publicité
Accueil du site > Actu > Nature > « Il faut cesser le forage en eaux profondes »
21-10-2011
Mots clés
Biodiversité
Asie Et Océanie

« Il faut cesser le forage en eaux profondes »

Taille texte
« Il faut cesser le forage en eaux profondes »
(Crédit photo : Greenpeace Nouvelle-Zélande)
 
En Nouvelle-Zélande, Jay Harkness, de Greenpeace, revient sur les dégâts naturels et pertes économiques provoqués par la marée noire.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Jay Harkness est membre de Greenpeace Nouvelle-Zélande.

Terra eco : Le Rena s’est échoué le 5 octobre sur un récif au large de Tauranga (Nouvelle-Zélande). Où en sont les opérations de sauvetage aujourd’hui ?

Jay Harkness : Les sauveteurs continuent de pomper le pétrole mais ils progressent lentement. Le navire menace de se briser et, pour le moment, les vents sont forts.

S’ils pompent tout le pétrole avant que le navire ne se brise, il est peu probable que davantage de matière ne se répande. Mais il y a encore au moins 1 000 tonnes de carburant toxique à bord du bateau. S’il y a de nouvelles fuites, il n’y a aucun doute que beaucoup de faune et flore sauvages disparaîtront.

Et quand le pétrole entre dans l’environnement marin, il est pratiquement impossible de procéder à un nettoyage. C’est le phénomène que nous avons constaté lors de marées noires à l’étranger.

Pour l’instant, quel genre de dégâts environnementaux avez-vous pu observer ? Combien de temps faudra-t-il à l’environnement pour retrouver son état naturel ?

Là encore les expériences étrangères montrent que l’environnement marin a besoin de beaucoup de temps pour retrouver son état naturel après une marée noire. En plus d’anéantir directement la faune et la flore, le pétrole va aussi entrer dans la chaîne alimentaire et y rester, privant les communautés indigènes locales d’accès aux ressources alimentaires traditionnelles. Habituellement, il faut deux à dix ans à un écosystème pour se remettre des ravages causés par une marée noire, mais il existe des cas où, après quarante ans, les méfaits peuvent encore se voir dans certaines communautés animales.

Dans le cas du Rena, il est encore trop tôt pour commencer à tirer un bilan de l’impact de cette marée noire sur l’environnement marin, simplement parce que la plupart des dégâts ne sont pas directement mortels pour la faune : la marée noire perturbe le développement de l’animal, son comportement et sa reproduction. Jusqu’ici, 1 200 oiseaux ont été tués – parmi eux, des albatros (qui ne produisent qu’un œuf tous les deux ans) et des manchots pygmées.

Quel sera l’impact économique ?

Là aussi, il est encore trop tôt pour le dire. Mais déjà, on sait que le tourisme local a été affecté ainsi que les équipes qui pêchent les écrevisses, et d’autres poissons, sur le récif et dans les eaux environnantes.

L’armateur du Rena, la Mediterranean shipping company (MSC) a offert un million de dollars néozélandais (575 000 euros) pour payer le nettoyage des plages. Est-ce suffisant ?

Pas du tout ! Les frais de nettoyage et la valeur des pertes économiques locales et nationales vont largement excéder le million de dollars. Mais impossible de dire pour le moment quel sera le coût de la catastrophe au final.

Y’a-t-il un moyen d’empêcher un événement de ce genre de se reproduire à nouveau ?

Oui, sans aucun doute. C’est pour cette raison que Greenpeace demande au gouvernement de cesser d’attirer en Nouvelle Zélande l’industrie pétrolière spécialisée dans le forage en eaux profondes. Certains fonds marins dont le gouvernement a vendu les droits d’exploitation se trouvent à des profondeurs deux fois plus grandes que la zone dans laquelle opérait Deepwater Horizon avant que la plateforme n’explose et ne coule, en déversant 650 000 tonnes de pétrole dans le golfe du Mexique l’an dernier. Comme les plongeurs ne peuvent descendre qu’à 200 mètres pour réparer une fuite, l’exploitation de pétrole en eaux profondes représente un risque totalement inacceptable. De plus, repousser encore les frontières de l’industrie pétrolière – en exploitant les eaux profondes de Nouvelle-Zélande et de l’Arctique – ne fera qu’empirer la crise climatique.

Comment réagit le public à l’accident ? Y’a-t-il une forte mobilisation autour du nettoyage des plages ?

Des milliers de gens se sont portés volontaires pour aider à nettoyer la marée noire. L’accident n’a fait que stimuler l’opposition du public vis-à-vis des forages en eaux profondes. Cette année, Greenpeace s’est associé à un iwi (tribu) nommé « te Whanau a Apanui » et dont les terres de Cap Est ne sont pas loin de Tauranga (une ville affectée par la marée noire, ndlr). Le pétrole est en train d’arriver au Cap Est et on en attend davantage. Or, l’accident pourrait être catastrophique pour cet iwi. Les volontaires de Greenpeace sont en train d’aider à nettoyer leurs terres touchées par la marée noire.

Même le principal parti d’opposition a changé de politique. Il a déclaré que – pour le moment – il ne soutenait plus le développement des forages en eaux profondes en Nouvelle-Zélande (où il n’existe pas encore de puits).

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Dominique dit :Tu ne devrais pas m’encourager, l’institutrice cache9e en moi se re9veille si faelmcient !Tout d’abord, l’article de Wikipe9dia sondage d’opinion n’est pas mal ; assez clair et assez critique sans eatre pole9mique.Pour moi, il y a d’une part des proble8mes intrinse8ques aux sondages, et donc, plus ou moins ine9vitables .Et d’autre part , des proble8mes lie9s aux hommes qui s’en occupent et e0 leur (absence de) de9ontologie.Commene7ons par les premiers.Les sondages sont base9s sur la fameuse loi des grands nombres : si on interroge un e9chantillon d’une population, soigneusement choisi, on aura une image de l’ensemble de ladite population.En the9orie, l’e9chantillon devrait eatre ale9atoire , en d’autres termes, tire9 au sort.En pratique, c’est impossible, donc on passe e0 l’e9chantillon repre9sentatif . Donc, sur la France, 48,6 % d’hommes et 51,6% de femmes, 4 % de 60-65 ans, 24% de moins de 19 ans, idem pour le type d’habitat (taille de la ville) le niveau d’etudes, le revenu etc, etc .Ca ressemble de9ja e0 une bonne raison d’avoir un grand e9chantillon, mais ce sont surtout les lois mathe9matiques qui l’exigent.En effet, l’ image obtenue ne colle qu’approximativement e0 la re9alite9 de l’ensemble qu’on veut e9tudier. Il y a toujours une marge d’erreur , et celle-ci de9pend de la taille de l’e9chantillon (je vous e9pargne la formule, d’ac ?)Exemple :Prenons une question e0 2 re9ponses possibles (type 2eme tour de la pre9sidentielle, allez-vous voter X ou Y )Si on veut une marge d’erreur de 2%, il faut interroger 2000 personnes (et on aura X : 48% + ou 2%, donc de 46 e0 50, et Y 52 % , + ou 2%, soit 50 e0 54 . DONC, si e0 l’e9lection, on a 50-50 , c’est normal, on ne peut pas dire les sondages se sont plante9s )Si on veut une marge d’erreur de 1%, il faut interroger 9600 personnes ! (vous avez de9ja vu e7a ?)Et pour des petits sondages genre magazines fe9minins sur 700 lectrices, la marge d’erreur est de 4%. Donc, quand on vous dit : elles veulent en premier chez un homme l’humour (28 %) , en 2eme la fiabilite9 (25%) en 3eme la bonne situation (22 %) et en 4eme le look (20%), en fait, les chiffres se lisent tout aussi le9gitimement 24, 24, 24 et 24 % (mais c’est moins vendeur)Bon, voila pour le premier proble8me fondamental des sondages (et encore, j’ai simplifie9, car tout ces chiffres ne sont valables qu’e0 95 % : on appelle e7a le seuil de confiance )Le deuxie8me, c’est la repre9sentativite9 de l’e9chantillon, et la pre9sence toujours possible des redoutables biais .Je m’explique par un exemple : si le sondage se fait au te9le9phone, il ne touchera que les gens qui ont le te9le9phone (ben ouais, hein).Il y a 10 ans, on pouvait admettre que ce n’e9tait pas un proble8me, mais il y a 30 ans Et de nos jours, combien de jeunes ont encore une ligne fixe ?C’est comme quand un magazine fait un sondage sur son site internet : meame avec des quotas corrects (et encore, il y a beaucoup de femmes de plus de 75 ans agricultrices qui lisent Cosmo ?), on ne peut pas ecrire x% des femmes de plus de 18 ans , (voire de 18 e0 50 ans pour les plus honneates), aiment Lady Gaga mais uniquement X% des lectrices de notre magazine etc etc Donc, f4 joie, f4 merveille, les instituts de sondage ont le droit de redresser les re9sultats pour contrer les biais identifie9s !!!C’est complique9, c’est souvent de la petite cuisine, et c’est e9videmment la porte ouverte e0 tous les exce8s.Ce qui m’ame8ne e0 ma 2eme cate9gorie de pourquoi se me9fier : la triche !! (appele9e plus haut, manque de de9ontologie )On redresse dans le sens qui arrange la ligne e9ditorialeOn indique des re9sultats sans marge d’erreur, mais du cote9 qui nous arrange ( au lieu de 25 % + ou 4 % , on e9crit 29% : ce n’est pas faux , juste manipulatoire)Sans compter l’homme de base, l’enqueateur ! entre les questionnaires remplis le soir tranquille et plein d’imagination par soi-meame (rare, mais pas inexistants), et la modification a posteriori des donne9es socio-culturelles pour rentrer dans les quotas (imagine que tu doives faire remplir 50 questionnaires dans une ville, 25 hommes, 25 femmes, 10 de chaque tranche d’e4ge, 10 de chaque tranche d’e9tudes, si tu te de9brouilles mal, e0 la fin, il te manque 3 bac plus 5 de moins de 20 ans, t’es pas dans la merde ; alors tu inverses les ages et un type avec un BEP de 42 ans devient bac+5 et un jeune de classe pre9pa devient titulaire de CAP et c’est bon)Bref, comme dit l’autre, the possibilities are endless .Bon, e7a suffit comme e7a, merci aux 2 personnes qui ont termine9 la lecture . Je sais qu’il y a des impre9cisions, mais bon MG, une fois que tu l’auras lu, n’he9site pas e0 supprimer ce commentaire, il est vraiment trop long

    7.07 à 17h34 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité