publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > La banque française la plus sale ? Le Crédit agricole
22-11-2010
Mots clés
Finance
Environnement
France
Exclusif

La banque française la plus sale ? Le Crédit agricole

Taille texte
La banque française la plus sale ? Le Crédit agricole
(Illustration : Rocco)
 
Quand le cabinet conseil en développement durable Utopies classe les établissements les plus émetteurs de CO2, ça décoiffe. Et ça prouve que vos économies peuvent se transformer en bombe climatique.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 20 - décembre 2010

Homme-femme : qui est le plus écolo ?

C’est l’histoire d’un écureuil adepte de la décroissance. Son crédo, c’est son magot qui assurera l’avenir de ses enfants. Pas de 4x4 coûteux et polluant, une alimentation locale et bio, des fringues chinées, un sèche-linge au rancart et tout le toutim. Jusqu’ici, tout va bien. Mais si d’aventure, cet écureuil en a profité pour muscler son épargne, rien ne va plus. Car placé en banque, le bas de laine peut se transformer rapidement en gaz carbonique qui réchauffe le climat : un millier d’euros déposé sur son compte peut représenter jusqu’à une tonne de CO2 émise en un an ! Le cabinet conseil en développement durable Utopies révèle, pour la première fois, l’impact climatique des placements financiers (1). Et ça décoiffe.

Le classement signé Utopies :

Les calculs ont été effectués pour HSBC Holdings (groupe monde) et HSBC France (activités France, ex-CCF), cette dernière publiant un bilan financier distinct.

Quand nous confions nos noisettes sonnantes et trébuchantes à la banque, elles ne dorment pas, loin de là. Notre argent finance des crédits à la consommation (automobile, électroménager, etc.), des prêts immobiliers, des entreprises et même des Etats. Et suivant le bénéficiaire de la manne, l’impact en termes de gaz à effet de serre est bien différent. L’argent qui finance une turbine à gaz n’aura évidemment pas les mêmes conséquences que celui qui appuie une ferme éolienne ou la création d’un commerce de proximité. « Ainsi, NEF ne finance que des projets écologiques et/ou sociaux, explique Stanislas Dupré, directeur général d’Utopies. Des fermes d’agriculture biologique, du commerce équitable, des projets d’économie d’énergie, etc. » Le résultat est à la hauteur, puisque 1 000 euros placés dans les livrets de NEF ne représentent, chaque année, que 200 kg d’émissions de CO2. A l’opposé du classement ? Le Crédit agricole, dont les placements suscitent l’émission, en moyenne, d’une tonne de CO2 par an pour 1 000 euros investis.

Client, tu n’as pas ton mot à dire

« La position des banques correspond plus à leur histoire qu’à de vrais choix stratégiques, explique Stanislas Dupré. Ainsi, la Banque postale (481 kg de CO2 annuels pour 1 000 euros placés, ndlr) n’a pas le droit de financer des entreprises. A l’inverse, le Crédit agricole et ses filiales financent des entreprises du secteur énergétique, bien plus émissives que le secteur immobilier. Finalement, le seul choix stratégique est fait par NEF, et cela se voit. » Pour dresser le bilan des 9 banques, le cabinet Utopies a conduit une analyse de leurs actifs, secteur par secteur. « Si vous financez la moitié de l’achat d’une voiture avec un crédit, la moitié des émissions annuelles du véhicule sont à imputer au crédit, et donc à la banque qui l’a consenti. » Le pire, ce sont les placements en actions : « Les banques innovent peu. Leurs fonds sont investis dans les entreprises du CAC 40, dont les émissions sont élevées. »

Pourtant, les banques commercialisent aussi des produits « socialement responsables ». Des attrape-gogos ? « Ces produits ne représentent environ que 1 % des encours collectés par les banques. Mais dans la plupart des cas, ils reposent sur des modèles définis depuis longtemps, qui ne sont pas remis en cause, regrette Stanislas Dupré. Ainsi, en France, on trouvera souvent des actions Total, parce que traditionnellement, les banques misent 12 % dans le secteur pétrolier. Dans un fonds européen, le choix se fera entre Total, Shell ou BP, mais le particulier n’a pas la possibilité de refuser d’investir dans un secteur donné. » De fait, rares sont les placements bancaires pour lesquels le client a son mot à dire. Parce que les banques sont frileuses et perçoivent toujours l’économie « verte » comme un gadget. « Et pourtant, il y a matière à produire le même niveau de rentabilité et de risque dans ce secteur, assure Stanislas Dupré. Mais il est plus simple d’expliquer à un client qu’on investit dans le CAC 40, dont il entend parler à la télévision, que de lui démontrer qu’un secteur “ vert ” est aussi rentable pour un niveau de risque équivalent. »

Pendant ce temps, selon l’aveu même de l’Agence internationale de l’énergie, il manque chaque année plus de 1 000 milliards de dollars (715 milliards d’euros) d’investissements dans les énergies vertes ! « La réponse viendra d’une réforme de la fiscalité, analyse Stanislas Dupré, qui préconise dans son livre la création d’une taxe carbone sur l’épargne. Elle pourrait se faire de manière indolore pour les finances de l’Etat, à travers un système de bonus-malus. Il favoriserait les placements dans les secteurs les moins polluants et pénaliserait le financement des secteurs émissifs. » Reste à voir si l’idée sera retenue dans la réforme fiscale que projette le président de la République. —

(1) « Que font-ils de notre argent ? », Stanislas Dupré (NiL Editions, 2010).

Avec


Révélations radioactives

Une coalition d’ONG a compilé les investissements de plus de 100 banques dans le nucléaire, soit 867 transactions recensées pour 175 milliards d’euros entre 2000 et 2009. Et selon le site «  Nuclear banks ? No thanks !  », le grand gagnant de ces investissements atomiques est… BNP Paribas avec 13,5 milliards d’euros (en majorité investis dans EDF et Areva). Les deux autres vieilles dames françaises, la Société générale et le Crédit agricole, ne sont pas en reste avec de belles 4e et 5e places !

Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
35 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • banque c est pour les riches salopars

    24.08 à 18h48 - Répondre - Alerter
  • Bonjour

    Oui le crédit agricole est la banque la plus sale ! Après avoir ruiné un grand nombres de petits agriculteurs et avoir récupéré leurs terres ils en ont fait quoi ? Réponse de l’immobilier !!! Ah il ne faut pas avoir un petit compte car là ils nous ratent pas des frais etc.. Alors pour le monde Associatif ils sont zéro !! Et pour les petits artisans idem !!! De plus pour avoir un rendez vous avec un responsable il vous attendre car pour faire plus de fric ils suppriment du personnel ! Surtout si vous êtes assurés à une assurance qui n’est pas là leur si votre argent rentre le lendemain ils vous rejettent le prélèvement !!! De plus ils travaillent avec nos retraites en jouant sur les dates de valeur donc une banque à éviter !

    30.04 à 10h02 - Répondre - Alerter
  • un petit parfum de Panama d’emprunts Russes d’année 1929 d’Eurotunnel pour rappeler "tous les memes" , grossière erreur il faut tordre le cou a cette idée , sinon vous ne pouvez pas vous imaginer a quel point vous pouvez leur retirer une bonne épine des pieds , eux qui font diversion sur les autres pour essayer de noyer le poisson ! année 1999 ils m’avaient encouragé a résilier un P.E.L. contracté chez eux en 1991 , bien entendu ce qui est devenu pour eux maintenant un argument qui ne repose plus que sur du vent , pour aller me reporter sur le premier de leurs 3 fleurons d’attrapes-couillons maison ! c’était sur le long terme ce qui devait le plus rapporter et une chance a ne pas laissé passer , a condition toutefois d’évité de débloquer le contrat établi sur 8 années...de vrais méthodes de flibustiers ! doublement "entubé" a la "caisse d’épargne" on ne fait pas le travail a moitié , piégé a ne pas retirer pour ne pas accepter et repousser l’évidente réalité , il faudra tenir compagnie pour le reste de la vie a ce ramassis de pourris ! a 100% je n’aurais jamais vu la couleur de mon argent mais ces fieffés coquins de dirigeants a 100% ils n’auront pas manqué de le faire briller 1 s’il faut attendre le saint sacrement de l’extreme onction pour profiter de ce qui pourra rester , mais quel mirobolant rendement que ce placement , a la bonne heure les droits de se faire piller sont déjà comptés ! manifestement comme au foot ils jouent la montre , ils attendent que l’on "lève les fourches" , ainsi naturellement pour eux l’affaire sera régler ! mais pour tous le temps de vie se réduit aussi , notamment pour le plus pourri de ce ramassis de pourris comme il a été dit , ils ne vont pas les emmener au paradis , puisse un jour le Diable les emporter ces damnés banquiers , en attendant comme ceux d"Eurotunnel ou des petits porteurs avaient été ruinés , aux oubliettes ça ne va pas passer ! "et si une banque vous aidait a vivre mieux" c’était leur minable misérable insupportable insolent slogan , en rétorquant "et si une bande de pourris vous aidait a vous détruire la vie" après tout ce qui a été dit a votre avis , ce ne serait pas mieux ainsi ?

    6.05 à 11h55 - Répondre - Alerter
  • la Bourse ? grandiose fumisterie réservée aux initiés ou des baiseurs se les font en or sur le C.. des baisés ! tout se transforme rien ne se perd tout se récupère (Lavoisier) B.D.D.P.& Fiston sont les créateurs patentés de leur géniale publicité , diplomés Docteurs Honoris Causa es/conneries , et dire qu’il faut les payer , les murs des agences en sont tapissés , la machine a attirer le pigeon a plein régime doit tourner , seul le plafond ils n’y ont pas encore pensé , il faudra bien leurs suggérer ! éclairons un peu la lumière : si en se pointant dans une agence "caisse d’épargne" de quartier , a défaut d’un casque de chantier pour se protéger , c’est du caleçon modèle U.S. blindé et renforcé sur les cotés dont il faut s’équiper pour éviter de se faire tarauder , misère de misère quelle galère que cette sordide affaire montée par une véritable mafia politico financière ! non mais attendez ce n’est pas terminé , stupéfiant renversant a s’en taper le derrière par terre en visant la concurrence c’est l’écureuil qui donne des conseils de prudence : "méfiez vous des taux trop gonflés qui retombent aussitôt !" ils sont quand meme gonflés ces gaziers car chez eux comme dans une chanson c’est la chemise et le pantalon que vous pouvez y laisser , éventuellement le caleçon pour les garçons et vous retrouvez en tenue de conseil de révision ! cette fois-ci accrochez bien vos ceintures pour ne pas tomber ; d’après l’institut de sondage Posternak après tout ce qui est arrivé , en 2012 la "caisse d’épargne" a 67% aurait été la banque préférée des français ! ou ce type est faché avec les chiffres ou il possède de solides actions maison pour une grosse couleuvre essayer de nous faire avaler ! et il n’en fallait pas plus pour les autres de s’auto proclamés banque de l’année et non moins s’auto décorés avec médaille et lauriers ! en réalité c’est la banque qui enregistre le plus de plaintes et de réclamations et d’un clic vous pouvez le vérifier ! l’avez vous remarquez leur rigolote et crétine publicité semble avoir déserté la presse et la télé ? sans oublier cette autre publicité il fallait bien y penser , sur fond d’assurance vie , émouvant que cette maman portant dans les bras tendrement son petit enfant , mais sait elle cette gentille maman que lorsque son enfant sera devenu plus grand ils en auront peut etre un peu moins a se mettre sous la dent ! assurance vie "caisse d’épargne" c’est la ruine qui peut etre assurée !

    5.05 à 20h03 - Répondre - Alerter
  • année 1984 c’était la référence de confiance , a la caisse d’épargne du quartier un emprunt immobilier avait été demandé , mais dans une rigueur toute administrative il avait été immédiatement rejeté : "vous ne gagnez pas assez , chez nous a la caisse d’épargne nous avons un devoir sacré : celui de protéger nos clients contre les aventures financières liées aux crédits non honorés !" dans le fond sage très sage décision quand on constate ou les faillites nous ont entrainé ! c’était donc du coté du crédit agricole que je m’étais orienté et o bonne surprise l’emprunt sur 20 années sans difficulté avait été accordé et depuis il a été remboursé ! mais pas du tout froissé par le bon sens de l’écureuil , (fatale erreur des avoirs je lui avait laissé) et j’étais resté , mais toutefois un peu troublé a une connaissance j’en avais parlé : "on m’aurait fait un coup pareil vite ailleurs j’aurais dégagé !" vous ne pouvez pas vous imaginez a quel point je peux me les "bouffer" si vous voyez , de n’avoir pas écouter ! parce que moins de 10 années ayant passé , ils avaient été privatisés, ces espèces de vieilles crapules allaient avoir beaucoup moins de scrupules pour m’envoyer a la casse des marchés boursiers pour me faire massacrer , ils m’auront fait la "totale" ces damnés banquiers genre "caisse a entuber" ! pour vous signaler groupe B.P.C.E. c’est + de 3 millions de couillonnés ! a les entendre les résultats sont bons , de plus en plus bons mais il y a gros a parier le pantalon que le jour ou ça sentira moins bon ils nous diront : pour vous nous regrettons , nous faisons nos cartons , nous mettons la clef sous le paillasson , nous fermons le cabanon et nous rejoignons Lehman qui par le fond sert de nourriture aux petits poissons , et puis un grand merci bande de C... votre pognon que c’était donc bon ! "moi le gentil petit écureuil je ne suis pas un criminel , ce sont juste mes gros cochons de patrons qui sous leur impulsion ont élevé la plus criminelle des spéculations a hauteur d’institution , bien profond ils vous l’ont mis dans l’ognon , ils se sont empiffrer la gueule avec vos ronds !" avec une légère modification "caisse d’épargne la banque sale définition" mais j’aime ma banque a en perdre la raison !

    5.05 à 14h06 - Répondre - Alerter
  • en donnant au terme "sale" un tout autre sens : vous recherchez un bon placement qui prend l’eau ? pas de problème c’est la "caisse d’épargne" ou supposée qu’il vous faut ou a défaut son associé obligé en 2009 par l’Elysée : le couple infernal uni pour la vie par les superbes actions Natixis ! sur la lancée d’eurotunnel ou des petits porteurs avaient été ruinés ils s’en étaient inspirés : 1999 Nuances 3d "boosté" par dynamique + , le précurseur en 2001 de Doublo , quelle belle collection , quel beau tir groupé comme ils disent a l’armée , au fait vous connaissez ? voila le genre d’établissements ou vous pouvez en repartit beaucoup plus léger qu’a votre arrivée , remarquez le régime minceur c’est très bon pour le coeur le moral et en général pour la santé ! vous pouvez etre amené a gratter pour gratos quelques journées , un mois et demi dans le cas présenté , voir + si affinité ! année 1999 un P.E.L. devait etre prolongé mais c’est sur les actions qu’ils m’avaient attiré , en faisant le forcing pour les fourguer au plus cher payées , tout en sachant pertinemment bien que la fete n’allait pas durer , et pas du tout un cas isolé c’est leur grande spécialité ! un "arbitrage" avait bien été proposé "reportez vous sur un autre de nos placement pas mal rémunéré si ça peut vous contenter" mais qu’entend-je ai-je bien compris Est-ce une plaisanterie , n’était-ce pas de la figure des gens se moquer ? mais auriez vous vu un bon escroc qui se respecte faire marche arrière , après nous l’avoir mis profondément dans le derrière , ce serait vraiment une première ! un monument de malhonneteté , ils sont connus comme le loup blanc en tant que mouton noir des bancaires ! noir c’est noir je me suis bien fait avoir , il n’y a plus d’espoir avec cette bande de gros ....pards , je me suis tout ramassé dans la poire !

    4.05 à 19h07 - Répondre - Alerter
  • Votre article est très original ;
    Bravo pour ces judicieux détails !
    à très vite.
    Claudia de envoi sms

    15.07 à 11h43 - Répondre - Alerter
  • Voilà avec l’ISR que notre épargne serait une cause du changement climatique !
    Voilà qu’avec le RSE les entreprises auraient une responsabilité dite sociétale sur notre environnement !

    Nous sommes repartis avec cet inénarrable concept d’Investissement Socialement Responsable – les initiés de la secte doivent dire IRS – dans la voie où nous mène la crise financière mondiale où ne faisons qu’entrer ; ceci en considérant que la création monétaire se fait par génération spontanée de la monnaie : l’argent crée l’argent.

    Nous oublions simplement que le crédit et l’investissement qu’il permet, ne sont que des outils au service de l’homme qui par ses activités va créer de la monnaie. Il est donc aberrant de prétendre qu’épargne, crédit ou investissement ont une responsabilité sociale, ou sur le développement prétendu durable.
    Il est encore plus aberrant, voire d’une stupidité sans précédent, d’inviter les épargnants comme le font certains n’ayant pas le sens du ridicule, à réfléchir plus sur l’importance de l’empreinte carbone de leur épargne, que sur l’air qu’ils pompent aux autres en s’essoufflant dans des actions ou discours inutiles.

    Il est un investissement socialement responsable, le seul auquel on devrait raisonnablement s’intéresser, c’est celui de tout Homme qui par son travail, son investissement personnel, gagne son pain à la sueur de son front, participant ainsi à la seule création monétaire qui puisse avoir une valeur et que le crédit ne fait qu’anticiper.

    Edgar Rice Burrougs disait : « L’argent, le principe est que si vous en avez c’est que quelqu’un d’autre en a besoin ! ». Cet argent que nous fabriquons par notre travail, cet autre qui en a besoin en fait absolument ce qu’il en veut, et même s’il s’en sert pour fabriquer des bombes et émettre CO2, ou pets et rots méthaniques nous ne saurions avoir en cela une quelconque responsabilité.

    Il est une empreinte carbone qu’il serait essentiel que l’on mesurât, ce que l’on se garde bien de faire, c’est celle de tous ces inutiles - en particulier ces 600 000 qui trouveront un emploi bidon d’ici 2020 dans les secteurs de L’ISRE, SRE, et autres âneries - qui vivent au crochet de ceux qui travaillent utilement, et qui seraient mieux inspirés au lieu de nous pomper l’air, de garder leur souffle pour la phase terminale de leur digestion !

    Seule la bêtise humaine peut donner une idée de l’infini, dit-on en restant poli, elle s’inscrit en outre parfaitement dans le « durable » tellement à la mode ! Les initiés de l’ISR et de la RSE l’exploitent admirablement bien pour tirer de gros profits.

    J.P Canot
    29 septembre 2010

    7.09 à 15h19 - Répondre - Alerter
    • Apparemment vous avez parfaitement intégré le concept suivant lequel on reconnaît l’expert au ton péremptoire qu’il utilise mais pas à la justesse de son propos.

      10.09 à 12h04 - Répondre - Alerter
    • Par le ton de votre commentaire, vous prouvez à tous au moins les choses suivantes :

      1. Le respect de la personne humaine n’est pas votre priorité, à moins qu’il ne s’agisse de la vôtre ; ce n’est pas en inondant d’insultes ceux qui ne pensent pas comme vous que vous ferez avancer vos idées, quelles qu’elles soient.

      2. Citer qu’il n’y a aucune responsabilité quant à la manière dont l’épargne est faite, et même mentionner que le bénéficiaire de l’argent prêté peut en faire ce qu’il veut (ce qui est vrai) même de l’armement ou détruire les ressources, et cela sans que l’épargnant n’ait son mot à dire est totalement abject. Il y a des personnes sur cette terre qui ne recherchent pas que l’argent facile par l’investissement aveugle et déresponsabilisé, mais qui ont une éthique les portant vers un peu moins de rendement mais en garantissant des investissements conformes à leur éthique. Tout comme une banque se refuse à prêter à un client qu’elle juge (parfois, et pour ne pas dire souvent, de manière injuste) insolvable ou peu sûr, ce qui cache aussi d’autres motifs inavouables, un épargnant peut exiger d’un organisme bancaire qu’il soit digne de l’intérêt du client. Il y a pour cela des banques dites alternatives, et qui ne se portent pas plus mal que les grosses banques qui sont renflouées par le biais de l’impôt payé par le bas peuple...

      3. Lorsque vous écrivez, je cite,

      Il est encore plus aberrant, voire d’une stupidité sans précédent, d’inviter les épargnants comme le font certains n’ayant pas le sens du ridicule, à réfléchir plus sur l’importance de l’empreinte carbone de leur épargne, que sur l’air qu’ils pompent aux autres en s’essoufflant dans des actions ou discours inutiles.

      non seulement vous réitérez vos insultes, mais vous faites également preuve d’une arrogance inouïe et d’une totale absence de civisme (la dictature vous conviendrait mieux, semble t’il...) ; si, pour reprendre vos propres paroles, le bénéficiaire d’un prêt ou d’un investissement peut en faire ce qu’il veut, pourquoi un épargnant ne devrait avoir, lui, aucun droit à part celui de "fermer sa gueule", ce qui au passage arrange bien les tenants du libéralisme à outrance...
      Quant à "l’air qu’ils pompent aux autres dans des discours inutiles", comme vous le mentionnez si bien, je ne peux que m’incliner devant l’expert en la matière que vous êtes.

      4. Autre déjection verbale que vous nous avez servie, je cite :

      Il est une empreinte carbone qu’il serait essentiel que l’on mesurât, ce que l’on se garde bien de faire, c’est celle de tous ces inutiles - en particulier ces 600 000 qui trouveront un emploi bidon d’ici 2020 dans les secteurs de L’ISRE, SRE, et autres âneries - qui vivent au crochet de ceux qui travaillent utilement, et qui seraient mieux inspirés au lieu de nous pomper l’air, de garder leur souffle pour la phase terminale de leur digestion !

      Vous oubliez, dans le nombre des "inutiles" dont on devrait mesurer l’empreinte carbone : les exploiteurs du reste de la société qui voyagent en jet privé ou dans des yachts luxueux et "m’as-tu vu" ; les conservateurs (tout aussi extrémistes) qui ne veulent rien changer à leur mode de pensée, de production et de consommation (industrie automobile, pétrolière, du luxe), et ceux qui n’arrivent pas à voir plus loin que l’avant de leur capot et considèrent que le seul fait d’envisager ses transports autrement (pas uniquement la route) ne réveille que leur agressivité envers les autres...

      5. Et pour terminer, le dernier jet résultant de votre onanisme "nombrilique" :

      Seule la bêtise humaine peut donner une idée de l’infini, dit-on en restant poli, elle s’inscrit en outre parfaitement dans le « durable » tellement à la mode ! Les initiés de l’ISR et de la RSE l’exploitent admirablement bien pour tirer de gros profits.

      Pour une fois, je confirme vos dires, la bêtise humaine est infinie, vous venez de le prouver si poliment. Le seul durable que vous considérez comme légitime étant la poursuite d’activités néfastes à l’être humain et à l’environnement planétaire, cela ayant pour seul but que votre petit monde ne change pas et que les générations suivantes se "démerdent" avec ce que vous vous fichez de laisser derrière votre égoïste existence, ne fait que souligner votre citation...

      11.09 à 13h24 - Répondre - Alerter
  • C’est beau un graphe, moi aussi je peu suscité le désarroi avec une ligne et 4 barres. Où trouver : la méthodologie employée, les calculs et des résultats décortiqués ?

    6.09 à 16h03 - Répondre - Alerter
  • Quid des autres banques. Ma banque est la BRED, est-il possible d’avoir les résultats des autres banques
    Merci
    Françoise CHESA

    4.02 à 17h25 - Répondre - Alerter
  • milles excuses j’ai confondu crédit coop et mutuel.
    Du coup le crédit coop n’est pas classé ?
    Au final les chiffres sont les mêmes, j’ai regardé le premier coup avec mes pieds....

    26.01 à 11h51 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    il intéressant de voir la différence entre les données de Utopie et celle des amis de la terre.
    Le classement est quand même différent : http://www.notre-planete.info/actua...
    Le credit coop est entre la nef et la banque postale...
    Donc il est vrai qu’il serait intéressant de comparer la méthodologie mais aussi d’inclure d’autres critères que le bilan carbone ( autres émissions, critères éthiques, sociaux ou culturels) Il est vrai qu’il est plus facile de mettre en place un indicateur carbone qu’un autre plus difficilement quantifiable. Peut etre que cela existe ?

    26.01 à 11h41 - Répondre - Alerter
  • ça y est je l’ai fait, votre article a été lé déclic pour enfin sauter le pas ! J’abandonne le crédit agricole (petit à petit, pas facile de quitter une banque) pour le crédit coopératif qui ne propose qu’une sorte de compte, un seul type de carte, et pas tout un tas de services inutiles.
    et vous c’est quand ?

    4.01 à 12h09 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Atterré, je le suis à la lecture de :
    "Nef, une filiale du crédit coopératif"
    Un peu plus de recherche et surtout la prise de contact avec cet organisme vous aurait appris que la Nef n’est aucunement une filiale du Crédit Coopératif.

    23.12 à 10h02 - Répondre - Alerter
    • Julien Kostrèche : erratum

      Effectivement, la Nef n’est pas une filiale du Crédit Coopératif. Merci de nous avoir signalé cette erreur que nous venons de corriger.

      Au delà de la philosophie, des liens existent cependant entre ces deux établissements.
      Pour en savoir plus : http://www.lanef.com/corporate/faq.php#5

      La rédaction.

      3.01 à 16h59 - Répondre - Alerter
  • Pourquoi systématiquement associer écologie et anti-nucléraire .... quand on regarde un peu les CHIFFRES (et qu’on oublie les dogmes), on se rends compte que :
    - le nucléaire
    - avec certains renouvelables dans certaines conditions
    - et surtout un sobriété de TOUS
    est la seule facon viable de limiter les émission de C02

    http://www.manicore.com/documentati...

    http://www.manicore.com/documentati...

    http://www.manicore.com/documentati...

    http://www.manicore.com/documentati...

    et de nombreuses pages de ce spécialiste du réchauffement sont convaincantes

    12.12 à 20h41 - Répondre - Alerter
    • Désolé mais Jean-Marc Jancovivi (JMJ), polytechnicien, est un pro-nucléaire forcené ! L’objectivité n’est pas son fort...

      7.09 à 10h42 - Répondre - Alerter
      • Vous n’avez pas bien lu ce qu’il a écrit (comme la plupart de ceux qui le qualifie de pro-nucléaire forcené), il n’a peut-etre pas raison sur tout, mais il avance des chiffres et des solutions.

        Je cite :

        *****************************************
        diviser notre consommation par deux

        le solaire 20 à 30% de notre consommation énergétique, en mode décentralisé pour l’essentiel (un dispositif de chauffage solaire basse température par bâtiment + à moyen-long terme un toit photovoltaïque sur chaque bâtiment ou à peu près),

        la biomasse 10 à 20%, surtout pour le chauffage (pour la part non couverte par le solaire),

        l’hydraulique (qui fait déjà 15% de l’électricité en France) peut rester à son niveau, e qui représenterait 6 à 7% d’un total inférieur à 100 Mtep,

        l’éolien pourrait faire quelques % de l’électricité, mais son intermittence pose problème pour aller au-delà sans mettre des centrales à gaz partout,

        le solde (35-45%) pourrait être produit par du nucléaire, en attendant éventuellement qu’à long terme un solaire rendu plus efficace (et surtout un stockage plus efficace !) en prenne le relais (mais n’attendons pas les progrès du solaire : mieux vaut le nucléaire que le pétrole !)
        *************************************************

        Cordialement

        7.09 à 22h34 - Répondre - Alerter
        • Entièrement d’accord avec toi Lucy !

          Je me considère écolo, mais écolo ouvert : j’ai assisté à des conférences, j’ai lu des analyses... Je regrette que les écolos (le parti politique) bloque sur le nucléaire de façon brutale... On nous donne en exemple l’allemagne qui sort du nucléaire... OK... Mais quel est son résultat en terme d’émission carbone ?? Il faut rappeller que de nombreux pays qui sortent du nucléaire ont une électricité largement à base de charbon !!!
          Je trouve l’approche de Jancovici très équilibrée, et réaliste !!
          De plus, bloquer sur le nucléaire conduit à ce à quoi on assiste aujourd’hui : les thèmes écolos sont TOTALEMENT absents de la campagne présidentielle. Et le seul thème porté par les verts c’est le nucléaire, malgré l’urgence climatique, la perte de biodiversité etc... qui devraient conduire à reconsidérer en totalité un modèle de société plus sobre, plus juste, moins violente... Vraiment dommage... J’étais fermement décidé à voter vert, et maintenant je me pose des questions...

          31.01 à 15h03 - Répondre - Alerter
  • Salut à tous,

    Merci de jeter un oeil à ELTYS, qui vient de se créer en Belgique et à pour objectifs principaux de :
    - Collecter des fonds auprès des particuliers et entreprises
    - Les investir dans des entreprises qui restaurent le capital humain et environnemental
    - tout en fonctionnant avec des règles de gestion très strictes
    - et qui s’engagent à ouvrir leurs portes aux coopérateurs pour rapprocher investisseurs et projets soutenus
    - Les rendements de la coopérative sont plafonnés à 6%, ce qui permet de ne pas prendre les entrepreneurs à la gorge avec des taux démentiels

    Pour plus d’infos, voyez la charte d’engagement éthique à laquelle doivent souscrire les projets soutenus.

    ELTYS recherche des coopérateurs, des projets et de bonnes idées pour poursuivre son développement...

    Ceux qui seraient tentés de participer au bank-run day 2010 sont les bienvenus chez Eltys !!!

    Pour plus d’infos, Contactez-nous directement !

    "Le monde du Partage doit remplacer le partage du Monde"

    2.12 à 09h44 - Répondre - Alerter
  • Bonsoir Denis

    Pour rappel, nous avons un ami commun : Alain Gioda. Il me semble que cette etude d’Utopie occulte un fait essentiel :

    des centaines de décisions se prennent chaque semaine dans des instances ou, hélas, ni l’intérêt général, ni les citoyens, ne sont représentés ! Une vraie réforme du secteur financier, (conçue autrement que dans le but de continuer à creuser les inegalités), devrait considérer au minimum 5 mesures vitales pour limiter le droit de vie et de mort que la profession bancaire exerce sur les projets des entrepreneurs : (ceux qui sont financés ne sont pas forcement ceux qui ont la plus grande utilité sociale... mais plutot, ceux qui remplissent le mieux les critères des Comités de crédit !) :

    - Introduire une dimension sociétale et démocratique dans les Comités de crédit. (présence, à coté des professionnels du secteur bancaire, de partenaires sociaux et de représentants de la société civile : ONGs et assoces),

    - Modifier la méthode de calcul du "Retour sur investissement" qui ne prend en compte que la dépense d’investissement, alors que ce qui intéresse "l’usager-contribuable", c’est le "Cout Global de Possession", le CGP... c a d Investissement + entretien & fonctionnement pendant "N années" + Démantèlement.
    Cette question d’une meilleure "vérité des couts"... est vitale : des milliers de décisions sont prises chaque jour sur la base d’infos partielles, donc inexactes,

    - Offrir un second examen, (une seconde chance), aux projets retoqués pour cause de rentabilité jugée insuffisante (alors qu’ils peuvent avoir un grand intérêt financier sur la durée... ou non financier... du point de vue de la sociéte),

    - Mettre fin au système des réserves fractionnaires, c à d confier à la Banque Centrale, (qui, en France, est un bien public depuis 1945), le privilège de création monétaire et les dizaines de milliards de revenus annuels que ce privilège rapporte aux banques privées. Organiser, encadrer, et répartir ce pouvoir monétaire, selon un cadre démocratique, (avec les Comités de Crédit élargis déjà mentionnés), respectant un principe de subsidiarité, entre l’Etat, les régions, et les territoires,

    - Séparer les métiers banques de dépots et de banques d’investissement, (ou plutot de "banques d’intermédiation du crédit", dans la mesure où le privilège de création monétaire par des banques privées, aurait entre temps enfin disparu).

    Selon le terme de Frédéeric Lordon, mettre fin définitivement au risque catastrophique que peut représenter, pour l’économie réelle, la domination d’une finance tentée, de façon récurrente, de "devenir folle"... implique de "Mé-dio-cri-ser" cette activité ! C a d. de faire en sorte que les marges qu’elle peut dégager ne soient plus 5 ou 10 fois supérieures à celles des autres secteurs de l’économie !

    Si cet objectif essentiel est incompatible avec le Traité de Lisbonne... Eh bien, il faut "dénoncer"... (d’abord au sens figuré, puis si cela ne suffit pas, au sens propre !), ce Traité qui est rejeté par le "Souverain", c à d par le peuple français.

    La démocratie et le "respect de la souveraineté populaire" ne sont que des mots, si, à cause des articles 123 et 63 du Traité, les choix politiques sont dictés par la peur des agences de notation... et si des milliers de décisions sont prises chaque semaine dans le réseau bancaire, dans des conditions sans rapport avec le respect de la... "volonté générale" (cf. article 6 de la DUDHC 1789)
    http://www.france-alter.info

    PS Etant un associé de la NEF, je peux indiquer que ce n’est pas une filiale du Crédit Coopératif ! L’alliance qui existait entre ces 2 organismes s’est, hélas, transformée en rivalité, depuis que la NEF travaille avec des italiens et des espagnols pour créer une "curiosité de la nature" : une banque éthique européenne !

    24.11 à 23h26 - Répondre - Alerter
    • Enfin un commentaire qui permet d’avancer positivement.

      Pour encore mieux comprendre ce commentaire je vous invite à lire le "Manifeste d’économistes atterrés" paru récemment aux éditions LLL (Les Liens qui Libèrent). Il se dévore en moins d’une heure. Il tord le cou à 10 contre-vérités professées par les ténors du néolibéralisme qui sont dangereuses, liberticides et foncièrement inégalitaires.

      29.11 à 22h00 - Répondre - Alerter
  • Quant à on voit déjà la difficulté à réaliser un Bilan Carbone (j’en sais quelque chose, je suis prestataire), j’aimerais avoir la méthodologie d’Utopie entre les mains pour savoir comment ils ont pu élaborer cette liste. Pour vraiment évaluer les émissions d’un projet, cela demande un minimum de travail. Multiplier par des centaines pour chaque banque et ça pose 2 vraies questions de fond :
    - Comme Utopie s’y prend-il pour scanner ainsi l’ensemble des banques, quels sont les critères et le périmètre retenus (nécessaire pour comparer les projets entre eux) ?
    - Qui finance Utopie pour réaliser cette étude qui demande énormément de temps si elle est faite sérieusement ? Je veux bien croire qu’Utopie s’accorde des temps de recherche, mais là on parle forcément de plusieurs mois de travail pour un résultat sérieux...

    Pointer ainsi du doigt des banques sur le profil de projets sans avoir un regard sur d’autres aspects peut être réducteur. Pour avoir suivi des jeunes entrepreneurs dans le domaine de l’économie verte, j’ai eu des retours très positifs du Crédit Agricole, offrant son soutien bien plus facilement que d’autres... Utopie n’a pas mesuré ces aspects, qui a pourtant tout son sens pour encourager les entreprises écolo, sous un angle totalement différent.

    Cela ne minimise en rien le fait que les investissements des banques sont faits pour la plupart à tord et à travers, faute de critères adéquates pour évaluer la qualité environnementale des projets... Mais il faudrait avoir une vision un peu plus holistique pour se permettre de classer ainsi les banques... quid des impacts des projets sur les écosystèmes, sur l’eau, sur les facilités de prêts aux jeunes entreprises vertes, etc, etc...

    24.11 à 21h39 - Répondre - Alerter
  • Le jour où se confirmera l’illusion que l’Homme a un rôle essentiel sur le changement climatique, l’éclat de rire sera général au constat des âneries et imbécillités mises en œuvre pour mesurer ce qu’il est convenu d’appeler l’empreinte carbone !

    L’ISR, l’investissement socialement responsable, permet de mesurer l’empreinte carbone qu’entraine l’utilisation de notre épargne.
    La RSE responsabilité Sociale - il est de meilleur goût de dire sociétale -de l’Entreprise permet de vérifier que la politique des entreprises ne conduit pas à une empreinte carbone exagérée !
    Il vaut mieux dire sociétale car le terme englobe, outre l’aspect social qui est ainsi mis au troisième rang, l’aspect économique essentiel et l’aspect environnemental combien illusoire !

    Ce sont ceux qui en France nous serinent avec cette grande peur du CO2, qui ne font rien pour réduire l’incidence du coût et de l’ineffable empreinte carbone des emballages de nos produits alimentaires.
    On préfère, pour soi-disant créer des emplois, utiliser des fouille-merde qui avec bien des risques sanitaires vont trier les déchets que d’autres fouille-merde auront pré triés bénévolement.
    Personne n’a calculé la différence d’empreinte carbone et le volume des emplois utiles qu’entrainerait un retour à des emballages verre consignés et lavés au lieu d’être recyclés, ou remplacés par du plastique avec des coûts et une empreinte carbone infiniment plus forts

    Personne n’a relevé la décision prise en catimini par les soi-disant conservateurs de l’environnement de construire le monstrueux aéroport de la région de Nantes en détruisant 47 exploitations agricoles et une partie du bocage, alors que l’on sait l’importance de ces éléments dans la captation et le recyclage du CO2 via la photosynthèse.

    Il y a une empreinte carbone qu’il serait essentiel que l’on mesure , ce que l’on se garde bien de faire, c’est celle de tous ces inutiles qui vivent au crochet de ceux qui travaillent utilement, et qui seraient mieux inspirés au lieu de nous pomper l’air, de garder leur souffle pour la phase terminale de leur digestion !

    Ah oui ! N’oubliez pas que pendant que nous consacrons temps et énergie à ces idioties et amuse gogos, des petits enfants nus meurent dans le monde au rythme de dizaines par minute, les malheureux n’auront pas eu le loisir de mesurer leur empreinte carbone !

    23.11 à 22h04 - Répondre - Alerter
  • Quelle est l’objectivité de la méthode utilisée ?
    la comparaison centrée uniquement entre le CA et la BP semble très orientée.
    En effet la banque postale n’a pas suffisamment d’antériorité en activité crédit
    et donc il est attendu que son volume de COé dégagé est faible !
    Le cabinet "UTOPIE" est-il fiable ? Qui est intéressé à privilégier la BP le journaliste ou le consultant :
    "les 2 mon capitaine"

    23.11 à 13h37 - Répondre - Alerter
  • Bonjour à tous

    je ne peux que préconiser la lecture de cette enquête des amis de la terre
    http://www.amisdelaterre.org/IMG/pd...

    et visionner le film
    http://financedurable-lefilm.com/

    changer de banque n’est pas si compliqué individuellement....et à grande échelle cela peut avoir un tel impact !

    23.11 à 12h19 - Répondre - Alerter
  • Julien Kostrèche : à lire également

    Sur le thème épargne & carbone, le billet de FredO sur son blog :
    Mon épargne sent-elle le gaz… à effet de serre ?

    23.11 à 11h54 - Répondre - Alerter
  • Est-ce que ce rapport a pris en compte les émissions "négatives" de CO2. J’entends par là, le stockage de CO2 ? La NEF par exemple en finançant des fermes en agriculture bio (ou équivalent) contribue grandement à son stockage ce qui devrait aussi être compté d’une façon ou d’une autre dans le calcul.

    23.11 à 11h46 - Répondre - Alerter
  • Votre article est bien intéressant mais très éthére, loin de la realité de la campagne ou l’agriculture est largement financée par le Crédit Agricole. Est-ce que ce n’est pas surprenant de lire que cette banque est la plus sale de France sans rendre compte du financement d’une agriculture productiviste qui a utilisé les nitrates et les phosphates en tres grande quantité qui salit les nappes phréatiques et les rivières et qui jamais dans son histoire n’a accepté le principe du pollueur/ payeur ?

    23.11 à 11h26 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité