publicité
Accueil du site > ZZZ Papiers en attente > A classer depuis V4 > Le Blog de Terra Economica > Au secours, les Etats-Unis font faillite !
21-02-2007

Au secours, les Etats-Unis font faillite !

Taille texte
 
Les déficits américains se creusent et les pays bailleurs de fonds semblent ne plus dormir sur leurs deux oreilles. Attention danger.
SUR LE MÊME SUJET
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
15 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • cher ami je crois qu’il serait temps de prendre des cours d’economie. je m’explique le deficit commercial n’a aucune incidence. depuis tout petit on nous aprend que + est mieu que -. mais il ne s’agit que de flux. un deficit commercial n’as pas d’incidence. quant a la dette, cela a effectivement une incidence. mais cela depend egalement de la structure de l’economie, si je me souviens bien, l’italie en est a 108% d’endettement la grece 109%. vous allez me dire oui mais vu l’etat de l’heure economie. mais pire : le japon , un modele pour beaucoup en est a 160% !!!!! donc c’est vrai que cela peu etre inquietant, mais cela depend surtout de la structure eco. car les americains se financent grace a l’epargne europeene et japonaise. mais il est vrai que cela peu vite devenir effet de domino en cas de recession+ les interets. par ailleurs, un pays avec peu de deficit est pour ainsi dire un pays qui vegete

    28.04 à 13h15 - Répondre - Alerter
    • Commence par arreter les cours d’économie madi in USA

      1er.12 à 13h15 - Répondre - Alerter
      • je suis bien en accord avec tout ce qui c’est dit mais à cause des états unis le monde tremble et la France également je pense que l’implosion est inévitable, en effet nous sommes à la fin d’un cycle le morale les projets la consommation n’y est plus c’est d’abord économique nous avons des industrie qui crache une production 24H sur 24 comment voulez vous consommer toute cette production il faut être américain pour s’endetter et acheter le dernier cri de téléviseur à crédit sachant que l’ancienne marche paraitement je veux dire que nous sommes en surproduction tout le monde a un frigo machine à laver etc comment voulez vous acheter toute cette production dont nous sommes tous pourvu les stocks débordent etforcément le C.A des entreprise baisse elles licencient et attendent de pouvoir écouler le surplus mais ce que je vais dire peut choquer il faut détruire pour reconstruire le chomage sera résorbé et à nouveau les projets et le moral reviendra il faudrait plus de temps pour s’exprimer mais la modernisation nous a tué les automates sont partout et rempace l’homme pour produitre plus et moin cher des produits que l’on achete plus c’est obligé qu’on aille dans le mur

        17.01 à 13h11 - Répondre - Alerter
    • Cher ami, je crois qu’il serait temps d’arrêter de jouer les perroquets savants. Tenez.. Je suis prêt à vous refiler des subprimes... Je vois que votre déficit est minable.

      6.07 à 15h57 - Répondre - Alerter
  • 763,6 milliards de dollars : c’est le montant record du déficit commercial américain pour 2006, en hausse de 6,5% par rapport à 2005 (717 milliards de dollars).

    Il était de 617,7 milliards de dollars en 2004 et de 496,5 milliards de dollars en 2003. 54% d’augmentation en 3 ans

    En 2006, le déficit commercial américain avec la Chine a également touché des sommets : il représente 30% du total, à 232,5 milliards de dollars.

    Les déficits commerciaux américains et donc le standard de vie américain, “non négociable“, selon le mot de George Bush père, sont financés par le reste du monde (principalement le Japon, la Chine, l’Europe et les pays pétroliers).

    Jusque là, tout va bien : tout le monde se tient par la barbichette. Si, par exemple, les chinois lâchent brutalement les Etats-Unis, alors qu’ils n’ont pas encore développé la consommation sur leur marché intérieur, ils perdent leur plus important débouché commercial, ruinent leur potentiel de croissance et s’exposent à une explosion sociale.

    Restent que tous les pays créditeurs s’inquiètent de l’ampleur des déficits américains et des déséquilibres ainsi créés.

    Pour des raisons diverses mais convergentes (financement des retraites pour le Japon, investissement dans son propre développement pour la Chine, opposition géo-politique pour d’autres encore...), ils n’ont pas vocation à les financer durablement ou sans limites.

    Que peut-il se passer ?

    Soit les Etats-Unis diminuent spectaculairement leurs déficits en achetant moins à l’étranger, mais ils prennent alors le parti de diminuer la consommation et touchent alors au standard de vie des américains, avec les effets politiques désastreux qu’on peut imaginer. Simultanément, ils provoquent une récession chez leurs fournisseurs (principalement la Chine), qui n’ira pas sans graves conséquences sociales et politiques.

    Soit les américains ne font rien - c’est l’hypothèse qu’on retient - et la valeur du dollar contre l’Euro et d’autres monnaies va continuer de se dégrader.

    L’Euro vaut aujourd’hui 1,3028 dollar. Tendanciellement, la monnaie américaine perd et perdra de la valeur. Certains la voient baisser, dans les prochains mois, jusqu’à 1,5 ou 1,8.

    Pour contrer cette baisse, il n’y a qu’une parade : augmenter les taux de base bancaires du Dollar, ce à quoi Ben Bernanke ne peut se résoudre, car cela signifierait un ralentissement de l’activité aux Etats-Unis. Coincé.

    Combien de temps peut durer cette situation, à la fois figée (par absence de solution simple) et en aggravation exponentielle ?

    Cela dépendra du temps, du vent, du cours du pétrole (58,45 $ le baril aujourd’hui), de la situation internationale, de la pression sociale en Chine, de l’ampleur de la crise immobilière qui a commencé en août dernier aux Etats-Unis et de la brutalité de l’atterrissage de l’économie américaine qui s’ensuivra.

    Mais dans tous les cas de figure, l’Europe est en première ligne d’une situation explosive à court terme. Un dollar faible et un Euro fort pénaliseront d’abord l’économie européenne et ses exportations. C’est déjà le cas pour la France, dont le déficit commercial se creuse dangereusement depuis quelques mois.

    Bien malin ou bien imprudent qui annonce une croissance de 2% pour 2007. Les candidats à la Présidentielle feraient bien d’y songer et de préparer l’opinion publique à quelques tangages de belle ampleur, au lieu de multiplier les promesses coûteuses.

    * Retrouvez cet article sur Carnets de nuit

    21.02 à 16h08 - Répondre - Alerter
    • "Le reste du monde finance le déficit commercial américain". Comment ? Est-ce à dire que les pays fournisseurs des US travaillent leur font crédit ? Si oui, il faut le dire et parler de la dette américaine, trop souvent confondue avec le déficit commercial. Parfois, les sous-entendus et les suppposés connus des économistes sont plus opacifiants qu’éclairants.

      22.02 à 12h53 - Répondre - Alerter
    • Je trouve cette analyse à courte vue, voire complètement dépassée.
      Cela fait presque deux ans qu’on parle du ralentissement brutal de l’économie américaine (rappelez-vous Katrina était censée avoir plongé les Etats-unis dans la récession) comme cela fait aussi des années qu’on évoque la chute du dollar. Et on attend toujours.

      Ce qu’oublie complètement l’auteur de cet article, c’est que le dollar est en quelque sorte l’étalon-or moderne. Tant que le prix du pétrole et de la plupart des matières premières sera libellé en dollars, tous les pays producteurs auront intérêt à soutenir le billet vert.
      Et tant que les Etats-Unis seront la première économie mondiale et le premier consommateur mondial, tous leurs fournisseurs auront intérêt à maintenir un dollar relativement élevé ou plus précisément à maintenir leurs monnaies nationales à un niveau bas. Pour ce faire, la Chine mais aussi le Japon et les autres pays asiatiques achètent des bons du Trésor américains, ce qui maintient le dollar à un niveau élevé et permet aux Etats-Unis de financer leur dette. Même logique pour les pays de l’Opep qui ne savent plus quoi faire des milliards de dollars qu’ils ont accumulé et les placent sur les marchés américains ou européens.

      Quant à l’inquiétude des marchés financiers, je ne sais pas trop à quoi cela fait référence. Le marché de la dette, i.e. le marché obligataire, ne s’est jamais aussi bien porté avec des taux à des niveaux historiquement bas.

      Tout cela ne veut pas dire qu’il ne va rien se passer à l’avenir mais j’ai tendance à me méfier des Cassandre qui crient à la chute du dollar depuis des années. Ils feraient mieux d’essayer d’expliquer pourquoi le système tient malgré des déséquilibres apparemment énormes.

      22.02 à 15h46 - Répondre - Alerter
      • En effet c’est cette dernière question qui est intérressante.

        Force est de constater que les USA sont toujours et reste la première puissance économique mondiale et que tout à l’air depuis 2001 de très bien se passer là-bas.
        Je ne vois pas l’ombre d’une chute d’empire arriver (à moins d’une grosse surprise) et ce que j’entends sur les résultats de la bourse sur la RTBF (même si je n’y comprends rien) c’est que les investisseurs se font des c.. en or.
        Alors comment de tels chiffres, et comment tout va toujours aussi bien (globalement) pour l’occident ???

        Merci de m’expliquer

        26.02 à 15h00 - Répondre - Alerter
        • Je viens apporter des précisions pour répondre à Antoine et Laurent et qui vont dans le sens de l’article.

          Le déficit de la balance commerciale américaine n’est qu’un des révélateurs de la banqueroute actuelle de l’économie américaine. Il faut en effet parler des déficits conjugués de la balance commerciale et de la dette américaine. Ces déficits jumelés sont actuellement financé par les dollars émis par la banque centrale américaine, ce qui aboutis d’ailleurs à une inflation du billet vert cachée et galopante. Tant que le monde entier continue à acheter du dollar en masse, tout va bien, même si c’est une course en avant.

          Les achats de dollars sont font essentiellement par le biais du marché pétrolier (tout les échanges sont libellé en dollars). En effet, pour acheter du pétrole, il faut d’abord commencer par acheter du dollar. Tant que le prix du baril de pétrole monte, tout le monde continue à acheter du dollar et continue à alimenter le déficit américain. Avec cette manne, les américains financent leur armée (le budget militaire américain est supérieur à l’ensemble des budgets militaires étrangers) et leurs importations.

          Mais le pétrole n’est pas le seul élément qui fait acheter du dollar : les principaux détenteurs de dollars n’ont pas envie de voir leur avoir se déprécier et continuent de maintenir le dollar en faisant des achats massif de dollars. De plus la plupart des banques centrales, comme la banque centrale de chine qui a tout simplement amarrer sa propre monnaie nationale au dollar, n’a pas interet à voir descendre trop bas la parité de peur de voir casser leurs exportations. Tout le monde est donc entré dans un jeu de dupe ou chacun finance massivement les importations américaines en leur achetant de la monnaie de singe.

          Ce qui arrange d’ailleurs les américains, car une dépréciation de 10% du dollars réduit d’autant leur dette : "Our money, Your problem".

          Pour résumé, on donne donc nos marchandises et nos matières premières contre du vent de peur que le système se casse la gueule. Cette machine absurde va-t-elle s’enrailler ? La question est plutôt ’Quand ?’

          12.03 à 21h41 - Répondre - Alerter
        • Vous êtes vous dejà demandez comment les états unis font pour avoir autant de petrole, comment ils l’obtiennent, la sécurité des puits de pétrole en irak, l’argent sale blanchi à grand coup de spéculation boursière, les marchés bancaires occultes soutenus par des banques suisses ou peu scrupuleuses, les lobbying pharmaceutiques et agro alimentaires ? Voyons, soyons sérieux nous avons perdu nos libertés surtout celle de penser...
          ALBAN
          On ne peut éternellement dépenser plus que ce qu’on gagne !

          7.09 à 19h15 - Répondre - Alerter
      • interessant de relire ce genre de posts après coup...
        Je plains tout ces gens qui ont toujours cru ce qui passe à la télé : "may non les USA ne peuvent pas s’effondrer voyons !".
        espéront pour eux qu’ils n’avaient pas trop investi dans l’immobilmier US ou dans les actions....

        7.03 à 03h46 - Répondre - Alerter
      • Bonjour Antoinne

        Bien que je suis pas spécilaisite dans le domaine, mais je pense que les USA sont entrain de payer chèrement leurs politique militaire et politique, et c’est tant mieux.
        Le suis bien que cette situation complexe se termine par un effonderement de ce pays dont les dirigents actuels, cautionné par leur citoyens sont des plus pure criminelles que l’humanité a vu ce dernier siecle.

        15.03 à 16h40 - Répondre - Alerter
    • Vu la hausse du Dollar qui se profile et l’hégémonie du dollar sur ce marché, j’ai du mal à croire que cette situation n’est pas délibérée. Les déficits peuvent continuer à se creuser, ce sera remboursé au centuple quand les US auront fini de mettre la main sur les 9/10e du pétrole de la planète.

      23.02 à 01h24 - Répondre - Alerter
    • Incroyable le dollar s’écroule et tout le reste s’en suit ? une chose a faire c’est trouver une solution a ce problème, l’augmentation de tout ces prix ne facilite personne.

      15.09 à 20h14 - Répondre - Alerter
    • Incroyable le dollar s’écroule et tout le reste s’en suit ? une chose a faire c’est trouver une solution a ce problème, l’augmentation de tout ces prix ne facilite personne.

      15.09 à 20h15 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité