publicité
Accueil du site > Actu > Déchets > Les marques en font-elles assez pour réduire les emballages ?

Les marques en font-elles assez pour réduire les emballages ?

Taille texte
Les marques en font-elles assez pour réduire les emballages ?
(Une poubelle qui déborde à EuroDisney. Crédit : Stéphan - Flickr)
 
C'est la semaine de la réduction des déchets et chaque citoyen européen est appelé à méditer sur le contenu de sa poubelle. Mais en amont, les industriels en font-ils assez pour réduire les déchets ? Donnez-nous votre avis.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Au-delà des gestes que chacun peut accomplir, la question de la réduction des déchets à la base - c’est à dire à la sortie de l’usine - reste primordiale. A commencer par les emballages. Des initiatives existent ici ou là, quelques grandes enseignes communiquent aujourd’hui sur leur tube de dentifrice vendu sans emballage carton. Mais selon l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise des énergies) le contenu de nos poubelles n’a pas fondamentalement changé depuis 15 ans. Entre 1993 et 2007, les emballages ont un peu diminué, passant de 39% à 32% du poids total des déchets ménagers. Alors, selon vous, les marques peuvent-elles / doivent-elles aller plus loin dans la réduction de leurs emballages ? Que leur conseilleriez-vous ? Donnez-nous votre avis dans le forum au bas de cet article.

A lire aussi sur Terra eco :
- 10 commandements anti-gaspi
- Suremballage : un militaire fait l’appel sur Facebook
- L’Angleterre se met au sac de lait
- Pourquoi le bio met le paquet sur l’emballage

Sources de cet article

- Les ordures ménagères en 2007 selon l’Ademe

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

19 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • bonjour,
    je ne suis surement pas suffisamment renseigné mais je me dit que ce n’est pas qu’à ceux qui ont conscience de faire les bons choix en grande surface pour acheter le minimum d’emballage, il faut justement que ceux qui ont conscience agissent pour les inconscients.
    Si nous nous mettions à jeter nos emballages sur les parkings des grandes surfaces ? leurs corbeilles seront vite remplies, au début c’est moche mais est ce qu’avec le temps les grandes surfaces ne chercherons pas des solutions ?

    12.06 à 20h28 - Répondre - Alerter
  • dan : Mon cheri

    N’achetez plus de chocolats de la marque Ferrero, ces derniers étant conditionnés dans des boites plastiques même pas recyclables et tout ceci sur des présentoirs en plastique jetables. Quel gachis !!

    27.11 à 14h07 - Répondre - Alerter
  • certains produits, en particulier les produits électroniques ont suremballage et emballage plus protection - quel gachis !
    Noel approche, regardez ces boites de jouets grandes comme une valise, avec un suremballage plastique , un emballage carton et dedans des cases en carton et plastique pour un jouet qui est dix fois plus petit que la boite !! inadmissible
    Pourquoi mettre un carton autour d’un ensemble de deux boites de conserve en métal ??? gachis !
    certains produits exigent un emballage étanche pour raison de fraicheur ou de non oxydation Très bien. La qualité est en jeu. Mais pourquoi mettre des emballages plastique ou carton autour de tube métallique ???
    et ne dites pas que c’est le consommateur qui demande cela. avec la crise, il préferait avoir quelques grammes de produit en plus que ces emballages polluants et encombrants (certains emballages plastique sont inutilement énormes par rapport à la taille de l’objet à proteger et sont si dur à ouvrir qu’il faut des ciseaux solides). Revenons à du raisonnable !

    26.11 à 10h43 - Répondre - Alerter
  • Non, les industriels n’en font pas assez, il n’y a qu’à voir dans tous les commerces alimentaires ou non. On sent quelques efforts, mais c’est largement insuffisant bien sûr. Mais c’est à chaque citoyen de faire un effort individuel, mais aussi informer, expliquer sans culpabilisation. Et que dire des tonnes de journaux gratuits qui se répandent tous les jours sur nos trottoirs ou dans les transports en commun ??? Ce sont encore des déchets, non ? Va-t-il y avoir des efforts de ce côté ? sans oublier les ressources nécessaires gaspillées pour la production de ce papier

    26.11 à 09h19 - Répondre - Alerter
  • 9h les légumes de saison chez le producteur bio d’à côté.(pas plus cher que la moyenne surface , et tellement plus frais)
    9h 20 le boucher du quartier (pour les non végétariens ) : peu de bio mais viande origine France avec charte qualité .
    9h 40 le quincailler-droguiste du quartier pour les quelques produits d’entretien pas bio ,
    10h l’épicerie bio pour tout le reste avec vente au détail des légumes secs et féculents , fromage , gâteaux , chocolat , (pas d’emballage) . En dehors des sacs en papier que vous pouvez réutiliser , il ne reste que les emballages des yaourts , du lait , des huiles et produits d’entretien (grands conditionnements à préférer ) .
    10h30 j’ai fini , je suis zen , j’ai rencontré des commerçants et des clients sympa , aucune caisse automatique, mes achats sont plus intelligents donc au total j’ai moins dépensé , que du temps ou je passais une heure , stressée , au supermarché à remplir mon caddy ...

    25.11 à 19h41 - Répondre - Alerter
  • BONJOUR
    puisque il faut reduire les emballages et que celui ci est informatif, il faudrait obliger les fabricants et distributeurs à mettre en ligne avec le code barre une page d’information sur le produit ! ainsi en reduisant l’emballage en surface , on reduit la taille des caractéres et on ne peut plus rien lire mais avec le code barre on devrait pouvoir avoir ces infos et de savoir aussi notamment où est fabriqué ce yaourt par ex !! ca aiderai à choisir en connaissance de cause le lieu de fabrication !!!
    d’ailleurs à ce sujet le rond sanitaire veterinaire sur un yaourt vous permet de savoir où il est emballé et donc en general produit : je vous renvoie à mon blog gestesconcretspourenvironnement.over-blog.com rubrique Rond Sanitaire Veterinaie

    si ca peut vous eviter d’acheter du yaourt fabriqué en Rep Tchéque !!!!

    Bruno

    24.11 à 22h59 - Répondre - Alerter
  • Non les industriels n’en font pas assez.
    Pour ma part c’est à peine si je vois des efforts. Le carton autour des compotes ou yaourt par 4, le plastique autour des boites de thé en carton, ça répond à quel besoin ?
    Question : chaque Français est censé se laver les dents "au moins" une fois par jour, le dentifrice n’est pas franchement périssable alors pourquoi pas des pots de 1kg au lieu de devoir en acheter de petits tubes ridicules ?
    De brefs exemples parmi des milliers...
    C’est un véritable parcours du combattant de faire ses courses quand on a des convictions mais qu’on a pas d’argent (je suis étudiante) pour aller à l’épicerie bio ou dans les magasins "bobos".
    Mais je continuerai à compter sur moi et mes astuces plutôt que sur eux.

    24.11 à 20h29 - Répondre - Alerter
  • J’étais enfant dans les années 60 et j’ai encore le souvenir de la balade qui représentait pour moi l’après midi des courses.
    Ça se passait à "La drogheria", à Milan : un lieu absolument fantastique !
    On entrait et subitement les narines étaient titillées par la vanille et la cannelle des gâteaux secs, qui étaient exposés dans des boîtes en verre, juste sur le comptoir...Un peu plus loin il y avait un grand panier avec de gros morceaux de chocolat noir, blanc, noisette...Du plafond pendaient les jambons et les saucissons...Sous des cloches apparaissaient les fromages ...
    En haut du présentoir, les épices multicolores attiraient le regard ,car elles remplissaient des grands bocaux transparents.
    Les femmes parlaient entre elles, en attendant leur tour ; l’épicier et sa femme connaissaient bien les clientes et les appelaient par leur nom. J’aimais se fond sonore qui souvent éclatait en rires. J’aimais les papiers bleus ou blanc ( avec écrit en rouge "La drogheria") dans lesquels l’épicier enveloppait la nourriture ; parfois il en faisait un cornet, pour mieux contenir la farine ou le sucre. J’aimais les courses ! Alors : grande distribution, emballages : qui a dit OUI ?

    24.11 à 13h13 - Répondre - Alerter
  • Certes, certes, les industriels font des efforts .....des efforts pour nous fourguer des choses inutiles (cadeaux, surremballages qui flattent l’égo, etc...)
    Une taxation puissante sur l’inutile permettrait sans conteste de faire enfin baisser la part de l’emballage.
    Et cette taxation existe avec la taxe Ecoemballage (le fameux "point vert"). Or, avec des niveaux actuels très bas, on n’incite pas à l’allègement des bouteilles en verre, à la suppression des inutiles leaflets et autres stupides informations promotionnelles, à la recherche de la performance écologique.
    Bref, le levier est là ....manque les politiques courageux pour l’actionner

    24.11 à 11h01 - Répondre - Alerter
  • Il faut faire pression sur les grandes surfaces, les supermarchés de proximité, en leur laissant les emballages au lieu de faire supporter à la collectivité le coût considérable du tri et de leur recyclage.
    Des tentatives ont déjà été effectuées mais ne se sont pas généralisées.
    Si les grandes surfaces subissent cette pression, elles feront elles-mêmes pression sur les producteurs pour qu’ils assument le coût du recyclage ou qu’ils réduisent la quantité des emballages, ou qu’ils augmentent leur recyclabilité.

    24.11 à 11h01 - Répondre - Alerter
  • Carton de tube à dentifrice, emballages des yaourts, "sous-emballages" des paquets de gateaux, mini-briques de jus de fruits... Nombreux sont les emballages dont on pourrait se passer et qui encombrent largement nos poubelles !
    Privilegier le marche d’accord, passer aux epiceries bio, utiliser des gourdes et des boites pour nos enfants d’accord aussi. Il n’en reste pas moins que certains passages dans les GMS sont plus ou moins inevitables et, je dois bien l’avouer, pratiques quand on a des enfants, pas beaucoup de temps et une moyenne surface a proximite !

    Il faut encourager les marques a faire des efforts (des produits multi-usages, des packaging utilisant moins de matiere, voire inexistant quand c’est possible) et les enseignes aussi : en proposant du vrac, de la consigne etc.
    Quelle hypocrisie d’afficher des grands principes de DD, quand on propose en parallele des produits suremballes, des mini-contenants, des sacs plastiques en masse a la caisse... et qu’on jette les cintres des fournisseurs "parce que de toute facon, ils nous en fournissent d’autres avec les nouveaux produits mis en rayon" !

    A quand une action ou chaque consommateur laisserait ses emballages sur le tapis de caisse, en partant, pour que les enseignes mesurent le volume en moins dans nos poubelles (et en + pour eux a eliminer) ?!

    24.11 à 10h48 - Répondre - Alerter
  • panpan : Noël

    Avec les "cadeaux" de Noël, les poubelles vont encore déborder...
    Non, les marques ne font pas grand chose pour réduire les emballages ; bien au contraire...

    24.11 à 10h00 - Répondre - Alerter
  • Il n’y a pas que dans les poubelles qu’il faut regarder. Lorsque vous faites vos courses privilégier les marchés (Amap, Producteur, local...) . Revenez avec vos sacs, pour les légumes , les fruits et mem pour le pain soit refusez le petit sachet ou papier sinon proposez votre petit sachet a la boulangere (au debut elle sourit, puis ca devient une habitude). Choisir les produits avec le moins d’emballage, essayer les produits en vrac c’est bien aussi.

    Et surtout ne pas hésiter a telephoner au service consommateur des marques pour leur en toucher deux mots (il sont attentif a ce que vous dites et parfois vous rapelle si il n’avait pas la reponse lors de votre appel).

    Le plus simple pour que les marques diminue leur emballage, c’est de le communiquer autour de vous ainsi ce fera effet boule de neige (tiens c’est la saison) et les marques vont s’en rendre compte. Et puis au lieu d’innover au niveau du produit , elles pourraient innover (simplifier) leur logistique de conditionnement et d’acheminnement.

    24.11 à 09h40 - Répondre - Alerter
  • Je pense que l’idée est de laisser nos emballages au super marché, après avoir régler la note.
    Cela sensibiliserai les gens d’une part sur le volume de leur poubelle. et de plus, cela sensibilisera les grandes surfaces, à force ils arriveront à trouver des négociations avec leur fournisseur et les grandes marques. Si tout le monde s’y met, c’est évident que cela fonctionnerai.
    Une journée dans l’année pourrait être au moins organisée.... une idée pour terraeco ?

    24.11 à 08h57 - Répondre - Alerter
  • Les industriels n’en font pas assez, c’est évident. Sous la pression de quelques enseignes, Walmart par exemple, les marques sont tenus de faire des efforts significatifs pour réduire leur quantité d’emballages. Mais les résultats sont encore faibles, et décevants au regard des enjeux. Il existe sans doute un problème de motivation et d’engagement. Mais il faut leur reconnaitre qu’il n’est pas si facile de supprimer ou de réduire les quantités d’emballages.

    Outre des problématiques marketing de surface d’affichage, contrainte la plus facile à faire tomber par choix philanthropique, il existe de nombreuses autres contraintes techniques (logistique, mécanique, machinabilité en production, conservation des aliments, etc ...) qui sont aujourd’hui ultra optimisées, qui rendent des services utiles aux produits emballés et qu’il est difficile de substituer par du "non-emballage". Quand Danone dit avoir mis 3 ans pour enlever le suremballage de ses pots de yaourt Activa et Taillefine, on peut se gausser d’une réussite aussi modeste pour un temps aussi long. Mais quand on connait le packaging et les contraintes techniques qui s’y exercent, on comprend qu’il a vraiment fallu de l’énergie et des heures de recherche et développement pour y parvenir.

    En conclusion, les industriels n’en font pas assez et il faut continuer à leur mettre la pression sur ce sujet. Mais il faut aussi les aider pour qu’ils y parviennent avec ampleur. Cela passe par des innovations de fabricants d’emballages, cela passe par une valorisation par le grand public des marques qui parviennent à le faire de manière significative ; et cela passe aussi et surtout par une vraie volonté des chaines de la grande distribution de faire des efforts en ce sens, et de collaborer avec les industriels pour les aider et les inciter. Trop souvent la GMS impose des contraintes qui vont dans le sens opposé.

    23.11 à 14h42 - Répondre - Alerter
  • Les industriels s’adaptent à ce que les gens achètent, car c’est bien l’objectif qui est en jeu.

    Si au lieu de faire ses courses en GMS, on privilégie les courses alimentaires sur les marchés, auprès de producteurs locaux, on évite une grande quantité d’emballage, tout en ayant des produits de meilleure qualité à des prix plus raisonnables.

    Inutile de méditer longtemps sur le contenu de sa poubelle en regard des avantages immédiats et durables !

    23.11 à 11h56 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité