publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Concurrence exacerbée dans les transports
Article Abonné
28-10-2015
Mots clés
Transports
Europe
France

Concurrence exacerbée dans les transports

Taille texte
Concurrence exacerbée dans les transports
(les salariés de Blablacar au siège de l’entreprise, à Paris. Crédit photo : Jacques Brinon / AP / Sipa)
 
Les plateformes de location de véhicules entre particuliers ou de covoiturage s'enracinent. En réponse, la SNCF tente de s'adapter en matière de prix.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 72 - novembre 2015

Comment le capitalisme va croquer l’économie du partage

S’il y a bien un domaine dans lequel l’économie collaborative est en train de s’enraciner, ce sont les transports. Depuis 2000, le secteur a en effet connu une mue profonde visant à privilégier l’usage à la possession. De fait, plusieurs modèles créant de nouveaux usages de la voiture – autopartage, covoiturage, location de véhicules entre particuliers – ont émergé. Leur succès est réel : on estime qu’un peu plus d’un tiers des Français utilise au moins une forme de mobilité partagée. « Ces nouveaux dispositifs ont démarré sur des bases coopératives. Dans l’autopartage, ce sont des particuliers qui ont créé des associations de façon militante afin de partager une voiture. Le covoiturage, lui, a été vanté dès la Seconde Guerre mondiale aux Etats-Unis pour économiser de l’énergie dans l’effort de guerre. Aujourd’hui, ceux qui ont réussi sont devenus des entreprises commerciales », expose Bruno Faivre d’Arcier, professeur en aménagement de l’espace et urbanisme au Laboratoire d’économie des transports de l’université de Lyon. Même si leur activité reste encore émergente, certains ont réussi à devenir suffisamment gros et à se faire une place au soleil. Blablacar, créé en 2004, compte désormais 350 salariés et revendique 90 % du marché français du très populaire covoiturage.

Marché plein de promesses

Côté location de véhicules entre particuliers, Drivy, qui a racheté plusieurs de ses concurrents (Buzzcar et l’allemand Autonetzer) et levé 16 millions d’euros depuis sa création en 2010, est devenu le leader européen du secteur. Ceci n’a pas échappé aux acteurs traditionnels. En réponse, la SNCF a tenté de s’adapter en matière de prix : elle a lancé il y a peu une offre low cost de bus (Ouibus) et de TGV (Ouigo). Dans le covoiturage courte distance – un marché encore petit mais plein de promesses – les structures du secteur ont choisi de s’adosser aux jeunes pousses pour ne pas louper le coche. La RATP s’est associée à Sharette, PSA a investi dans Wedrive (même si la start-up a mis la clé sous la porte depuis) et le groupe Mobivia dans Wayz-Up. Une dizaine d’acteurs (start-up et entreprises traditionnelles) se sont par ailleurs réunis au sein de la Fédération nationale du covoiturage afin de porter leurs revendications mais aussi d’engager le dialogue entre eux. 

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité