publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Le Venezuela plante en ville
Article Abonné
5-01-2009

Le Venezuela plante en ville

Taille texte
 
100 000 microjardins urbains pourraient à terme alimenter le pays en produits agricoles.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"New deal vert : 30 idées pour changer le monde"

A LIRE SUR LE MEME THEME

- New deal vert : 30 idées pour changer le monde

- 20 millions d’emplois verts en vingt ans

- Le vélo comme étendard

- A Munich, l’eau baigne dans le bio

- La Suède, reine des écotaxes

- Le palmas, monnaie de la favela

- Växjö, la ville qui a dit non au pétrole

- Le Bangladesh dans le panneau

Du pétrole, mais pas de légumes. Le Venezuela s’arrache les cheveux. Enfin un peu moins, depuis que son charismatique président – et ancien lieutenant colonel – Hugo Chávez a annoncé vouloir créer 100 000 microjardins à travers le pays. L’équation que le chef de l’Etat vénézuélien a voulu résoudre est la suivante : 85 % de la population de ce pays sud-américain vit en zones urbaines et seulement 5 % du produit intérieur brut est issu de l’agriculture. En 2004, l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) a donc proposé de développer ce qu’elle appelle les « microjardins urbains ».

Solidarité sud-sud Quatre ans après le lancement, 15 000 familles ont rejoint le programme. Organisés en coopératives et implantés dans les quartiers populaires – très nombreux dans la capitale, Caracas, plusieurs milliers de petits jardins potagers urbains approvisionnent désormais les villes. Les légumes sont contrôlés périodiquement par un laboratoire pour s’assurer qu’ils ne renferment pas de trace de pollution. Enfin dernière brique du projet, la solidarité sud-sud. De nombreux experts, en provenance notamment du Sénégal, de Colombie ou de Cuba, viennent régulièrement apporter leur aide technique. Pour que fleurissent d’autres jardins. —


VILLE RAMASSEE

Après des années d’extension des périphéries, d’artificialisation des sols et d’explosion des transports, l’heure est à la densification de l’habitat. « On pourrait imaginer qu’il soit impossible de construire en dessous d’une certaine densité, avance Alain Sallez, de l’Observatoire de la ville. Passer par exemple de 7 logements par hectare dans les zones pavillonnaires, à 35. »

ETAGES MIXTES

On connaît la mixité sociale, prônée par la loi sur les 20 % de logements sociaux par communes. Moins la mixité fonctionnelle – mêler domiciles, lieux de travail et équipements – ce qui limite les déplacements et favorise la convivialité.

COOPERATIVES

Les habitants coopérateurs partagent la propriété d’un immeuble, les décisions qui le concernent et mutualisent des équipements (buanderie, salles de jeux, jardins...). Très développé en Norvège (40 % des logements d’Oslo) ou dans les écoquartiers allemands, ce système connaît un regain d’intérêt en France.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité