publicité
Accueil du site > Les auteurs > Sylviane Bourgeteau

Les articles de Sylviane Bourgeteau

Max Havelaar : c’est qui ce Monsieur ?
D’entrée, brisons la légende. Max Havelaar n’existe pas. Voici l’histoire de la figure historique du commerce équitable.
13/04/2006
Ma vie de grain de café équitable
En quelques années, le commerce équitable a pris racine sur la planète. Loin de tout régler, ce commerce de près de 2 milliards d’euros tente d’accorder à chaque maillon de la chaîne davantage de respect et de dignité. "Terra Economica" a fait le voyage des plantations d’Amérique latine aux rayons des (...)
13/04/2006
La cocaïne est leur métier
Pour fabriquer de la cocaïne, il faut des feuilles de coca, des hommes et beaucoup d’argent. De Bogota à Paris, ce commerce court le long d’une chaîne humaine allant des cultivateurs aux consommateurs. Enquête sur le circuit de la cocaïne : un commerce bien peu (...)
9/11/2005
Six kilos de coca pour un walkman
Héritiers des cultures précolombiennes, les cultivateurs de feuille de coca sont le coeur du système. Fanny est l’un d’entre-eux.
9/11/2005
Les damnés de la coke
Les esclaves de la drogue ne sont pas tous des consommateurs. Chassés par la crise du café, journaliers et ouvriers chargés de la production de cocaïne vivent une autre forme d’enfer.
9/11/2005
Les mules d’Afrique
Produire, transformer la coca, c’est bien, encore faut-il la transporter. Ceux qu’on les appelle "les mules" s’en chargent. Ambiance salaire de la peur.
9/11/2005
La tambouille du blanchiment
Le trafic de drogues pèse 340 milliards d’euros. Un gros pactole qui fait désordre sur les comptes en banque. La solution ? Le blanchiment. Alain Labrousse,ex-directeur de l’Observatoire géopolitique des drogues explique.
9/11/2005
Circuit de la drogue : netographie
L’histoire de la feuille de coca, des cultures précolombiennes à aujourd’hui, les circuits du financement, les processus de fabrication. C’est ici. A picorer.
9/11/2005
La cocaïne est leur métier (suite)
Mais ces trois groupes ne pourraient s’enrichir si la culture de la coca et la production de cocaïne ne reposaient sur le travail de milliers de fourmis : ouvriers, journaliers, hommes, femmes et enfants. On estime aujourd’hui que près de 200000 familles colombiennes, soit près d’1 million de (...)
8/11/2005

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
publicité