publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Nanotechnologies : maxi menace sur la planète ?
Article Abonné
23-02-2010
Mots clés
Société
Technologie
Sciences
France
Enquête

Nanotechnologies : maxi menace sur la planète ?

Taille texte
Nanotechnologies : maxi menace sur la planète ?
 
Saviez-vous que la France était déjà le paradis européen des nanotechnologies ? Que vous en croisiez tous les jours : dans votre dentifrice, votre crème solaire ou certains de vos vêtements ? Plongée dans un monde suscitant autant d'espoirs que de craintes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°12 - Mars 2010

L’écologie à la conquête du pouvoir

Il s’agit du premier grand naufrage du Grenelle de l’environnement. Le débat public sur les nanotechnologies s’est conclu en catimini ! Les quatre dernières réunions se sont en effet tenues à huis clos et sur invitation seulement. Le public, lui, n’a pu se manifester que par le biais d’un formulaire en ligne. Depuis son lancement en octobre 2009 et son tour de France en 17 villes, cette initiative gouvernementale est allée de mal en pis. Rencontres annulées au dernier moment, échanges par téléphones interposés dans deux pièces séparées, retrait de l’ONG Les Amis de la Terre à mi-parcours dénonçant un « simulacre de débat »… On est loin de l’ambition originelle qui visait à informer et recueillir l’opinion des citoyens sur les nanotechnologies.

Mais de quoi parle-t-on au juste ? De manière simplifiée, les nanosciences renvoient à tout ce qui est de l’échelle du nanomètre (nm en abrégé), soit un milliardième de mètre. Vous voyez un cheveu ? Et bien, il représente déjà 100 000 nm de diamètre. Les virus mesurent, eux, quelques dizaines de nanomètres seulement. Comment ces nouvelles technologies de l’infiniment petit ont-elles pu créer un bug aussi maxi ? C’est que la France abrite sur son territoire à la fois ses plus fervents défenseurs et ses plus inflexibles détracteurs. La ville de Grenoble est devenue le paradis européen des nanotechnologies. Sur le campus Minatec, fondé en 2006 par le CEA (Commissariat à l’énergie atomique), l’Institut national polytechnique de Grenoble et les collectivités locales, plus de 4 000 chercheurs, étudiants et industriels s’activent aujourd’hui dans des infrastructures haut de gamme : 10 000 m2 de salles blanches où l’air est filtré pour maîtriser la concentration de particules. Mais c’est également dans la capitale de l’Isère que siège le collectif Pièces et main d’œuvre (PMO), fer de lance de la contestation anti-nano. Pour PMO, avec ce débat public, l’Etat « veut à tout prix éviter le syndrome OGM », c’est-à-dire « un rejet par l’opinion d’une révolution technologique ». Afin d’y voir plus clair, Terra eco a sorti son microscope à effet tunnel.

1/ Pourquoi a-t-on créé les nanosciences ?

« Au départ la nanotechnologie allait, espérions-nous, libérer l’industrie de l’utilisation massive de matériaux pour la faire entrer dans une ère de développement durable », raconte Christian Joachim, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il s’agissait en effet de manipuler la matière atome par atome, de construire de manière ascendante – du plus petit au plus grand – afin de réduire l’énergie et les quantités consommées jusque-là pour fabriquer les machines. Rien à voir avec les technologies de miniaturisation à l’extrême – construction descendante –, auxquelles les nanotechnologies sont aujourd’hui souvent assimilées. « Avec la miniaturisation, on enlève, on rogne, on attaque un bloc de matière première, mais on n’économise pas », assène le scientifique. Fidèle à la branche ascendante, désormais minoritaire chez les scientifiques, l’équipe toulousaine de Christian Joachim travaille, par exemple, sur l’élaboration d’une voiture avec… une seule molécule. « Nous avons déjà réussi à obtenir un véhicule : un châssis de 1 nm sur 1,4 nm doté de quatre roues. Comment le faire avancer ? A ce jour, on le pousse car on ne sait pas à quoi pourrait ressembler le moteur, c’est ça qui est amusant ! » A terme, on pourrait néanmoins imaginer une armada de petites voitures triant nos ordures atome par atome. La Nasa plancherait sur le même sujet pour des séjours sur Mars.

2/ Pourquoi n’entendons-nous parler des nanotechnologies qu’aujourd’hui ?

Il s’agit d’une science récente. L’idée de réorganiser la matière atome par atome fut d’abord suggérée par Richard Feynman en 1959 lors du meeting annuel de l’American Physical Society. « There is plenty of room at the bottom » (« Il y a plein de place tout en bas », ndlr), déclare alors le prix Nobel de physique, qui rêvait de faire tenir le contenu de l’Encyclopedia Britannica sur une tête d’épingle. Mais ce n’est qu’avec l’invention du microscope à effet tunnel en 1981 que les nanotechnologies deviennent réalité. Grâce à cet appareil, il est possible de contempler, de toucher et déplacer à volonté un seul atome à la fois !

3/ Que peuvent-elles nous apporter ?

Le champ des possibles est immense. Car à l’échelle du nanomètre, la matière présente des propriétés physique et chimique particulières. Un nano-objet peut se révéler plus réactif chimiquement que son alter ego de taille microscopique. Il peut aussi présenter une plus grande résistance mécanique ou une conductivité plus importante. Un béton nanostructuré sèche ainsi trois fois plus vite qu’un béton ordinaire. Une raquette de tennis renforcée de nanotubes de carbone est plus légère, plus souple et plus solide. Les ordinateurs pourraient aussi voir leurs performances décoller avec l’amélioration du traitement et du stockage de l’information. En médecine, on pourrait diagnostiquer et soigner un malade en agissant directement sur les briques du vivant grâce à des nano-objets de même taille. « Dans une optique de développement durable, on imagine la multiplication de procédés non agressifs pour l’homme et l’environnement, par exemple sans solvant dangereux, sans température ou pression excessive. Mais aussi, la création de matériaux recyclables ou capables de “ disparaître ” dans l’environnement sans générer de pollution », détaillent Louis Laurent et Jean-Claude Petit, deux chercheurs du CEA.

4/ Sont-elles déjà présentes dans notre quotidien ?

Autour de nous, plus de 800 produits incorporent déjà des nanoparticules. Il est même possible de passer une journée entière à leurs contacts. Dès le matin, on les retrouve dans le dentifrice, la crème anti-vieillissement ou le fond de teint, sans oublier la cabine de douche et l’évier recouverts de nanofilms antibactériens. On appréciera ensuite, au volant de sa voiture, le pare-brise hydrophobe ou le pot catalytique plus performant. Les nanoparticules n’échappent pas à la pause-déjeuner : dans l’emballage des aliments, mais aussi sous forme de vitamines ou d’oméga 3 nanoencapsulés, d’additif anti-agglomérant… Et elles nous accompagnent dans la plupart de nos activités, que l’on opte pour un après-midi farniente sur la plage protégé d’une crème solaire enrichie en nanoparticules d’oxyde de titane, ou pour une séance de bricolage maison avec de la peinture qui ne raye pas.

5/ Quels enjeux économiques représentent-elles ?

Elles sont au cœur d’une intense compétition internationale. En 2006, l’Europe y a consacré pas moins de 530 millions d’euros, bien loin certes derrière les Etats-Unis qui y ont affecté plus d’1,2 milliard d’euros. La France – au 5e rang mondial en nombre de publications scientifiques dans ce domaine – a lancé, en mai 2009, le plan Nano-Innov doté de 70 millions d’euros pour 2009. Vers 2010-2015, les nanotechnologies pourraient représenter un marché mondial de l’ordre de 1 000 milliards d’euros par an et engendrer l’emploi direct de plus de 2 millions de personnes.

6/ Faut-il en avoir peur ?

A peine les promesses des nanotechnologies ont-elles été formulées que de terrifiants périls furent prophétisés. Dans son livre Engines of Creation (« Les moteurs de la création », ndlr), publié en 1986, l’ingénieur américain Eric Drexler imagine des nanomachines capables de se reproduire elles-mêmes, de mimer le vivant. Suite à cette prolifération incontrôlée de nano- robots, un essaim de machines devenues autonomes – une « gelée grise » – dévorerait tout, y compris les humains et la croûte terrestre, pour se reproduire et se multiplier. Cela s’est déjà produit sur Terre avec l’apparition de la vie et la colonisation de la planète par des organismes vivants qui ont altéré les roches et modifié l’atmosphère. Vendeur, ce scenario est cependant jugé globalement irréaliste à l’heure actuelle. En revanche, les nanotechnologies seront très probablement employées pour surveiller, partout et en tout temps, aussi bien les personnes que les objets. Ces dispositifs invisibles peuvent aussi bien aider un industriel à gérer ses stocks, suivre des prisonniers incarcérés « à domicile » ou encore assurer la sécurité de personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. De telles pratiques soulèvent de lourdes questions éthiques et mobilisent des organismes comme la Commission nationale de l’informatique et des libertés.

7/ Les risques pour la santé sont-ils avérés ?

Du fait de leur taille, on suspecte une meilleure pénétration des nanoparticules (NPs) dans l’organisme que ce soit par voies cutanée, digestive et respiratoire. « Ces risques ne sont pas uniquement dus à la composition chimique des NPs, mais aussi à leur taille et à leur forme, précise Dominique Vinck. Un matériau inoffensif en temps normal devient actif et potentiellement toxique à l’état de NPs. L’argent, habituellement non toxique, devient bactéricide quand il est sous forme de NPs. » Certains se rassurent en rappelant que nous vivons au milieu des nanoparticules depuis toujours : la nature en produit des centaines de millions de tonnes (volcanisme, embruns, poussières désertiques), l’industrie et les moteurs automobiles en chargent notre atmosphère quotidiennement. Toutefois, force est de constater notre profonde ignorance en ce domaine. Une étude britannique a révélé, en novembre 2009, que les nanoparticules pourraient atteindre l’ADN et l’endommager, sans même pénétrer dans les cellules qui le contiennent ! L’équipe de Bristol à l’origine de cette découverte n’a pas clairement identifié le mécanisme en jeu, mais parle d’une cascade de réactions produisant cet effet indirect. En attendant d’en savoir plus, il convient donc d’appliquer le principe de précaution. Et les premiers concernés en France sont les 2 000 à 4 000 travailleurs (1) susceptibles d’être exposés aux nanomatériaux. —

(1) Estimation datant de 2007.

Illustration : Guillaumit

A lire aussi sur terraeco.net :
- Nano-technologies : "l’innovation doit être démocratique"
Sources de cet article

- Le dossier du CNRS « Nanotechno-logies et santé »
- Le site du débat public national
- Le site de l’association Vivagora
- Le site du collectif collectif Pièces et main d’œuvre
- Les nano-technologies, Dominique Vinck (Le cavalier bleu, coll. Idées reçues, 2009).
- Nanosciences : la révolution invisible, Christian Joachim et Laurence Plévert (Seuil, 2008).
- Les nano-technologies doivent-elles nous faire peur ?, Louis Laurent et Jean-Claude Petit (Le pommier, 2005).

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Notre association AVICENN, Association de Veille et d’Information Civique sur les Enjeux des Nanosciences et des Nanotechnologies http://avicenn.fr
    a commencé son action début 2009 et édite en France le site http://veillenanos.fr (ex enjeuxnanos.fr, le nom a changé en juillet 2011)
    Elle est le relais civique en France pour une gouvernance mondiale des nanotechnologies.
    Elle peut être comparée dans son outillage numérique à une veille d’intelligence économique, utilisant ici les outils du web libre et collaboratif.
    Notre objectif est d’encapaciter les citoyens à la responsabilité sociale et environnementale sur le sujet, au moment et dans les lieux où ils peuvent : en tant que ong, chercheur, élus, entreprises, utilisateurs. Nos réseaux ont des contacts en Europe et dans le monde.
    la lettre VeilleNanos n° 1 de juin 2011 est téléchargeable ici http://veillenanos.fr/wakka.php?wik...

    26.08 à 15h24 - Répondre - Alerter
  • Pour poursuivre le débat et le questionnement, vous pouvez participer à la veille d’information exercée par Avicenn (Association de Veille et d’Information Civique sur les Enjeux des Nanosciences et des Nanotechnologies), à travers deux sites internet http://enjeuxnanos.fr et http://wikinanos.fr
    Cordialement,

    18.05 à 10h24 - Répondre - Alerter
  • Pour poursuivre le débat et le questionnement, vous pouvez participer à la veille d’information exercée par Avicenn, Association de Veille et d’Information Civique sur les Enjeux des Nanosciences et des Nanotechnologies, à travers deux sites internet http://enjeuxnanos.fr et http://wikinanos.fr
    Cordialement.

    18.05 à 10h24 - Répondre - Alerter
  • Depuis quelques mois le mot nanoparticule commence à envahir les médias et bien sûr les publicités. Pour la grande majorité des habitants de cette planète ça ne veut pas dire grand chose et comme d’habitude l’absence de connaissance scientifique entraine deux réactions contradictoires et stupides. Pour certains c’est un futur eldorado et pour d’autres c’est le danger absolu. La réalité est fort différente. En tant que chercheur au CNRS j’ai travaillé dans ce domaine dès 1964 jusqu’à ma retraite (en 1964 on parlait alors seulement de technologies couches minces) mais les mots nanotechnologie et nanoparticules ne sont apparus dans le vocabulaire des médias que très récemment, et comme tout mot à consonnance scientifique et peu compréhensible a priori ces deux vocables ont très vite été adoptés par les publicitaires et les industriels peu scrupuleux qui vivent d’annonces publicitaires toujours plus fabuleuses. Ainsi on trouve des soit-disant nanoparticules dans les dentifrices. C’est un exemple. De quoi s’agit-il ? Depuis des décennies on réalise des dentifrices en incorporant dans une "crème" de la poudre abrasive et des "parfums". Aujourd’hui au lieu de dire qu’on met de l’abrasif en poudre on dit qu’on incorpore des nanoparticules d’une espèce chimique qui est déjà renommée (parce que les publicitaires n’ont pas inventé un nom biscornu pour les désigner) tel l’oxyde de titane. Ca fait bien, le mot titane est un mot magique. Mais il n’y a rien de bien nouveau sous le soleil.
    Dans d’autres domaines on va exploiter les nanotubes de carbone, et là il s’agit réellement d’une innovation technologique en ce sens qu’on a réussi à organiser les atomes de carbone pour former une structure ayant des propriétés mécaniques exceptionnelles.
    Que faut-il penser de ce baratin : dans le cas des dispositifs à propriétés mécaniques exceptionnelles et qui sont, dans leurs applications, à l’échelle humaine (exemple le mat d’un trimaran faisant le tour du monde en 47 jours), il n’y a rien de négatif. Dans le cas du dentifrice et de nombreux cosmétiques, c’est réellement du baratin publicitaire comme on en lit chaque jour dans les multiples dépliants que l’on trouve chaque matin dans notre boite aux lettres...
    Et puis il y a quelques domaines, tel le domaine médical où l’on peut se poser la question : y a t-il un avenir sérieux ? Et la réponse est aujourd’hui : on n’en sait rien, on espère que ça va apporter quelque chose, mais on n’a pas encore de recul pour affirmer quoi que ce soit.
    Il ne faut pas confondre les manips du type gadget (tel ce que des chercheurs d’IBM ont réalisé il y a déjà fort longtemps en "inscrivant" le mot IBM à l’échelle atomique dans un dispositif) et des réalisations technologiques réellement utiles pour l’humanité.
    Et ce que je reproche généralement aux médias (télé en particulier) c’est de tout mélanger, de ne rien expliquer et de créer chez le béotien des peurs et des réactions totalement irraisonnées et quand les instances officielles s’en mêlent avec le même langage ça n’arrange rien évidemment.

    25.03 à 15h49 - Répondre - Alerter
  • la taille d’une poussière volcanique et d’une particule portée par les embruns est probablement plus proche du millimètre que du nanomètre

    les forces de cohésion (et d’attraction) des atomes ou des molécules de taille nanométrique ne sont pas de même nature

    4.03 à 13h39 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : OGM et AOM

    Les nanotechnologies, vont faire parler d’eux, comme les OGM en leur temps.
    Voici un extrait de l’entretien qu’à accordé récemment à un grand quotidien régional, Mr Jacques Bordé, 65 ans physicien,Directeur de recherche, et ancien membre du Comithé d’éthique du CNRS :"De même que pour les manipulations génétiques, la manipulation de la matière à l’échelle à l’échelle atomique fera franchir une étape sans doute irréversible.La polémique actuelle sur les nanos est la suite logique des débats sur les OGM.On appelle d’ailleurs cela les OAM, objets atomiquement modifiés."
    Personnellement , je pense que les OGM et les AOM font partie des découvertes et évolutions scientifiques, avec ce qu’il peut y avoir de pire et de meilleur, comme la langue d’Esope.
    Tout dépendra de l’usage que l’Homme voudra en faire comme pour bien d’autre chose !
    Celà promet encore bien des débats, notamment politiques et philosophiques, mais le pire serait de ne pas en parler, car seuls les ignorants sont contre tout !

    25.02 à 12h06 - Répondre - Alerter
  • eco-sapiens : Enfin !

    D’abord je félicite Terra d’avoir été le premier média à parler de ce débat public. Je crois que jusqu’à présent seule la presse alternative (et du coup fort confidentielle...) a traité le sujet : S !lence, Novethic. Ce qui m’étonne le plus, c’est le mutisme de la communauté écolo : blogosphère, et site d’actualités. A croire que ca n’intéresse... ou alors que c’est trop compliqué.

    Un peu d’auto-promo mais c’est plus pour témoigner du déroulement d’un débat :
    actualité à mi-parcours du débat sur eco-sapiens

    ou

    blog eco-sapiens : déroulement de la réunion à Marseille

    Alors donc, pourquoi un tel silence ? L’article rappelle bien qu’il y a une décision "politique" d’éviter le syndrome OGM. Il faut faire accepter. Il y a 8 ans déjà, le fameux livre blanc du Gixel (lobby de l’électronique) formulait parfaitement tous les points à régler pour que les nanotechnologies passent comme une lettre à la poste.

    Ce qui est amusant dans toute cette histoire, c’est que les anti-nanos ont trouvé dans tous ces compte-rendus décisionnels du pain béni pour cristalliser le débat. Car autant le préciser, la critique des technologies convergentes, largement documentée par Pièces et Main d’Oeuvre, ne se réduit pas qu’à la dénonciation d’une manipulation.

    De même que les dangers des nanotechnologies ne se réduisent pas à l’aspect toxicité. Certes l’article évoque les problèmes éthiques (expédiées par l’évocation de la CNIL qui rappelons-le n’a aucun pouvoir...).

    Avouons-le, le discours formulé par les anti-nanos est complexe. Il déborde du pur cadre toxicologique ou sociétale. Il est réellement ontologique. Il est de bon ton de taxer tout ce qui ne rentre pas dans le moule de "sectaire", d’"obscurantiste", d’"anti-démocratique" ou que sais-je. C’est presque drôle dans la mesure où tous ces qualificatifs semblent tant correspondre à l’attitude des pro-nanos. Que l’on songe à Chantal Jouanno qui sort de son obligation de neutralité en tant que maitre d’ouvrage pour la CNDP. Qu’on songe aux professions de foi des techniciens, qu’on songe enfin à la dépossession de la parole.

    Bref, un vaste débat que cet article effleure.

    Rendez-vous sur nanomonde pour ceux qui ont du temps.

    23.02 à 16h47 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité