publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Subventions aux énergies fossiles : « Les lobbys pèsent trop sur les (...)

Subventions aux énergies fossiles : « Les lobbys pèsent trop sur les gourvernements »

Taille texte
Subventions aux énergies fossiles : « Les lobbys pèsent trop sur les gourvernements »
(Champ pétrolier de San Ardo, en Californie. Crédit photo : Loco Steve / Flickr)
 
Alors que les Etats peinent à financer l'adaptation au changement climatique, des milliards d'euros pourraient être économisés en réformant les subventions aux énergies fossiles, estime, dans un rapport, le député Vert Yves Cochet.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

C’est un rapport qui dérange : « Fossil fuel subsidies and government support in 24 OECD countries » fait le point sur les subventions versées aux énergies fossiles par les gouvernements dans 24 pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). Les chiffres laissent sans voix : alors que les gouvernements rechignent à verser les 100 milliards de dollars annuels (78,6 milliards d’euros) qu’ils avaient promis à la conférence sur le climat de Copenhague en 2009, et ce afin de financer l’adaptation au changement climatique, plus de 750 milliards de dollars de fonds publics (590 milliards d’euros) sont dépensés chaque année pour soutenir la production et la consommation d’énergies fossiles...

L’eurodéputé Vert Yves Cochet, qui a réalisé ce rapport avec Elise Buckle, directrice de SustainEnergy, a répondu aux questions de Terra eco.

Terra eco : Votre rapport met en évidence un gouffre entre les sommes investies dans les subventions aux énergies fossiles et les sommes qu’on peine à trouver pour financer l’adaptation au changement climatique, notamment le développement des énergies renouvelables. Quel est votre sentiment face à ce constat ?

Yves Cochet : Je suis immensément stupéfait ! Quand nous avons commencé nos recherches, on ne le croyait pas : l’estimation mondiale des subventions aux énergies fossiles est énorme ! Et encore, cette estimation est minimale : elle ne concerne que 24 pays parmi ceux de l’OCDE, et elle est basée sur ce que les gouvernements ont bien voulu nous dire... Autrement dit, ces subventions sont sûrement bien plus importantes.

Les déclarations des gouvernements affirmant vouloir s’engager dans une réelle transition énergétique s’en trouvent-t-elles écornées ?

C’est certain que d’un côté, on condamne les énergies fossiles, et de l’autre, on les subventionne largement... On se rend compte à quel point les grands lobbys – pétroliers, charbonniers et gaziers – pèsent. Comme Total, qui est de loin la plus grande entreprise en France. Les lobbys sont tellement forts que les gouvernements sont capables de donner des sommes énormes sans penser plutôt à changer leur politique. Cela révèle aussi un autre modèle mental, avec des gouvernements qui pensent qu’il faut s’intéresser à l’environnement, à la protection de l’air, de l’eau, des forêts, mais tout ceci n’est rien par rapport au soutien qu’ils apportent aux énergies fossiles.

Les subventions versées aux énergies fossiles sont de plusieurs ordres : elles touchent les prix, la production ou encore la consommation. Comment sont-elles justifiées ?

En ce qui concerne la production, elles sont totalement injustifiées. Les compagnies pétrolières font déjà énormément de profits ! Pour la consommation, elles sont plus compréhensibles : il y a des professions qui sont vulnérables à un prix du litre qui augmente trop vite. Je pense aux agriculteurs, aux taxis... Quant aux prix des énergies fossiles, notamment à la consommation, il serait temps de comprendre que ces énergies-là vont devenir moins abondantes et plus chères. Il n’y a donc que des bénéfices à débuter une transition et à réformer les subventions : des bénéfices financiers d’une part, mais bien sûr aussi écologiques. Or, on le voit bien avec les échecs successifs des conventions qui s’attaquent à la question climatique, tout cela n’est pas suffisamment pris au sérieux.

En 2009, à Pittsburgh, les dirigeants du G20 s’étaient engagés à éliminer progressivement les subventions inefficaces aux combustibles fossiles. Que s’est-il passé depuis ?

Cela fait partie de ces grandes déclarations politiques mais qui ne sont pas juridiquement contraignantes : elles donnent des espoirs mais en réalité, elles ne sont pas mises en œuvre. En publiant ce rapport avant le G20 de Los Cabos au Mexique, et RIO+20, qui est en train de se terminer, au Brésil, on espérait que cela pourrait avoir un impact. Mais nous sommes déçus, ça ne va rien donner... Les problèmes écologiques sont de plus en plus aigus : cette conscience-là progresse. Mais dans le même temps, ce qu’on observe à l’issue des récentes conférences climatiques, de Copenhague, Cancún, Durban, c’est qu’il y a une régression par rapport à 1997, l’année du Protocole de Kyoto. Même Rio+20 est moins fort que le Sommet de la Terre de Rio en 1992 ! Les conventions climatiques perdent du pouvoir. Tout cela, bien évidemment, sous des prétextes de crise économique. Si l’on changeait la donne, il y aurait effectivement moins de croissance, mais elle serait plus heureuse.

Dans votre rapport, vous préconisez la création d’une instance internationale capable de réformer ce système de subventions aux énergies fossiles. Comment pourrait-elle s’articuler pour reprendre ce pouvoir que d’autres instances onusiennes peinent à exercer ?

C’est une évidence que les instances onusiennes aujourd’hui ne convainquent plus les gouvernements. L’ONU devrait avoir plus de pouvoir contraignant sur les gouvernements, mais le nationalisme l’emporte actuellement sur l’international... Lorsque nous avons présenté ce rapport à Bruxelles, des représentants d’une vingtaine de pays étaient là pour former ce qu’ils appellent « le Club des amis de la réduction des subventions aux énergies fossiles ». Ils espèrent faire office de pré-instance onusienne et s’élargir en faisant progressivement rentrer dans leur groupe d’autres pays. Pour certains, ce positionnement est évident : le Costa Rica, par exemple, n’est ni un producteur ni un gros consommateur.

Il y a aussi des pays comme le Mexique, dont les champs de pétrole s’amenuisent et qui sont fortement concurrencés par les pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Ils disent qu’au moins pour la production, il faudrait qu’il y ait moins de subventions. C’est sûr que, quelque part, cela s’appuie tout à la fois sur des arguments à la fois écologiques mais aussi libéraux : laissons les marchés faire et on verra si les énergies fossiles sont toujours aussi concurrentielles face aux énergies renouvelables ! Avec 750 milliards de dollars (592 milliards d’euros) de subventions annuelles, elles se porteraient en tout cas sûrement mieux...

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Une enfance en pleine nature jurassienne, des études de biologie et de géologie, l’envie de transmettre cette passion pour le monde vivant, et le monde tout court, et un goût sans limite pour les nouvelles contrées. Alice est journaliste scientifique.

7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Il y a malheureusement toujours une énergie "fossile" que l’on sous-estime, et on a bien tort parce qu’en plus d’être fossile elle est renouvelable, quasi à l’infini : c’est la BIOMASSE. Qu’elle soit d’origine végétale ou organique.
    Une société française a inventé un procédé révolutionnaire qui donne à l’énergie biomasse tout son sens. Ce procédé utilise le CO2 comme agent déshydratant .Et il n’y a pas plus performant. La déshydratation de la biomasse avec ce procédé donnerait par exemple à cette énergie subventionnée qu’est le "bois-énergie" toute sa légitimité. Les plaquettes forestières (premiers déchets du bois lors de sa transformation) utilisées comme combustibles des chaudières bois sont livrées avec un taux d’humidité compris entre 40 et 60%, selon l’essence de bois. Utiliser un tel combustible a pour conséquences :
    . d’être peu productif en production d’énergie,
    . d’émettre des effluents et polluants et extrêmement corrosifs.
    Les Canadiens, très amateurs de bois-énergie, sont en train de revenir sur cette élnergie polluante et improductive, responsable de fogs dans les villes jugés aujourd’hui insuportables. Cette société française, après avoir réalisé une installation pilote à l’échelle industrielle, vient de déposer son bilan, alors qu’elle a démontré l’efficacité de son procédé notamment pour le séchage des bois d’oeuvre, les plaquettes forestières et les déchets d’origine végétale ou organique.
    Il est à prévoir que cette technologie bien française nous revienne rapidement avec des étiquettes étrangères. Il ne fait toujours pas bon en France d’être "le premier"...
    La société s’appelait Bio3D Applications...

    31.07 à 09h44 - Répondre - Alerter
  • Tout à fait d’accord !
    Il faut arrêter de céder à ces pollueurs et bouffeurs d’argent public !

    25.06 à 10h55 - Répondre - Alerter
  • avec 750 milliards de subventions annuelle il y aurait largement de quoi subventionner les énergies douces !!! ah les gredins.. mais bon quand la terre reprendra ses droits tous ces malades mentaux pleureront sur leur sort et leur milliards que ça perdra..

    23.06 à 00h23 - Répondre - Alerter
    • Ne vous inquietez pas, les plus malheureux dans l’affaire seront le peuple et non leurs dirigeants ou pétroliers, qui eux s’en sortent toujours à bon compte !!

      23.06 à 10h38 - Répondre - Alerter
      • les peuples subissent, certe, pourtant les plus malheureux SERONT ces gens là, qui, au mépris de la terre, ses ressources, poursuivent leurs folies.. contrairement à ce que vous exprimez. Ces gens là sont véritablement des malades mentaux. C’est de l’addiction , tel des drogués, toujours plus de dose il leur faut. Comme toute maladie à ses soins, si aucune n’y fera, c’est bien la terre qui reprendra ses droits, les plus laheurex ne seront donc pas les peuples. Nous pouvons très bien vivre sans ces imbéciles.

        23.06 à 19h06 - Répondre - Alerter
      • toutefois, il ne faut pas se formaliser pour ma réponse de tout à l’heure, s’agissant des malades mentaux je pensais aux affairistes, spéculateurs, lobbys surtout et quand aux gouvernements qui subventionnent les énergies du passé on sait bien pourquoi.. comme on sait pourquoi les solutions des énergies douces sont freinées.. ou très souvent mises dans les fonds de tiroirs. Tout n’est jamais ni noir, ni blanc, il y a des avancées tout de même donc nous pouvons espérer un monde meilleur, plus humain. Par contre je suis plus nuancé que vous car personne n’est exempt de responsabilité, car par millions parmi les peuples beaucoup vivent pour travailler pour fabriquer des armes destructives, des produits chimiques à tout va, etc, a liste est bien longue et ce n’est donc ici qu’une courte réponse dans la forme tant il est vrai que, exprimer le fond, c’est une impossibilité.
        Quoiqu’il en soit, souhaitons d’autres avancées pour le bien de la terre et ses habitants, pensant là pas seulement aux humains..cette espèce nombrilique , prédatrice.

        23.06 à 22h04 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité