publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Les mules d’Afrique
Article Abonné

Les mules d’Afrique

Taille texte
 
Produire, transformer la coca, c'est bien, encore faut-il la transporter. Ceux qu'on les appelle "les mules" s'en chargent. Ambiance salaire de la peur.
SUR LE MÊME SUJET

Ils ont fui le Nigeria et la répression avec leurs parents alors qu’ils n’étaient que petits garçons. Jamais ils ne se sont séparés, ni sur les bancs du lycée à Dakar, ni pour faire des bêtises ou fumer leur premier joint. Gidéon, l’aîné de Ben, a toujours été plus tête brûlée, cumulant les boulots pour finir petit dealer d’herbe. C’est lui aussi qui le premier a accepté de faire la mule pour rapporter de la cocaïne de Colombie.Pour le "big boss", un narcotrafiquant d’origine nigériane.

Après la première livraison, son niveau de vie a changé. Son frère Ben a suivi le même chemin, comme une vingtaine d’autres recrutés par le Big Boss. Un séjour en Amérique du Sud et un pactole de 3 000 euros ne se refusent pas.

Risque d’overdose

Vol pour Bogota donc. Quelques semaines passées dans la capitale colombienne dans un hôtel miteux, et puis l’attente du retour. Il faut d’abord dilater l’œsophage en avalant des grains entiers de raisins et des saucisses-cocktail pendant plusieurs jours consécutifs. Ensuite, il faut ingurgiter les capsules de cocaïne entre haut-le-cœur et spasmes vomitifs. Certaines se bloquent dans la bouche de l’estomac et provoquent une suffocation insoutenable.

Pas d’alternative, il faut masser la mule, lui malaxer l’estomac, la poitrine puis les intestins et faire graduellement descendre les capsules. En quelques heures, Gidéon en a gobées 120. Plus d’un kilo de cocaïne. Dans la soirée, les hommes sont conduits à l’aéroport. Des membres des douanes et de la police, soudoyés, laissent passer le groupe. Direction l’Afrique. Les passagers doivent changer à Rio, puis au Cap-Vert avant de poser le pied à Dakar.

Pour ralentir leur transit intestinal et ne pas risquer d’expulser des capsules, ils doivent prendre des médicaments et éviter de manger pour ne pas sécréter trop de sucs intestinaux, qui provoqueraient l’overdose. 8 à 10 grammes de cocaïne pure à 98% subitement lâchés dans l’organisme déclencheraient une mort assurée. Ce que les mules redoutent le plus.

Articles liés :

_ La cocaïne est leur métier

Six kilos de coca pour un walkman

Les damnés de la coke

La tambouille du blanchiment

Netographie de la drogue

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité