publicité
Accueil du site > Hors-séries > Le climat de vous à moi > Renversant : l’énergie citoyenne remet l’Ecosse à l’endroit
21-11-2015
Mots clés
Energies
Climat
Grande-Bretagne
Reportage

Renversant : l’énergie citoyenne remet l’Ecosse à l’endroit

Taille texte
Suiv

(Crédit photo : Louis Witter pour « Terra eco »)

Prec
Suiv

(Crédit photo : Louis Witter pour « Terra eco »)

Prec

(Crédit photo : Louis Witter pour « Terra eco »)

 
100% d’électricité renouvelable en 2020 : c’est l’objectif du gouvernement écossais. Pour y parvenir, il encourage les habitants à prendre leur énergie en main. Message reçu sur l’île de Gigha et à Edimbourg, où éoliennes et microbarrages changent la vie des plus modestes.

Déterminé à perdre l’embonpoint qu’il impute à sa sédentarité de retraité, chaque matin, John Martin enfourche son vélo et s’en va saluer ses éoliennes. Contempler les quatre turbines de 90 mètres de haut qui se détachent de la brume procure à cet Ecossais de 74 ans « la fierté d’un combat gagné ». En tant qu’habitant de Gigha, petite île de 14 kilomètres carrés à l’ouest de l’Ecosse, ce bien commun lui appartient. « Il y a encore quinze ans, ici, on vivait comme des chiens, dans un système féodal où nos conditions de vies ne dépendaient que d’un seul homme », raconte-t-il de sa voix caverneuse. Installé à Gigha en 1971, cet ancien charpentier-vitrier a vécu trente ans dans une passoire thermique que le propriétaire de l’île, percepteur de la majorité des loyers, laissait tomber en ruines. Eté comme hiver, l’insulaire passait ses soirées collé au poêle à charbon, emmitouflé dans l’un de ces plaids à carreaux qui font la fierté du pays. « Et puis les éoliennes sont arrivées. Elles sont une bénédiction, l’instrument de notre liberté », lance-t-il dans un sourire qu’encadre une paire de rouflaquettes finement taillées.

Les quatre turbines de Gigha sont une goutte d’eau au milieu des 7 316 mégawatts de capacité d’énergie renouvelable installée en Ecosse. Ensemble, barrages hydroélectriques, hydroliennes, éoliennes terrestres et offshore fournissent déjà 49,8% de l’électricité du pays. Certains mois, comme au dernier trimestre de 2014, le parc éolien produit à lui seul plus d’électricité qu’en consomment les foyers. Dans ce pays au relief accidenté, balayé par les vents, on s’enorgueillit – jusque sur les murs de l’aéroport de Glasgow – d’avoir su tirer partie des éléments. « L’objectif de 100% d’électricité renouvelable en 2020 est très bien engagé », se félicite dans son bureau d’Edimbourg Aileen McLeod, la ministre de l’Environnement et du Changement climatique. A titre de comparaison, au même horizon, la France tentera péniblement d’atteindre 23%…

Au milieu du brouillard qui, à la mi-journée, enveloppe encore les prairies de Gigha, John Martin lâche son guidon pour saluer Colin Anderson. Polaire sans manches et chaussures de chantier, cet ingénieur arrivé la veille par le ferry chapeaute un nouveau projet-pilote : l’implantation d’une batterie capable de stocker le surplus produit les jours de grand vent. Au milieu de ce décor laiteux, un chemin sombre se détache. Les pierres concassées qui mènent aux éoliennes viennent de la carrière de l’île, redécouverte pour l’occasion. « Les habitants voulaient être cohérents et s’approvisionner localement », commente ce conseiller technique, accompagnateur du projet depuis ses origines. (…)

Vous pourrez découvrir l’intégralité de ce reportage dans le hors-série « Le climat de vous à moi », disponible en kiosque et sur commande, en suivant ce lien. Bonne lecture !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité