publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > Les nuisibles sur le banc des désignés
8-06-2015
Mots clés
France

Les nuisibles sur le banc des désignés

Taille texte
Les nuisibles sur le banc des désignés
 
SUR LE MÊME SUJET

Animaux à poils ou à plumes, tremblez ! Le ministère de l’Ecologie vient d’ouvrir la consultation électronique sur le projet d’arrêté fixant la liste des espèces nuisibles pour la période 2015-2018.

Pour nos 30 milliards d’amis, se faire désigner, c’est la promesse d’endurer d’affreuses souffrances… elles aussi encadrées. Ainsi l’arrêté prévoit d’ores et déjà comment les habitants pourront exterminer les indésirés. « Le renard (Vulpes vulpes) peut toute l’année, être : piégé en tout lieu, déterré avec ou sans chien », peut on ainsi lire sur le site du ministère. Quant au corbeau freux et à la corneille noire, ils « peuvent être détruits à tir entre la date de clôture générale de la chasse et le 31 mars au plus tard. »

A chaque période de trois ans, l’arrêté fixant la liste des espèces nuisibles a ses gagnants et ses perdants parmi une liste d’habitués : belette, fouine, martre, putois, renard, corbeau freux, corneille noire, pie bavarde, geai des chênes et étourneau sansonnet.

Côté égalité, les petites bêtes pourront repasser puisque l’arrêté se décline département par département. Le bienvenu ici peut être considéré comme un malotru ailleurs. Pour cette nouvelle édition, sauvé in extremis pour bon comportement : le renard en Savoie. D’autres font leur entrée dans la liste fatale, comme la pie dans l’Aube, le Calvados, la Dordogne, le Rhône et la Seine-et-Marne, la fouine en Dordogne ou le martre dans le Calvados.

Pour sauver votre préféré, vous avez jusqu’au 21 juin pour vous exprimer.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
20 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Toujours les mêmes méthodes du passé qui privilégient certains au détriment du respect de la biodiversité ...et que dire de leur cruauté !.. Aucun respect pour la sensibilité animale de plus en plus reconnue aujourd’hui !

    14.06 à 15h58 - Répondre - Alerter
  • Monsieur le chasseur nous dit qu’il est là pour réguler les populations d’animaux qui prolifèrent.
    Le lapin prolifère.
    Monsieur le chasseur tue le lapin.
    Renard fait de même, Renard aide Monsieur le chasseur a réguler le lapin.
    Monsieur le chasseur tue Renard qui ose réguler le lapin à sa place.

    11.06 à 08h23 - Répondre - Alerter
  • Les méthodes de chasse, piégeage et destruction d’animaux dits nuisibles
    provoquent beaucoup de souffrance chez les êtres vivants reconnus
    officiellement comme doués de sensibilité.
    Les chercheurs, enseignants-chercheurs ou pharmaciens sont tenus de faire
    une demande d’autorisation de projet à leur ministère de tutelle, en
    application des directives européennes transposées dans le droit
    français depuis février 2013, pour toute expérimentation, même peu
    invasive, sur des animaux.
    Qu’en est-il des personnes "autorisées" à piéger, déterrer avec ou sans
    chien, ou le plus souvent blesser des animaux avec des tirs à plomb ?
    Ne parlons pas de la tauromachie ou des combats de coqs élevés au rang de
    "spectacle".
    Il faut instaurer une réflexion commune entre ministères au sujet de la
    défense de l’animal, sans restriction.
    De plus, pour ce qui concerne le Ministère de l’écologie, il est à mon
    avis intolérable de laisser justifier ces destructions d’animaux par la
    "défense de la biodiversité" comme le font certains chasseurs.

    11.06 à 08h17 - Répondre - Alerter
  • Je reste toujours interloquée de ce droit que l’homme s’octroie de décider de qui doit vivre ou non.
    La vie dans tous ses états est le droit de tous et si nous devons désigner des nuisibles il me semble que l’homme est le premier. Destructeur de son environnement, pollueur, irrespectueux de la nature (faune et flore), et de lui-même, il décide, légifère, non pas pour le bien de tous (toutes espèces confondues) mais pour le bien d’un tout petit nombre d’individus.
    Sans la présence humaine, les espèces s’équilibrent naturellement ; aujourd’hui, nous sommes, nous, humains, environ 7 milliards d’individus...cela devrait nous laisser perplexes.
    La vie est la vie. Si celle des mammifères humains est à respecter, celle des autres espèces l’est également. C’est la vie qui est respectable. Sous toutes ses formes.

    10.06 à 13h52 - Répondre - Alerter
    • Je suis 100% d accord avec vous sur le droit de décision que l homme s’octroie, sur le genre de respect qu il a envers les animaux et la nature, tout ca est vrai, le seul point où je diffère mais qui ne remet absolument pas ces vérités en cause, c est sur le fait que si l’homme n était pas la, la nature s’équilibre seule, plusieurs sujets montrent que si une espèce dominante disparaît une autre prend obligatoirement sa place,et le fait d être dominant engendre toujours des désordres pour les castes inférieures, mais ceci est un autre débat, qui serait intéressant de planter

      13.06 à 20h54 - Répondre - Alerter
      • Je sais que ce que vous dites est pertinent ; toutefois, notre espèce possède une caractéristique qui n’est pas exactement anodine.
        Il paraît qu’elle pense....ce qui théoriquement devrait lui permettre d’agir différemment des autres espèces dominantes qui ont régné par le passé et d’agir, à cause de cette supériorité, avec une profonde humilité pour cette terre qui l’a nourrie avec générosité depuis des millénaires.
        Mais peut-être que penser rend idiot finalement....

        16.06 à 22h30 - Répondre - Alerter
  • Les agriculteurs et éleveurs qui voient le fruit de leur labeur saccagé voient les choses tout à fait différemment.

    9.06 à 10h12 - Répondre - Alerter
    • Les pie bavarde ne sont absolument pas nuisibles !

      9.06 à 17h59 - Répondre - Alerter
    • Les pies ne sont pas nuisibles mais oui elles mangent les fruits des chasseurs il faut la sauver sa population est en déclin...

      9.06 à 18h01 - Répondre - Alerter
    • Il me semble que les dits nuisibles ont bien du courage pour manger le produit du travail des agriculteurs et des éleveurs. Compte tenu de la quantité de pesticides dont est bourrée la terre, des antibiotiques et des délicieux éléments qui nourrissent la plupart des animaux d’élevages encagés(abominablement), j’ose espérer que leur sixième sens est supérieur au nôtre ainsi que leur instinct de survie....
      Qui plus est, pour avoir une copine agricultrice, je crois savoir, que lorsque les directives de Bruxelles l’exigent, les mêmes agriculteurs peuvent jeter, sans frémir car Bruxelles a parlé alors il faut obtempérer, par exemple, des tonnes de pommes de terre parce que ce n’est plus rentable en terme de profit...alors quelques délicieux mammifères font quand même moins de dégâts....quant aux ogm et autres surprises que nous réserve le TAFTA, renards, corneilles et autres pépères sont peanuts.
      Le vrai danger ce sont les multinationales, la pollution de l’environnement (cf par exemple le test sur les eaux minérales fait par 60 millions de consommateurs, le fameux continent de plastique etc.)...et nous pourrons reparler des nuisibles....

      16.06 à 22h20 - Répondre - Alerter
      • Il ne faut pas mélanger tous les problèmes ! Ce n’est pas parce qu’il y a d’autres problèmes qu’il faut en négliger un.
        Et les nuisibles sont un problème.
        Pour les autres, c’est un autre sujet.

        18.06 à 10h22 - Répondre - Alerter
        • Vous êtes, il me semble, comme un taureau devant lequel on agite un chiffon rouge. Vous voyez, ce que l’on vous dit de regarder.
          Aujourd’hui, sur cette planète la seule espèce nuisible est l’homme, en ce sens qu’à part les membres de sa propre espèce, elle n’a pas de prédateurs et prolifère donc à vitesse grand V.
          Même la papauté, qui n’a pourtant par le passé jamais fait preuve de courage finit par condamner l’activité humaine et son impact sur le climat...c’est tout dire.
          Prenez le temps d’ouvrir votre esprit, de plonger dans des livres de bio, regardez les livres "copains des bois et copains des mers" de vos enfants si vous en avez, allez sur le site de "Terre et Humanisme" et de "Colibris" les mouvements de Pierre Rhabi, cherchez, fouillez, en allant de liens en liens, bref informez-vous et apprenez aussi à regarder et aimer ces espèces dites nuisibles...dans tous les cas réfléchissez par vous-même et non par manipulation.
          Nous existons parce qu’il y a une chaîne de vie, dans laquelle chaque espèce a sa place. En détruisant la chaîne, c’est notre vie même que nous détruisons.
          Bonne journée

          19.06 à 09h40 - Répondre - Alerter
          • Je sais bien tout cela.
            L’Homme fait partie de la vie sur terre, et il fait comme les autres espèces, ils s’attaque à ceux qui lui nuisent.
            Sauf qu’il a beaucoup plus de moyens que les autres, et qu’il peut se permettre de s’attaquer de façon sélective et mesurée.
            C’est ainsi.
            Au nom de principes écologiques menés à l’extrême, il ne peut pas se permettre non plus de faire n’importe quoi et laisser proliférer des espèces qui lui nuisent.
            Dans ma jeunesse j’allais souvent dans la ferme de ma tante en Bourgogne.
            Poulets et canards se reproduisaient naturellement et les poussins se baladaient dans la ferme et la nature environnante où ils se nourrissaient de façon naturelle.
            Mais les prédateurs genre renards, pies, corbeaux, rapaces etc. ... étaient impitoyablement traqués et éliminés aux alentours des fermes. Ce qui n’empêchait d’ailleurs pas de les retrouver loin des maisons en pleine nature.
            Et puis il est devenu mal venu, voire interdit de s’attaquer à ces pauvres bêtes. Résultat, il n’est plus possible de laisser poules et canards, et surtout poussins se balader n’importe où.
            Résultat, les volailles sont maintenant élevées dans des poulaillers fermés, en masse, avec de la nourriture artificielle bourrée de médicaments pour éviter les maladies.
            Vous croyez vraiment que c’est mieux ?
            Il est en train de se reproduire le même phénomène avec le loup, prédateur bien plus puissant que les autres. Il ne va bientôt plus être possible d’élever moutons et brebis en plein air. Va falloir les enfermer comme des poulets dans des structures de plus en plus énormes genre "1000 vaches". C’est sûr, on aura gagné au change !
            Quelle connerie !!!
            Quant au changement climatique soi disant provoqué par l’homme, ce n’est une arnaque, on s’en rend compte facilement justement en faisant ce que vous dites : en lisant tous les avis, et en les comparants. Vous noterez que les grands médias ne diffusent jamais les informations qui ne vont pas dans le sens du réchauffement, et il y en a beaucoup, et ne donnent jamais la parole à ceux qu’ils appellent les climato-sceptiques, pourtant de plus en plus nombreux.
            Ce n’est pas parce qu’on qualifie une action d’écologique qu’elle l’est vraiment !!!
            Bien à vous.

            19.06 à 10h19 - Répondre - Alerter
            • Je ne vous suivrai pas sur cette voie.
              Les élévages en batteries pour ne parler que d’eux ne sont pas liés aux renards ou autres animaux mais au désir de profit de l’humain.
              Le monde aujourd’hui est géré par les multinationales et c’est l’argent qui prime. Si vous n’êtes pas encore conscient de cela, je vous suggère de vous informer parce que le monde qui se profile va clairement vous surprendre.
              Bonne chance

              29.06 à 09h57 - Répondre - Alerter
              • Bien sûr ! quand l’éleveur de poules en liberté voit sa population décimée par les prédateurs, c’est son équilibre financier qui est atteint ! c’est son profit qui disparaît. Evidemment que l’argent a de l’importance.
                Alors il va enfermer ses animaux, ce qui automatiquement va lui coûter plus cher, donc il devra s’agrandir pour faire diminuer le coût.
                C’est là qu’il est abordé par les multinationales qui vont lui proposer une installation clef en main.

                Et évidemment si on les laisse faire les multinationales vont prendre de l’ampleur !
                C’est juste une question de politique, et pour cela vous avez une arme : le bulletin de vote. Il faut juste apprendre à s’en servir.

                29.06 à 11h51 - Répondre - Alerter
  • les plus nuisibles ce sont ceux qui décident que les animaux , agents d’équilibre de mère nature , deviennent dérangeants !!! Mais a-t-on déjà vu un renard prendre un jet privé aux frais des contribuables pour se payer quelques moments de loisirs ????

    Non, bien sûr , quand aux corbeaux ,corneilles , et autres ailés , ils n’ont pas besoin de nous pour voler et sans polluer !! Alors , j’aimerais connaître qui est derrière cette consultation, car à part des sociétés de chasseurs (viandards , juste bons à tuer pour tuer ), franchement je ne vois pas ! Ce qui m’inquiète c’est que l’état édicte des décrets valables trois ans , sans autre recherche , près des scientifiques qui peuvent eux , expliquer en quoi un corbeau est plus un nettoyeur qu’un nuisible !! ON marche vraiment sur la tête !! 21ème siècle = siècle de la connerie !!

    9.06 à 06h51 - Répondre - Alerter
  • Quand l’homme tente de remplacer dame nature pour réparer ses erreurs...

    8.06 à 21h00 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité