publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Le panda et la baleine > La Pyrène, une monnaie locale au service de l’humain

Le panda et la baleine

Par Haðed
12-01-2015

La Pyrène, une monnaie locale au service de l’humain

La Pyrène, une monnaie locale au service de l'humain
Pour répondre au très bel édito de David Solon, qui appelle à la renaissance suite aux journées tragiques du 7 au 9 janvier et surtout aux marches citoyennes et républicaines de ce week-end, j'ai eu envie de vous parler d'une initiative : la création d'une monnaie locale complémentaire. Une des nombreuses façons de faire du lien et de changer le monde.

Ils sont six. Seulement six, à avoir lancé cette monnaie ariégeoise. Six à avoir réfléchi, théorisé, et surtout pris le risque de l’initiative, de l’exposition aux critiques, au dédain. On leur a dit que c’était un monopoly pour bobo, que ça ne servait à rien. Eux y croyaient et sont allés au bout. En juillet 2014, lors du festival résistances à Foix, ils ont officiellement lancé la monnaie locale, baptisée Pyrène suite à un vote sur leur site internet www.monnaie09.fr.

Partant du constat que seuls 2% des transactions monétaires ont lieu dans l’économie "réelle", c’est à dire entre humains dans le cadre d’un échange d’argent contre bien ou service, ce qui signifie que 98% sont liés à la finance, ils ont eu envie de réagir, de proposer de modifier notre rapport à l’argent, de relocaliser l’économie pour que l’argent circule ici et maintenant. Après avoir lu et écouté Philippe Derudder, grand spécialiste de ces questions (n’hésitez pas à visionner ses conférences sur Internet, celle-là par exemple), ils étaient convaincus que la monnaie locale complémentaire pouvait être une solution, et c’est cette foi qui leur a donné l’énergie de concrétiser cette démarche.

Pour utiliser ces pyrènes, il faut adhérer à l’association Monnaie09, c’est une obligation légale car il est interdit de créer une monnaie, sauf dans un cadre privé. L’adhésion est à prix libre à partir de 5€. On peut ensuite échanger des euros contre des pyrènes, à valeur égale (1€ = 1 Py), et dépenser ses pyrènes chez les prestataires adhérents, qui répondent à certaines critères écologiques, sociaux, locaux ou civiques.

Les euros, pendant ce temps-là, iront bientôt sur un compte de la NEF, une société coopérative de finance solidaire, qui en train de devenir une banque. Ainsi, cet argent sortira du réseau financier malfaisant. La Nef propose des micro-crédits pour des projets également sociaux, écologiques... Bref, cet argent contribuera lui aussi à changer le monde d’une autre manière.

Je les ai rejoints cet automne, et me suis engagé pour faire connaître ce Pyrène. Déjà, en faisant un peu de publicité pour l’initiative autour de moi, auprès de prestataires et d’adhérents potentiels. Ensuite, en animant une émission radio mensuelle sur la radio associative ariégeoise transparence. Vous pouvez écouter la première émission, enregistrée en décembre, sur ce lien : http://www.radio-transparence.org/V2/wordpress/?p=2310. J’y parle même un peu de Terra Eco...

Ils étaient six. Nous sommes déjà des dizaines, en quelques mois à proposer des prestations ou à en bénéficier en pyrènes. En 2015, nous serons de plus en plus nombreux. Il y a pas mal de monnaies locales complémentaires, en France et ailleurs, et si leur implantation met du temps, elles ont un réel impact sur les territoires où elles sont utilisées. On estime que 15% des échanges peuvent avoir lieu avec ces monnaies. C’est beaucoup plus que 2%, n’est-ce pas ?

Ps. : Je pense qu’il existe de nombreuses manières d’avoir un impact sur le monde, de devenir acteur de son existence sociale. La monnaie locale complémentaire en est une, qui ne saurait suffire si elle n’était associée à d’autres initiatives, d’autres changements d’habitudes. Partout, des gens décident de passer à l’acte, que ce soit en marchant ensemble contre l’horreur des actions qui ont été perpétrées en ce début d’année, en s’investissant dans des assos, des mouvements, en se liant à ses voisins... Oui, David Solon, j’en suis sûr, le temps de la renaissance est annoncé, il est même déjà amorcé !

COMMENTAIRES ( 1 )
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,

    j’adhère totalement à l’analyse et aux objectifs des monnaies locales, et à une époque, j’ai moi même fonctionné avec une forme de monnaie locale associative au sein d’un Système d’Echange Local, dans l’Aude, avec lequel nous avions d’ailleurs souvent des rencontres d’échanges avec divers autres SELs régionaux, dont ariégeois....

    Lors de ces rencontres, nous avons souvent été confrontés aux problèmes techniques de conversion des unités d’échanges, de faire coïncider les modes comptables, et autres détails concrets, tjrs solutionnés par l’engagement et le volontarisme de certains, et résolu les éventuels soucis dans la bonne humeur.

    Nos divers et différents systèmes d’échanges ont tous joué des rôles temporairement très importants, humainement, mais aussi économiquement.

    Mais lors de ces rencontres aussi, les échanges d’expériences ont été très forts, dans tous les registres, mais précisément concernant le sujet qui est celui des monnaies locales, ou autres systèmes comptables permettant des échanges entre individus et structures économiques, il en est ressorti que si la majorité immense des participants à ces systèmes " jouaient le jeu" , même si parfois maladroitement, le principal problème était ceux qui le parasitaient volontairement, ce qui amenait la sempiternelle et douloureuse question du contrôle et de la "police" nécessaires à la protection du système, de ses participants, et des ses organisateurs ou animateurs.

    Quelques moches affaires, inclues des procédures judiciaires, que ce soient celles parfois entreprises par des services d’état, genre fisc, des chambres professionnelles et autres structures, à la limite "logiques" dans notre système socio-économiques aberrant et perverti, mais aussi, pire que tout, par des particuliers, des membres, souvent ces fameux parasites, parfaitement instruits des possibilités légales ont fait que bcp de SELs se sont étiolés ou ont éclaté, ou ont carrément disparu...et que bcp de participants, y compris ceux ayant occupé des postes dans ces organisations, s’en sont éloignés.
    Et, dégât collatéral (probablement voulu), la crédibilité et la sympathie dont ont bénéficié ces systèmes pendant un temps certain (au sein de la population, mais aussi auprès d’acteurs économiques, et de nombreux élus locaux, et de quelques politiques, toutes tendances représentées dans chacune de ces catégories) ont été sérieusement entamées...

    Ceci amène ma question : comment faire face à cette question de contrôle/police et aux inévitables attaques extérieures, et intérieures, les plus dommageables à mon sens ?

    @J11

    1er.02 à 14h27 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Nous sommes un couple de trentenaires amoureux de la nature et passionnés, notamment par les baleines (surtout Jeanne) et les pandas géants (surtout moi). Jeanne est née en Ariège, où nous vivons et où elle exerce sa profession d’infirmière. Quant à moi, je suis comédien, souvent sur Toulouse, à une heure trente de mon logement... On cherche comment mieux faire, on se pose de nombreuses questions, qui ne nous sont pas exclusives. Pour les partager et pour tenter d’y répondre ensemble, j’ai décidé de participer à l’Appel des ambassadeurs de terra Eco en ouvrant ce blog.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité