publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Fukushima > Après l’énergie, un nouveau monde à imaginer

Après l’énergie, un nouveau monde à imaginer

Taille texte
Après l'énergie, un nouveau monde à imaginer
(Légende photo : Blackout à Toronto en 2003 - Crédit photo : scjody/flickr)
 
Avec Fukushima, le débat sur l'énergie est enfin devenu audible. Pour tordre le cou aux idées reçues, la lecture de « Changer le monde » de Jean-Marc Jancovici, est chaudement recommandée. Malgré les évitements trop faciles sur le nucléaire.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Jean-Marc Jancovici est une sorte d’ovni : polytechnicien, membre du Comité de veille écologique de la Fondation pour la nature et l’homme (ex-Fondation Nicolas Hulot), cofondateur et associé du cabinet de conseil Carbone 4, auteur régulier de tribunes et d’interventions radiophoniques et télévisées, entre autres. Pédagogue et pince sans rire, l’homme signe avec une grande productivité des ouvrages sur la thématique climat-énergie. Sa dernière livraison – « Changer le monde », aux éditions Calmann-Lévy – interpelle surtout par son sous-titre : « Tout un programme ». On perçoit bien l’intention assumée d’alimenter le débat de la campagne présidentielle qui s’ouvre et dans laquelle la question de l’énergie devrait être centrale. Il n’est en tout cas pas interdit de rêver.

La croissance « avec les dents » ? Une chimère

L’énergie, nous rappelle M. Jancovici, « procède de la transformation de la matière », irrigue le monde moderne et rend possible le développement économique. Mais, comme chacun sait, les sources d’énergie se font rares et, souvent, leur transformation contribue à un effet de serre aux conséquences redoutables. Le pétrole, il n’y en a plus assez ; le charbon est une cata environnementale ; les énergies renouvelables coûtent encore cher et ne fournissent pas assez d’énergie. Et puis de toute façons, nous consommons sans limite, si bien que l’humanité semble condamnée à courir après une chimère : l’énergie disponible en grande quantité et à bas prix. Si, donc, quelque candidat à la présidentielle imaginait pouvoir aller chercher la croissance « avec les dents », l’auteur prévient : « Plus vite [celle-ci] repartira, plus vite arrivera le prochain choc pétrolier qui la tuera à nouveau ». Nous voilà bien emmanchés. Malheureusement, l’argumentation de Jean-Marc Jancovici semble imparablement construite. Autant, donc, tourner la page d’un monde révolu.

Feuille blanche

Confrontés à la feuille blanche d’un nouveau monde à imaginer, que nous propose l’auteur ? En premier lieu, un projet réellement enthousiasmant : décarboniser la société. En termes concrets, cela signifie que nous devrions identifier toutes nos petites dépendances aux sources d’énergie carbonées, puis :

- 1) Tenter de les chasser, ces grosses vilaines
- 2) Leur substituer des alternatives « propres » grâce à un méga-programme sur plusieurs décennies, chiffré à quelque 3000 à 6000 milliards de dollars (2000 à 4000 milliards d’euros). Sur le principe, il n’y a rien à dire et il faut prendre le temps de lire : rigueur, pédagogie, argumentation, tout est là, l’humour à la sauce « Janco » en sus. On décèle même chez l’auteur un soupçon d’enthousiasme contagieux.

Stop au café du commerce

Mais il y a un problème : le nucléaire. Pour Jean-Marc Jancovici, on ne pourra pas faire sans. Car c’est la seule façon de traiter à la fois nos besoins quotidiens et de ne pas embarquer l’humanité dans une dangereuse dérive climatique. Sur le fond, l’auteur ne manque pas d’arguments scientifiques, mais son refus d’entendre qu’il y a, au sens politique si ce n’est au sens scientifique, un avant et un après Fukushima, dérange. Car ce que nous apprend – ou nous rappelle – Fukushima, c’est que l’industrie nucléaire manque de transparence ; que ses chiffres demeurent suspects tant qu’ils n’auront pas été soumis à quelque regard critique que ce soit ; qu’on ne sait toujours pas combien coûtera le démantèlement de nos centrales ; qu’il est illusoire de penser que le parc électro-nucléaire français restera une affaire hexagonale sur laquelle nos voisins ne nous demanderont aucun compte ; que la prolifération nucléaire est une question que l’on ne peut traiter à la légère ; qu’au nom d’une indépendance énergétique illusoire, la France est aujourd’hui corsetée dans ses choix d’avenir, du fait d’une dépendance électro-nucléaire, dont l’étau n’est pas près de se desserrer. Sur tous ces sujets, on aurait aimé lire le point de vue acéré de « Janco ».

A l’exception de ces évitements sur le nucléaire, l’ouvrage de Jean-Marc Jancovici est une redoutable arme anti-café du commerce. A mettre donc entre les mains de tous ceux qui pensent avoir quelque chose à dire sur le sujet. Ou qui n’ont rien de particulier à dire mais qui souhaitent comprendre. Et pour ce qui est de l’atome, la société se chargera d’aborder sereinement le débat que Jean-Marc Jancovici balaie d’un revers de la main.

A lire aussi :

- Le dossier de Terra eco « Fukushima, la fin d’un monde »

- Les arguments de Jean-Marc Jancovici concernant le débat sur le nucléaire sont à lire sur son site Manicore

Sources de cet article

Changer le monde. Tout un programme !, par Jean-Marc Jancovici, éditions Calmann-Lévy, 241 pages, 18 euros.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Un livre indispensable pour comprendre le problème globalement. Si certains ont des problèmes du fait de son non engagement dans l’anti nucléaire incantatoire ambiant qu’ils sachent que le tout charbon, en attendant le développement et l’efficacité des énergies renouvelables, détruira toute la planète et pas seulement quelques occidentaux proches des centrales nucléaires.
    Comme disait Rocard la seule énergie qui ne pollue pas c’est celle qu’on ne consomme pas. Battons nous pour organiser la fin de la clim, y-a quelque temps on vivait très bien sans, la fin de l’éclairage publique et autres ... .
    Et dans la mesure de nos succès on pourra arrêter quelques tranches de centrales.

    16.06 à 16h21 - Répondre - Alerter
  • Bonjour, je regrette le ton de votre commentaire mais précise d’emblée que Terra eco ne souhaite rien faire avaler à qui que ce soit. Notre projet éditorial est ouvert à tous, fondamentalement journalistique et non militant. Des organisations militantes existent en nombre et font remarquablement leur travail de lobbying. En tant que "média", nous sommes un lieu de confrontation des opinions et le peu que mon métier m’a appris est que "LA" vérité n’existe pas. Il existe un ensemble de réalités assez factuelles, auxquelles on peut donner des interprétations très diverses en fonction de l’angle de vue que l’on adopte.

    En l’occurrence, il me semble que le passage sur le nucléaire de Jean-Marc Jancovici fait débat - et j’ai eu comme d’autres l’occasion d’échanger avec lui à plusieurs reprises là-dessus - mais cela n’enlève rien à la très grande qualité de sa démonstration sur l’énergie.

    Je ne propose donc de gaver personne comme une oie, juste d’oser se frotter à un point de vue très stimulant.

    Walter Bouvais,

    15.06 à 15h33 - Répondre - Alerter
    • Merci d’avoir rappelé la ligne de conduite de votre revue concernant la diversité des opinions. Les eco-extrémistes et les climato-septico_extrémiste de tout poil avec leurs grandes phrases "toute faite" n’apportent jamais vraiment grand chose à l’avancée des débats....
      Encore merci pour la qualité de votre revue et la variété des sujets proposés.

      16.06 à 06h34 - Répondre - Alerter
  • Extraordinaire : la parole à "l’ovni" nucléocrate. A peine abonnée qu’il faut que j’avale les bons conseils de cet apôtre de l’énergie "propre" qui surchauffe nos rivières, fait des morts par l’extraction de l’uranium, ne prend pas en compte le coût du risque, le coût des déchets....

    Ça fait plaisir ! On ne s’en sortira pas, là-dessus il a raison !

    15.06 à 13h37 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité