publicité
Accueil du site > Actu > Nature > La Réunion retient son souffle
25-08-2010
Mots clés
Tourisme
Biodiversité
Climat
France

La Réunion retient son souffle

Taille texte
La Réunion retient son souffle
(Infographie : Idé)
 
L’île volcanique a été reconnue comme un site exceptionnel par l’Unesco. Mais le changement climatique pourrait gâcher la fête.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Pub et écologie : comment les marques vous manipulent"

La Réunion vient de remporter un titre planétaire. Cette terre de l’océan Indien est entrée au Patrimoine mondial de l’humanité, devenant le 35e site français à recevoir cette distinction de l’Unesco, et le 4e site naturel après le golfe de Porto (Corse), le Mont-Perdu (Pyrénées) et les lagons de Nouvelle-Calédonie. « Je suis convaincu que cette inscription favorisera le développement d’un tourisme durable et respectueux des sites », a déclaré le président du Conseil régional, Didier Robert (UMP) qui rêve de 600 000 touristes en 2015 contre 421 900 l’an dernier. Ce secteur représente désormais la première source de revenus de l’île devant le sucre de canne.

Or, le touriste pourrait devenir une espèce en voie de disparition avec le changement climatique. Les plages de l’île risquent en effet de se dégrader avec l’élévation du niveau marin et l’intensification des phénomènes cycloniques. Inquiétude aussi pour la population qui réside à 80 % sur le littoral. En outre, le réchauffement participe au fort développement de micro-algues potentiellement nuisibles. Ces espèces toxiques sont responsables d’une mortalité massive chez les poissons et de certaines intoxications humaines, selon les experts. En 1998, la vague de chaleur qui a frappé l’océan Indien a provoqué un blanchissement très fort des coraux, ce qui, à terme, pourrait entraîner le déclin de nombreuses espèces de poissons et mettre à terre les communautés de pêcheurs. —

(1) Selon le rapport « Changement climatique et biodiversité dans l’Outre-mer européen »

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef du magazine et des éditions papier de "Terra eco"

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • je suis parti vivre à la réunion il y a deux ans et il y a un gros travail à faire, il y a une jeunesse à former, il y a des collaborations à favoriser, il ne faut pas faire ça pour le tourisme mais d’abord pour l’île et le tourisme il y en aura toujours après il ne faut pas oublier le contexte économique qui ne permet pas à tous de se payer un billet pour la réunion

    26.05 à 11h17 - Répondre - Alerter
  • Brigitte, une lectrice de la Réunion : Cirques, pitons et remparts ...

    Bonjour, la Réunion a été classée pour ses montagnes et son relief extraordinaires et non pas pour son bord de mer ! si vous venez ici pour les plages, vous serez déçue, réchauffement climatique ou pas. Ne croyez pas dur comme fer aux messages publicitaires. Même si vous avez déjà vu des pubs vantant nos plages, l’île est avant tout volcanique et une grande partie du littoral est composée de roche volcanique. D’autre part, depuis toujours, l’île est balayée par les cyclones. Quant à la population, son problème est plutôt de construire dans les ravines, où l’eau reprend son lit pendant les fortes pluies. Je n’ai jamais entendu parler des algues responsables de la mort des poissons. Quelles espèces, en quelle quantité ? Quant aux coraux, si leur blanchiment est effectivement un problème, cela concerne le lagon (où la pêche est interdite), et non les pêcheurs qui vont en haute mer. Votre article alarmiste est hors de propos.
    PS : j’invite tous les amateurs de randonnée qui n’ont pas peur des dénivelées à venir faire un tour chez nous

    26.08 à 12h36 - Répondre - Alerter
    • Ancien habitant de la Réunion, je confirme le commentaire laissé par Brigitte.
      Tout du moins, si Terra éco veut nous sensibiliser, il serait opportun d’appuyer le contenu avec des sources locales.
      Sans jeter le discrédit sur les propos de la journaliste, j’insisterai sur le problème de salubrité sur l’île.
      Les déchets en tout genre, bouteilles et sacs plastiques jetés sur la chaussée, sur les plages puis happés par l’océan constitue à mon sens le 1er fléau menaçant la barrière de corail.
      Les réunionnais ne se sentent pas responsables de leur éco système !.
      En espérant que ce classement UNESCO fasse cheminer les mentalités, avec si nécessaire l’application d’amendes pour non respect de ce patrimoine unique.

      10.09 à 11h58 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité