publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Qui veut la peau de Baby et Népal, les éléphants défendus par Brigitte Bardot (...)
7-01-2013
Mots clés
Santé
Biodiversité
France

Qui veut la peau de Baby et Népal, les éléphants défendus par Brigitte Bardot ?

Taille texte
Qui veut la peau de Baby et Népal, les éléphants défendus par Brigitte Bardot ?
(Crédit photo : DR)
 
Pourquoi le zoo du Parc de la Tête-d'Or, à Lyon, veut-il euthanasier des pachydermes ? Y-a-t-il des alternatives ? « Terra eco » fait le point.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Mise à jour le 9 janvier 2013 : François Hollande a rejeté la demande de grâce présidentielle déposée par le cirque Pinder, annonce mardi l’agence Reuters. « Il revient donc maintenant au Conseil d’Etat de se prononcer sur votre pourvoi en cassation », a précisé l’Elysée dans un courrier adressé mardi à Gérard Edelstein, patron du cirque Pinder.

« J’en ai plein le c… Ras-le-bol ! Je ne supporte plus ce pays. Depuis Sarkozy et ses promesses non tenues, personne ne répond à mes requêtes. Cela me met dans une douleur et une rage folle de voir cette impuissance. Je ne demande rien d’extraordinaire : une RÉ-PON-SE pour sauver ces animaux ! ». La nouvelle sortie publique, rocambolesque, de Brigitte Bardot a fait grand bruit. L’actrice française menace tout simplement d’imiter Gérard Depardieu et de s’exiler en Russie parce Baby et Népal, deux éléphants du Parc de la Tête-d’Or, à Lyon, pourraient être euthanasiés. Pourquoi ? Comment ? Par qui ? Loin du concert de petites phrases, Terra eco retrace pour vous le fil de cette affaire.

Le germe de la tuberculose

Baby et Népal sont deux pachydermes de 40 ans passés. Un bel âge pour un éléphant, même si certains d’entre eux vivent jusqu’à 60 ans. Ils appartiennent au cirque Pinder qui, faute de place, les prête au Parc de la Tête-d’Or de Lyon depuis 1999.

Ceux-ci ont mâché le fourrage du zoo du centre-ville lyonnais jusqu’en août 2010, quand les services vétérinaires du parc les soupçonnent d’être porteurs du germe de la forme humaine de la tuberculose. « Une maladie assez fréquente chez les pachydermes mais potentiellement contagieuse pour l’homme », explique Jean Hars, vétérinaire spécialiste des maladies de la faune sauvage. Depuis, les soigneurs du zoo n’approchent plus Baby et Népal qu’avec des masques.

En janvier 2011, des tests réalisés par le parc confirment les suspicions et les animaux sont soustraits à la présentation du public. C’est le début du conflit. Le Parc de la Tête-d’Or demande alors au propriétaire des animaux – et du cirque Pinder –, Gérard Edelstein, de récupérer ses animaux. Ce qu’il refuse de faire. « La convention de prêt stipule qu’il fallait me laisser un an pour me retourner avant de récupérer les animaux. Par ailleurs, j’ai prêté ces animaux en bonne santé et je souhaite les récupérer en aussi bonne santé », argue l’homme, joint ce lundi par téléphone.

Les visiteurs menacés de contamination ?

L’affaire s’embourbe jusqu’au décès, en décembre 2012, d’un autre éléphant pensionnaire du zoo, appelé Java. L’autopsie révèle que l’éléphante était, elle aussi, porteuse du germe. Très vite, le 11 décembre, le préfet du Rhône dépose un arrêté ordonnant l’euthanasie de Baby et Népal sous trente jours. « Il est de la responsabilité sanitaire du préfet de ne pas laisser des animaux malades et contaminants en plein centre-ville », détaille la préfecture du Rhône, jointe également ce lundi.

Une première date est fixée pour l’euthanasie : le 17 décembre. « Un scandale », selon Gérard Edelstein, le virulent pédégé du cirque Pinder. Celui assure que les test effectués en 2010 sont tronqués et demande à ce que de nouveaux examens soient réalisés, ce que le zoo a refusé. Le dirigeant estime que le zoo « cherche à se débarrasser de ces animaux », faute de place et devant le coût élevé demandé par la gestion des bêtes. Il demande, le 14 décembre, une grâce présidentielle à François Hollande et dépose un recours au tribunal administratif. L’euthanasie est repoussée, mais le recours est refusé, le 21 décembre. Le cirque Pinder se pourvoit alors en cassation, dernier recours possible dans la justice française. La préfecture annonce ce lundi repousser l’euthanasie, dans l’attente de la décision du Conseil d’Etat, « si celle-ci intervient dans un temps raisonnable », sans préciser ce qu’elle juge « raisonnable ».

Des animaux impossibles à soigner ?

La Cour a désormais la pachydermique tâche de trancher entre trois vues inconciliables. D’un côté, le cirque Pinder avance que les tests sont tronqués. Il assure aussi – citant des précédents aux Etats-Unis – qu’il est de toute façon possible de soigner ces animaux. Contre l’euthanasie, il rappelle aussi que ces animaux sont protégés par la Convention de Washington et qu’un éléphant dressé coûte 300 000 euros en moyenne. Il souhaiterait récupérer les éléphants, après des soins, pour les héberger dans un futur parc, appelé Pinderland, qui pourrait être achevé en décembre 2013.

Une idée que ne partagent pas la plupart des vétérinaires de zoo français : « On pourrait essayer de soigner l’animal pour qu’il ne soit plus contaminant. Mais c’est une procédure qui prend plusieurs mois et qui risque de contaminer les soignants ou d’autres animaux. Il n’y a pas de place pour la sensiblerie sur ces questions, il faut réfléchir en professionnel de la santé, c’est-à-dire prendre en compte la santé humaine et réfléchir à long terme à l’échelle d’une population d’animaux », défend Thierry Petit, vétérinaire au zoo de la Palmyre, en Charente-Maritime. Selon lui, l’euthanasie a déjà été pratiquée sur au moins un éléphant atteint de tuberculose en France, et sur de nombreux perroquets.

La Fondation Brigitte Bardot et l’association Dignité animale défendent, elles, une troisième voie : « Ni euthanasie ni retour au cirque ». Elles reprochent au cirque Pinder de ne pas soigner ses bêtes, s’insurgent contre l’idée d’euthanasier les deux pachydermes et propose de les placer dans « un sanctuaire » pour éviter la contamination. Même si cette solution serait une première, au moins en France. Le Conseil d’Etat devrait rendre sa décision d’ici à la fin du mois de janvier.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

12 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Nous acceptons en France, des personnes venues des pays de l’est, porteur de la tuberculose. Ils sont soignés dans nos hôpitaux, les soins sont longs et coûteux.
    La tuberculose humaine est en recrudescence dans notre belle France. Maladie qui était pourtant, me semble t’il, éradiquée dans notre beau pays.
    Et nous ne voulons pas soigner ces deux éléphantes qui n’ont rien demandé à personne, qui ont travaillé durement pour distraire de nombreux enfants et parents.
    Elles devraient être protégées et soignées.

    10.02 à 17h57 - Répondre - Alerter
  • "Rien ne vient justifier un changement d’attitude brutale"

    Si un changement de directeur du parc de la Tête d’or que ces deux animaux emmerde profondément !

    9.01 à 13h00 - Répondre - Alerter
    • Bonjour Monsieur Hollande vient ici de montrer qu’il était un politicien et qu’il préfere protéger son ami monsieur Collomb maire de Lyon que de sauver les éléphantes.Que les électeurs s’en souviennent et refusent de voter pour ces persionnes la prochaine fois.Demander aux éléphantes d’etre suer les listes du PS aurait peut etre sauvé leur peau.Pauvre France,elle dégringole dans l’estime de beaucoup,dirigée par des arrivistes.JC

      10.01 à 11h02 - Répondre - Alerter
  • je ne comprends pas bien le point de vue de Chantal ,en quoi trouver atroce la souffrance animale empêche de s’inquiéter du sort des gens qui n’ont pas accès à l’eau ?Je ne sais pas si laisser souffrir des bêtes va améliorer le sort des défavorisés .Et pourquoi incriminer les écolos,qu’ont-ils à voir dans tout cela ?Ils sont attaqués de toute part mais protéger notre planète et respecter la nature ,c’est aussi se préoccuper des aléas climatiques dus à l’homme,du gaspillage de l’eau ,de l’avancée du désert dont souffrent les peuples les plus pauvres en premier lieu

    8.01 à 22h15 - Répondre - Alerter
    • Tout à fait d’accord avec toi Rose, je crois que Chantal n’a pas compris la définition du mot "écolo". En tout cas, pour moi, ce n’est pas de la politique, c’est un état d’esprit. La défense de l’environnement, cela englobe la défense des humains, des animaux, et de la nature en général. Il n’y a effectivement aucun antagonisme entre défendre deux éléphants et des humains qui souffrent de la faim...
      Pour moi, être "écolo", c’est ramasser les bouteilles de plastique qui traînent partout dans la nature, pour éviter qu’elles se retrouvent un jour dans les mers de plastique qui sont plus grandes que la France... C’est prendre mon électricité chez ENERCOOP pour favoriser les énergies renouvelables, c’est utiliser un composteur d’appartement pour éviter de trop jeter dans ma poubelle et que mes déchets soient incinérés et responsables de la pollution atmosphérique, c’est pratiquer le tri sélectif, c’est rouler en vélo et ne pas posséder de voiture, pour ne pas polluer, c’est utiliser de l’eau du robinet filtrée plutôt qu’en bouteille pour éviter d’utiliser des bouteilles en plastique qu’il faudra recycler, c’est d’avoir accroché sur ma boîte aux lettres un "STOP PUB" pour limiter la déforestation, c’est de consommer local pour limiter les transports et donc le CO2.
      Et j’en passe... Tout ça n’a rien à voir avec une secte.
      Alors si Chantal ne veut plus être "écolo", c’est qu’elle se moque totalement de l’avenir de ses enfants et de ses petits enfants... Comment peut-on être aussi égoïste ?
      Elle devrait voir le film "Nos enfants nous accuseront".

      9.01 à 12h00 - Répondre - Alerter
      • Je ramasse les bouteilles en plastique, je récupère les bouchons en plastique pour les "Bouchons d’amour", j’ai un composteur dans ma petite pelouse, je fais très attention à ce que j’achète, je suis à une AMAP, et je me préoccupe non seulement de l’avenir de mon enfant, mais de tous les enfants, car beaucoup souffrent de la faim et en meurent en 2013 !! Alors, je n’ai guère à recevoir de leçon des autres !!
        Je suis à la SPA de ma ville où je vais promener les chiens, et je suis donneuse pour toutes les causes animales !

        On ferait mieux de s’occuper du braconnage qui tuent des milliers d’éléphants et autres animaux, que de 2 éléphants qui ont la tuberculose dans un parc. D’ailleurs, lorsque l’on aime les animaux, on ne peut que reconnaitre que leur place n’est pas dans un parc.....où les gens viennent admirer des animaux ENFERMES !!

        Quant à Brigitte Bardot, même si je lui reconnais beaucoup de mérite dans ce qu’elle fait, je n’oublie pas les paroles à la naissance de son enfant "j’aurais mieux fait d’accoucher d’un singe !"

        3.02 à 20h23 - Répondre - Alerter
      • Je ramasse les bouteilles en plastique, je récupère les bouchons en plastique pour les "Bouchons d’amour", j’ai un composteur dans ma petite pelouse, je fais très attention à ce que j’achète, je suis adhérente à une AMAP, et je me préoccupe non seulement de l’avenir de mon enfant, mais de tous les enfants, car beaucoup souffrent de la faim et en meurent en 2013 !! Alors, je n’ai guère à recevoir de leçon des autres !!
        Je suis à la SPA de ma ville où je vais promener les chiens, et je suis donneuse pour toutes les causes animales !
        J’ai un autocollant sur ma boite aux lettres, et j’ai vu le film "Nos enfants nous accuseront", ainsi que "Severn, la voix de nos enfants", mais aussi "Solutions globales dans un désordre mondiale".
        Comme vous le voyez, je n’ai guère besoin de vos conseils.......

        J’espère que comme Chantal, vous savez raccommoder, et tricoter car il n’y a pas plus local. Chantal a une auto, car elle est en dehors de ville et qu’elle n’est plus toute jeune. Mais elle s’en sert très rarement.

        On ferait mieux de s’occuper du braconnage qui tuent des milliers d’éléphants et autres animaux, que de 2 éléphants qui ont la tuberculose dans un parc. D’ailleurs, lorsque l’on aime les animaux, on ne peut que reconnaitre que leur place n’est pas dans un parc.....où les gens viennent admirer des animaux ENFERMES !!

        Quant à Brigitte Bardot, même si je lui reconnais beaucoup de mérite dans ce qu’elle fait, je n’oublie pas les paroles à la naissance de son enfant "j’aurais mieux fait d’accoucher d’un singe !"

        3.02 à 21h11 - Répondre - Alerter
  • Ils sont quand même drôles ces écolos, prêts à sauver 2 éléphants malades, sans même une pensée pour les millions de pauvres gens qui n’ont pas accès à la santé, dans les pays pauvres ou même émergents !!

    J’avais quitté EELV, je crois que je vais cesser d’être écolos, car ça devient pire qu’une religion !

    8.01 à 21h44 - Répondre - Alerter
    • Qui CA dérange que l on soigne ces elephants...que l on s occupe de TOUS les étrangers qui entre en France avecToutes les maladies et les refile a l école dans les hôpitaux Ext Ext ... Et .. Eux ont ne les piquent pas c est nous qui payons encore pour les autres zut ! A bon entendeur

      3.02 à 17h09 - Répondre - Alerter
      • Ecolo et.........RACISTE ??

        Il est évident qu’il faut mieux laisser la peste aux "frontières" d’un pays et regarder les hommes, les femmes et les enfants mourir de maladie, plutôt que de leur tendre la main. Protégez bien votre petit portefeuille, on ne sait jamais........

        Ecolo =
        - Raciste
        - Egoïste
        - Avare (sauf pour les animaux)

        Vous voudriez piquer les étrangers ? Cela s’appelle de l’EUGENISME ! Comme au temps de la guerre, souvenez-vous....... !!
        Votre commentaire est à signaler aux institutions concernées.......ce que j’ai bien envie de faire !!

        3.02 à 20h35 - Répondre - Alerter
  • article lu
    "Une aberration tant sur le plan juridique que sur le plan médical". Voilà comment le conseiller municipal Étienne Tête considère l’arrêté d’abattage qui vise les deux éléphantes du parc de la Tête d’Or, Baby et Népal.
    "Rien ne vient justifier un changement d’attitude brutale"

    "La présence de la tuberculose sur les éléphants du parc de la Tête d’Or, est connu depuis plus de deux ans. Rien ne vient justifier un changement d’attitude brutale. Il n’y a aucun prélèvement récent sur les deux éléphants, tel qu’en fait foi l’exposé des motifs de l’arrêté préfectoral en litige. Peut-on fonder un choix thérapeutique sur des éléments médicaux datant de plus de deux ans ?", s’interroge-t-il dans un communiqué.

    En tant qu’avocat, il estime notamment que le principe de débat contradictoire à armes égales, est "violé", en ne permettant pas à la vétérinaire du cirque Pinder de procéder à de nouveaux tests. Pire encore, il accuse la Ville, "qui n’est pas propriétaire des animaux", de ne pas les avoir soigné pendant deux ans.
    Tête renvoie le préfet et la Ville à d’autres "priorités"

    Mais le conseiller municipal, médecin de formation, relativise également le risque de la tuberculose : "Il ne faut pas confondre contamination et maladie. Près d’un tiers de la population mondiale est contaminée par le bacille tuberculeux. Seule une petite proportion des personnes infectées tombera effectivement malade".

    Pour Etienne Tête, les éléphants du parc de la Tête d’Or, "ne posent un véritable problème de santé publique que si deux conditions cumulatives sont réunies : les éléphants sont malades c’est-à-dire ’excréteurs’ (et non pas porteur sain), ce qui n’est pas établi ; et si le bacille isolé est résistant, ce qui n’est pas non plus prouvé. "

    "Le Préfet et la Ville de Lyon seraient mieux avisés de mettre leur énergie dans des priorités comme le logement des sans-abri", rappelle l’élu tout en rappelant la ville à ses responsabilités. "La Ville de Lyon ne peut pas à la fois dépenser, sans compter, l’argent des contribuables pour la réalisation d’une plaine africaine et ne pas dispenser les soins élémentaires à des éléphants qui ne lui appartiennent pas".

    8.01 à 15h52 - Répondre - Alerter
  • C’est étonnant que tous les vétérinaires et médecins ne pensent pas la meme chose, moi j’ai lu que d’autres vétérinaires et médecins avaient une tout autre opinion sur l’état de ces éléphantes et sur les risques. IL faut que La proposition de Madame BARDOT soit retenue, c’est la plus respectable et la plus humaine, il n’y a aucune raison de de tuer ces éléphantes. De plus ces animaux ayant été maltraités et dispensés de soins, une plainte devrait etre déposée par les associations de protection des animaux et la ville de lyon et le cirque devraient etre condamnés à verser des dédommagements pour les soins à venir de Baby et Nepal.

    8.01 à 15h47 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité