publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Austérité : l’erreur de calcul qui fait changer de route

Austérité : l’erreur de calcul qui fait changer de route

Taille texte
Austérité : l'erreur de calcul qui fait changer de route
(Crédit photo : Loungerie - flickr)
 
Une erreur a été décelée dans une étude américaine de référence justifiant l’austérité économique. Quelles leçons pouvons-nous en tirer ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

L’« austérité », le « sérieux budgétaire », le « tour de vis »... Chacun son langage pour résumer une idée fixe rabâchée depuis 2009 : il faut réduire les dépenses pour limiter la dette et ainsi, à terme, relancer la croissance.

Cette idée fixe a, entre autres, été légitimée par les résultats d’une étude menée en 2009 par deux économistes américains, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff. Celle-ci concluait que la croissance économique d’un pays se réduit forcément dès lors que la dette de l’Etat dépasse 90% du PIB. L’idée fixe était démontrée : trop de dette tue la croissance, la priorité des gouvernants doit donc être la réduction de la dette, et ce à tout prix. L’étude a été citée de très nombreuses fois pour justifier des mesures d’austérité par des dirigeants du monde entier, comme le rappelle ce florilège publié sur le site d’information Quartz. En France, elle est notamment mentionnée dans le projet de loi de Finances de 2010. Problème, cette étude comporte plusieurs erreurs, notamment dues à une mauvaise utilisation du logiciel Excel, ont montré ce mercredi trois chercheurs de l’université du Massachussetts (Etats-Unis).

Trois leçons à tirer


- Faut-il en conclure que les coupes budgétaires qu’ont subi de nombreux pays depuis 2008, avec des conséquences sociales et sanitaires désastreuses, étaient injustifiées ? C’est ce que fait Dean Baker, chercheur au Centre américain sur les recherches économiques et politiques qui se demande sur son blog « Combien de gens sont au chômage à cause de l’erreur arithmétique de Reinhart et Rogoff ? » Attention toutefois, comme le rappelle le Financial Times, cette erreur de calcul ne suffit pas à démonter toute une théorie économique. Mais elle s’ajoute à une longue liste de reproches. Rappelons ainsi que le FMI (Fonds monétaire international), l’ONU et l’OIT (Organisation internationale du travail) ont ces derniers mois appelé à mettre fin à la course à l’austérité. On peut aussi rappeler que les nombreux pays ayant mené une politique d’austérité... ont vu leur dette augmenter. Et pour cause : un Etat n’est pas un ménage et il ne lui suffit pas de réduire ses dépenses pour réduire sa dette. En effet, l’austérité a entraîné une brusque baisse de la consommation des ménages et des investissements, ce qui a réduit l’activité économique. Et qui dit baisse de l’activité dit chômage en hausse et recettes en baisse pour l’Etat. In fine, l’austérité a fait augmenter la dette dans de nombreux pays...


- On peut aussi conclure que la politique économique est une chose trop sérieuse pour être régie par des seuils fixés par des chercheurs. C’est ce qu’estime Evariste Lefeuvre, chef économiste chez Natixis. Le Prix Nobel d’économie Paul Krugman en tire la même conclusion. Mais estime que ce sont ceux qui ont cité cette étude à tout bout de champ qui sont les fautifs dans cette affaire. « Il y a quelques mois, le Washington Post s’en prenait aux opposants de l’austérité en arguant que “les économistes estiment que le seuil de 90% est une menace pour la croissance économique” », se souvient Paul Krugman qui reproche au quotidien de citer : « les économistes » et non pas « des économistes » ou encore moins « des économistes qui ont été critiqués par d’autres économistes tout aussi sérieux ». Le Prix nobel d’économie considère que cela revient à « trouver quelqu’un qui dit ce que l’on a envie d’entendre et à faire semblant qu’il n’y a personne d’autre à écouter ». Les auteurs de la contre-étude vont encore plus loin, et accusent, eux, les auteurs de la bourde et ceux qui ont cité cette étude d’avoir procédé « à un tri des données » en faveur de l’austérité.


- Enfin, cette erreur nous invite à rappeler qu’en économie aussi on a le droit de faire un pas de côté et de s’intéresser à ceux qui pensent autrement. On peut constater, comme le fait le journaliste Matthieu Auzanneau sur son blog, que la croissance économique, le niveau de dette publique et la facture énergétique des pays évoluent de conserve en Europe. Ce qui pourrait confirmer que notre modèle actuel de croissance n’est possible qu’à condition d’emprunter à gogo et de consommer toujours plus d’énergie selon le journaliste. L’ingénieur et consultant spécialiste de l’énergie Jean-Marc Jancovici estime de son côté que la crise énergétique actuelle nous contraint à vivre des récessions économiques régulières. Et qu’il faudrait donc d’abord réduire notre dépendance aux énergies fossiles pour réduire notre dette. On peut encore écouter l’économiste Jean Gadrey, qui estime lui que la croissance économique n’est pas forcément la solution mais peut-être le problème. Ou encore Alain Grandjean, le cofondateur du cabinet Carbone 4, qui propose d’investir dans la sobriété plutôt que d’imposer l’austérité. Aucun d’entre eux n’affirme détenir LA solution miracle. L’avantage, c’est que leurs idées sont à l’abri d’une erreur de manipulation d’Excel.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Erreur de calcul ou pas, je ne pense pas que ce soit le vrai problème...
    Ce qui est certain c’est qu’il faut arrêter de gaspiller la planète et les richesses qui nous restent, juste pour le plaisir de faire vivre un système qui nous conduit tout droit à la catastrophe (Financière, Sociale & Environnementale)
    Donc arrêter de s’endetter pour acheter des tas de ferraille montés sur roues et qui polluent, des eMachins et des iTruc tous les mois ou des aéroports condamnés d’avance, oui, c’est du bon sens, mais s’endetter pour du développement durable à long terme, pas de soucis, il FAUT le faire MAINTENANT.
    L’austérité non, la raison oui !

    22.04 à 22h58 - Répondre - Alerter
  • Très pertinentes, Thibaut, toutes ces remarques ; le dernier paragraphe à lui seul mériterait d’être démultiplié dans plusieurs médias..."nationaux" !
    Bon courage pour la suite,
    CeH

    21.04 à 09h21 - Répondre - Alerter
  • L’endettement durable est totalement pervers, il permet de financer sa croissance au dépend des pays qui s’endettent moins.
    On est pas capable d’être rassasié avec son gateau, alors on mange à crédit une part du gateau des autres.
    Ce que ne raconte pas l’article, c’est la fin de l’histoire. Nous arrivons maintenant aux limites des ressources de notre monde, et l’endettement permet de reculer l’échéance en continuant à gaspiller. La première crise écologique mondiale a déjà eu lieu en 2007, la prochaine sera d’autant plus violente.
    Vu notre manque de clairvoyance collective, le pire est à venir !

    19.04 à 22h12 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité