publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > Allègre et les climato-sceptiques : comment ils nous manipulent
28-03-2010
Mots clés
Sciences
Monde
Dossier

Allègre et les climato-sceptiques : comment ils nous manipulent

Taille texte
Allègre et les climato-sceptiques : comment ils nous manipulent
 
Cette armée hétéroclite de contestataires de la crise climatique a fait la démonstration de son pouvoir d’influence ces dernières semaines. Plongée dans ses réseaux Internet et financiers, en France et à l’étranger.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°13 - Avril 2010

Allègre et les climato-sceptiques : comment ils nous manipulent

Après Ma vérite sur la planète en 2007, un essai sur l’avenir des sciences en bonne partie imprégné d’environnement, Claude Allègre est revenu sur le devant de la scène médiatique en 2009 avec un titre choc : L’imposture climatique ou la fausse écologie. Alors que le plus célèbre des climato-sceptiques français se contente de décongeler ses vieilles marottes, Terra eco est allé voir ce qui se tramait dans son laboratoire, sur quels sujets et avec qui il travaillait, sur quel réseau il s’appuyait.

La polémique qui a enflé ces dernières semaines, remettant en cause le changement climatique mondial, nous a poussé à aller plus loin que le personnage Allègre. Nous avons donc plongé dans la Toile mondiale des climato-sceptiques, depuis la France et les Etats-Unis, jusqu’au Brésil, l’Inde ou le Danemark.

Enfin, Terra eco a pensé à vous et à tous ces dîners que vous partagez actuellement avec des amis qui doutent de plus en plus de la crise climatique. Du « Climategate » au bronzage en Sibérie, voici toutes les réponses à dégainer pour survivre aux soirées avec des climato-sceptiques. Et vous en faire des amis !


SOMMAIRE

| |DECRYPTAGE Allègre : son labo, son business, ses amis|Terra eco a proposé à l’ancien ministre de débattre avec des spécialistes du climat. Réponse : « Cette demande n’a aucun intérêt, ce dialogue de sourd ayant déjà été tenté ». Faute de combattant, nous avons choisi de remonter le temps…| | |ANTISECHES Kit de survie pour un dîner avec des climato-sceptiques|Briller en société grâce au réchauffement climatique, c’est possible ! Du « Climategate » au bronzage en Sibérie, voici toutes les réponses à dégainer pour survivre à une soirée avec des sceptiques. Et vous en faire des amis.| | |CHRONIQUE « Le Giec, un outil d’expertise unique »|Membre de l’Académie des sciences, le climatologue Hervé Le Treut revient sur les critiques émises à l’encontre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.| | |ENQUETE Tour du monde des tribus climato-sceptiques|Qu’ils réfutent l’idée de réchauffement ou nient le rôle de l’homme dans ce processus, ces contestataires forment une armée aussi hétéroclite qu’influente. Immersion exclusive au cœur de leurs réseaux Internet et financiers.| | |VU D’AILLEURS Grande-Bretagne, Chine, Brésil, Danemark : les sceptiques sont partout|Quatre pays, quatre façons de douter|

Illustration en une : Franck Ferville - VU

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
11 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je suis atterré par soit le manque d’esprit scientifique, soit la mauvaise foi avec laquelle de prétendus spécialistes traitent le problème du réchauffement climatique et des gaz à effet de serre.

    Nos politiques viennent enfin de prendre une sage décision en différant l’application de cette incroyable imbécillité de taxe carbone.
    Nombre de ceux qui n’ont rien compris s’acharnaient pour que cette taxe soit appliquée à l’agriculture grosse émettrice selon eux de gaz à effet de serre.
    Il est lamentable en effet de prétendre taxer les agriculteurs alors qu’au travers de la photosynthèse il sont les seuls acteurs économiques à recycler le CO² ce dernier étant l’oxygène des plantes ! Ce n’est pas une taxe qu’il faut leur faire supporter mais une rémunération qu’il faut leur donner pour cette action !

    André LEGENDRE dans son livre que l’on se garde de citer : « L’Homme est-il responsable du réchauffement climatique ? » traite le problème avec une grande rigueur scientifique et beaucoup de modération et d’indulgence vis à vis des incompétents notoires qui entendent détenir la vérité et qui hélas sont seuls écoutés. Il est vrai que la démonstration scientifique du livre n’est pas à leur portée. Ils seraient bien inspirés de lire les « CE QUE L’ON PEUT RETENIR » qu’ils ont peut-être quelques chances de comprendre et en particulier :

    Page 208 :

    « . Depuis l’origine de la terre, la concentration de l’atmosphère en CO² n’a jamais été aussi basse que celle qu’Homo sapiens a connu et connaît aujourd’hui.
    Le doublement prévisible de la concentration actuelle à la fin du XXIème siècle, voire le triplement, resteraient inférieurs à ce que cette concentration était au temps des dinosaures et de la luxuriance végétale.
    . Le Co² base de la photosynthèse est indispensable à la vie sur terre et l’augmentation de sa concentration a des effets bénéfiques sur la croissance végétale et donc sur la vie dans son ensemble.
    . Un doublement du CO² ne mettrait pas en cause l’alcalinité des océans. Alors que la concentration en CO² était trois fois supérieure à l’actuelle, voire beaucoup plus, l’acidité (relative) des océans ne semble pas avoir engendré les dommages que certains redoutent. »

    Page 259 :
    « La contribution du seul CO² ne peut pas être considérée comme suffisant pour expliquer les variations climatiques. Cette contribution comme cela a été montré ne saurait être qu’extrêmement modeste en regard de la variabilité naturelle du climat. ».

    Nos congénères refusent hélas d’écouter ceux qui savent et préfèrent s’en remettre aux écolos rigolos qui comme indiqué ci-dessous viennent de prendre leur revanche sur l’inénarrable et lamentable sommet de COPENHAGUE.

    LA REVANCHE DES VERTS

    Il fallait bien qu’ils trouvassent une revanche après la grande affaire de COPENHAGUE. Ils l’on trouvée avec ce franc et indiscutable succès aux des élections régionales françaises où ils ont obtenu les score admirable de quelques huit pour cent des inscrits !

    C’est vrai qu’il y eut COPENHAGUE !
    La mascarade fut énorme on se serait presque crû dans le « Meilleur des mondes » de HUXLEY, avec au sein des débats des alphas et bêtas, certes en manque d’intelligence, et à l’extérieur des gammas, deltas et epsilon parfaits, représentant bien le nouvel humanoïde : à la fois révoltés soumis et béats, imberbes, falsettistes asexués et stériles, de vrais clones ! Absalon dans le combat et Yul Brynner dans la défaite, végétariens, ne buvant pas d’alcool, bardés de certitudes sur les pouvoirs que leurs maîtres ont sur la nature et sur le climat, seuls autorisés à exhaler sans retenue, et entre autres et contrairement aux bovins, un souffle chargé en CO² qu’ils feraient mieux de garder pour toute autre chose que nous pomper l’air.
    Il devait même y avoir les fouille-merde de service qui, masochiste impénitents, jouissent à la seule perspective de se vautrer dans l’ordure pour trier les poubelles qui seront mélangées ensuite, alors qu’il suffirait de ne pas les remplir par cette ordure inutile, mais cela crée des emplois infiniment plus utiles que ceux de l’agriculture où l’on ne sait que capter et recycler le CO²- en payant quand même une taxe carbone - et où pour ce faire on récupère l’eau douce avant qu’elle n’aille se saliniser et se perdre dans les mers et océans !

    Ils crient haut et fort et se défendent de n’être que de gauche, ces prétendus défenseurs uniques de la nature qui entendent pourtant ne pas en respecter les lois de base.
    N’interdisent-ils pas les émissions de CO², oxygène des plantes et dont le taux n’a jamais été aussi fort qu’à l’époque de végétation luxuriante des dinosaures ?

    N’entendent-ils pas régenter les lois pourtant immuables de perpétuation de l’espèce en déclarant homosexuels et folles en tous genres aptes à fonder une famille ?
    Il est vrai que ceux-là pour être en règle avec les lois de la nature auront toujours la faculté de cloniquer !

    Jean-Pierre CANOT
    Bergerac le 23 mars 2010
    http://ah-le-developpement-durable....
    http://reviensilssontdevenusfous.bl...

    12.04 à 10h21 - Répondre - Alerter
    • Je suis atteré de voir, d’une que votre contribution n’ait pas été signalée comme abusive, mais surtout que l’on puisse encore penser ce que vous y écrivez.

      Considérer que l’agriculture est bénéfique pour la planète au seul argument que faire pousser des plantes, ça consomme du CO2, permettez moi de rire (en passant, n’écrivez pas CO². Mieux vaut faire la faute typographique CO2, car le 2 exposant signifie une valence de 2 - sans signe au demeurant - donnée à un unique atome d’oxygène. Parole de chimiste.). Car le principe de Lavoisier reste inattaquable, rien ne se perd, rien ne se crée : il en aura fallu du CO2 pour les amener jusqu’au champ, ces plantes. Et il en aura fallu, du soufre, du phosphore, de l’azote pour faire les engrais qui seront répandus sur les champs. Et il aura aussi fallu nourrir les animaux qui fourniront le lisier (ou le fumier) qui sera aussi utilisé ; fumier qui en passant saturera les bassins fluviaux de nitrates, comme dans mes Côtes d’Armor natales. Au bilan, à moins de tabler sur un mode de production local (limitant donc les émissions liées au transport), biologique et intégré à la biosphère régionale (limitant de beaucoup les interventions humaines), peu de chances d’avoir un quelconque effet notable sur la concentration atmosphérique de dioxyde de carbone. (Et ne parlons d’ailleurs pas du méthane et des gaz soufrés issus des productions animales, desquels les plantes peuvent qu’atténuer les odeurs par leurs fleurs.)

      Parler de l’époque des dinosaures, en voilà une autre bonne blague ! Effectivement, la concentration en dioxyde de carbone atmosphérique était bien supérieure à ce qu’elle est actuellement. Et la température était autrement plus élevée (oh, la curieuse coïncidence !). Ceci dit, utiliser des faits décorrélés n’a aucune rigueur scientifique : ni l’être humain, ni la plus grande partie de la biosphère actuelle n’étaient présents à l’époque, la comparaison n’a donc pas de sens. Car l’esprit de l’écologie n’est pas de ’donner le pouvoir aux plantes vertes’ mais bien de minimiser l’action de l’être humain sur son environnement. Et pas de faire tendre celui ci à ce qu’il était il y a des millions d’années.

      Enfin, c’est surtout la dernière partie qui me sidère : l’homophobie que vous affichez (car c’est bien le mot) est pour le moins révoltante. Apprenez que l’homosexualité est tout à fait naturelle, tant dans le règne animal que dans les sociétés humaines.

      En bref (il y a encore énormément à redire, comme par exemple le point de vue capitaliste productiviste tendance "retour à la terre" de l’argumentation), l’écologiste homosexuel et convaincu que je suis ne peut que vous inviter à vous ouvrir un peu au monde qui vous entoure. Oui, un autre monde est possible, il est à portée de la main de ceux qui veulent bien la tendre.

      Frédéric GUEGAN

      Etudiant en Sciences de la matière à l’UR1

      7.05 à 00h29 - Répondre - Alerter
  • Suite à cette médiatisation à outrance sur la sortie de ce livre signé Allègre, les quolibets et les invectives vont bon train de la part de ce "scientifique" mais on voit bien le manège : créer du buzz pour faire sa publicité et aussi peut être ramener des subventions au laboratoire de géochimie qu’il dirige.
    Car il va falloir le répéter , il est spécialiste de la chimie de la croûte terrestre et non du climat , ce qui est fondamentalement différent car l’une étudie la lithosphère ( les roches quoi !)et l’autre l’atmosphère .
    Pourquoi vouloir qu’on parle un maximum de lui ? il aimerait bien avoir autant de budget que ceux qui travaillent sur le climat et cela surement cela va bien l’aider auprès du ministère. Vu par ce biais tout s’explique, ne cherchez plus, il n’est pas fou .Signé : une géologue

    2.04 à 12h09 - Répondre - Alerter
  • N’inversez pas les rôles s’il vous plait ! Les seules personnes qui manipulent l’opinion sont celles qui sous couvert de science font de la politique et du militantisme de base. Je lisais tout à l’heure les 400 uluberlus qui veulent absolument que Valérie Pécresse les soutiennent dans leur croisade anti-scepticisme. C’est la preuve la plus flagrante que ces 400 "scientifiques" pensent que la preuve scientifique passe par le politique. Ils devraient plutôt relire Bachelard et surtout ne pas se contenter d’une simple concordance de courbes observationnelles pour en tirer des plans sur la comète. Observation n’est pas raisonnement !

    1er.04 à 14h41 - Répondre - Alerter
    • dominique1 : travailler le climat

      La plupart des personnes soutenant le livre de Claude Allègre se font manipuler par son discours pseudo scientifique dont on peut dire qu’il relève plus de la croyance et de la mauvaise politique. Vous n’avez pas l’air de connaître en profondeur ces questions. Alors, je vous engage à lire les travaux sur le climat. Les scientifiques qui travaillent dessus ont mis le climat de la terre en équations. Ils ont ensuite pris les données du passé mesurées avec la paléoclimatologie pour les rentrer dans les modèles de calcul et vérifier la validité de ces équations en reconstituant le climat du passé et comparer les résultats donnés par le modèle et ceux mesurés par les marqueurs climatiques du passé. On est très loin de la simple observation de corrélation de courbes comme vous le dîtes. Les démonstrations sont rigoureuses et les incertitudes quantifiées.

      Je vous engage, avant de prendre position à lire le numéro des dossiers de la recherche de Novembre Décembre et Janvier 2005, ainsi que le livre le méthane et le destin de la terre aux éditions EDP sciences.

      La démonstration des chercheurs du LSCE et du LMD est un peu plus solide que les erreurs grossières d’interprétation de Mr Allègre et Mr Courtillot.

      10.04 à 18h12 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Voilà bien un argument fantastique que nous servent les climato-septiques de tous poils : au temps des dinosaures il faisait plus chaud et pourtant ils vivaient bien eux, la Terre était luxuriante et tous les T-rex du monde se portaient merveilleusement bien ! Bref le Paradis sur Terre !!! Comme l’a judicieusement fait remarqué Terraedes le problème n’existe pas pour la planète qui continuera de tourner autour du soleil sans nous, merci pour elle, mais bien pour l’humanité et je dirais pour la biodiversité d’aujourd’hui qui s’est constituée avec les températures de notre ère. Allègre est insupportable de suffisance. Je ne sais pas si les scientifiques du GIEC ne se remettent pas en cause comme l’écrit si bien notre premier intervenant, par contre le sieur Allègre lui ne le fait en rien : entendu ce matin sur France-Inter !!! Ses arguments sont faux mais il persiste et signe, traitant les autres d’idiots. Et surtout ne pas confondre l’incertitude scientifique avec la remise en cause de tout tout le temps, mm des éléments que nous connaissons un peu voir beaucoup car il y a incertitude et incertitude en science. Ou bien nous devons remettre tout en question, tous les jours, du nucléaire comme de la géologie, etc ... N’exagérons pas dans ce sens non plus ! Donc oui les dinosaures ont vécus avec des climats probablement plus chauds, mais ... c’étaient des dinosaures, bestioles forts sympathiques dont on ne connait pas grand chose en réalité mais qui ne ressemblaient ni à l’humain, ni aux mammifères d’aujourd’hui ... Autre point qu’il ne faut pas oublié : les continents d’alors n’étaient pas les mêmes et beaucoup d’autres éléments différaient d’aujourd’hui comme la densité de la planète, son cycle autour du soleil, les plantes qui poussaient, etc. Bref nous ne pourrions probablement pas vivre dans un monde pour dinosaures, ni eux dans le nôtre. Comme d’autres espèces adaptées aux conditions plus rudes d’il y a 20 000 ans disparues maintenant. Le problème vient aussi et surtout de la rapidité à laquelle les changements risquent de se faire et de la non possibilité d’adaptation du monde entier à ces boulversements. Il est vrai que pour nous, européens du centre (en latitude) nous n’avons guère à nous en faire, mais les habitants de Vanuatu ne sont pas du même avis que M’sieur Allègre, curieusement. Dingue, non ? Il est vrai qu’ils ont déjà plus de soucis actuellement. De plus est-ce si difficile que cela de changer ??? Vivons nous aujourd’hui comme nous le faisions ne serait-ce qu’il y a 20 ans ? 50 ans ? Non. Dc pourquoi figerions-nous notre mode de vie maintenant ? Puisqu’il va évoluer autant le faire dans le sens de la responsabilité et de la solidarité mondiale et non de l’égoïsme occidento-centré. Nous pouvons être très heureux sans nos 4x4 et les 12 TV à écran plasma qu’on voudrait nous voir avoir dans nos apparts. Penser autrement, beau défi, non ? Un monde qui demande d’être réfléchi c’est beau ça, non ? Devrait faire palpiter les chercheurs ,les intellectuels, les politiques et toutti quanti, non ? Je ne comprends pas ce refus là, mais bon nous savons bien que nombres d’intêrets sont en jeu et que les climato-septiques sont sponsorisés par des entreprises particulières.

    31.03 à 14h47 - Répondre - Alerter
  • taxons : pollution

    On parle du réchauffement mais pas de co2. A Paris je peste contre les mecs qui roulent au diesel pour faire des économies sans se soucier des autres qui respirent cette merde cancérigène (car contrairement aux allemands ici les filtres à particules sont inexistants). C’est vrai que balancer toute cette saloperie dans l’atmosphère à longueur de temps ne me paraît pas très saint. A comparer avec les engrais avec lesquels les agriculteurs ont pourri les sols et leur santé...

    Donc réchauffement ou pas réfléchissons à cette pollution

    30.03 à 20h14 - Répondre - Alerter
  • Bonjour,

    Face à l’omniprésence de Claude Allègre dans les médias et à l’ignorance manifeste de ceux-ci sur les sujets liés aux évolutions climatiques et les compétences réelles de M. Allègre dans ce domaine, je vous propose de marquer votre différence et votre désaccord en devenant membre du groupe suivant sous facebook :
    "Qu’on arrête de faire tribune au mammouth Allègre"

    Adresse : http://www.facebook.com/?ref=home# !...

    Après tout, il n’appartient qu’à nous en exprimant à notre tour le doute sur les arguments et motivations de ce monsieur, de transformer la surexposition médiatique de M. Allègre en réelle démarche médiatique pour comprendre et expliquer les origines et mécanismes associés au dérèglement climatique....

    Bonne journée !

    29.03 à 15h13 - Répondre - Alerter
    • Daniel ROQUET : Réponse sur Mr Allègre

      Aprés avoir défendu Cl Allègre sur ses livres qui me semblaient interessants pour leur aspect vulgarisation des phénomènes physiques, je me suis aperçu de leur partialité et là je dis stop. Si raisonner sur des sujets scientififiques c’est donner quitus à la dérive de notre civilisation avec toujours plus de consommation génératrice de produits factices dévoreuses de matières premières entrainant des rejets dont tout le monde se fout même si peu à peu les collectivités humaines s’en soucient mais jamais suffisamment - le combat est perdu d’avance si ce type de vie est élevé en modèle sans remise en question. On voit la population gonfler "allègrement" avec des enfants irresponsables dans nos sociètés occidentales qui rèvent encore de consommer toujours plus tuant peu à peu l’espace pour la biodiversité
      transportant avec leur présence les nuisances en déchets de tout genre même si se sont créées des espaces dédiés à ces rejets, nuisances sonores issues des traffics toujours plus denses.
      Personne n’a jamais parlé de surpopulation et maitrise des naissances car la religion chrétienne,musulmane et autres philosophies orientales ont fait en sorte que cela soit tabou mais je pense qu’il faudrait réfléchir sérieusement à ce sujet de sorte que notre terre ne disparaisse pas sous la pression de 15 voir 20 milliards d’Hbts et qu’il soit envisagé une véritable "politique" des naissances.
      Je pense qu’un homme politique n’a pas le droit de mettre à disposition ses connaissances scientifiques qui seront toujours par définition partielles au service de son business . L’activité humaine ne peut qu’avoir un effet sur la biosphère et qu’il en ait sur un réchauffement climatique il n’y a qu’un pas. Je ne peux le prouver n’étant pas mathématitien moi même mais des scientifiques eux ont sans doute pu en vérifier d’une manière indubitable les effets.

      12.04 à 08h51 - Répondre - Alerter
  • Le vrai savant est en permanence habité par le doute. Ne le serait-il pas que cela signifierait que l’on a tout découvert et que la science n’a plus lieu d’exister !

    Il est à partir de là aisé de définir qui est le scientifique authentique entre les dénommés climato-sceptique et ceux qui prétendent être manipulés.

    On ne peut être qu’atterré par : soit le manque d’esprit scientifique, soit la mauvaise foi avec laquelle de prétendus spécialistes traitent le problème du réchauffement climatique et des gaz à effet de serre.
    Nombre de ceux qui n’ont rien compris s’acharnaient par exemple pour que cette taxe carbone enfin supprimée soit appliquée à l’agriculture grosse émettrice selon eux de gaz à effet de serre.
    Les agriculteurs sont pourtant au travers de la photosynthèse les seuls acteurs économiques à recycler le CO² ce dernier étant l’oxygène des plantes ! Ce n’est pas une taxe qu’il faut leur faire supporter mais une rémunération qu’il faut leur donner pour cette action !

    Le GIEC dont on prétend qu’il détient seul la vérité tire des conclusions scientifiques qu’il est interdit de discuter, non pas des faits ou observations mais de consensus entre savants membre du GIEC bardés de certitudes.
    Il vient, ce qui en dit long sur le sérieux de l’affaire de reconnaitre diverses erreurs et notamment le fait, d’importance capitale, qu’il n’y a pas eu de réchauffement climatique depuis 10 ans.

    Personne ne parle bien entendu d’André LEGENDRE qui dans son livre : « L’Homme est-il responsable du réchauffement climatique ? » traite le problème avec une grande rigueur scientifique et beaucoup de modération et d’indulgence vis à vis des incompétents notoires qui entendent détenir la vérité et qui hélas sont seuls écoutés. Il est vrai que la démonstration scientifique du livre n’est pas à leur portée.

    « Le doublement prévisible de la concentration actuelle de CO² à la fin du XXIème siècle, voire le triplement, resteraient inférieurs à ce que cette concentration était au temps des dinosaures et de la luxuriance végétale.

    « La contribution du seul CO² ne peut pas être considérée comme suffisant pour expliquer les variations climatiques. ».

    Il ne vient à l’idée d’aucun de ces apprentis sorciers plus dangereux que les gaz à effet de serre, de mesurer leurs propres émissions de CO² et de les limiter en évitant discours et actions inutiles.

    Nos congénères refusent hélas d’écouter ceux qui savent et préfèrent s’en remettre aux écolos rigolos qui rejettent les lois les plus élémentaires de la nature telle : celles de la perpétuation de l’espèce, du cycle du carbone, ou des rythmes biologiques liés à l’heure, nous sommes à partir d’aujourd’hui en avance de deux heures sur le soleil, façon sans doute de lui faire comprendre que nous ne saurions accepter sa loi !

    29.03 à 10h38 - Répondre - Alerter
    • Cher Jean Pierre :
      Déjà, je ne sais pas si rémunérer des "agriculteurs" qui polluent sols et eaux, et qui portent atteinte à leur santé et celle des gens qu’ils nourrissent, soit une très bonne idée...
      Ensuite, je pense que beaucoup de choses sont dites à propos du climat de notre bonne vieille Terre, sans doute à tort et à raison ! Je crois également que les plus grands scientifiques et spécialistes (libres de dire et d’agir !) qui se penchent sur cette question se gardent bien de proférer des prophéties et que la plupart emmettent des hypothèses basées sur des données fiables et sincères.
      Et même si des désaccords existent, on ne peut plus remettre en cause aujourd’hui le principe même du réchauffement à l’échelle planétaire. Et justement, si l’on regarde à l’échelle planétaire, quelques degrés de plus ou de moins n’auront pas une grande importance, cela s’est déjà produit et se reproduira certainement... mais à l’échelle humaine ce n’est plus du tout le même problème car nous sommes nombreux (sans doute trop !) et ne vivons pas du tout sur le même pied d’égalité. C’est toute la question de la vision écologiste occidentale : faire attention chez nous pour notre santé et nos enfants est déjà chose compliquée à faire entendre, alors se soucier d’1 ou 2° de + au thermomètre... ! Les peuples des pays du Sud ne le verront sans doute pas de la même façon.
      Imaginons que les activités humaines ne sont peut-être pas la cause des dégats annoncés(! !), imaginons qu’il ne se passe rien et que les boulversements soient mineurs(! !?), peut-on l’affirmer avec certitude, n’y a-t-il pas un doute ? Il existe une chose formidable bien souvent discutée et généralement laissée de côté qui s’appelle le principe de précaution. Ne pas savoir ou avoir des doutes peu quand même autoriser à envisager le pire, surtout si la vie de plusieurs milliards d’être vivants est en jeu !

      29.03 à 14h57 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
publicité