publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Nous « mangeons » toujours trop de planète

Nous « mangeons » toujours trop de planète

Taille texte
Nous « mangeons » toujours trop de planète
(Crédit photo : woodleywonderworks/Flickr)
 
Cette voracité de l'espèce humaine se lit dans les pays riches comme dans les pays pauvres. Biodiversité, eau, écosystèmes, carbone… L'état des lieux du nouveau rapport Living Planet du WWF dessine cette fuite en avant.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

120 pages, des dizaines de graphiques et mappemondes et un coup sur la tête. Le nouveau rapport Living Planet, réalisé tous les deux ans par le WWF, a étoffé ses indicateurs pour un verdict encore plus clair et direct : « Les perspectives sont très sombres. D’ici 2030, même en se basant sur les projections modestes des Nations unies concernant la croissance démographique, la consommation et le changement climatique, l’humanité aura besoin de la capacité de 2 planètes Terre pour absorber ses émissions de CO2 et suivre le rythme de l’exploitation des ressources naturelles », analyse James P. Leape, directeur général du WWF-International.

En cette fin d’année internationale de la biodiversité, voici une photographie mondiale prise depuis 10 angles différents :

Multipliée par 11, la part du carbone dans l’empreinte écologique depuis 1961 a augmenté de manière impressionnante. L’empreinte carbone représente actuellement plus de la moitié de l’empreinte écologique globale.

– 30% C’est la baisse, au niveau mondial, du nombres d’espèces vertébrées entre 1970 et 2007 (sur la base de 7953 populations de 2 544 espèces d’oiseaux, de mammifères, d’amphibiens, de reptiles et de poissons). Malgré cette tendance générale, il y a des raisons de se réjouir avec l’augmentation de 13,1% des castors d’Europe (entre 1966 et 1998) et de 3,3% des éléphants d’Afrique (entre 1983 et 2006). Mais aussi de quoi flipper avec la chute de 5,8% du thon rouge (entre 1971 et 2004), de 20,5% des tortues (entre 1989 et 2002) et de 53,4% des vautours chaugoun (entre 200 et 2007) !

+ 43% C’est l’augmentation de l’indice planète vivante dans la zone Europe. Cette augmentation peut résulter du rétablissement d’espèces suite à une meilleure protection de l’environnement dans certains pays depuis 1970. Mais aussi d’une meilleure remontée d’informations…

– 66% C’est la dégringolade pour l’indice planète vivante dans la zone Asie-Pacifique. Il reflète les développements agricole, industriel et urbain rapides qu’a connus cette région, lesquels ont contribué à une destruction et une fragmentation sans précédent des forêts, des zones humides et des systèmes fluviaux.

18 % C’est la proportion des pédégés d’Europe occidentale qui craignent les impacts de la perte de diversité biologique sur leurs perspectives de croissance. Ils sont 34 % en Asie Pacifique et 53 % en Amérique latine (étude PwC, 2010).

Multipliée par 100, l’empreinte carbone des dix pays de l’Anase (Association des Nations de l’Asie du Sud-est) a bondi depuis 1961. Celle des pays Bric (Brésil - Russie - Inde - Chine) a, elle, été multipliée par 20, celle des pays de l’Union africaine par 30 et celle de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) par 10 depuis cette date.

70 % des stocks de poissons marins commerciaux sont à présent menacés. Un peu plus de la moitié (52 %) des stocks de poissons marins sont exploités à leur maximum, sans possibilité d’expansion ultérieure.

5,5 milliards de personnes, soit environ deux tiers de la population mondiale, vivront dans des zones confrontées à un stress hydrique modéré à sévère d’ici 2025. En 1995, elles étaient environ 1,8 milliard de personnes en zones à stress sévère (Unesco-WWAP, 2006).

70 % des déchets industriels non traités sont déversés dans l’eau où ils peuvent contaminer les approvisionnements en eau existants, dans les pays en voie de développement.

1 seul pays au monde respecte aujourd’hui le « cadre de soutenabilité » qui définit les critères devant être respectés pour obtenir une société soutenable à l’échelle mondiale : le Pérou avec un Indice de développement humain de 0,806 et une empreinte écologique individuelle d’à peine plus de 1,5 hectare global. Mais ce même pays affiche un coefficient de Gini relativement élevé (49,8 en 2007), qui indique que la distribution du revenu n’est pas équitable sur son territoire.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef du magazine et des éditions papier de "Terra eco"

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • C’est à l’évidence que l’on assiste à une diminution sans faille des ressources de la terre qui ont été énumérées dans cet article.Cependant,devrait-on s’en étonner dès lors que les principaux pollueurs de notre chère planète se recrutent parmi les pays développés et manifestent du reste leur réticence dès qu’il s’agit de traiter des questions liées au réchauffement de la planète.Pourquoi ne ratifient-ils pas les résolutions du protocole de Kyoto et également celles du sommet de la terre de Rio ?Ne dit-on pas chez nous en Afrique que ce sont les plus forts qui imposent le rythme.
    Je vous retourne une très belle citation que j’avais récupérée quelque part dans une parution dont j’ai oublié le titre,(mais ce n’est pas bien grave) :« QUAND LE DERNIER ARBRE SERA ABATTU,LA DERNIÈRE RIVIÈRE EMPOISONNÉE,LE DERNIER POISSON PÊCHÉ,ALORS VOUS DÉCOUVRIREZ QUE L’ARGENT NE SE MANGE PAS ».C’est un proverbe venant de la tribu des Indiens Cree du Canada.Que l’on prenne le temps de méditer là-dessus./.

    15.10 à 12h06 - Répondre - Alerter
  • Aurait-on aussi mesuré l’importance de l’empreinte carbone de tous ceux qui nous pompent l’air par leurs discours et écrits - auxquels on ne comprend rien -, ou par leurs actes inutiles.

    Ile feraient mieux de se mettre au travail ou tout au moins de garder leur souffle pour la phase teminale de leur digestion.

    14.10 à 10h30 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité