aussi l’arbre et la reine fondatrice avec à l’intérieure d’une infractuosité ou au pied de celui-ci !!.

    Souhaitant votre réponse

    Cordialement

    un Citoyen lambda.

    21.10 à 15h37 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité