publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > Grèce : ce qui peut arriver en trois scénarios
11-05-2012
Mots clés
Finance
Europe

Grèce : ce qui peut arriver en trois scénarios

Taille texte
Grèce : ce qui peut arriver en trois scénarios
(Manifestation du 1er mai contre l'austérité - Crédit : PIAZZA del POPOLO - flickr)
 
Au terme d'une crise politique, un gouvernement hostile aux plans d'austérité ou réservé sur leur application pourrait voir le jour en Grèce. Le pays risque alors de ne pas pouvoir honorer sa dette. Que va-t-il se passer ? Explication.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Dimanche 6 mai, les élections législatives ont rebattu les cartes en Grèce. Combinées, les voix de Nouvelle Démocratie (conservateur) et du Pasok (socialiste) - favorables au plan d’aide international - ne suffisent pas à faire une majorité. Depuis, les partis sont en tractation pour former une coalition. S’ils échouent, de nouvelles élections devront être organisées. Dans tous les cas, un gouvernement hostile aux plans d’austérité pourrait voir le jour. Que se passera-t-il alors ?

Rappelons que la Grèce est tenu par un mémorandum signé avec la troïka (Banque centrale européenne, Commission européenne et Fonds monétaire international). C’est contre la promesse d’un nouveau sérieux tour de vis budgétaire que ces trois là ont accepté de renflouer les caisses du pays le plus endetté de l’eurozone. Ce jeudi, 4,2 des 5,2 milliards prévus via la nouvelle tranche de financement ont été versés. Le milliard restant étant conditionné au retour dans le droit chemin de la Grèce. Mais si le nouveau gouvernement – à condition qu’il y en ait un - refuse les conditions de versements de l’aide, que se passera-t-il ? Les créanciers internationaux vont-ils suspendre leur aide ? Plusieurs scénarios sont possibles.

Scénario 1 : La Grèce sort de la zone euro

Si le gouvernement grec refuse les conditions de l’aide internationale, la troïka risque de bloquer la prochaine tranche de versement. Privée de cash, la Grèce n’aura plus d’autre choix que de se mettre à nouveau en défaut. C’est déjà ce qui s’était « partiellement » passé en mars dernier. A l’époque les créanciers privés avaient accepté d’effacer 110 milliards des 350 milliards de la dette publique. Mais cette fois-ci la dette est majoritairement détenue par des institutions publiques. Résultat : si la Grèce n’honore pas sa dette, « elle se met hors jeu et sort presque automatiquement de l’euro », prédit Benjamin Carton, économiste au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii).

  • Avantages : La Grèce revient à la drachme. Elle peut alors dévaluer sa monnaie et rendre ses exportations – ou son tourisme - plus compétitifs. Sauf que dans le même temps, le coût des importations augmentent. Or, la Grèce importe plus (notamment de l’énergie) qu’elle n’exporte. Résultat : l’inflation augmente et le pouvoir d’achat baisse. « A partir de là, elle peut peut-être remonter la pente, imagine néanmoins Benjamin Carton. Mais ça ne sera pas facile. » Rien à voir en tout cas avec l’Argentine qui a dû sa relance « à la montée du prix des matières premières », inexistantes en Grèce. Et du côté de la zone euro ? « S’il n’y avait pas de problème de contagion, laisser la Grèce sortir serait une solution relativement peu coûteuse, souligne Jacques Le Cacheux, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). C’est comme lorsqu’on a un petit bout de doigt malade et qu’on l’ampute. Après tout, la Grèce ne pèse que 2% du PIB de la zone euro. »
  • Inconvénient : Mais voilà, le risque de contagion existe justement. Au premier rang des victimes : le Portugal, l’Espagne, l’Italie qui inspirent peu confiance. « Si la Grèce fait défaut pourquoi pas d’autres pays ? Le doute risque de se renforcer, les taux d’intérêt de ces pays grimper et la charge de leur dette devenir plus lourde », décrypte Jacques Le Cacheux. Du côté de la Grèce, le scénario n’est guère plus réjouissant. Au lendemain de l’abandon de l’euro, « c’est l’effondrement de l’économie grecque. Le système bancaire est asphyxié, les financements gelés. C’est une situation comparable à ce qui s’est passé pour les économies asiatiques en 98 », anticipe Benjamin Carton. Même si elle cessait demain de rembourser sa dette, la Grèce serait très rapidement à court de liquidités parce que ses dépenses excèdent largement ses recettes comme l’explique l’économiste Alexandre Delaigue.

Scénario 2 : On renégocie l’accord et on met le cap sur la croissance

Renégocier l’accord en adoucissant les mesures d’austérité et les réformes structurelles du marché du travail ? C’est ce que réclame la Grèce aujourd’hui.« On pourrait trouver un compromis, dire qu’on table sur une stabilisation voire une baisse de l’endettement mais pas de manière précipitée et sans sacrifier le programme de soutien de la croissance. C’est l’idée défendue par pas mal de gens notamment par François Hollande ou par des économistes comme Stiglitz ou Krugman », explique Jacques Le Cacheux. Mais comment booster la croissance ? « La Banque européenne d’investissement prêterait à des taux raisonnables ce qui permettrait le lancement de chantiers dans les énergies renouvelables, les économies d’énergie ou les transports verts », imagine Jacques Le Cacheux. « Il y a un petit espace politique pour cela », estime Benjamin Carton. Notamment parce que les plans d’austérité en ces temps de grave récession ne font plus que des émules
  • Avantage : C’est le lancement de la croissance verte, tant attendue.
  • Inconvénient : De nouveaux investissements pour stimuler la croissance, c’est bien beau mais « on est déjà au delà de ça en Grèce, on est dans l’urgence », estime Jacques Le Cacheux.

Scénario 3 : On remet tout à plat 

Et si on accélérait la mue des institutions financières européennes ? On pourrait par exemple créer un fonds européen de recapitalisation des banques qui n’auraient plus à appeler les Etats à l’aide. « Les banques passeraient alors sous la tutelle européenne », résume Benjamin Carton. Deuxième mutation : la création d’euro-obligations. En clair, la mise en commun des dettes des Etats à condition que ces Etats aient honoré leurs créances par le passé.

  • Avantage : Une plus grande intégration européenne. « Quand on traverse une tempête, ça soude les équipes. Mais il faudra avant traverser la tempête », souligne Benjamin Carton.
  • Inconvénient : Une telle mutation n’interviendra sans doute pas assez tôt pour sauver la Grèce. Pis, le temps qu’elle advienne, d’autres pays risquent de rester sur le bord de la route. Et si la crise en Europe accélère le mouvement, il vaudrait mieux que « cette mue aient lieu plus progressivement. Qu’en 2020 par exemple, on ait une architecture solide qui puisse nous protéger si une nouvelle crise survient », estime Benjamin Carton.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • je dis juste, Monsieur, que au lieu de nous caser des bob l’e9ponge en rat dans des dessins, tu poraruis t’inte9resser de plus pre8s au de9but de la vie multicellulaire chez les cousins de Bob. En plus, c’est un bordel monstre niveau classification, tu vas pouvoir refaire une se9rie fleuve comment Bob en est-il arrive9 e0 porter un short ? quant aux gofbts musicaux de John

    9.07 à 07h26 - Répondre - Alerter
  • La 3ème solution ne me semble pas la plus appropriée. Le rachat par les Etats des dettes de banques pour éviter la faillite du secteur privé bancaire en 2008 a mener les Etats à un niveau d’endettement public tel que nous sommes ceux qui rembourseront les conséquences : crises sociales, polititques d’austérité.
    L’Etat ne devrait-il pas plutôt soutenir des projets entreprenariaux d’avenir, plus Ecologiques et créateurs d’emplois qui feraient tourner l’économie ? En ce qui concerne la Grèce et les autres pays du Sud de l’Europe en crise, essayons d’initier au niveau citoyen des projets basés sur un autre paradigme : celui de l’économie solidaire et pourquoi pas décroissante qui répondent avant tout aux besoins des personnes et non à ceux du seul profit.
    Que les banques nous expliquent comment elles vont payer les fonds de pension si elles ne récupèrent pas, selon leur logique, les montants perdus au monopoly de la globalisation ? Cet argent est bien quelque part, ailleurs ... l’argent change de mains. Faudra-t-il que les salariés travaillent dorénavant jusqu’à l’épuisement (âge légal de la pension) pour éviter de rembourser les montants dûs ? ... Voilà les questions qui fâchent et ce n’est ni du poujadisme, ni le goût de la polémique ...

    14.05 à 11h24 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité