publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > L’Autriche, paradis du bio
Article Abonné
31-10-2007

L’Autriche, paradis du bio

Taille texte
 
L’explosion récente de la demande prend le pays de court.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Les Japonais ont le blues - Terra economica n°49"

Sourire aux lèvres, Gerhard Zoubek distribue les feuilles de route à ses chauffeurs poids-lourds. Ce matin encore, les dix camions de la ferme bio Adamah s’ébranlent avec, dans leurs soutes, des centaines de « caisses bio » (« Biokiste ») à livrer aux quatre coins du Burgenland, cette province orientale de l’Autriche située aux frontières de la Hongrie et de la Slovaquie. Cela fait six ans que la florissante petite entreprise de Herr Zoubek, un quadragénaire haut en couleurs, a vu le jour au coeur du village de Glinzendorf, à 25 km à l’est de Vienne. Et sa réussite fulgurante force l’admiration. Chaque semaine, une flotte de véhicules part livrer ses assortiments de fruits et légumes, vendus entre 12 et 21 euros, à des particuliers et des entreprises. 30 personnes s’emploient à préparer 3 000 caisses « bio » par semaine, contre 40 à 50 au début, en 2001.

« Et depuis cette année, nous fournissons les cantines scolaires de la région ! », s’illumine Gerhard, tandis qu’il soulève le lourd volet de fer de sa caverne d’Ali Baba. Un vaste hangar flambant neuf où s’entassent les stocks de tomates, oignons, choux-fleurs, carottes, pommes de terre et laitues, récoltés dans les champs alentour. En Autriche, il en existe près de 20 000 exploitations « bio » comme Adamah. Leur nombre a progressé de façon fulgurante au cours des années 1990. La plupart d’entre elles sont concentrées dans les zones montagneuses de l’ouest, dans le Land de Salzbourg et le Tyrol, où la part d’agriculture biologique s’élève à 40 % du total. On y produit essentiellement du lait et la viande, marques de fabrique du « bio » autrichien. Mais à l’est, dans la riche plaine alluviale du Burgenland, de plus en plus d’exploitations se reconvertissent à mesure qu’augmente la demande en fruits, légumes et céréales bio.

Mélangés dans les supermarchés

Au fil des ans, l’Autriche s’est taillé une réputation officieuse de « Bioland n°1 » sur le continent : vingt-cinq ans après la création des premières exploitations spécialisées, 13 % de son agriculture est officiellement bio en termes de terres cultivables, loin devant l’Italie (9 %) et la Finlande (7 %). Seul un autre pays de l’arc alpin fait mieux, le Liechtenstein (27 %). En 2006, quelque 90 000 tonnes de nourriture estampillée « bio » ont ainsi été écoulées dans le pays, pour une valeur de plus de 200 millions d’euros. Soit une croissance, depuis 2003, de 21 % en quantité, pour un chiffre d’affaires en hausse de 35 %.

Une vraie demande s’est créée en Autriche, au point que dans les supermarchés, les produits bio sont désormais mélangés aux produits traditionnels, et achetés indifféremment par les consommateurs, malgré un prix toujours supérieur de 15 à 20 % à la moyenne. L’engouement pour les produits bio a son revers. Avec seulement 200 000 hectares de surfaces adaptées, garanties sans engrais chimiques, l’agriculture autrichienne ne peut plus faire face et la part de produits importés va croissant. « Pour satisfaire la demande, il nous faudrait 1 500 à 2 000 agriculteurs bio supplémentaires chaque année », opine Johannes Tomic, président de BioAustria. Au risque de se marcher sur les pieds ? « Nous ne serons jamais assez nombreux dans l’agriculture biologique, assure Gehrard Zoubek. Il y a de la place pour tout le monde ! ». -

A LIRE AUSSI


- Demain, 9 milliards de bouches à nourrir : Comment faire ?

- Les Chinois bien dans leur assiette

- Encore très loin du miracle OGM

- Le Brésil, zéro pointé

- "Le marché ne peut pas, seul, nourrir la planète"

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • C’est bien vrai, je vis en autriche et les gens ici sont très fan de ce genre de produits bio mais moi je trouve ça bien et je suis vraiment contente d’avoir la possibilité de bien me nourrir.

    8.11 à 14h12 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité