publicité
Accueil du site > Actu > Les dessous des multinationales > Wal-Mart : Toujours plus haut
Article Abonné
16-03-2006
Mots clés
Multinationales
Monde

Wal-Mart : Toujours plus haut

Taille texte
 
Grâce à sa politique de bas prix, Wal-Mart est devenue la multinationale la plus puissante de la planète. Qui arrêtera Wal-Mart ? Les consommateurs peut-être.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Les énergies renouvelables recrutent ! 100000 postes à pourvoir immédiatement - Terra Economica nouvelle formule, n°13"

Maison blanche, 1992. Georges Bush père remet les insignes de la médaille présidentielle de la liberté à un vieux monsieur cravaté et coiffé d’une casquette bleue et blanche aux couleurs de Wal-Mart. L’ancêtre, c’est Sam Walton, fondateur d’une épicerie dans l’Arkansas devenue en quelques décennies le numéro un mondial de la grande distribution. Le secret de la réussite d’Oncle Sam, décédé quelques jours seulement après sa consécration présidentielle tient en une formule : "Des prix toujours bas".

En imposant les prix les plus faibles à ses fournisseurs et en maintenant des marges confortables grâce à une chasse permanente aux "surcoûts", Wal-Mart n’a cessé de creuser l’écart avec ses concurrents. Au point que l’ogre américain est devenu, en 2002, la première entreprise mondiale par son chiffre d’affaires. Dépassant le produit intérieur brut de pays comme la Suisse et la Suède.

D’après le cabinet New England consulting, le slogan historique de Wal-Mart aurait permis aux consommateurs américains d’économiser 20 milliards de dollars en 2003, plus 100 milliards de dollars indirectement, en obligeant les distributeurs concurrents à baisser leurs prix. Le phénomène a pris une telle ampleur que les analystes glosent désormais sur un effet Wal-Mart au plan macro économique. Les prix cassés de la firme de Bentonville auraient contribué à faire diminuer l’inflation et augmenter la productivité dans tout le pays.

Côté obscur

Mais la "walmartisation" de l’économie américaine cache un côté obscur de plus en plus voyant. Chez Wal-Mart, mieux vaut être héritier de la famille Walton qu’employé de base. Le magazine Forbes estime la fortune personnelle de Robson Walton, fils du fondateur, et celle des quatre autres héritiers, à 20 milliards de dollars chacun. Loin de la rémunération moyenne, inférieure au seuil de pauvreté. Hélas, les pauvres coûtent encore trop chers.

Fin octobre 2005, la vice-présidente chargée de la protection sociale recommandait un plan d’économies d’un milliard de dollars. Dans une note interne, Susan Chambers, c’est le nom de la dame, suggérait d’embaucher des travailleurs à temps partiel ne gagnant pas assez pour être éligibles au plan santé. En prime, ils ne bénéficieraient de la couverture médicale qu’au bout de deux ans d’ancienneté, contre un seul actuellement. Et pas question de râler auprès d’un syndicat. Début 2005, les salariés du supermarché québecois de la Jonquière décident de se syndiquer. Wal-Mart ferme immédiatement la boutique.

Résistances citoyennes

Ne pas se fier aux apparences. Cible favorite des syndicalistes et des altermondialistes nord-américains, l’épicier géant donne quelques signes de faiblesse. Les procès contre lui se multiplient. Il vient d’être condamné à 172 millions de dollars pour avoir refusé à ses employés une pause-déjeuner. Plus grave pour les héritiers du vieux Sam, la résistance s’étend aux consommateurs. Le 29 mars 2004, plusieurs milliers d’habitants d’Inglewood, banlieue déshéritée de Los Angeles, manifestent leur opposition à l’installation de Wal-Mart, malgré les promesses du groupe de créer des centaines d’emplois. Au final, les habitants votent majoritairement "non" au référendum convoqué à l’initiative du distributeur. Depuis, Chicago, Staughton (Wisconsin), Avondale (Arizona) et Miramar (Floride) ont suivi l’exemple californien.

Sources : Multinationales 2005, Walter Bouvais et David Garcia, Ed. Danger public, Rapport annuel 2005 de Wal-Mart.


FICHE D’IDENTITE

Nationalité : états-unienne

Créée en 1962

1,6 million de salariés dans le monde dont 1,4 million aux Etats-Unis

Principal dirigeant : Lee Scott (pédégé)

Rémunération annuelle : 5,37 millions de dollars

Chiffre d’affaires : 285,22 milliards de dollars (2005)

Marque principale : Wal-Mart

Principaux concurrents : Carrefour, Metro, Tesco


ACTIVITE

Wal-Mart est un généraliste de la grande distribution, à l’instar de Carrefour, son principal concurrent. Implanté surtout aux Etats-Unis, Wal-Mart réalise un cinquième de son chiffre d’affaires à l’étranger, principalement au Mexique, au Royaume-Uni, au Canada et en Allemagne.

La firme de l’Arkansas sous traite la fabrication de ses produits à 65 000 fournisseurs basés pour la plupart en Afrique, en Amérique latine et de plus en plus en Chine, dont elle draine à elle seule plus de 10% des échanges commerciaux avec les Etats-Unis !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité