publicité
Accueil du site > Actu > Société > Pesticides, les marchands de mort
23-09-2015
Mots clés
Santé
Agriculture
France
Dossier

Pesticides, les marchands de mort

Taille texte
Pesticides, les marchands de mort
(Crédit photo : Jean-Pierre Muller / AFP)
 
Ils ont vendu sciemment, des décennies durant, des produits cancérogènes aux agriculteurs et viticulteurs. Enquête sur le business sans scrupule des fabricants de pesticides.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 71 - octobre 2015

« Et si les migrants nous sauvaient ? »

Découvrez ci-dessous le sommaire du numéro 71 de Terra eco, daté d’octobre 2015 :















ENQUÊTE Pesticides et agriculteurs : les liaisons très dangereuses Depuis un demi-siècle, tout a été fait pour que les paysans français ne puissent se passer des produits phytosanitaires. Voici comment.
DÉTECTEUR DE MENSONGES Plantes non traitées, famine assurée ? Sans pesticides, une partie des récoltes seraient perdues, nous assurent les pros du secteur. Mais leur argument n’est valable que dans un modèle agricole figé.
ENTRETIEN « Le risque zéro n’existe pas, il y a toujours une part d’incertitude dans l’innovation, il faut l’accepter » Monsanto, Syngenta, Bayer, BASF… L’Union des industries pour la protection des plantes (UIPP) rassemble les grands noms du secteur des pesticides. Sa directrice, Eugénia Pommaret, répond aux critiques adressées à son secteur. Interview acide.
ÉCLAIRAGE La saga du Roundup Cancérogène probable, perturbateur endocrinien potentiel, il est pourtant l’herbicide le plus vendu au monde. Depuis 1974, Monsanto, qui le fabrique, se démène pour que rien ne vienne entacher ce succès.
DIAPORAMA Une si lente prise de conscience Découvrez en images et en texte les balises de la lutte antipesticides à travers le monde.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • pour qu’il y ait des vendeurs il faut...des acheteurs ! certes je suis bien d’accord avec ce qui est dit avant mais la faute n’est pas à 100% d’un coté.
    Quant aux politiques ? que dire : nous avons remplacer le Roi par un Président. Au nom de : démocratie, république, une élite que nous élisons et rétribuons bafoue chaque jour le mandat de confiance, de probité, pour et par lequel elle est élue. Les représentant du peuple devrait porter la voie du peuple...j’ai bon là ? il me semble écrire un conte pour enfants naïfs.
    En quelque sorte reprenons nous ! Réclamons notre légitimité à la parole. Redevenons acteurs de nos vie. Réactivons notre libre arbitre. Le peuple n’est pas cet obscur ensemble d’abrutis qui doit être dirigé par une classe bien pensante.

    21.01 à 21h32 - Répondre - Alerter
  • La dénomination de l’Union des industries pour la protection des plantes me fait rire aussi jaune que l’étiquette du Roundup devant ces industriels qui ne souhaitent que doper la croissance d’un business bien enraciné pour qu’il continue de faire de l’ombre aux jeunes pousses prometteuses de la permaculture et de l’agroforesterie qui ne demandent qu’à s’épanouir au grand jour.
    Merci à vous d’enrichir chaque mois (sans intrants chimiques) le terreau de notre réflexion !

    14.10 à 09h17 - Répondre - Alerter
  • Mais nous élisons nos dirigeants qui acceptent et soutiennent ces criminels.
    c’est un fait ou alors nous sommes en dictature, il faut choisir.

    La légalité de ces marchands de mort vient de nos votes.

    Nos députés ont la possibilité d’empêcher mais ne feront rien car ils sont soutenus par ces industries de mort.

    Pourquoi chercher ailleurs les causes et conséquences alors que tout cela est clair ?

    12.10 à 13h29 - Répondre - Alerter
  • Comment ont-ils pu vendre cela, utiliser de tels produits pour produire plus, plus beau, plus gros, je ne comprendrais jamais comment le peuple à besoin que légumes et fruits soient si parfait au point que les producteurs doivent en arriver là. Heureusement, on tend à corriger le tir, mais le mal est fait, les terres sont pollués et nous consommons des produits en provenance de pays qui sont encore loin de nous. Il suffit de jeter un oeil du côté de la frontière espagnole par exemple, on voit de drôle de produits partir par palette entière pour des agricultures françaises... J’ai mal à mes bons produits aujourd’hui...

    Que pensez aussi des études qui ne tiennent pas la route ?

    27.09 à 01h50 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité