publicité
Accueil du site > Actu > Culture > Street art : des graffitis à la bombe de mousse

Street art : des graffitis à la bombe de mousse

Taille texte
Street art : des graffitis à la bombe de mousse
 
Armés d’un pot de colle (bio) et de végétaux prélevés dans les bois, ils taguent les murs des villes. Rencontre avec les « graffeurs verts », militants et poètes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°12 - Mars 2010

L’écologie à la conquête du pouvoir

15 heures, un samedi. Gaby et Jérémie ont déniché le coin parfait : une jolie placette paisible de la Cour Damoye, dans le XIe arrondissement de Paris, à deux pas de la Bastille. Les deux tagueurs repèrent un mur où court une glycine, le long d’une fontaine ouvragée. Débute alors « l’action ». Les gestes sont rapides et méthodiques : saisir un gros morceau de mousse fraîche, le badigeonner de colle et le disposer sur le mur, de façon à former une grande fleur. D’abord la tige, puis le cœur et enfin les pétales. « Contrairement aux graffitis à la bombe, ici, tout est naturel, expliquent-ils. On a récolté la mousse dans le bois de Vincennes et la colle est un mélange de farine, de bière, de yaourt et de sucre. » Vingt minutes plus tard, l’œuvre est achevée, suscitant la curiosité et l’admiration de quelques passants. « Le but de ces actions est de réveiller les consciences sur l’invasion du béton, faire en sorte de reverdir les villes », revendique Gaby, 22 ans, bonnet péruvien et baggy. Début 2009, cet étudiant à l’Ecole nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois a créé un groupe de « guerrilla gardening » (« guérilla de jardin ») à Paris.

L’initiative s’inscrit dans la mouvance d’activistes apparus il y a une vingtaine d’années aux Etats-Unis, qui prennent d’assaut des terrains en friche ou des plates-bandes délaissées pour y faire pousser plantes, légumes et fleurs. Une trentaine de personnes participent aux actions de l’équipe de Gaby, une fois par mois en moyenne. La plupart sont de farouches partisans de l’alimentation biologique, plébiscitent les transports en commun et produisent leurs propres végétaux. Comme Jérémie, un infirmier de 28 ans à « l’âme du jardinier », qui a rejoint le mouvement par nostalgie de son jardin du Gard.

A l’étranger, ces gestes d’éco-rébellion, plus répandus, se sont même parfois institutionnalisés. Depuis le succès de son mouvement de « guerrilla gardening » dans la banlieue de Londres, l’Anglais Richard Reynolds publie ainsi des ouvrages et multiplie les conférences sur le sujet. Au point d’être repris par une poignée de jeunes artistes à l’âme écolo.

Attention aux averses…

Il y a huit ans environ, la Hongroise Edina Tokodi, 31 ans aujourd’hui, fut l’une des premières à expérimenter les graffitis naturels, à des fins principalement esthétiques. Lapins, hérissons, coqs ou encore cerfs : autant de motifs qu’elle crée dans les rues de New York, où elle vit, à base de mousse maison ou de gazon qu’elle sème. Anna Garforth, 25 ans, essaime, elle, des poèmes en mousse dans les rues de Londres. « In this spore borne air » (« Dans cet air chargé de spores ») ou « Nourish » (« Nourrir »), peut-on lire sur des murs aux vieilles pierres, dans un appel à « prendre conscience de la nature qui nous entoure et la respecter ».

Mais la tâche n’est pas toujours aisée, tant ces graffitis dépendent des conditions climatiques. « En général, il faut six semaines pour que la mousse prenne mais elle s’assèche souvent avant la fin du processus ou se voit noyée par une grosse averse », explique l’artiste londonienne Helen Nodding qui avoue avoir eu « beaucoup d’expériences ratées ». Seul réconfort : en cas de temps clément, ces tags verts sont davantage épargnés par les habitants que leurs confrères en peinture. —

Photo : DR

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Très sympa l’idée de végétaliser le paysage urbain mais les transplantations "avec de la colle bio" sont vouées à l’echec sur la plupart des supports (les murs de parpaings en images !)
    Alors, racler en forêt pour aboutir à un moment d’émotion, puis des mousses dépéries ... Autant planter des topinambours, des plantes florales, etc. dans des petits sanctuaires inattendus, en essayant de le faire bien.
    Les "jardins verticaux" se concoivent en maîtrisant les supports, le régime hydrique, l’alimentation, de végétaux qui doivent pouvoir être reproduits en culture, avec des prélèvements minimes dans les milieux "naturels".

    17.04 à 03h13 - Répondre - Alerter
  • L’idée serait belle si la mousse n’était pas récoltée dans les bois. Il y a quelques années, en Belgique, des fleuristes saccageaient les forêts en prélevant de la mousse pour décorer des montages floraux. C’est tout-à-fait illégal, et les dégâts pour le milieu naturel sont loin d’être négligeables, il suffit de regarder la quantité d’insectes qui s’agitent quand on soulève un tapis de mousse.

    Bien sûr, le problème venait en ce cas des quantités emportées - c’était par camions...

    Ce n’est pas le cas ici. Sur le plan du principe, c’et quand même désastreux. Que la rédaction de Terra mentionne ingénument dans le chapeau qu’ils sont « prélevés dans les bois » me laisse perplexe quant au degré de sensibilisation de vos rédacteurs.

    16.03 à 08h49 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité