publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Le Bangladesh dans le panneau
Article Abonné
5-01-2009

Le Bangladesh dans le panneau

Taille texte
 
A la tête de 200 000 installations photovoltaïques, la Grameen Shakti convertit au solaire les régions reculées du pays.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"New deal vert : 30 idées pour changer le monde"

A LIRE SUR LE MEME THEME

- New deal vert : 30 idées pour changer le monde

- 20 millions d’emplois verts en vingt ans

- Le vélo comme étendard

- A Munich, l’eau baigne dans le bio

- La Suède, reine des écotaxes

- Le Venezuela plante en ville

- Le palmas, monnaie de la favela

- Växjö, la ville qui a dit non au pétrole

Aujourd’hui, 70 % des habitants du Bangladesh n’ont pas l’électricité et s’éclairent à la lueur de lampes en kérosène, polluantes et toxiques pour leurs utilisateurs. Allumer les lanternes et faire vibrer les radios dans les villages les plus reculés du pays : c’est l’objectif défendu par Grameen Shakti (GS) depuis 1996.

De la télé à la clinique

Cette organisation, née dans l’imagination fertile de quelques fondateurs de la Grameen Bank, créatrice du microcrédit, a initié une armée de Bangladais – femmes et jeunes en tête – à l’énergie solaire. Et la sauce a pris. Aujourd’hui, GS a déjà équipé les toits de 200 000 logis et petits commerces ruraux. Cette révolution verte est rendue possible grâce à l’échelonnement des paiements ou à l’achat groupé.

Dans ces zones, les populations ont désormais accès à la télévision ou au téléphone portable, elles peuvent étudier ou travailler plus longtemps grâce à l’éclairage électrique, tandis que les commerces annexes (vente et réparation de télévisions et de matériel électrique) prolifèrent, se développent, prospèrent ou fructifient d’ailleurs. Même les cliniques locales ont recours aux panneaux pour maintenir leurs vaccins au frais ou éclairer leurs salles de soins. En 2015, GS planifie qu’un million d’installations devraient envahir les toits du Bangladesh. —

- Le site de Gshakti


LOGEMENTS BASSE CONSOMMATION

Imposer une réglementation thermique inférieure à 50 kWh/m2 pour tous les bâtiments. En France, cet objectif ne vaut que pour les bâtiments neufs, et une réduction de la consommation de 38 % dans l’ancien. Coût : 8 milliards d’euros. Création de 150 000 emplois.

AU PRIX FORT

Jean-Marc Jancovici propose une contribution nationale énergie-climat, avec une augmentation automatique des prix de l’énergie de 5 % par an, même en cas de baisse des cours du pétrole. Objectifs : « Donner un signal prix et une visibilité pour les investissements, et dégager des fonds pour les transports propres ou l’installation des agriculteurs. »

VOITURES MOINS GOURMANDES

Jean-Marc Jancovici, expert carbone, propose de fixer à 50 g/km la norme d’émission des gaz à effet de serre des véhicules neufs. Trois fois moins que la moyenne actuelle, et beaucoup moins que les 120 g fixés par le règlement européen d’ici à 2015. Et sans rupture technologique, estime-t-il : « Les constructeurs devront fabriquer des 2CV, moins lourdes que les voitures actuelles suréquipées, et qui ne dépasseront pas les 120 km/h. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité