publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Climat : c’est à Paris que les choix difficiles seront à prendre
11-12-2014
Mots clés
Chronique

Climat : c’est à Paris que les choix difficiles seront à prendre

Taille texte
Climat : c'est à Paris que les choix difficiles seront à prendre
(Crédit photo : Ministerio de Relaciones Exteriores)
 
A Lima, la première session des négociations, dite « session technique », s'est achevée le lundi 8 décembre. La seconde session, celle dominée par le segment ministériel à haut niveau se poursuit.
SUR LE MÊME SUJET

Depuis le 9 décembre à 10h et jusqu’au 11 décembre au matin les déclarations nationales par l’ensemble des ministres et des chefs de délégation présents s’enchaînent à raison de 3 minutes par État. La vraie question est : les décisions finales seront-elles adoptées vendredi prochain comme prévu ? Je crains que le débat ne se prolonge.

La première difficulté consiste à dépasser la division Nord-Sud. Les pays développés estiment que les contributions ne doivent pas entretenir cette séparation alors que les pays en développement se montrent plutôt « agressifs » sur le sujet qualifiant cette séparation de « mur de feu ». Concrètement, disons-le, entretenir cette séparation c’est reconnaître des spécificités de situations et pourquoi pas des spécificités de moyens.

Les pays africains réclament du concret

D’où la seconde difficulté. Celle qui porte sur le contenu des contributions. Sur ce point aussi deux visions s’affrontent. Si tous les pays sont d’accord pour diminuer les émissions, les pays en développement veulent aussi parler adaptation puis finance et technologie. Mais les contributions sont volontaires, unilatérales et chacun décide ce qu’il veut. Et la question de l’adaptation est moins une priorité pour les pays développés.

La troisième difficulté porte sur le financement : les pays développés s’engagent à mobiliser 100 milliards de dollars d’ici 2020. 10 milliards ont déjà été atteints pour le fonds vert. En soit, c’est une bonne nouvelle. Pourtant se pose la question de la répartition de ce fonds. Sur ce point, les pays en développement sont très vigilants et estiment que le fonds ne doit pas se concentrer sur des mesures d’atténuation qui profiteraient davantage aux pays développés mais qu’il doit privilégier le financement de mesures d’adaptation. Les pays africains, notamment, réclament du concret, du financement d’actions qui visent par exemple à adapter l’agriculture au changement climatique, à lutter contre la déforestation… à adapter plutôt qu’à atténuer.

Des pays silencieux, d’autres plus constructifs

De toute évidence, à Lima on ressent cette tension entre pays riches et pays moins riches. Entre ceux qui ont déjà connu un développement économique soutenu et les autres. L’Afrique est aujourd’hui sur une position hostile et difficile. Souvent sur la défensive. L’Afrique du Sud plus positive mais soucieuse de l’unité africaine. En clair, les pays africains veulent bien faire l’impasse sur un mode de production et de développement qui a profité aux pays développés mais ne veulent pas être oubliés. Ils craignent que les mesures d’accompagnement profitent davantage aux coupables qu’aux victimes. Comment ne pas comprendre cette revendication ?

A côté, des pays silencieux comme l’Asie ou bien la Russie pourtant responsable de 5% des émissions. D’autres avec des messages souvent contradictoires comme l’Inde. La Chine responsable de 22% des émissions semble plutôt constructive tout comme les Etats-Unis, mais ces derniers ne souhaitent pas s’engager au plan international pour des raisons de politique interne.

Aujourd’hui tous les pays sont d’accord pour en finir en 2015. La question de fond est celle de la consolidation des feuilles de route et de leur structuration pour atteindre l’objectif, celui de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés. Si l’objectif est partagé, les spécificités sont affirmées. Il reste encore quelques heures pour discuter et convaincre. Mais ne nous leurrons pas. A Lima, on ne va pas boucler le texte de Paris. C’est bien à Paris que les choix les plus difficiles seront à prendre.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Députée PS de l’Ardèche

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité