publicité
Accueil du site > Actu > Les Brèves > La Terre et ses limites : le Club de Rome mi-alarmiste, mi-optimiste
11-05-2015
Mots clés
Energies
Monde
Revue De Web

La Terre et ses limites : le Club de Rome mi-alarmiste, mi-optimiste

Taille texte
La Terre et ses limites : le Club de Rome mi-alarmiste, mi-optimiste
(Crédit photo : DR)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

En 1972, les chercheurs du Club de Rome étaient les premiers à pointer l’impasse à laquelle devait nous conduire la quête d’« une croissance infinie sur une planète aux ressources finies ». Quarante-trois ans plus tard, alors que d’autres travaux scientifiques sont venus appuyer leurs conclusions, ils constatent que l’homme persiste dans la même direction.

Après The Limits to Growth (1972) (Les limites à la croissance (dans un monde fini), Rue de l’échiquier, 2012, pour la version française), texte fondateur de la pensée environnementaliste, le Club de Rome publie Le Grand pillage (Les Petits matins, 2015), son dernier rapport sorti le 2 avril. Avec cette publication, signée par le chimiste italien Ugo Bardi, le groupe de réflexion réunissant économistes et scientifiques s’intéresse à la manière dont nous épuisons les ressources de la planète. On y apprend qu’à l’image des énergies fossiles les minerais les plus utilisés au monde sont tous surexploités. Un constat qui, selon l’éditeur, « remet profondément en cause les perspectives d’une croissance verte fondée sur les nouvelles technologies ».

Dans une interview accordée à Mediapart, Ugo Bardi souligne l’aspect irréversible des conséquences de notre appétit pour les richesses naturelles. Plaidant pour un peu d’optimisme, le chimiste se dit convaincu que notre dépendance aux énergies fossiles n’est pas une fatalité, à condition de ne pas s’entêter. « Avec les énergies renouvelables actuelles, tu ne pourras pas emmener ta famille en voiture de Paris à la Côte d’Azur. Mais tu pourras faire autre chose que tu ne peux pas faire aujourd’hui. Par exemple, respirer un air propre », illustre-t-il.


- A lire sur Mediapart.

A lire aussi sur Terraeco.net :
- « Dennis Meadows : “Nous n’avons pas mis fin à la croissance, la nature va s’en charger ” »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité