publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Demande à FredO > Pour vivre « bas carbone », aimez-vous !

Demande à FredO

Par Frédéric Chomé
4-12-2010

Pour vivre « bas carbone », aimez-vous !

Pour vivre « bas carbone », aimez-vous !
(Crédit logo : Ben. Infographies du texte : Le Figaro)
Saviez-vous que le divorce est l'une des causes majeures de l'augmentation des gaz à effet de serre en France !?

Dans la série des trucs et astuces pour vivre bas carbone, cette semaine je vous propose l’épineuse question de la pérennité de l’amour.

En effet, si on observe attentivement l’évolution des émissions de GES (gaz à effet de serre) en France depuis 1990 - voir pièce jointe ci-dessous, vous constaterez que deux sources d’émissions principales ont augmenté alors que les autres se réduisent sur le périmètre de la production nationale :

PDF - 787.9 ko
GES en France

- Les émissions de GES des transports
- Les émissions de GES liés aux usages thermiques des bâtiments

Alors comment expliquer ceci ? Par au moins trois raisons distinctes :

- Peu d’entre nous savent au litre près ce qu’ils consomment pour faire avancer leurs véhicules chaque année et encore moins savent précisément les quantités énergétiques consommées par nos bâtiments (hors électricité). On ne connait pas ce que l’on ne mesure pas. Et comme l’énergie est très peu chère au regard des services qu’elle nous rend, nous continuons de nous déplacer et chauffer sans trop compter (du moins pour la majeure partie d’entre nous). C’est vrai que ça fait mal quand il faut remplir la cuve à fioul, mais ça n’arrive qu’une ou deux fois l’an et on oublie bien vite la douloureuse. Au pire, on se restreint sur un autre poste de nos dépenses de consommation.

- Le monde dans lequel on vit nous pousse à être de plus en plus égoïstes, individualistes et hédonistes, happés par la vague de benchmarking sociétal qui veut que l’on possède et fasse tout ce qui est à la dernière mode si on souhaite éviter de passer pour le dernier des ringards. Dans ces conditions, les taux de divorces et de séparation des couples sont en constante augmentation depuis 1970.

Ces séparations nécessitent de refonder des foyers, d’habitude loin de notre lieu de travail et de notre bassin de vie (famille, amis, école...). Les nouvelles constructions engendrent des émissions de GES et les transports additionnels aussi, de manière directe (fabrication de nouveaux véhicules) et indirectes (plus de kilomètres parcourus, généralement en voiture, etc).

- Enfin, une étude intéressante de l’Insee confirme que la taille des ménages est en constante érosion en France : -25% depuis 1975, alors même que la population totale a augmenté de 15% sur la même période. Il en résulte une augmentation totale du nombre de ménages de 50% sur la période !!! Une des causes intéressantes identifiées par l’Insee pour expliquer la diminution de la taille des ménages est le vieillissement de la population.

Au final, le schéma ci-dessous nous montre que les surfaces artificialisées en France ont augmenté 4 fois plus vite que le population depuis 1970 !!!

Alors que faire ?

quelques propositions en vrac :
- bien choisir son/sa partenaire : « Nous c’est pour la Vie ! » et tenir les promesses des jeunes années !
- aller vivre en Bretagne, c’est là que le taux de divorces et séparations y est le plus faible, et inversement, éviter les paradis climatiques que sont le sud-est de la France et les DOM.
- en cas de séparation, reprendre une colocation ou louer un bâtiment existant plutôt que partir s’exiler loin pour avoir une réduction du prix du foncier : le différentiel de prix sera rapidement dépassé par des coûts de fonctionnement, et notamment de déplacements nettement plus élevés !
- Et, si possible, se retrouver un/une amoureux/se TRES rapidement pour refonder une famille, mais pas dans une nouvelles construction svp !

Quelques liens utiles

- Les taux de divorce par profession
- 2 Pacs pour 3 mariages : il n’a plus la cote !! mais quand même 3 unions pour 1 séparation : il ne faut pas perdre espoir !
- Ne venez surtout pas en Belgique (même pour échapper à l’ISF) : 3 divorces pour 4 mariages !

Au plaisir de vous lire !

COMMENTAIRES ( 6 )
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,
    Je viens d’arriver sur votre blog un peu par hasard, et il semblerait que vos lecteurs/lectrices puissent être intéressés par Colocation 40 ans+, site de petites annonces, qui permet aux adultes ou aux seniors qui vivent seuls de se retrouver, en vue de vivre à plusieurs, sous un même toit en colocation.
    A bientôt.
    Cordialement
    P. Lelal

    http://www.colocation-adulte.fr

    17.11 à 08h31 - Répondre - Alerter
  • Dans mon cas personnel, divorcé avec enfant avec éloignement entre Paris et Nantes. Nos 2 habitations respectives vont impliquer un espace plus grand à chauffer pour pouvoir accueillir respectivement nos enfants (surcoût estimé 30 % sur l’habitat en consommation et en construction). Que dire des transports, j’ai fait le calcul, c’est plus de la moitié de mon poste de déplacement qui est lié aux allers et venus des enfants (source de calcul Coachcarbone.org).
    Cette estimation va aussi de paire avec l’économique. Je crois volontiers que le divorce dans des cas de séparation avec enfants puissent être un facteur aggravant d’émissions de GES ... Attention néanmoins aux amalgames pour tous les cas de figure.

    14.01 à 18h10 - Répondre - Alerter
  • @cilou : (une fois séparés, les conjoints...)

    "... sont généralement plus proches de leur travail"

    . Est-ce prouvé ?

    Et lorsque vous parlez d’un "nouveau producteur de CO2", je crois que vous vous éloignez du sujet, car on parle par personne, donc une nouvelle personne (un nouveau-né) a sa consommation de CO² propre, qui ne s’ajoute pas à celle de ses géniteurs (sinon, que dire de l’empreinte carbone d’Adam et Eve, ou de Lucie... ;-).

    Que dire également des couples qui se séparent et font d’une personne au foyer un nouveau travailleur qui doit sortir de chez lui (en voiture) quotidiennement pour gagner sa croute ?!

    14.01 à 14h35 - Répondre - Alerter
  • cilou : pas si simple

    Pas si simple :
    deux célibataires dépensent plus d’énergie pour leurs logements qu’un couple, mais ils sont généralement plus proches de leur travail, tandis que le logement du couple doit tenir compte d’emplois parfois éloignés... d’où des trajets importants, souvent en voiture.
    Vous dites "Et, si possible, se retrouver un/une amoureux/se TRES rapidement pour refonder une famille, mais pas dans une nouvelles construction svp !". Or, qui dit fonder une famille dit augmenter drastiquement le CO2 (enfant = nouveau producteur de CO2, pour 80 ans environ). D’autre part, les nouveaux logements sont plus sobres que les anciens grâce aux réglementations thermiques de plus en plus strictes.

    14.01 à 12h23 - Répondre - Alerter
    • Cilou, votre argumentaire n’est ni juste ni faux, cela dépend évidemment des cas !

      Ce qui est assez certain, c’est que les nouvelles ocnstructions ne sont pas en centre Ville, ni ) côté des zones d’emplopis puisqu’on a "généralement" tendance à mettre les boîtes industrielles dans des parcs mono usages et les boîtes tertiaires en ville...
      LA seule chose qui est certaines c’est que :
      - La taille des ménages diminue
      - Le nombre de nouvelles constructions augmente beaucoup plus vite que la population
      - Les émissions de GES du transport ont augmenté de plus de 15% depuis 1990
      - Les émissions de GES du secteur résidentiel a aussi augmenté de plus de 6% dpeuis 1990.

      Les chiffres nous indiquent donc que les gains d’efficacité marginaux des nouvelles constructions et des nouveaux véhicules ne permettent pas de compenser les tendances naturelles.

      Et c’est normal, puisque les logements neufs annuels représentent environ 1% du parc existant

      Avant d’aller ailleurs, autant bien rentabiliser les logements existants !

      Mais vous avez raison sur 1 point, notre société, comme d’autres en Europe a fondamentalement évolué sur les dernières années :
      - On est passé d’un job pour la vie à un job pour 3 à 10 ans max, ce qui engendre une plus grande mobilité professionnelle
      - et dans le même temps, on rechigne à déménager à tout va pour se "relocaliser" près de son boulot (on reste sur le schéma "cette habitation, c’est pout longtemps") ce qui nous pousse à allonger les distances parcourues par jour.
      - Bien sûr, parfois, pour garder/retrouver un job, on part travailler loin de chez soi, et on n’a pas toujours les moyens financiers de déménager... qqun aurait-il des solutions originale sà proposer à ce propos ?

      FreDO

      14.01 à 15h44 - Répondre - Alerter
    • C’est vrai mais le % de logements neufs par rapport au parc ancien est de l’ordre de 2% ce qui veut dire qu’à parc constant, il faudrait 50 ans pour tout renouveler. hors le parc n’est pas constant pour des raisons de densification des ménages (allongement de la durée de la vie, multiplication des séparations, élévation du niveau de vie qui entraine une augmentation du nombre de m2/habitant,...) Vraiment pas simple

      16.01 à 07h49 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Directeur de Factor X, un bureau de conseil en stratégie climatique et développement durable qui a notamment travaillé sur le bilan carbone des JO 2012 de Londres.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité