publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Pour protéger les abeilles des frelons asiatiques, testez la muselière
5-03-2015
Mots clés
Biodiversité
Agriculture
Monde

Pour protéger les abeilles des frelons asiatiques, testez la muselière

Taille texte
Pour protéger les abeilles des frelons asiatiques, testez la muselière
(Crédit photo : Danel Sollabarrieta - Flickr)
 
Piéger les reines de « Vespa velutina » au printemps ne sert à rien. Alors comment faire pour préserver les ruches des attaques du prédateur ? En les muselant, pardi !
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Contre Vespa velutina, plutôt que de crier au loup, mieux vaut jouer finaud. C’est la leçon retenue par certains apiculteurs aux prises, depuis bientôt dix ans, avec le frelon asiatique. L’abeille domestique fait en effet partie des mets prisés par l’hyménoptère. Sa technique est spectaculaire. En vol stationnaire devant l’entrée de la ruche, notre bestiole attend le retour d’une ouvrière chargée de pollen, descend en piqué, la fait tomber au sol, lui flanque un coup de mandibules derrière la tête, puis la démembre et l’emporte vers son nid pour nourrir les larves.

Les pièges façon bouteille renversée peuvent limiter les dégâts

En analysant les boulettes alimentaires – le garde-manger des frelons – prélevées dans une série de nids, les scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle ont reconstitué le régime alimentaire de l’animal. Au menu : plus d’un tiers d’abeilles domestiques, mais aussi des guêpes et d’autres insectes. En milieu urbain, où les proies sont plus rares, la prédation sur les abeilles est plus forte.

Si les grandes manœuvres de piégeage de printemps des reines se révèlent nulles ou presque contre Vespa velutina, reste qu’il faut protéger les ruchers des attaques. Les expériences menées avec des apiculteurs ont montré que les pièges à bière ou à jus sucré, disposés trop loin des ruches, demeuraient inefficaces. Mais qu’en revanche les pièges façon bouteille renversée, disposés tout près des ruches et bien appâtés, pouvaient limiter les dégâts. L’idéal étant d’avoir recours au jus de cirier fermenté. La cire des cadres de la ruche, fondue dans de l’eau et mélangée avec du miel, attire immanquablement les frelons asiatiques. Avec certes moins d’impact pour les autres insectes, cette méthode fait tout de même des dommages collatéraux. André Lavignotte l’a bien compris.

Un outil contre le stress des abeilles

Cet apiculteur béarnais qui possède vingt ruches à Pau (Pyrénées-Atlantiques) est devenu un porte-voix discret mais engagé de méthodes plus douces pour cohabiter avec Vespa velutina. Il a ainsi mis au point une muselière. Ce grillage à mailles suffisamment larges pour laisser sortir les abeilles, mais trop étroites pour laisser entrer les frelons, protègent les ouvrières lorsqu’elles se placent sur leur planche d’envol, à l’entrée de la ruche, lieu favori des attaques du prédateur. « Je n’ai pas perdu une ruche depuis plusieurs années ! », se réjouit André Lavignotte. Ses observations alimenteront sans doute l’une des hypothèses des scientifiques. Les chercheurs soupçonnent en effet que les colonies d’abeilles domestiques meurent non pas parce qu’elles sont décimées par le frelon, mais parce qu’elles deviennent trop stressées pour sortir de la ruche. S’affaiblissant alors fortement, elles ne survivent pas à l’hiver ou aux maladies.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- « Pourquoi il ne faut pas piéger le frelon asiatique »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
28 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • bonjour,

    En vue de créer un système efficace pour lutter contre les frelons asiatiques, j’aurait souhaiter correspondre avec des apiculteurs(je n’en suis pas un) qui pourraient me donner le détails d’une attaque de frelons afin d’envisager un système adapté.

    merci de me répondre à l’adresse mail ci-dessous :

    stockdidees@gmail.com

    Merci

    didier BUSTON(33)

    29.06 à 12h58 - Répondre - Alerter
  • Bj,

    J’ai testé l’installation d’un filet de pêche, les frelons se tapent dedans lorsqu’ils tournent autours de la ruche il y a sûrement quelque chose à creuser. J’ai aussi bricolé une grille sur le principe de la muselière, avec des fils espacés de 4 cm (frelons en vol=4cm, abeille=2,2cm pour les miennes), les frelons passent en diagonale, les abeilles passent normalement ; je pense essayer une grille de 3,2cm si le résultat est concluant j’électrise ensuite en 12V courant continu (principe des harpes). Si le frelon pénètre (vol ou marche) il ne devrait pas sortir en volant avec sa proie car il touche les deux phases. sinon au pays basque j’ai vu un modèle de piège a grille et entonnoir que l’on place sous la ruche il parait que ça marche !
    Il y a aussi des apiculteurs qui attrapent les frelons avec une raquette électrique (relativement facile) et les aspergent d’insecticide collant genre fourmivor. ça marcherait mais les insecticides me gênent, il vaut mieux trouver autre chose.

    12.12 à 23h48 - Répondre - Alerter
  • "Une clôture électrique pour protéger les abeilles des frelons"
    http://www.essaim-abeilles.org/2015...

    15.10 à 21h44 - Répondre - Alerter
  • Bonjour
    Je viens de faire la connaissance des frelons asiatiques depuis cette année,il me semble très humblement qu’il n’y a pas de solution unique....je n’ai pas eu d’attaque massive sur mes ruches mais le vol stationnaire en fin d’après midi quand les abeilles sont moins nombreuses ,voire pénétrer de quelques cms dans la ruche pour provoquer la venue d’une sentinelle...les muselières ne me semblent pas très faciles à mettre en œuvre et ne se justifient pas dans mon cas, mais en cas d’attaques massives pourquoi pas.
    Je piège depuis peu, tout près de mes ruches uniquement (je suis un amateur qui a le temps) ça marche bien.
    Et à ceux des laboratoires qui peut être ont des idées un peu trop idéalistes et ont vu des ruches de très loin je voudrais indiquer le contenu de mes 2 derniers piégeages,
    1 : 3 frelons asiatiques et un européen et une guêpe et quelques mouches ;
    2 : 10 frelons asiatiques 3 frelons européens et quelques mouches. Je continuerai à piéger et notamment au printemps. Je ne peux pas essayer les poules...mais je pratique l’ épuisette à maille fine pour le vol stationnaire et ensuite j’écrabouille...tous les moyens sont bons : chacun à sa mesure et son urgence.

    3.10 à 16h46 - Répondre - Alerter
  • C’est lorsque l’abeille est sur la planche d’envol que le frelon se met en statique, et dès qu’une abeille décolle de la planche il la capture.
    La capture a lieu de même lorsque l’abeille s’apprête à entrer dans la ruche.

    En somme, la muselière ne fait qu’éloigner le frelon de l’entrée de la ruche, et déporte le point de capture au niveau des mailles de la muselière.

    Le principe de la muselière est bon dans la mesure où il disperse la surface de capture par rapport au nombre de frelons qui attendent leurs victimes, mais il est mauvais par le fait que les abeilles ne peuvent franchir les mailles qu’en se posant au retour.

    L’astuce ne consisterait-elle pas plutôt à prendre le frelon à sa propre obsession à surveiller les abeilles de l’autre coté des mailles (celles qui veulent sortir), en ne laissant que quelques unes qui puissent les franchir (mailles vraiment très étroite), et en aménageant des chicanes avec des cheminées verticales laissant les abeilles sortir (et surtout entrer) bien plus haut et plus loin de la ruche ?

    Un genre de coquille grillagée autour de la ruche mais avec des cheminées en périscopes au-dessus et une chicane grillagées sous les périscopes qui laisse juste passer les abeilles par la périphérie (un disque grillagé) ? La plateforme d’envol serait ainsi déportée bien plus loin que la planche d’entrée qui fixe l’attention des vélutinas.

    Et il me semble que les VVN n’aiment pas trop les cheminées verticales, car leurs ailes trop longues ne sont pas très aptes au vol ascensionnel, mais favorisent le vol statique.

    C’est mon point de vue de technicien aéronautique, je ne suis pas un spécialiste des hyménoptères.

    A tester, car à défaut de capturer les VVN, ou de les tuer en masse, il va falloir trouver le moyen de les leurrer, comme dans la véritable aviation de guerre.

    Bonne chasse !

    17.09 à 19h12 - Répondre - Alerter
    • Bonjour Baron, je trouve vos remarques très pointues, elles confirment mes propres observations, sur le vol vertical moins aisé des frelons et surtout sur le déplacement des attaques quand on protège par cage, il reste que les cages peuvent mettre fin au blocage des ruches ce qui est déjà un bon résultat. Cordialement, Marcapi

      15.10 à 21h52 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    3 de mes essaims ont été décimés l’an dernier, en majeure partie à cause du frelon asiatique. j’habite en ville et la ruche que je viens de protéger d’une muselière est prise d’assaut par une quinzaine de frelons, en continu, toute la journée !

    Mon retour d’expérience sur le grillage est pour l’instant plutôt favorable : bien que les abeilles se perdent un peu elles-même et paniquent en voyant l’agresseur arriver (parfois préférant reprendre les airs que tenter de repasser les mailles), ce sont bien les frelons qui sont les plus gênés, même s’ils parviennent à entrer quand même (ils aiment alors se mettre sous la ruche, car pas mal d’abeilles atterrissent au sol).

    Je vais tester les pièges en complément.

    J’ai remarqué que beaucoup de frelons se disputent la ruche. Malheureusement lorsqu’ils se battent leurs coups de mandibules et de dard semblent bien inefficaces entre individus de la même espèce...

    18.08 à 09h30 - Répondre - Alerter
  • Bonjour et félicitations à tous d’essayer de sortir du fléau.
    Je suis sans doute hors du sujet, mais la muselière à laquelle je ne crois pas (car les frelons récupèrent les abeilles surtout à leur retour, chargées de leur butin et moins mobiles) me conduit à l’expérience des poules vantées par ailleurs.
    Je viens d’essayer de faire protéger mes 4 ruches par 7 poules que j’ai installées dans l’enclos des abeilles. Le résultat est totalement négatif : les poules sont effrayées par les abeilles et encore plus par le bruit du frelon asiatique en vol. Elles se sauvent au lieu d’attaquer alors qu’il est en vol stationnaire à portée de bec... Mon expérience a pourtant duré plus d’une semaine.
    Je me demande si une race de poule ne serait pas plus agressive qu’une autre... (les miennes sont des rousses, initialement pondeuses). Ou alors faut-il un plus grand nombre de poules ? Je plaçais beaucoup d’espoir dans cette solution…
    Quelqu’un a-t-il déjà fait la même constatation ?
    Peut-on me recommander une espèce de poules plus agressives ou plus avides de protéines ?
    Merci pour votre attention et pour la sauvegarde des abeilles (toutes mes ruches ont été épuisées puis disséminées l’an passé par le frelon asiatique : démoralisant). Toute tentative mérite attention.

    13.08 à 15h10 - Répondre - Alerter
  • vous avez bien raison vive les abeilles

    30.04 à 10h10 - Répondre - Alerter
  • encor un qui veux faire du FRIC oui monsieur mais a quoi pensez vous ! arrété d’"etre apiculteur et devenez vendeur de museliaire BEUUUUUUUUUUUURK bon mois j’ai mi les ruche avec mes poule elle ador les insec en stationnair devan les ruche !
    pour votre museliair !!!! prendre un grillage a maille ronde ou exagonal . bonne vante ! ha si vous vous arrété sur mon othographe , je suis dislexique tisorthogafique !
    salutation

    11.04 à 10h48 - Répondre - Alerter
  • je dis ça comme ça, en vrai je ne connais pas grand chose là dessus, mais si on installait un grand grillage style très grande volière, à la bonne maille. La sortie
    des abeilles serait aléatoire. les frelons auraient beaucoup plus de mal à la trouver .

    12.03 à 19h42 - Répondre - Alerter
  • Merci je l’avais déjà vu. A voir donc avec une escouade de poulets basques ;-)
    Ceci dit, je ne vois pas d’hécatombe de frelons dans ce film...
    Enfin, c’est mignon mais malheureusement impossible à généraliser (ruchers isolés ou transhumants, poulets exposés aux prédateurs...).

    10.03 à 07h22 - Répondre - Alerter
  • Voyez l’expérience d’un apiculteur français, qui utilise des poulets comme gardes des ruches, et ça marche très bien : http://www.francetvinfo.fr/monde/en...

    9.03 à 22h56 - Répondre - Alerter
  • Bonsoir, mon expérience perso avec ces grilles :

    J’ai des muselières en forme de cube dont le côté fait la largeur des corps de ruche, elles dépassent de 20-25 cm au-dessus de la planche d’envol. Les grilles font 5 mm. J’ai remarqué que des fils métalliques bien cylindriques sont plus difficiles à franchir pour les abeilles que des fils de grilles en plastique, plus aplatis.

    Les abeilles s’habituent vite à traverser la grille presque sans s’arrêter.
    Les frelons finissent par apprendre à entrer dans la grille, capturent une abeille mais mettent beaucoup de temps à ressortir avec leur butin.
    Enfin les abeilles ont effectivement moins peur des attaques : elles sortent davantage. La zone à surveiller pour les frelons est plus grande mais quand 5 frelons tournent autour de la grille, ils font quand même des dégâts.

    Pas le temps de faire des observations pour sortir un article scientifique, néanmoins mes 2 ruches citadines ont survécu la saison dernière, avec un complément de nettoyage défoulatoire à la raquette de badminton + un peu de grille électrifiée, et sans piégeage à la bouteille (enfin, j’ai des progrès à faire car le piège n’a attrapé que quelques moucherons et a fini à la poubelle).

    Il y avait au moins 3 nids de frelons actifs à moins de 500m (repérés fin décembre).

    Sinon j’ai 2 poules pondeuses et elles ne s’intéressent aux frelons que quand ils ne sont plus trop vivaces, au sol après avoir subi un coup de raquette, même quand elles ont faim. Peut-être que des poulets en pleine croissance seraient plus efficaces...

    Au passage les frelons asiatiques de mon secteur ne sont pas agressifs envers les humains (ou envers les badmintoneurs en tous cas) quand ils sont en chasse. Même quand je les ratais, ils n’ont jamais cherché à me piquer.

    Hervé

    9.03 à 21h44 - Répondre - Alerter
  • Je suis sceptique. J’observe vespa velutina depuis des années. Elle ne se pose quasiment jamais et attrape les butineuses qui sortent ou rentrent. VVN reste en vol stationnaire et soit attrape au passage, soit vient provoquer la défense d’une gardienne. La bouteille plastique avec un trou de 8 mm, bouteille insérée dans une autre coupée aux deux bouts qui la protége de la pluie marche bien. J’ai aussi inventé un pistolet à VVN avec une bouteille de 50 cl, au bouchon percé d’un trou de 1 mm environ et rempli d’un mélange eau et huile alimentaire ou de lin à 5 pc. Bien agiter,,presser comme un pistolet à eau et bien mouiller la bête quand elle tombe au sol. Le poids de la matière grasse l’empêche de voler et lui bouche les pores, elle meurt en 3 mn. Faut être habile et patient, mais VVN ne pense pas à une attaque mais à la,pluie, pas de risque de se faire piquer. J’ en dégomme une dizaine par 15 mn. Par temps sec j’arrose derrière les rûches pour diluer les phéromones de signalisation.

    8.03 à 11h50 - Répondre - Alerter
  • bonsoir ,
    décidément rien ne vous arrête ...
    tantôt vous nous faites un article décrétant l’arrêt du piégeage ce qui est une bourde monumental , irresponsable de la part de l’inpi et c’est grâce a de bons articles don vous seul avez le secret que cet insecte s’est aussi bien installé.
    on parle d’études et d’audites dès la proposition d’une action sur le terrain .
    de moyen humain (chercheur ) ou de budget dès la moindre proposition des apiculteurs .
    aujourd’hui la muselière qui serait le moyen indispensable pour lutter contre le frelon asiatique ...mais que font ces pauvres ignares d’apiculteurs ou ces décérèbres d’asiatiques(habitant d’Asie)qui eux le subissent depuis... une simple muselière retarde l’entre et sortie des abeilles de la ruche et déplace de quelque centimètre le le point ou le frelon se mettra en vol stationnaire .
    je vous donne le prochain article don vous pouvez traiter aussi idiot mais venant de vous personne ne’y prêtera attention mettre des poules a cote des ruches sachant que 95 % des ruchers sont dans les lisières des bois a 200 mètres des maisons pour la campagne le renard ce tape sur les cuisses
    ou cet autre sujet des frelons européen dans les ruchers formidable testez vous verrez le vaccin et le rappel du vaccin dans la même journée

    6.03 à 22h47 - Répondre - Alerter
  • la vidéo d’un apiculteur qui a trouvé une meilleure formule
    http://www.francetvinfo.fr/monde/en...

    bonne toile !

    6.03 à 10h13 - Répondre - Alerter
  • Info sympa mais une description plus détaillée de la façon dont le "grillage" est placé aurait été la bienvenue. Voire une photo de l’installation au rucher.
    Merci

    6.03 à 09h42 - Répondre - Alerter
  • Votre article n’est pas clair : si les frelons s’emparent des abeilles au retour à la ruche et avant qu’elles n’y entrent, comment un grillage peut empêcher quoi que ce soit, sauf à le mettre tout autour des ruches sur une hauteur d’un mètre et former une cage ? ( bonjour l’apiculteur quand il va visiter ses ruches !)

    6.03 à 09h22 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité