publicité
Changer de vie : ils ont osé, pourquoi pas vous ?

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Actu > Climat > Vendredi à Durban : Les événements de la journée

Vendredi à Durban : Les événements de la journée

Taille texte
Vendredi à Durban : Les événements de la journée
(DR)
 
En direct d’Afrique du Sud - Décryptage à chaud des derniers événements de la Conférence du climat à Durban, avec notre correspondante en Afrique du Sud.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Pour suivre les événements de la journée de samedi, c’est par ici

Mise à jour 00H30 : A minuit trente, les négociations de l’indaba reprennent pour discuter d’un nouveau texte intermédiaire. La plénière doit s’ouvrir samedi matin autour de 10h.

Mise à jour 22H39 : Les négociations sont suspendues. La présidence sud-africaine de la COP17 est en train de revoir sa copie. L’Indaba, la réunion des ministres, doit reprendre dans les heures à venir pour discuter de la nouvelle proposition. L’Union européenne a émis ses réserves sur le premier texte. Pour le groupe africain et le groupe des Etats insulaires, il est carrément « inacceptable ». La conférence va très certainement se prolonger demain toute la journée.

Mise à jour 18h33 : Les négociateurs s’attendent à une looongue nuit. Sur twitter le négociateur français Paul Watkinson annonce : « On manque d’air dans la salle, je tombe de sommeil, j’ai raté une grande partie de l’intervention du négociateur saoudien ». Corinne Lepage lance elle : « Une longue nuit commence. On ignore s’il y aura une pleniere cette nuit ». Devant le centre de conférence on manifeste. A l’intérieur, un sit-in est en train d’être évacué. Le président international de Greenpeace, le sud-africain Kumi Naido se serait fait expulser également.

Mise à jour 18h16 : Nathalie Kosciusko-Morizet dénonce sur twitter cet accord. « À Durban la présidence sud africaine propose enfin un texte de négociation : une base utile, mais insuffisante pour la France et l’Europe ».

Terra eco a obtenu une copie du texte élaboré dans la nuit de jeudi à vendredi par les négociateurs. Il ne s’agit pour l’instant que d’un texte intermédiaire dont les ministres discutent en ce moment à Durban à la conférence des nations unies sur le climat. Proposé vendredi vers 16h, ce document de quatre pages est le fruit d’une longue nuit de travail pour les états présents. Une vingtaine de ministres, réunis en Indaba, ce conseil de sages élaboré par les Sud-Africains, ont planché jusqu’au petit matin pour avancer sur les termes des négociations. La Chine, l’Inde, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres états étaient autour de la table. A l’arrivée, voici ce qu’on trouve pour le moment dans ce document de travail :

- 1) La prolongation du protocole de Kyoto pour une deuxième période d’engagement.

Selon le texte intermédiaire, il faut que toutes les parties disent quels sont leurs engagements à partir du 1er mai 2012. En juin 2012 le texte serait examiné et éventuellement adopté lors de la COP18 au Qatar l’année prochaine. Mais on ne sait pas qui pourrait prendre des engagements. La Russie, le Japon, les Etats-Unis, le Canada ont déjà fait savoir qu’ils ne veulent pas d’une seconde période d’engagement. Les membres de l’Union européenne, la Suisse et la Norvège ont poussé pour la prolongation du protocole de Kyoto, mais ces états ne représentent qu’un peu plus de 11% des émissions totales de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

- 2) La mention de la feuille de route, tant réclamée par les Européens, apparaît dans le texte intermédiaire.

Le principe de cette feuille de route ? Se mettre d’accord pour développer un cadre légal (legal framework en anglais) applicable à tous et détaillant comment l’ensemble des pays parviennent ensemble à réduire les émissions. Mais, selon l’UE, ce n’est pas assez ambitieux en terme de calendrier. En effet, on commencerait seulement à discuter de ce cadre légal fin 2012. Le texte pourrait aboutir à l’horizon 2015. Mais, son application ne serait qu’après 2020. Et c’est bien là que le bât blesse : ce qui ne va pas pour les Européens, c’est l’« après » 2020, sans plus de détails. Un agenda flou totalement inacceptable pour Bruxelles. Autre point de désaccord : ce terme de cadre légal est flou. Nul ne sait ce qui serait juridiquement contraignant ou non.

En parallèle des discussions sur ce documents, des groupes de travail se sont réunis sur différents thèmes : fonds vert, forêt, adaptation au changement climatique, atténuation, financements. Nathalie Kosciusko-Morizet a piloté celui sur l’agriculture et les taxes sur les transports aériens et maritimes. Tous doivent rendre leur copie en début de soirée. Petit à petit, le puzzle se met en place. Un texte définitif pourrait être proposé tard cette nuit. Mais, il faudra encore voir si, avec les différents niveaux d’ambition, Durban n’accouchera pas d’une coquille vide.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Le rédacteur :
Sophie Ribstein

Correspondante de « Terra eco » en Afrique du Sud.

PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité