publicité
Notre futur, par Edgar Morin

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Agir > Coach Bridget > Leçon numéro 4 : Faire le vide chez vous
28-05-2014
Mots clés
Société
France

Leçon numéro 4 : Faire le vide chez vous

Taille texte
Leçon numéro 4 : Faire le vide chez vous
(Crédit illustration : julien couty pour « terra eco »)
 
Vous vous accrochez désespérément à vos CD et à vos pulls vieux comme Mathusalem ? Coach Bridget vous aide à faire le ménage.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE

Ça a commencé quand ma mère s’est mise à vider le galetas des grands-parents disparus. Pour m’éviter de devoir trier un jour ses papiers, jeter les bottes qu’elle portait en 1979 ou ses 38 services de vaisselle fabriquée en Chine, elle a poursuivi son nettoyage chez elle. « Je ne veux pas que tu vives ce que j’ai vécu : vider la mémoire morte des gens, c’est traumatisant. » Mon septuagénaire de père a, lui, jeté ses uniformes de gendarme – « Autant les donner à une troupe de théâtre ! » – et ses bouquins sur la restructuration de la brigade franco-allemande (avis aux amateurs !). Du coup, j’ai eu envie de regarder ma maison. De près. Quand on atteint 40 ans, on fait – déjà – le bilan de sa première vie. Et observons un peu les nids à poussière que l’on se traîne : la chèvre en bronze du Bangladesh, le pot à beurre rance du Maroc, le collier berbère jamais porté… Que d’objets inutiles. M’apportent-ils encore du plaisir ? Seule question à se poser. Quant à mon salon, fallait-il le transformer en librairie pour prouver au monde que je savais lire ? Vais-je me retaper Le Guide de l’écofood, d’Alexis Botaya (Minerva, 2008), Ravages de René Barjavel (Gallimard, 1943) et tous mes essais écolo-dépressifs ? Pas sûr.

La loi des 7 fringues

Toi aussi, petit scarabée, commence par un diagnostic. Il faut garder ce qui a une fonction, mais aussi conserver aux choses leur fonction. Sylvie me demande comment procéder avec sa penderie et ses collections de robes, pantalons, chaussures, chaussettes et corsages. Il ne faut retenir qu’un chiffre, selon Dominique Loreau, auteure de L’Art de la simplicité (Marabout, 2013) : le 7. Oui, on trie son garde-fringues en ne conservant que 7 pantalons, 7 chemises, 7 paires de chaussures, 7 robes, etc. Pas mal, me direz-vous, sauf qu’il faut garder 7 exemplaires de chaque catégorie toutes saisons confondues. Et vendre le reste sur Internet, en brocante, l’offrir aux copines ou aux nécessiteux. Même si vous ne parvenez pas au Graal numéro 7, au moins essayez.

Sus aux parures !

Pour la chambre, deux paires de draps par lit suffisent. Comptez vos housses de couette, vos parures… Puis offrez-vous le top de la qualité – du lin, par exemple – et savourez. Dans la salle de bains, idem : on vire les crèmes hydratantes, démaquillantes, régénérantes et on achète une crème tout-en-un de qualité. Ça sent la psychologie à deux balles, mais pour accueillir le nouveau, il faut se débarrasser de l’ancien. Francine est une accumulatrice hors pair : « Adepte du do it yourself, j’ai un stock conséquent de tissus en prévision de fringues à fabriquer, une machine à coudre (deux, en fait), ainsi qu’une réplique exacte d’un show-room Darty dans ma minicuisine. » Francine, ton germoir n’est pas le plus encombrant. Ta collec de CD, en revanche, est désormais inutile : numérise-la ou range tes disques dans des classeurs plastifiés. Tu m’avoues aimer lire. Certes, mais relis-tu ? Donne tes ouvrages après lecture et conserve une sélection serrée. Quant à ton ambition de couturière, pourrais-je me permettre de t’enjoindre à t’y mettre ?

Pour ne pas effrayer le matérialiste qui sommeille en vous, procédez par étapes. Car, aussi sûr que j’aime le vin bio, le nettoyage devient addictif. Cela ne marche pas que pour nos névroses matérielles, mais aussi pour nos routines de pensée et pour le corps. Il y a quelques semaines, j’ai coupé mes cheveux. Couic. Exit élastiques, peignes, barrettes. En prime, j’ai une nouvelle tête qui me fait sursauter à chaque miroir. —


A vous de jouer ! Cette rubrique vous appartient : vous avez des questions à poser à Bridget ? Ça se passe ici. Thème du mois prochain : faire une pause et changer de vie !

agir@terraeco.net

Sur Facebook Sur Twitter

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Le rédacteur :
Bridget Kyoto

Bridget Kyoto est un double déjanté de Laure Noualhat, journaliste, qui offre chaque semaine une Minute nécessaire sur Internet.

Les liens de Bridget : page Facebook, Youtube

PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte
publicité
publicité
publicité
Site conçu avec
publicité