publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Des algues dans les moteurs des cargos américains
17-01-2012

Des algues dans les moteurs des cargos américains

Taille texte
Des algues dans les moteurs des cargos américains
(Crédit: vitelone / Flickr)
 
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N°34 - mars 2012

Aux banques, citoyens !

Qu’est-ce qui fait avancer le cargo du géant mondial des transports maritimes, Maersk, qui a rallié la semaine passée l’Europe à l’Inde ? Du biocarburant aux algues bien sûr ! La Navy américaine teste elle aussi ce régime spécial sur ses navires. Ces premières expériences réjouissent les deux armateurs : «  nous avons eu très peu de problèmes  » explique un porte-parole de Maersk dans le Guardian. Substituer le pétrole par des biocarburants est un enjeu de taille pour les deux géants américains : Maersk dépense plus de 6 milliards de dollars (4,7 milliards d’euros) par an en carburant pour ses 1300 bateaux, et la Navy brûle plus de 40 millions de barils de pétrole chaque année. Avec la montée des prix du brut, la note, elle, est toujours plus salée. Mais l’intérêt est surtout environnemental : le transport par bateaux engloutirait annuellement 350 millions de tonnes de carburant et serait responsable de 3 à 4% des émissions de gaz à effet de serre. Si les résultats de ces premiers tests restent à analyser en détail, l’initiative fait partie du vaste programme de Maerck et de la Navy. Objectif : réduire de moitié l’utilisation de carburant conventionnel d’ici à 2050. Le biocarburant à base d’algues, qui en outre possède l’intérêt de faire appel à des matières premières n’entrant pas en compétition avec l’alimentation humaine ou animale, fera partie de la solution.

Lu sur The Guardian.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Une enfance en pleine nature jurassienne, des études de biologie et de géologie, l’envie de transmettre cette passion pour le monde vivant, et le monde tout court, et un goût sans limite pour les nouvelles contrées. Alice est journaliste scientifique.

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ouais, mais juste que pour qu’il y ait assez d’algues pour répondre à la gloutonnerie énergivore, faudrait multiplier les élevages intensifs et les centrales nucléaires, dont les eaux de rejet suite au refroidissement des coeurs des réacteurs...en produisent assez pour étouffer toute la faune des fleuves et rivières...

    18.01 à 11h35 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité