publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Un vote qui sent le charbon en Afrique du Sud
9-04-2010
Mots clés
Electricité
Climat
Afrique

Un vote qui sent le charbon en Afrique du Sud

Taille texte
Un vote qui sent le charbon en Afrique du Sud
 
La Banque Mondiale a voté hier l'octroi d'un prêt de 3,75 milliards de dollars à la société Eskom, notamment pour la construction de la centrale à charbon géante de Medupi en Afrique du Sud. Un projet qui va à l'encontre de ses engagements dénoncent les ONG, Amis de la Terre en tête.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Avec une production de 4 800 mégawatts, elle sera la plus grande centrale électrique à charbon de la planète. Medupi déchaîne les passions et les controverses. Une centaine d’associations dans le monde se sont engagées dans la bataille. Hier, jeudi 8 avril, les pays votant à la Banque Mondiale ont cependant décidé d’accéder à la demande de prêt de 3,75 milliards de dollars de la compagnie d’électricité Eskom Holdings.

Le 6 avril, les Amis de la Terre-Afrique du Sud et l’organisation Earthlife Africa avaient déposé une plainte devant le panel d’inspection de la Banque Mondiale. Ils y dénonçaient ce qu’ils considèrent comme une incohérence de l’institution. « La Banque Mondiale a voulu se poser depuis Copenhague comme un exemple en matière climatique. Nous voulons montrer ici qu’elle n’est pas prête à gérer les fonds publics sur le climat », explique Anne-Sophie Simpere, chargée de campagne responsabilité des acteurs financiers aux Amis de la Terre. Le prêt ne prévoit en effet que 745 millions de dollars pour des projets éoliens et solaires ou d’efficacité énergétique. Dérisoire par rapport aux plus de 3 milliards pour Medupi. L’Afrique du Sud, aux émissions de CO2 équivalentes à celles de l’Allemagne, s’était pourtant engagée à Copenhague à réduire ses émissions de 34% en 2020 et 43% en 2025.

Apartheid climatique

Dans une interview au Washington Post, le ministre des finances sud-africain, Pravin Gordhan, rappelle que le président Zuma, avec le président Obama et les premiers ministres Wen Jiabao et Manmohan Singh ont été qualifiés par le sénateur John Kerry de « quatre cavaliers de la solution contre le changement climatique. » Pravin Gordhan justifie le projet de centrale thermique par l’argument de la crise énergétique du pays. « Pour maintenir la croissance, nous devons créer des emplois, nous n’avons pas d’autres choix que de développer de nouvelles capacités électriques-en nous appuyant sur ce qui reste pour l’instant notre source d’énergie la plus importante et disponible, le charbon. »

La société civile sud-africaine est cependant opposée au projet, comme le rappelle Anne-Sophie Simpere. « Le prêt de la Banque mondiale ne servira à rien d’autre qu’à soutenir des entreprises occidentales très riches, et ne permettra en aucun cas d’améliorer l’accès à l’électricité des plus pauvres. » Les Amis de la Terre dénoncent ce qu’ils considèrent comme un apartheid climatique. Le coût lié à la construction des nouvelles centrales devra être supporté par les citoyens sud-africains. Eskom a déjà annoncé une augmentation de ses tarifs de 25% par an pour les particuliers de 2010 à 2013. Les entreprises étrangères bénéficieraient au contraire « de prix artificiellement bas pour l’énergie, sur la base d’accords signés pendant l’apartheid », selon le communiqué de l’association.

projet climato-suicidaire

Mais ce sont bien les enjeux climatiques qui ont fait débat jusqu’au vote. 4 800 mégawatts, c’est l’équivalent de 5 centrales nucléaires. Un rejet de 25 millions de tonnes de CO2 par an, soit 5% des émissions françaises. « Quoi qu’en dise le gouvernement sud-africain, la technologie utilisée, même s’il la considère comme la plus propre possible pour ce type d’usine, sera deux fois plus polluante qu’une usine au gaz. Il y aura d’importants rejets de soufre et de mercure et pas de stockage du CO2 puisque cette technologie n’est pas au point. C’est un projet climato-suicidaire »,dénonce Anne-Sophie Simpere, « d’autant plus que les alternatives renouvelables existent, avec un potentiel de 7 000 mégawatts en éolien et en solaire. »

Les États-Unis, les Pays-Bas, la Grande Bretagne et l’Italie se sont abstenus lors de ce vote controversé. La France, elle, a soutenu le projet. Le français Alstom a en effet décroché un contrat pour développer Medupi et plusieurs banques françaises, dont BNP Paribas et la Société Générale, ont accepté de prêter plus de 1,2 milliards d’euros à Eskom via une garantie Coface.

A lire aussi sur terraeco.net :
- Charbon superstar : la bombe écologique
- 7 pistes pour attraper le carbone
- Du charbon vert pour réchauffer l’Afrique

Sources de cet article

- Photo : la centrale électrique d’Arnot à Mpumalanga, en Afrique du Sud, l’une des centrales à charbon d’Eskom. Crédit : Gerhard Roux
- L’interview de Pravin Gordhan
- Le plainte des Amis de la Terre
- Les doutes du ministère des Finances des Etats-Unis

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Barnabee : Une réaction ?

    Bonjour à tous
    L’article relayé ici montre bien que les banques continuent d’agir pour leurs intérêts financiers, et sans aucune crainte de sanctions.
    Ayant manifesté mon désaccord pour sa politique à ma banque (la SG pour ne pas la nommer) j’avais reçu une réponse m’assurant que la banque avait une politique très pro-écologique etc. Ma compagne avait fait la même chose avec la sienne, la BNP - nous sommes mal lotis ! - et elle avait eu la même réponse, alors que ces deux banques sont régulièrement citées pour leurs financements extra-nationaux de projets polluants, ou néfastes pour l’environnement (naturel ou humain).
    Je pense qu’il faut absolument surveiller ce que les banques font avec notre argent, cette manifestation de démocratie direct pouvant avoir un impact très important ; voter ne suffit plus quand des politiques déresponsabilisés ne font rien pour responsabiliser d’autres responsables...
    Je rappelle à ceux qui ne connaîtraient pas l’existence de la NEF, banque éthique, et je vous encourage à faire pression sur vos banques, elles déterminent le futur paysage social et écologique de bien des pays !
    Bonne journée à tous.
    David

    9.04 à 10h18 - Répondre - Alerter
  • Cette centrale est une catastrophe environnementale et climatique. Pire : elle vise à fournir de l’électricité à des multinationales comme BHP Billiton ou Anglo American Corporation, elles-mêmes très polluantes. Quatre mois après le sommet de Copenhague, le soutien de la France à un tel projet décrédibilise totalement notre pays en matière environnementale. Il est scandaleux d’investir l’argent public dans des projets aussi destructeurs.

    On y arrivera donc jamais... ?

    Si tous les cons volaient, il ferait nuit.
    Le loup et l’homme étaient tous les deux prédateurs, le loup est resté prédateur, l’homme est devenu destructeur.

    9.04 à 09h38 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité