publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Une monnaie parallèle pour sauver la Grèce ?
28-05-2012
Mots clés
Finance
Société
Europe

Une monnaie parallèle pour sauver la Grèce ?

Taille texte
Une monnaie parallèle pour sauver la Grèce ?
(Crédit photo : Images-of-money - flickr)
 
La Grèce doit-elle garder l'euro ou retrouver la drachme ? « Ni l'un ni l'autre », répond un économiste allemand qui propose de créer une nouvelle monnaie, « le Geuro ».
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Deux ans après le premier plan d’aide à Grèce, rares sont ceux qui se risquent encore à proposer des solutions miracles à la crise. Depuis que les Grecs ont voté majoritairement en faveur des partis opposés à l’austérité, le pessimisme est même définitivement de rigueur. Un économiste – allemand qui plus est – s’est pourtant risqué à publier la semaine dernière une proposition de remède pour Athènes.

La reconnaissance de dette devenue monnaie

L’impétueux s’appelle Thomas Mayer, et il est chef économiste à la Deutsche Bank. Sa solution, présentée dans l’hebdomadaire Die Welt - s’appelle le « Geuro », diminutif de Greek euro. Voilà son idée :


- 1) Il s’attend à ce que les Grecs élisent à nouveau une majorité anti-austérité à l’Assemblée le 17 juin prochain, puis que la zone euro décide en retour de ne pas verser les 130 milliards d’euros d’aides prévus.

- 2) Dans ce cas, la Grèce serait à court d’argent et pourrait être contrainte d’adresser dans les semaines suivantes des « reconnaissances de dette » - appelées IoU pour « I owe you » (« Je te dois » en anglais ) - à ses fonctionnaires et à ses créanciers.

- 3) Thomas Mayer propose que ces reconnaissances de dette, qui risquent d’être émises en grande quantité, soient alors considérées comme une monnaie parallèle à l’intérieur des frontières de la Grèce. L’astuce, c’est que cette monnaie aurait un cours bien moins élevé que l’euro. Un Geuro vaudrait en fait la moitié d’un euro classique. Ainsi, la Deutsche Bank entend faire d’une pierre deux coups. Les produits grecs redeviendraient compétitifs puisqu’ils coûteraient mécaniquement et immédiatement deux fois moins chers à l’exportation. Pour autant, la Grèce n’aurait pas à sortir officiellement de la zone euro. La banque allemande prévoit même qu’elle abandonne purement et simplement le Geuro une fois sortie d’affaire.

- 4) Reste toutefois toujours le problème de la dette à rembourser, en euros véritables. Pour cela, l’Europe devrait continuer à sortir son chéquier, le temps pour la Grèce de relancer son économie, préconise Mayer. Il faudrait également se pencher sur le cas des banques grecques, qui deviendraient insolvables. L’économiste propose là de créer une structure de défaisance, appelée aussi bad bank, pour solder les actifs des banques helléniques et sauver les établissements. En clair, une structure créée spécialement pour prendre les actifs toxiques à sa charge et pour les revendre.

Suivre l’exemple argentin...

L’exemple visé est clairement celui de l’Argentine, qui a dévalué sa monnaie en 2001 pour sortir de la crise en 2001. Un bon exemple ? « L’idée est intéressante mais c’est un gros pari. Il faut espérer que ce stratagème évite la contagion aux autres pays en difficulté. Le risque serait moins élevé qu’en cas de sortie directe de la Grèce mais il existerait tout de même », juge l’économiste Stefano Schiavo, professeur d’économie à l’université de Trente (Italie). Contrairement à l’Argentine, la Grèce fait partie d’une zone économique. En optant pour une monnaie parallèle, elle pourrait faire grimper les inquiétudes sur les autres pays en difficulté de cette zone, à savoir l’Espagne, l’Italie, l’Irlande...

« L’Argentine avait des conditions bien plus favorables en 2001, puisque l’économie mondiale vivait une sortie de crise, alors que nous sommes aujourd’hui encore en pleine crise. Par ailleurs, l’Argentine n’a pas résolu tous ses problèmes et souffre toujours d’une inflation à deux chiffres et de problèmes budgétaires », alerte également l’économiste.

...Ou l’exemple cubain

Jacques Le Cacheux, directeur du département des études à l’OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) est plus sceptique encore :

- Il fait d’abord valoir que « les bienfaits d’une dévaluation ne sont pas automatiques ». En effet, il faut souvent attendre quelques mois ou quelques années avant que les investisseurs et entreprises étrangères ne prennent l’habitude de s’approvisionner dans un pays qui a dévalué sa monnaie. A l’inverse, les effets sur les importations sont immédiats. En clair, la Grèce va devoir payer deux fois plus pour acheter son pétrole au lendemain de sa dévaluation mais devra patienter avant d’exporter plus. A court terme, la Grèce risque de devoir financer une balance commerciale encore plus dégradée.

- L’économiste craint aussi la spéculation sur cette monnaie, qui ferait baisser toujours plus la valeur du Geuro. Le seul moyen d’empêcher un tel cercle vicieux serait d’instaurer un contrôle des changes… comme le fait par exemple le gouvernement cubain.

- Sa conclusion ? « A mes yeux, cette solution diffère très peu en vérité d’un retour à la drachme. La rationalité économique porte à croire que personne n’a intérêt à une telle sortie. Mais si la nouvelle Assemblée élue refuse le plan d’austérité, et si les dirigeants européens refusent eux de négocier ce plan, alors la solution politique qui sera trouvée pourrait ne pas respecter la rationalité économique. »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Dans le même esprit, je propose une monnaie parallèle pour sauver le climat : On nous répète qu’il n’y a pas d’argent à investir massivement dans le transition écologique, créons une nouvelle monnaie non convertible ! Nous pourrons la créer sans s’endetter avec comme contre-partie de l’activité économique, de la baisse de consommation d’énergie,...

    30.05 à 09h49 - Répondre - Alerter
  • C’est fou que la formule d’1 taxe spéciale sur les banques qui poussent au système de crédit, n’ait jamais été évoquée. Mais dans 1 monde de surconsommation et de fuite en avant...En Espagne, la seule commune non atteinte par cette pseudo crise (machiavéliquement et longuement fomentée pour commencer à mettre des nations entières, aux chères enchères), est Marinaleda qui ne connait ni chômage, ni misère, ni répression...Mais pas intéressant pour des humanoïdes + spéculateurs que sensés, n’est ce pas ?

    29.05 à 11h31 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Il ne me semble pas que comme vous l’écrivez l’UE continue de sortir le carnet de chèque dans le scénarios de Mayer. Je pense même que c’est l’inverse, la Grèce fait faillite, reste dans la zone euro et comme personne ne lui prête elle est obligée d’avoir une balance des paiements équilibré ou bénéficiaire, donc elle se retrouve obliger de battre sa propre monnaie en parallèle avec l’Euro qui continuera de circuler librement.

    Selon moi c’est plus l’exemple californien qui a été pris que l’Argentine.

    http://advocatus-diaboli-capitalis....

    28.05 à 19h58 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité