publicité
Accueil du site > Actu > L’économie expliquée à mon père > "Ce n’est pas une solution miracle !"
Article Abonné
30-04-2008

"Ce n’est pas une solution miracle !"

Taille texte
 
3 questions à Fabrice Flipo, explorateur de "concepts durables"
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"La mer est-elle l’avenir de la Terre ?"

Pourquoi êtes-vous si remonté contre l’économie de la fonctionnalité ? Ne tombons pas dans le panneau ! Ses défenseurs ne présentent que les cas où elle a des résultats positifs, mais ceux-ci sont marginaux, et même anecdotiques. Ils ne s’appliquent qu’à certains domaines bien précis, ils ne sont pas généralisables à l’économie dans son ensemble. Et on cache soigneusement ses ratés. Ce n’est pas nouveau : voilà des années que je n’entends que des louanges à propos de l’économie dite « de services » qui ne serait pas polluante. Cela repose sur un faux-semblant : un service, au contraire d’un bien, ne se tient pas dans la main, donc il ne pèserait rien. Cela paraît évident, mais cela n’empêche pas qu’il a un poids écologique, parfois plus lourd que celui d’un bien !

Par exemple ?

Imaginons une économie qui serait basée sur l’intervention généralisée des techniciens de maintenance. Partout, on louerait des objets, partout, ils tomberaient en panne, partout il faudrait qu’une ou plusieurs personnes se déplacent régulièrement pour les réparer. In fine, c’est moins de matière première dépensée, en effet, mais plus de CO2 rejeté dans l’atmosphère… sauf à supposer que les techniciens se déplacent à pied.

N’y a-t-il rien à sauver de l’économie de la fonctionnalité ?

Je n’ai pas dit cela. Simplement, il faut arrêter de la brandir comme une solution miracle aux problèmes écologiques de notre planète. Michelin qui rechape ses pneus, c’est très bien. Mais cela ne change rien au fait que de plus en plus de pneus sont produits dans le monde parce qu’il y a de plus en plus d’automobiles, et parce que la société occidentale ne fait rien pour changer sa politique de transports. Nous sommes arrivés à un moment où les vrais débats, sur la croissance, sur le progrès, ne peuvent plus être évités. L’économie de la fonctionnalité laisse croire qu’on va continuer à faire plus de profits tout en consommant moins. Moi, j’appelle cela faire diversion. —

A LIRE SUR LE MEME THEME :

- Votre avenir sur www.louer.com
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité