publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Fukushima > Nucléaire : information, désinformation ou propagande ?

Nucléaire : information, désinformation ou propagande ?

Taille texte
Nucléaire : information, désinformation ou propagande ?
(Photo : la directrice d'Areva, invitée du journal de 20h de France 2, le 14 mars 2011. Crédit : France 2)
 
Pour Corinne Lepage, la question mérite incontestablement d'être posée, que ce soit au niveau du Japon ou à celui de la France.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Au Japon, pour autant qu’on puisse en juger, la population qui vit au voisinage de la centrale - au-delà des 20 km qui ont été évacués et des 30 km de confinement - ne reçoit apparemment aucune information sur le comportement à adopter alors que l’Ambassade des Etats Unis a recommandé à ses ressortissants dès le 16 mars l’éloignement à plus de 80 km. Il en va de même des habitants de Tokyo qui assistent à la fuite des expatriés tout en s’interrogeant sur la réalité ou non du risque radioactif sur leur mégalopole.

La communication officielle en France, depuis le début de la catastrophe, n’a cessé de vouloir dénier la réalité tout en affirmant vouloir jouer la carte de la transparence et de l’information. Cela a commencé avec la querelle sémantique autour du mot « accident », le mot de catastrophe n’ayant pas le droit d’être utilisé sous peine de délit d’indécence. Puis, cela a continué avec le déni de pollution radioactive, la ministre de l’écologie parlant de très faible nuage radioactif dû à la vapeur, alors que le niveau de radioactivité atteint était, dès le 16 mars, de 1,5 mSv/h (milllisievert par heure) aux abords immédiats de la centrale soit une valeur 10 000 fois supérieure au niveau ambiant normal.

Lobby nucléaire

Après la cascade d’incidents majeurs ayant entraîné le départ de la majorité du personnel de l’usine, la désinformation a repris autour du thème du contrôle de la situation grâce à la remise en marche de l’électricité et au largage par hélicoptère d’eau salée pour essayer de refroidir les cœurs. La presse a relayé la « bonne nouvelle » propagée par le lobby nucléaire d’une baisse de la radioactivité alors même qu’aucune mesure n’avait été fournie depuis plusieurs jours. De plus, le lobby nucléaire, sous toutes ses formes, a démultiplié sa présence médiatique pour essayer d’éteindre un incendie désormais immaîtrisable qui s’appelle la demande de débat.

Lobby nucléaire sous toutes ses formes signifie non seulement les représentants de l’industrie nucléaire qui sont légitimes à s’exprimer en tant que tels mais encore les autorités de sûreté et de santé, dont on aurait attendu davantage d’objectivité. En particulier, comment comprendre et admettre que le directeur de l’IRSN ait pu affirmer que la radioactivité due à Fukushima n’était pas plus importante que celle qui résultait des essais nucléaires ? Il faut espérer qu’il ne se soit pas trompé... Mais si c’est le cas, peut-il rester à la tête de l’organisation chargée d’assurer la radioprotection des Français ? Ajoutons à ces nombreuses autorités les innombrables « consultants » d’EDF ou d’Areva qui n’hésitent pas à se présenter comme des experts tout à fait neutres (voir le journal de France 2 décrypté par Arrêt sur image).

Mythe de la sécurité

Il faudra attendre le remarquable travail de la CRIIRAD pour connaître la réalité du niveau moyen de radioactivité à Tokyo (1 million de fois la radioactivité habituelle pour le cesium 137 par exemple) et disposer d’une information objective sur la pollution radioactive actuelle. Et le plus préoccupant est que Tokyo n’est pas le secteur le plus touché par le passage des masses d’air contaminé.

Il faudra attendre le constat de l’inefficacité totale du largage de l’eau au regard des besoins réels pour refroidir les quatre réacteurs et leurs piscines pour comprendre que la solution réellement envisagée est celle d’un sarcophage comme à Tchernobyl à ceci près que le sacrifice des vies humaines qu’une telle construction imposerait n’est pas envisageable dans un pays démocratique...

Après avoir endormis, un week-end durant, tous ceux qui demandaient un débat autant sur la sécurité que sur la sortie du nucléaire, le gouvernement a fini par se ranger au principe de réalité. Si indécence il y avait, alors cette maladie devenait une pandémie affectant le monde entier... Sauf la France. La commission européenne, par la voix de son commissaire à l’énergie, l’Allemagne, la Suisse, les États-Unis, la Chine, l’Inde remettaient en cause la construction de nouvelles centrales et se lançaient dans un programme de contrôle de la sécurité. François Fillon a dû admettre la nécessité d’un contrôle centrale par centrale, admettant par la même que les études de risque sur lesquelles nos centrales ont été construites sont obsolètes ce qui, du même coup bien sûr, anéantit le mythe de la sécurité parfaite des centrales françaises qui nous a été vendu pendant 50 ans.

Mais en contrepartie, celui-ci, aux côtés d’AREVA, s’emploie à souligner qu’avec l’EPR la sécurité absolue est acquise. C’est évidemment faux et certains experts considèrent bien au contraire que l’EPR présente des risques supérieurs en cas d’accident à des centrales PWR classiques. Cette propagande oublie du reste allègrement qu’il y a quelques mois seulement, les autorités de sûreté finlandaise, anglaise et française remettaient en cause certains systèmes de sécurité sur l’EPR. L’autorité de sûreté américaine l’a fait il y a quelques semaines.....Le sujet dépasse bien entendu la question technologique. Il s’agit d’un sujet démocratique central.

Contrôle indépendant

L’opacité, le secret (n’oublions pas que le secret défense est applicable au domaine du nucléaire depuis deux ans), la désinformation apparaissent comme la règle dans ce domaine. Or, en toute hypothèse, il ne pourrait y avoir d’acceptabilité du nucléaire que pour autant qu’il y ait confiance. Or, la confiance dans les autorités chargées de la sécurité du contrôle de la sécurité nucléaire est impossible en l’état actuel des choses. Pour cette raison, durant les années qui viennent, au cours desquelles nous devrons vivre encore avec le risque nucléaire, il est essentiel que nous changions de manière fondamentale l’organisation et le contrôle de la sûreté nucléaire. Si nous ne le faisons pas, les mêmes causes produisant les mêmes effets, les causes de la catastrophe nipponne (qui ne sont pas seulement le tsunami et le tremblement de terre comme en témoignent les ingénieurs du nucléaire japonais qui viennent de faire leur mea culpa) pourraient trouver des échos en France.

Il est donc urgent qu’un véritable contrôle indépendant, confié à des ingénieurs, médecins, scientifiques compétents extérieurs à l’industrie nucléaire puisse se mettre en place. Ainsi, une information pourra se faire en direction du public. Il va de soi que, compte tenu de la dangerosité de l’activité et de son exposition au terrorisme, un certain nombre d’informations ne peuvent évidemment pas être rendues publiques. Mais cette circonstance ne saurait servir de paravent à la nécessaire transparence dans un domaine nucléaire à ce jour nauséabond et fallacieux.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Avocate, ancien Ministre de l’Environnement, Présidente de Cap21.

6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Un contrôle réellement indépendant devrait bien sûr se charger du nucléaire.

    Mais il faudrait faire de même pour :
    - les médicaments
    - le traitement des déchets toxiques
    - les décharges sauvages
    - le pétrole et le gaz
    - les aliments
    - etc...

    N’y a-t-il eu aucun gouvernement, ces trente dernières années, pour imposer celà ?

    Ne conviendrait-il pas d’exiger que chaque candidat à la candidature (et chaque candidat à la présidence) explicite ce qu’il/elle fera ?

    10.06 à 22h07 - Répondre - Alerter
  • J’apprécie en général les positions de Mme Lepage. Cet article est d’ailleurs juste et correct sur le fond. Sur la forme, cependant, il y a quelques présentations de faits qui sont soit de l’incompétence et j’en doute de la part de Mme Lepage, soit de la manipulation. Un exemple trés simple :
    - Presque tout le monde sait que quand on divise un nombre même minuscule par 0 on obtient un résultat infini,
    - le Cesium 137 est un isotope radioactif "artificiel", c’est à dire que naturellement sa présence est égale à 0, et qu’il est fabriqué dans les centrales lors des réactions nucléaires qui en sont le "moteur",
    - en conséquence il ne devrait pas y en avoir dans l’atmosphère, du coup quelques traces suffisent pour donner des rapports "après/avant" démesurés, une radioactivité en Cesium 137 multiplié par un million ne veut scientifiquement rien dire (ce devrait même être "l’infini" dés le premier atome relargué) ;
    Dommage car cela peut jeter un doute sur la présentation franche ou biaisée pour le reste de l’article...

    25.03 à 08h53 - Répondre - Alerter
  • C’est très simple : Vu que le risque zéro d’accident majeur n’existe pas, il est tout simplement impossible de faire confiance à cette technologie dépassée, qui laisse planer un danger permanent sur le futur de nos enfants.
    Combien d’entre-eux verraient leur futur condamné pour cause de cancers et de zones interdites à la population en cas de catastrophe nucléaire ? Il est temps de sortir de cette impasse et de se battre pour un monde plus économe et humain, et pour le développement des énergies renouvelables.

    24.03 à 17h11 - Répondre - Alerter
  • Superbe analyse (bien que succincte) de la couardise et de la compromission des "élites". Affligeant.
    Vive la Criirad, la seule instance vers laquelle je me suis tourné depuis le début de ce foutage de gueule généralisé.

    23.03 à 19h01 - Répondre - Alerter
    • Il faut le dire vite que les expatriés quittent le pays...ils ONT quitté le pays....et se voient contraints d’y retourner maintenant ! j’ai deux amis dont c’est le cas, de retour en France, leur boîte rouvre car elle ne peut économiquement pas rester fermée pendant des semaines, et vu qu’au Japon il y a très peu de vacances ils ont le choix entre y retourner ou perdre leur poste. Une de ces boîtes est française d’ailleurs, lvmh...
      on verra dans quelques années le bilan mais le choc des cultures sur le principe de précaution est énorme

      23.03 à 22h23 - Répondre - Alerter
    • Bravo Madame Lepage pour votre analyse détaillée, sans langue de bois. Je crois que l’enfumage des autorités nippones à pour but de cacher à leur population que ce territoire risque d’être inhabitable pour quelques dizaines d’années si on ne met pas un couvercle de béton et d’acier sur cette cocotte minute infernale !!! mais qui se chargera de couler le béton ?? certainement pas les actionnaires de TEPCO !!!

      24.03 à 09h02 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité