publicité
Accueil du site > Actu > Société > « Nous vivons une ère de post-mondialisation »
30-11-2011
Mots clés
Economie
France
Monde
Interview

« Nous vivons une ère de post-mondialisation »

Taille texte
« Nous vivons une ère de post-mondialisation »
(Chaîne -de montage de l’Airbus A380 à Saint- Nazaire, en février 2006. Crédit photo : patrick tournebœuf - tendance floue)
 
La mondialisation a pris un nouveau tournant. Est-ce l'heure de relocaliser ? De démondialiser ? Découvrez et commentez par ici l'analyse étonnantes de l’économiste Elias Mouhoub Mouhoud.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N°31 - décembre 2011

Made in France : la solution à la crise ?

Elias Mouhoub Mouhoud enseigne l’économie internationale à l’université Paris-Dauphine.

L’économie locale s’impose comme l’un des thèmes de la campagne présidentielle. Selon notre enquête, les Français interrogés plébiscitent le made in France. L’économie locale a-t- elle une seconde chance aujourd’hui ?

Nous sommes en train de vivre une ère de « post-mondialisation » parce que les facteurs qui ont porté la mondialisation s’effritent aujourd’hui. Les coûts de transport augmentent petit à petit, tout comme les coûts de main-d’œuvre dans les pays à bas salaires, qui connaissent une croissance rapide. J’estime que dans six à dix ans le différentiel de salaire entre l’Europe et les zones côtières chinoises sera comblé.

Atol, Smoby, Meccano... Ces entreprises ont choisi de relocaliser. Peut-on en faire des modèles pour l’économie des territoires ?

Ce n’est pas si simple. Si on se penche sur le profil des entreprises qui reviennent, on constate que ce sont le plus souvent des entreprises des secteurs manufacturiers (textile, cuir, habillement) ou de services supports aux entreprises (centres d’appel) qui ont échoué dans leur stratégie de délocalisation. Elles sont parties pour bénéficier du bas coût de la main-d’œuvre à l’étranger, mais elles ont perdu sur la qualité du produit final. De plus, elles se sont éloignées du marché européen, et ont perdu en capacité à innover et à répondre rapidement à la demande, faute de personnel qualifié sur les zones de production.

On a par exemple vu Les Taxis bleus revenir en France parce qu’ils ont perdu des parts de marché quand leur centre d’appel est parti à l’étranger. Par ailleurs, cela reste un phénomène minoritaire à l’échelle des entreprises françaises, mais également à l’échelle des délocalisations. Le ratio entre les firmes qui relocalisent et celles qui délocalisent reste constant, de l’ordre d’une pour vingt. La plupart des délocalisations concernent des entreprises qui font des investissements directs à l’étranger pour y vendre des produits et n’ont pas de raison de revenir.

Ces retours n’ont-ils aucun impact positif sur l’emploi ?

Les entreprises qui reviennent doivent trouver une alternative à l’avantage que représentait la main-d’œuvre à bas coût à l’étranger. Cette alternative, ce sont des techniques qui permettent de remplacer le travail. Elles optent notamment pour l’automatisation de l’assemblage, qui est la phase la plus coûteuse en travail. Cela veut dire que l’entreprise relocalisée comptera beaucoup moins d’emplois qu’avant sa délocalisation.

Ces entreprises recréent quelques emplois – assez qualifiés – d’opérateurs, de gestionnaires des interfaces, de commerciaux mais elles ne recréent pas les emplois détruits. Au mieux, la relocalisation a un impact indirect sur les sous-traitants locaux. Mais encore faut-il qu’elle soit de taille. Or, certaines firmes se contentent de ne relocaliser qu’une partie de la production – les produits haut de gamme et innovants – pour en faire un argument marketing. Le reste est sous-traité à l’étranger, sans effet sur l’emploi en France.

Verser des primes aux entreprises qui relocalisent est donc une erreur ?

D’abord, on n’aide pas les entreprises qui sont restées et pour moi, on a là un problème de distorsion de concurrence. Financer les entreprises qui ont délocalisé mais veulent revenir, c’est donner de l’argent à des sociétés qui n’ont pas besoin d’aide. Elles reviennent parce que c’est leur intérêt. Indépendamment des aides. Ce système risque en outre d’attirer des entreprises nomades, chasseuses de primes. Celles qui ont joué le jeu du « comportement de marge », c’est-à-dire celles qui produisent à l’étranger sans baisser ou presque le prix de vente pour garder leurs marges, continueront à délocaliser tant qu’elles gagnent sur tous les tableaux.

Si on leur offre des cadeaux fiscaux, sociaux, immobiliers, elles reviendront en partie mais repartiront une fois les aides terminées. Je suis donc très critique concernant les 200 millions d’euros d’aides qui ont été versés sous forme de prêts bonifiés, à la suite des états généraux de l’industrie en 2010. Je note d’ailleurs qu’il existait déjà un « crédit d’impôt relocalisation », lancé en 2005 et qui, à ma connaissance, n’a jamais été utilisé par les entreprises.

Vous semblez pessimiste. Ne peut-on plus changer la donne ?

Au contraire, je pense qu’une économie plus locale est possible. Mais la relocalisation vu comme un « re-made in France » à pas forcés n’est pas la solution. On inverse les choses en essayant de faire revenir les entreprises qui sont parties. Ce n’est pas la bonne logique. Il faut interroger en amont notre manière de produire, pour renforcer l’innovation et les productions locales, et éviter que nos entreprises partent. Une bonne partie des entreprises relocalisent parce qu’elles ne parviennent pas à suivre la course à l’innovation en délocalisant.

Non pas à cause de la distance géographique, mais parce qu’elles perdent le lien avec le personnel qualifié et les savoirs locaux. L’avantage d’une entreprise sur sa concurrence, c’est en bonne partie son territoire, avec les infrastructures et les travailleurs qui y sont attachés. Si on met le paquet sur ces avantages locaux, on peut faire venir et surtout faire rester des entreprises pérennes. C’est bien mieux que de faire revenir des entreprises avec peu de main-d’œuvre, attirées par les primes.

Quelles solutions défendez-vous ?

Il faut mettre le paquet sur les besoins locaux, à savoir les infrastructures de transport et de télécommunication, la logistique, mais aussi les centres techniques, qui ont un pouvoir trop faible aujourd’hui. Il faut également financer la formation pour aider à diversifier les secteurs. Je propose aussi d’aider à la mobilité vers les territoires et les secteurs où on manque de main-d’œuvre.

Un fonds d’ajustement de la mondialisation pourrait financer des logements, des crèches, de la formation pour que les salariés soient plus mobiles sur les territoires. Enfin, il faut aussi favoriser les regroupements de PME (les petites et moyennes entreprises, ndlr) qui sont aujourd’hui atomisées face aux grands distributeurs. Sinon les grands distributeurs font la loi, dictent des bas coûts et donc favorisent les délocalisations.

Pensez-vous que la France a les moyens de financer ces idées ?

Oui. Si on mobilisait toutes les aides qui sont versées directement aux entreprises à travers notamment le saupoudrage d’exonérations de charges – qui sont des solutions peu efficaces –, on aurait d’énormes sommes à concentrer sur des cibles clés. Il faut arrêter de financer les entreprises et se concentrer sur les territoires.

La solution s’appelle-t-elle démondialisation ? Protectionnisme ?

Dire : « Ce sont les Chinois qui sont responsables de nos maux donc on va mettre des barrières aux frontières » me semble très simpliste. Ne serait-ce que parce qu’un protectionnisme aux frontières européennes ne frapperait qu’un tiers des échanges commerciaux de l’Union européenne. Par ailleurs, il ne résoudrait pas les problèmes structurels de nos économies. Si l’on se penche sur les chocs de la mondialisation, on note que leurs conséquences sont surtout locales.

A l’échelle nationale, seul un emploi détruit sur 300 dans l’industrie manufacturière est dû aux délocalisations. Les 299 autres sont dus aux gains de productivité ou à la rationalisation. En revanche, des zones peuvent être dévastées par une seule délocalisation. La raison est claire : 20 % des zones d’emplois en France sont monospécialisées dans des secteurs concurrencés par les pays à bas salaire. Le problème est là, d’autant plus que d’un autre côté, 40 % des zones d’emplois sont en difficulté de recrutement. Il faut une solution à ce problème. En finançant notamment la formation et la mobilité.

Beaucoup de consommateurs disent vouloir changer la donne par leurs achats mais ont du mal à se repérer...

Il y un gros manque de réglementation sur l’origine des produits. Depuis 1987, on a supprimé l’obligation d’indiquer le « made in » dans la plupart des produits (sauf pour les produits alimentaires, ndlr). Aujourd’hui des entreprises vendent des produits made in France, alors qu’ils y ont seulement été assemblés. Décathlon dit avoir relocalisé des vélos mais ils n’ont relocalisé que l’assemblage et réimportent les composants pour les assembler dans les ateliers ! Le prix n’est pas non plus une bonne indication. Les chaînes d’habillement font totalement sous-traiter jusqu’à 70 % de leurs produits, mais vendent au prix de production français.

Sur certaines chemises Abercrombie à 60 dollars, la marge est de 50 dollars ! Il n’y a que 9 dollars de recherche en marketing, et 1 dollar pour la production. Il est donc très compliqué d’établir des stratégies en tant que consommateur. Il faudrait, comme aux Etats-Unis, que des associations mènent des recherches sur l’origine des biens intermédiaires pour mieux cerner la chaîne de production et la traçabilité des produits. Il faudrait surtout re-réglementer la chaîne de production, pour clairement identifier le vrai made in France. Mais, là encore, il faudrait avant développer la production made in France, et se doter d’un tissu industriel solide.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

6 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Vouloir toujours plus venant des entreprises c’est vouloir leur mort, leur travail est de créer de la richesse et non d’être un percepteur d’impôts bénévole. Ne tuons pas la poule aux œufs d’or, sous prétexte que les chefs d’entreprise se gavent cela reste à prouver c’est loin de la réalité, Les chefs d’entreprises méritent tous de la légion d’honneur on les pressure jusqu’à la dernière goutte et là la délocalisation est un principe de survit. La candidats à la création d’entreprises se réduit comme peau de chagrin. L’espérance de la jeunesse est de devenir fonctionnaire ! Quand le gros est malade le maigre meurt
    Le calcul est simple a faire combien de personnes créent de la richesse et combien de personnes tentent d’en vivre ? Dès que la deuxième catégorie dépasse la première c’est la descente aux enfers. Pour survivre la première cherche tous les moyens de survie la plus facile est la délocalisation a moins d’obliger le consommateurs de ne plus acheter automatiquement le moins cher, (utopie) la solution réaliste est de réduire la deuxième catégorie, cela ferra mal mais il n’y a pas d’autre solutions, nul besoin d’être un grand économiste pour le comprendre, mon cher Watson. Qu’en pense les responsables Socialistes qui sont parmi les plus nantis, le sont-ils pour se donner bonne conscience !

    11.08 à 11h22 - Répondre - Alerter
  • Relocaliser l’économie, multiplier les GEM (Groupement d’Entraide mutuelle)...je participe à ces initiatives. Mais c’est minime par rapport à l’oppression économique menée par les multinationales et par leur contrôle sur les politiques, dont le laxisme ne perdure que parce que les peuples continuent, par peur ou par indifférence, à permettre l’immunité parlementaire et les privilèges matériels dont disposent leurs élu(e)s. Après Cancun, le COP...nous assistons à 1 appartheid climatique, et de + en + à des exodes de populations entières, dûes à la destruction de leurs environnements. Si nous, habitants des pays nantis, ne manifestons pas plus notre solidarité et notre refus d’être gouverné(e)s par des corrompu(e)s, nous serons coupables de non assistance à 1 Terre en danger, ainsi qu’aux générations futures ! Je réitère mon invitation à vous intéresser au Texte de la Constitution actuelle, et vous comprendrez où se trouve le ver dans le fruit ! Je voterai Eva Joly, car elle reste incorruptible au grand dam de EELV, et permettrait l’existence d’1 Démocratie, enfin concrètement appliquée. Devenir 1 paria, est + un acte de courage et d’intégrité, au lieu d’1 classique désir de pouvoir pervers !

    11.12 à 10h27 - Répondre - Alerter
  • Un article inspiré par cet interview qui propose d’appliquer les idées de ce chercheur de manière concrète : Proposer une démarche concrète pour relocaliser notre économie

    11.12 à 09h42 - Répondre - Alerter
  • Tant que TOUS les pays joueront au commerce dans la cour du monde avec des régles différentes et changeantes, ceux dits "avancés" grâce au social (partage des richesses) qui a permis à ses salariés et pauvres de vivre mieux, ceux-ci seront toujours perdants ! Tant que nos mentalités resteront tournées vers la rentabilité immédiate, la jouissance personnelle immédiate, la domination de l’homme par l’homme, alors nous toucherons le fond avant de pouvoir remonter si nous en avons encore l’énergie ! Beaucoup appellent de leurs voeux ces belles déclarations mais sans vraiment les vouloir ! Alors en attendant que faire ? Se plaindre comme je le lis ? Réfléchir à ce que chacun de nous peut faire selon son niveau dans la société pour faire bouger nos décideurs ? On peut déjà commencer par retrouver notre esprit critique, refuser ce qui nous abrutit (TV, pub, ramassi de personnages complètement déconnectés d’une vie simple avec des valeurs humaines et qui nous prèchent pourtant la bonne parole) et remettre au 1er plan une solidarité locale ! Ce sera déjà quelque chose et après, on verra bien !

    10.12 à 22h03 - Répondre - Alerter
  • Mondialisation ou pas, tant qu’on reste dans la marchandisation à tout va, on perpétue le système de spéculation. Vu l’état de la planète, il devient urgent de plutôt réclamer l’équité pour l’occupation du sol, au lieu de continuer à calculer + gros que son ventre ! Avec tous les billets qui circulent, pourquoi les populations subissent une croissante paupérisation ?
    Je crois que le fondement de la politique économique mondiale doit être révisé : que celles et ceux qui ne savent pas fructifier leurs terres, se débrouillent pour gagner de quoi se nourrir...les chefs d’état et leurs commanditaires lobbyistes, ne sont que des parasites entretenus par le sang et la sueur de leurs esclaves ! Un pays prospère, n’est-ce pas d’abord moins d’inéquités ?! Sinon rappelez moi, SVP, ce que signifie l’économie ?

    9.12 à 16h47 - Répondre - Alerter
  • Dans six, dix ans les salaires de Tunis et Shanghai multipliés par dix ? Que dieu vous écoute. Ou ceux de Paris divisés par dix ? Et moi, je vais manger quoi ? C’est ça qu’on enseigne à l’université ?

    9.12 à 10h32 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité